AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211302149
Éditeur : L'Ecole des loisirs (25/09/2019)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 122 notes)
Résumé :
Les pêcheurs l'ont surnommée Claire de l'eau. Quand ils l'ont arrachée aux flots et ramenée au village, la jeune naufragée ne se souvenait de rien, sauf de son prénom. Personne ne sait qu'elle a grandi dans la communauté, une société où les couleurs et les émotions sont interdites.

Personne ne peut imaginer qu'elle a été programmée pour être mère porteuse, qu'elle a été inséminée à l'âge de quatorze ans, qu'elle a eu un fils, qu'on le lui a arraché. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Shenandoah
  04 janvier 2015
Difficile d'avoir un avis tranché sur ce livre qui, de part sa structure, n'est pas de qualité constante. En effet, alors que les trois livres précédents étaient courts et se concentraient sur un personnage et une histoire précise, celui-ci est séparé en trois histoires, qui, si elles suivent un même personnage, possèdent malgré tout des intrigues très différentes.
Pour ne pas spoiler, je vais me contenter de résumer la première partie du livre. Nous retournons dans cette partie dans le village de Jonas, mais notre héroïne ici se nomme Claire. Choisie à 12 ans pour devenir Mère Porteuse, elle va se découvrir des sentiments pour le "Produit" qu'elle a mis au monde, et va essayer de se rapprocher de l'enfant.
Ce livre n'aurait été composé que de sa première partie, je lui aurais mis 5 étoiles et il aurait fait partie de mes coups de coeur de l'année. J'ai dévoré cette partie avec passion, émue aux larmes par cette jeune fille devenue mère trop tôt, et qui d'ailleurs ne sait même pas ce que devenir mère veut dire. Les sentiments De Claire sont remarquablement bien retransmis, et cette communauté sans émotions paraît du coup encore plus violente que dans le Passeur. Pour le coup, je ne suis même pas sûre que ce soit une lecture que je conseillerais à des enfants, à qui ce livre est tout de même destiné...
Du coup, à côté de cette magistrale première partie, les deux autres m'ont paru plutôt fades... Certes, Claire est un personnage remarquable, et les souffrances qu'elle endure, les sacrifices qu'elle est prête à faire pour retrouver son fils sont évidemment intéressants, mais ces parties ne prennent pas aux tripes comme la première. Elles sont plus dans l'action, et moins dans l'émotion, et je crois que l'auteur est peut-être moins talentueuse dans ce registre.
J'ai également trouvé dommage que ce roman qui avait si bien démarré dans l'humain et le réaliste se termine de manière fantastique, et, quelque part, beaucoup trop facilement.
C'est d'ailleurs l'un des principaux reproches que je ferais à cette série dans son ensemble : le dosage des éléments réalistes et fantastiques n'est, pour moi, pas optimal. Les personnages sont bien écrits, les histoires sont prenantes, mais l'incursion du fantastique demande une bonne dose de suspension d'incrédulité pour réussir à rester dans l'histoire. Évidemment, je ne suis pas la cible de ces livres, et peut-être que les jeunes lecteurs n'y verront aucun inconvénient. Cependant, l'écriture de Lois Lowry est si belle que je regrette vraiment ce défaut qui m'a fait souvent dérangé dans ma lecture.
En résumé, je ne peux pas me résoudre à mettre moins de 4 étoiles à ce livre à cause de sa magnifique première partie. Sachez cependant que cette partie n'est malheureusement pas représentative du reste du livre... Malgré tout, Lois Lowry reste une auteur très talentueuse, et j'encourage la lecture de ces romans qui, je pense, méritent vraiment d'être connus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Syl
  21 mars 2016
Elle est arrivée un jour de tempête, accrochée à un mat brisé. Belle, étrange, différente, elle aurait pu être une sirène…
A moitié morte, les pêcheurs l'ont ramenée dans leur village et l'ont confiée à Alys, une vieille guérisseuse qui la soignera et la traitera comme sa fille. Lorsqu'elle se réveille, elle ne peut leur dire d'où elle vient, qui elle est. Elle sait seulement qu'elle s'appelle Claire. Claire…elle sera alors pour eux, Claire de l'Eau.
