AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le mystère Fulcanelli (69)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Hugo
  20 octobre 2013
Mission accomplie, Il me restait 13 jours pour terminer ma lecture et rédiger ma «critique», enfin ma «critique».... heureusement dieu a inventé les guillemets... malheureusement il a aussi inventé les hommes, pour se servir des guillemets certainement, sinon quel intérêt...

Alors la poule ou l'oeuf ?

Tout d'abord je remercie Babelio, les éditions «Flammarion» et «Henri» pour ce roman...

Je suis le 3468 pote de «Henri» sur facebook, et même si je ne suis pas une groupie, j'aime bien le perso, déjà parce que je suis toujours d'accord avec ses opinions identiques aux miennes (voir mon profil) et ensuite parce qu'il écrit bien, mais surtout parce qu'il perd ses cheveux comme moi... et ça je sais ce que c'est...

J'ai longtemps tergiversé pour savoir comment j'allais faire, car c'est très difficile de dire du «mal» d'un roman quand vous appréciez l'auteur, enfin du «mal», j'ai connu bien pire, mais pour le coup je n'ai pas accroché à l'histoire... On sent que Henri est passionné par son sujet mais ça manque d'action, de punch. Certes on apprend pas mal de petites anecdotes sympathiques sur certains personnages historiques comme Victor Hugo, Flammarion et j'en passe, mais jamais je n'ai été transporté...

Si vous êtes fan d'enquêtes policières, d'alchimie, de généalogie, de francs maçonnerie, d'ésotérisme n'hésitez plus, Henri est un excellent auteur Français, même si pour moi aujourd'hui c'est raté mais demain...

Demain c'est le boulot connard, Mon réveil est réglé sur 5h50, je suis crevé d'avance tiens... En plus Choupette qui râle parce que je bosse trop...

Eh mais tiens, faisons un petit sondage les copines : Admettons que Choupette glisse sur une peau zob et se plante un couteau dans le bide, elle se vide de son sang et meurt...

Alors combien de nanas souhaiteraient venir me consoler ?

A plus les copains...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4716
lyoko
  27 juin 2016
Un troisième tome des aventures de Ari Mackenzie en demi teinte pour moi.

J'ai franchement aimé la partie policière mais beaucoup moins tout le côté recherches et explications. Trop de longueur pour celle-ci ,à tel point que cela mettait une certaine lourdeur et qu'au final j'ai carrément lu les passages en diagonale.
D'autant plus que pour moi ils n'apportaient pas grand chose à l'intrigue.

J'ai apprécié les personnages dans les premiers tomes, mais ce troisième volet les montre sous un jour un peu pénible.. en effet Ari commence a devenir franchement désagréable.

C'est pour moi rare de voir cet auteur me décevoir . Bon certe ce n'est pas une totale déception mais quand même, quand on a connu le meilleur ça fait toujours bizarre.
Commenter  J’apprécie          370
HermantM
  25 mars 2014
Lorsqu'il s'agit d'alchimie, d'autant plus si c'est sur Fulcanelli, je fais appel à un ami de longue date, Bernard Allieu, on ne peut plus proche du sujet puisqu'il a écrit l'Index général de l'oeuvre de Fulcanelli, afin qu'il me donne son avis sur le livre en question. Ainsi, pour le mystère Fulcanelli, la question posée de si oui ou non, je tentais la lecture, il m'a répondu que les livres sur l'identité de Fulcanelli lui importaient peu, n'étant intéressé que par ses oeuvres, mais que l'auteur de celui-ci s'était vraiment passionné et documenté très sérieusement sur le sujet. Cela restait un roman mais avec de bonnes sources. Et comme cet ami est un vrai ami, quelques temps après, je recevais en cadeau dans mon courrier le livre en question. N'est-ce pas adorable ? D'autant que j'en ai apprécié la lecture : une enquête bien menée, des personnages accrocheurs, et un panorama complet de ce qu'il faut savoir sur le sujet de l'alchimie, bibliographie exhaustive à l'appui. On sent que l'auteur s'est pris au jeu et défend sa version de l'affaire avec sincérité. Dommage, toutefois, qu'il n'ait donné du monde des alchimistes qu'une vision un peu réductive, mettant en scène plutôt des cas déviants que les véritables "souffleurs", passant là à côté de ce qui est vraiment essentiel pour eux (et, du coup, totalement absente du roman) ... la philosophie hermétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
gruz
  10 décembre 2013
Voilà une histoire réussissant une belle alchimie entre fiction et réalité. le jeu de mot est facile, et pourtant c'est très exactement ce que propose ce nouveau roman de Henri Loevenbruck.