« le village était lové au pied d'une importante falaise, dans l'anfractuosité d'un bras de terre. Cet endroit où la péninsule rejoignait le continent était tellement isolé que le temps n'avait pas d'importance car rien ne changeait jamais. de mémoire d'habitant, nul n'y était jamais venu, et ce n'est que rarement que quelqu'un, d'insatisfaction, le quittait ou du moins essayait. Dans ce cas, on disait qu'il « montait ». Un sentier broussailleux et plein de racines serpentait vers la base de la falaise mais s'interrompait au pied d'un véritable mur de pierre et ensuite il n'y avait pas d'autres issue que de grimper, en effet. Plusieurs l'avaient tenté et avaient fait une chute fatale. Un habitant, Einar le Farouche, avait réussi à grimper mais il était revenu, profondément aigri par ce qu'il avait rencontré au sommet. »
Claire de l'Eau cherche à retrouver la mémoire dans toutes les petites choses du quotidien. Puis un jour, lors de l'accouchement d'une jeune femme du village, tout lui revient…
Elle est née dans un monde par-delà la mer, qui s'est reconstruit après le Chaos. Loin de ressembler à cette communauté de pêcheurs, elle vivait dans une société aseptisée, compartimentée, qui a rayé de son monde les sentiments, les couleurs, les animaux, toute indépendance et libre arbitre. Dans cet univers, on absorbe une petite pilule qui annihile les émotions. Il n'y a alors plus d'intuition, d'affection, d'amour. On compose les couples et on leur attribue des enfants nés de mères porteuses. Éduqués dans cette cellule d'accueil jusqu'à leur douze ans, ils sont après dirigés vers leur fonction. Pour Claire, le comité de gouvernement lui a attribué le rôle de matrice. Durant deux ans, elle s'est façonnée pour qu'à quatorze ans elle puisse engendrer un enfant. Claire a eu cet enfant, n° 36, mais l'accouchement s'étant mal passé, elle n'a pu rester à son poste. C'est à l'Alevinière, au laboratoire d'insémination des poissons, qu'on la place et qu'on lui apprend les gestes mécaniques d'un nouveau travail.
Elle raconte tout cela à Alys, et plus encore, car Claire n'a pas oublié son enfant et elle a tout fait pour le retrouver…
Résolue, elle arrive à avoir ses entrées au centre nourricier et voit pour la première fois son bébé, un petit garçon magnifique avec de beaux yeux clairs. Lorsqu'elle peut, et sans attirer l'attention sur elle, elle va dans la pouponnière pour s'occuper de lui. On ne lui a pas attribué de famille ni donné de nom, car c'est un enfant difficile ; on le nomme toujours par son matricule, mais Claire l'appelle Aby.
Puis un jour, le nourricier avec qui elle a sympathisé lui annonce que n° 36 va être élargi. Élargir est le terme qu'on emploie pour dire qu'on efface, on supprime. Il n' y a alors qu'une issue pour Claire ; prendre Aby, fuir par la rivière et partir en quête de l'Ailleurs. Cependant, rien ne se passe comme elle le pense et Aby disparaît…
L'Ailleurs est terrifiant et captivant. On n'en revient jamais. Dans un premier temps, pour Claire c'est ce petit village suspendu et prisonnier qui fait face à la mer. Aidée de Einar le Farouche, elle va tout faire pour continuer sa route et découvrir ce qu'est devenu son fils.
L'Ailleurs, c'est aussi le terrain de jeux du Commissaire Troqueur ; il peut nous donner tout ce qu'on désire. Une question sera posée.
Que peut-elle sacrifier pour retrouver Aby ?
Dernier livre d'une tétralogie dystopique, ce tome dénoue l'intrigue initiale et relie les histoires entre elles. Ainsi, nous en découvrons un peu plus sur la communauté de Jonas (Le Passeur) car elle est la même que celle De Claire. L'auteur a la fantaisie de nous balader dans le temps et d'étaler sa narration sur plusieurs années, en trois parties.