La construction repose sur de solides bases et un travail de recherches très conséquent. Les amateurs de récits historiques et ésotériques fusionneront avec ce récit sans doute avec délectation, tout comme les autres lecteurs à la recherche d'un habile et intelligent divertissement.

Intrigue sérieuse et divertissement, deux mondes qu'on tente d'opposer régulièrement, et que Loevenbruck arrive à unir par la passion qu'il insuffle dans ce thriller plutôt bien troussé.

L'auteur n'a pas inventé les ingrédients, mais il sait mettre son grain de sel dans cette mixture : une approche clairement documentée, couplée à des personnages hauts en couleur.

Parce qu'à la différence de nombreux récits du genre, Loevenbruck fait montre d'un sacré humour et d'une belle dérision lorsque le contexte le lui permet. Les joutes verbales entre son personnage principal (Ari Mackenzie) et ses acolytes sont souvent d'une drôlerie irrésistible (mention spéciale à ce flic parlant un argot désuet, sacré personnage !). Je rassure ceux qui ne connaissent pas les précédentes aventures du fameux Ari, cette histoire se lit indépendamment sans aucun soucis.

Le tout est plutôt percutant, malgré quelques petites longueurs concernant les recherches en lien avec le mystère Fulcanelli. Ce qui est fort agréable, c'est que Loevenbruck évite tout amphigouri (l'auteur aime bien placer ce mot) en sachant rester accessible et sans perdre de vue son objectif de divertir.

A noter, plusieurs saillies de l'écrivain pour prendre la défense des libraires et mettre en avant son amour des livres, ce qui achève de rendre cette lecture bien attrayante.

Une nouvelle pierre à l'édifice d'Henri Loevenbruck, maître conteur du passé et du présent avec une suite de livres qui fait vraiment belle impression.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
cardabelle
  11 janvier 2017

Premier Loevenbruck et sans doute pas le dernier !
Un thriller ésotérique servi par une belle écriture qui, outre le divertissement apporté par l'intrigue, offre au lecteur un panel de connaissances, preuve évidente d'un sérieux travail de recherche.

L'auteur promène l'intrigue entre fiction et réalité, dans le monde hermétique et toujours mystérieux des amateurs d' alchimie ,dans le monde des collectionneurs, le monde des arts...
Du sérieux tout ça !

Heureusement, il y a le personnage d'Ari dont l' humour est souvent le bienvenu pour alléger un peu un récit souvent étouffé par une profusion d'informations, des paragraphes entiers !
Un récit qui prend des airs de supermarché de la culture ! c'est la forme qui m'a dérangée et qui a eu raison de ma curiosité.
A mon humble avis, ce déballage trop concentré, trop conséquent devient vite indigeste et nuit à l'intrigue et au suspense.
Mais, dans l'ensemble, ce roman reste une lecture enrichissante et appréciable.

Appréciables aussi les balades dans le temps, dans Paris avec une émouvante évocation de ces petites librairies qui disparaissent peu à peu , emportant souvent leurs trésors.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
PiertyM
  25 mars 2019
En gardant un très bon souvenir de L'apothicaire qui a été un grand coup de coeur pour moi, je me suis jeté sur ce livre espérant bien évidemment y trouver cette même verve, cette même haleine et cette prouesse que l'auteur a exercé en conciliant le langage du moyen-âge avec celui du contemporain, qui, m'avaient tant envouté. J'avoue que dans le mystère Fulcanelli, c'est un autre registre, un autre mouvement, une autre atmosphère, le suspens, les rebondissements ne sont pas aussi palpitants au point qu'on s'épargne une pause avec ce pavé, non! On lâche le livre de temps en temps bien qu'on passe un bon moment avec cet érudit d'Ari Mackenzie, l'homme qui agit à l'avance de tout. Le mystère Fulcanelli, c'est toute bibliothèque ésotérique sur l'alchimie, une érudition, une connaissance luxuriante, c'est aussi la biographie d'une fratrie de hautes personnalités ayant de près ou de loin composer leur vie avec de l'alchimie, et beaucoup plus des personnes soupçonnées d'avoir côtoyé Fulcanelli dans le seul but d'identifier celui-ci...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
lokipg
  20 janvier 2019
Après le Rasoir d'Ockham et les Cathédrales du vide, Ari Mackenzie est de retour pour une troisième enquête mêlant une fois encore ésotérisme, sociétés secrètes et alchimie.

Dans l'histoire, il y a deux mystères Fulcanelli à résoudre : celle que renferme son carnet, et celle de l'identité de l'alchimiste lui-même. J'ai beaucoup aimé le mystère du carnet. J'y ai retrouvé tous les ingrédients que j'avais adoré dans le premier tome. Une enquête policière brodée à partir de faits historiques, avec un suspens bien géré et une bonne dose d'action.
Pour ce qui est de l'identité de Fulcanelli, si j'ai trouvé cette partie de l'enquête intéressante, elle m'a quand même nettement moins emballée. La faute aux extraits du carnet de Radenac, dans lesquels l'auteur se contente de balancer des faits historiques avec autant de style qu'une page wikipedia.

Mais un point qui m'a vraiment dérangé, c'est Ari Mackenzie lui-même. L'ex-flic de la DCRI a toujours eu un côté "petit con", mais là, il m'a paru carrément détestable dans plusieurs scènes. Au point que j'en suis arrivé à souhaiter qu'un autre personnage lui rabatte son caquet une bonne fois pour toute, voire lui balance son poing dans la figure... En vain.
Un autre personnage, heureusement secondaire, m'a pas mal agacé également : Jacques, dit "le tatoué", un flic biker qui s'exprime dans une mauvaise imitation d'Audiard. La scène où il fait un rapport à sa supérieure est un grand moment de n'importe quoi.

Bref, malgré les réelles qualités de ce roman, beaucoup de petites choses m'en ont gâché la lecture. Dans cette trilogie, il n'y aura finalement que le premier tome que j'ai trouvé excellent.
Lien : http://lenainloki2.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Tatooa
  20 septembre 2015
Un bon petit thriller ésotérique ! Les personnages récurrents sont toujours aussi sympas, quoi qu'Ari soit un brin trop orgueilleux à mon goût, et Lola un brin trop "fille", mais bon, c'en est une, donc puis-je le reprocher à l'auteur ? Non, hein, je suis d'accord, lol !
Par contre, le nouveau personnage de Jacquet m'a passablement agacée, c'est une caricature exagérée et peu crédible.

Le reproche que j'aurais à faire à ce bouquin, c'est que l'information et la documentation priment sur l'action, et c'est quand même un peu lourd par moments. Cette enquête n'est en somme réellement intéressante que pour les passionnés de l'affaire "Fulcanelli", et, perso, j'ai largement préféré les deux précédentes aventures d'Ari, bien plus "généralistes" et trépidantes, et je crains que mon homme n'aime pas du tout, lui qui avait adoré les deux premiers.
Mais c'est bien documenté et bien troussé, ça, c'est sûr !

Et toujours bien écrit, également...