La première, « Avant », ambiance froide, stérile, raconte l'époque où Claire brave les interdits en cherchant à se rapprocher de son enfant. C'est troublant et douloureux lorsqu'elle évoque ses sentiments. La seconde, « Entre-deux », se situe dans le village de pêcheurs. La mesure du temps est difficile à définir car on la calcule en fonction de la vie des gens du village. On peut dire ainsi que des années passent… Les phrases émeuvent quand elles parlent du berger Einar, un être solitaire, cassé par son père. le village reclus, lové sur lui-même, aurait pu être dénaturé, dépravé, primitif, mais l'auteur a préféré écrire une société généreuse et hospitalière, agréable à lire. La troisième partie, « Au-delà », se passe dans cet Ailleurs qui reçoit les exilés, une terre protégée par une forêt dense et enchanteresse. Là, on retrouve Jonas et Kira (L'Élue). Claire n'a plus le premier rôle, c'est son fils qui relate les faits.
Si on peut imaginer qu'un jour notre monde sombre dans une société totalitaire, si on peut concevoir une vie autarcique, la troisième partie nous fait pénétrer dans un univers totalement fantastique avec le maléfique Commissaire Troqueur. le genre tend alors vers la fantasy plus que vers une fiction dystopique. Mais belle plume, on se laisse porter par l'histoire sans trop chercher noise aux étrangetés du scénario.
Claire, personnage courageux et déterminé, plaira aux jeunes lecteurs. Elle n'a peut-être pas la même aura que Kira, mais nous la suivons avec plaisir dans ses aventures.
Si je dois vous dire ce que j'ai aimé dans ce livre, je vous réponds de suite, la deuxième partie du livre. Il y a Alys, le vieux Benedikt et Einar. Quant aux décors que je visualisais, ils me faisaient penser aux histoires de Jules Verne et je me suis remémorée une vieille série télévisée « Les Robinson Suisses »… (Je vous parle d'un temps que les moins de trente ans ne peuvent pas connaître.)
Je vous recommande cette série. le voyage vers ces Ailleurs fut captivant et je n'ai pas été déçue par cette fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zizza
  14 décembre 2014
Le dernier tome de la série "Le passeur", qui apporte donc un point final à l'histoire de Jonas. Il y a trois parties: la première raconte l'histoire du Passeur (1er tome), mais du point de vue De Claire, une jeune fille de la communauté sélectionnée pour être mère porteuse, et qui sera celle du fameux Gabriel dans le tome 1. Malheureusement pour Claire (ou heureusement?), celle-ci s'attache excessivement à son fils, alors qu'elle n'a pas le droit d'avoir des sentiments.
Une belle conclusion pour cette série, avec d'une part quelques longueurs qui auraient pu être évitées ou en tout cas des pages moins réussies, et d'autre part, une lenteur dans le récit qui permet de le savourer et de prendre son temps, comme avec l'épisode de la falaise. J'ai adoré la première partie, et revenir à l'époque de Jonas (même s'il y a quelques incohérences par rapport au 1er tome, mais qui restent de l'ordre du détail); j'aurais aimé que cette partie soit un peu plus longue. J'ai trouvé en revanche la 3e partie un peu courte, Dans tous les cas, c'est une lecture que j'ai beaucoup aimée et que je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Jumax
  08 août 2014
Dernier tome de la série le Passeur, L'élue et le messager, qui lie tous les tomes entre eux. J'ai beaucoup aimé ce livre (et cette série) j'ai apprécié retrouver les personnages des précédents tomes et de savoir comment leur vie évolue, car la fin de chaque livre me laissait sur ma faim justement !
L'histoire de Claire de l'eau, jeune fille qui évolue dans la même communauté que Jonas (Le passeur) et à la fois terrible et touchante et surtout pleine de courage et d'amour.
Lien : http://latetedelart2.blogspo..
Commenter  J’apprécie          212
Mladoria
  30 décembre 2017
Tome final de la tétralogie du Passeur paru près de 20 ans après le tome initial. Les nerfs sont mis à rude épreuve dans ce tome de clôture car c'est là que tous les fils se nouent. On suit le personnage De Claire, jeune femme qui s'engage dans la quête éperdue de son fils. Trois parties, trois mondes différents. On retrouve la communauté et son monde aseptisé, ses règles ineptes et inhumaines, un village de simples pêcheurs en bord de mer et le village qui nous était familier dans les deux tomes centraux.
Je n'en dévoilerai pas plus sur ce qui se trame dans ce final. Je ne peux que vous conseillez de finir ou d'entamer cette série, petit bijou précurseur de la dystopie ado moderne, les codes trop réducteurs en moins, le charme de la littérature pour la jeunesse en plus.
L'auteur n'a rien perdu de son style, toujours aussi limpide et addictif. C'est un vrai bonheur à lire. Un seul petit bémol sur ce tome, LOWRY ménage son effet en faisant durer (peut-être un peu trop) le second temps du récit et notamment l'ascension et sa préparation.
Mais comme d'habitude avec cette saga, le frustration sera bien des fois au rendez-vous. Il plane d'ailleurs sur la fin une aura douce-amère de mystère non intégralement résolu. le "comment" de l'affaire restera un mystère sachez le. Cela reste un grande joie et dans le même temps un poids à l'estomac qui vous plombe un peu le coeur en refermant le livre. Comme pour tous les coups de coeur, la fin est connue mais il persiste une envie d'encore qui ne vous quittera plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Ricochet   14 novembre 2014
Le fantastique prend le dessus, même s'il était là dès le départ, et le « commissaire troqueur » peut sembler une figure symbolique du mal un peu facile... C'est bien le seul reproche qu'on fera à ce livre superbement écrit sur un mode sensible et lent.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   02 août 2014
Claire ne s'était jamais montrée curieuse de l'Ailleurs. Cela faisait partie du sentiment de satisfaction qu'elle avait toujours ressenti. L'Ici lui suffisait.
Commenter  J’apprécie          190
JumaxJumax   01 août 2014
- Personne n'est seul, ici, renchérit Edith.
Claire se tut, En elle même, elle pensa : Moi, si. Je suis seule. Même si, au même moment, elle se rendait bien compte qu'elle ne savait pas exactement ce que le terme voulait dire.
Commenter  J’apprécie          130
SylSyl   21 mars 2016
« Le village était lové au pied d’une importante falaise, dans l’anfractuosité d’un bras de terre. Cet endroit où la péninsule rejoignait le continent était tellement isolé que le temps n’avait pas d’importance car rien ne changeait jamais. De mémoire d’habitant, nul n’y était jamais venu, et ce n’est que rarement que quelqu’un, d’insatisfaction, le quittait ou du moins essayait. Dans ce cas, on disait qu’il « montait ». Un sentier broussailleux et plein de racines serpentait vers la base de la falaise mais s’interrompait au pied d’un véritable mur de pierre et ensuite il n’y avait pas d’autres issue que de grimper, en effet. Plusieurs l’avaient tenté et avaient fait une chute fatale. Un habitant, Einar le Farouche, avait réussi à grimper mais il était revenu, profondément aigri par ce qu’il avait rencontré au sommet. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ReaderReader   03 juin 2014
- Un jour, je me rappelle, je leur ai demandé s'ils m'aimaient.
- Et alors ?
Jonas secoua la tête.
- Ils ne savaient pas ce que ça voulait dire. Ils m'ont répondu que ce mot n'avait pas de sens.
Commenter  J’apprécie          50
ReaderReader   03 juin 2014
Ce n'était pas bien d'avoir ces sentiments, qui devenaient plus forts jour après jour. Pas normal. Pas permis. Elle le savait. Mais elle ne savait pas comment s'en débarrasser.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Lois Lowry (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lois Lowry
Vidéo de Lois Lowry
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le passeur

Comment est appelé l'endroit ou vit Jonas

la ville
le conseil
la communoté

5 questions
452 lecteurs ont répondu
Thème : Le passeur de Lois LowryCréer un quiz sur ce livre
.. ..