Ma note : 3,5/5 (4 sur Babelio)
Commenter  J’apprécie          180
kouette_kouette
  25 juillet 2018
Le cercle des alchimistes au début du XXe siècle (si si, l'alchimie n'est pas morte avec le Moyen-âge) comprenait un auteur érudit à l'identité inconnue mais célèbre sous le pseudonyme Fulcanelli.
Ce fait est véridique et Henri Loevenbruck s'en est inspiré pour écrire un thriller ésotérique, avec comme point de départ le tableau « Finis Gloriae Mundi » du peintre Juan de Valdés Leal datant du XVIIe siècle. C'est ce point de départ qui m'a fortement intriguée. Ce tableau (visible en grande partie sur la couverture du roman) est tellement parlant qu'il interpelle forcément, au moins par sa noirceur.
Après, j'aurais bien comparé ce roman à ce qu'écrit Dan Brown pour vous donner une idée plus précise du genre, mais je ne suis pas sûre que l'auteur apprécierait, puisque dans le mystère Fulcanelli, un historien dit que le Da Vinci Code c'est « de la merde en boîte » quand un flic lui dit que c'est « très bien ». En tout cas, on sent bien qu'Henri Loevenbruck ne s'est pas servi du mystérieux Fulcanelli en dilettante. Il est évident qu'il s'est documenté. Appréciable. Encore plus pour les « initiés » certainement.
Apparemment, l'auteur avait même créé un site internet pour exposer et approfondir les recherches mais l'adresse n'est plus valide (cinq ans après la sortie du livre c'est peut-être trop tard). Dommage pour ceux qui auraient souhaité débattre du sujet en refermant ce roman…
En ce qui me concerne, je ne suis pas sûre de pouvoir me remémorer tous les noms des grands de cette époque qui auraient pu être Fulcanelli - ou qui auraient pu l'entourer - sans me mélanger les pinceaux. Mais il faut dire que ça ne me passionne pas à la base. En revanche, j'apprécie toujours de découvrir de nouvelles choses, autant dire qu'ici, c'est chose faite.

Au fait ! le personnage principal, c'est Ari Mackenzie (ancien de la DCRI qu'on aime pour sa culture, son indépendance et son cynisme), et visiblement c'est le troisième livre qui tourne autour de lui. S'il n'y avait pas eu les trois notes en bas de page faisant référence aux opus précédents, je n'en aurais pas soupçonné l'existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          164
Galounette
  02 novembre 2015
Mais qui est Fulcanelli ?

Il s'agit là d'un grand mystère, que beaucoup donneraient cher pour résoudre, allant jusqu'à tuer...bon OK si comme moi vous n'êtes pas adepte d'hermétisme, vous n'avez jamais entendu parler de Fulcanelli.

Mais avant de poursuivre

Hermétisme = doctrine occulte des alchimistes
Alchimie = art de purifier l'impur en imitant et en accélérant les opérations de la nature afin de parfaire la matière
Ça ne vous parle toujours pas ? étonnant...

Je me moque, je me moque, mais Henri Loevenbruck réussit le pari de rendre cette chasse au trésor ésotérique passionnante. Certes, quelques longueurs sont à déplorer, mais on pardonne aisément à cet auteur très cultivé, qui transmet brillamment ses connaissances.

Côté personnages, c'est un plaisir de retrouver ce bon vieux Ari Mackenzie, son whisky pur malt et ses éternels états d'âme amoureux. Lola ? Pas Lola ? Tout ça sent un peu le commissaire Adamsberg de Vargas, mais bon en même temps c'est une référence plutôt sympathique.

Sachez que Monsieur Loevenbruck propose à travers ce roman son hypothèse personnelle au sujet de Fulcanelli, qui reste à ce jour un mystère non éclairci, et que la plupart des informations qu'il donne sont réelles. de quoi ajouter du piment à l'affaire !

Bon, en revanche, n'imaginez pas vous trouver face à un genre de Da Vinci code, je crois que ce bon Henri n'apprécierait pas la comparaison...
Lien : http://oxybeurresale.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

l'apothicaire

Comment s'appelle le héros du livre?

Andras Saint-Loup
André Saint-Loup
Andréas Saint-Loup

10 questions
93 lecteurs ont répondu
Thème : L'apothicaire de Henri LoevenbruckCréer un quiz sur ce livre