AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bee Formentelli (Traducteur)
ISBN : 2070538761
Éditeur : Gallimard Jeunesse (10/04/2002)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 311 notes)
Résumé :
Dans un monde archaïque et violent qui rejette les faibles, Kira ne doit sa survie qu'à son don exceptionnel pour la broderie.

Le Conseil des Seigneurs l'a choisie pour restaurer et achever la fabuleuse Robe sur laquelle est inscrite toute l'histoire de son peuple. Mais il lui faudra auparavant, avec l'aide du petit Matt, résoudre d'inquiétantes et sombres énigmes pour trouver la couleur qui lui permettra d'inventer l'avenir...

Un roman... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
Jumax
  28 septembre 2012
L'élue raconte l'histoire d'une jeune fille très douée pour tous les travaux d'aiguille mais qui a une jambe tordue. Ce qui lui pose de nombreux problèmes, dans son village les gens différents sont emmenés aux champs où on les laisse mourir. Lorsque sa mère meurt et que Kira est emmenée au palais pour y devenir la brodeuse officielle, elle ne sait pas encore qu'elle rencontrera son passé, sera chargée de découvrir le futur mais surtout la vérité, qui n'est pas toujours belle à voir.
Mon seul regret est qu'il soit édité chez Folio junior et non chez l'école des loisirs comme Messager sa suite, du coup traduction différente et couverture sensiblement différente (ça fait pas très beau sur l'étagère ^^)
Lien : http://latetedelart2.blogspo..
Commenter  J’apprécie          401
IreneAdler
  27 juillet 2014
Kira est une bisyllabe, une jeune fille. Elle vit dans une société où toute faiblesse est bannie, tuée. Avec sa jambe torse, c'est miracle qu'elle soit toujours vivante ; heureusement, son don pour la broderie va la rendre indispensable au plus haut niveau. Et l'amener à faire des découvertes troublantes sur sa société.
Tout le bien que j'ai lu sur Loïs Lowry se justifie. Dans un roman jeunesse assez court, elle fait vivre toute une société post-apocalyptique, en faire toucher toutes les règles explicites et implicites. En montrer la pauvreté matérielle, mais surtout spirituelle, dont personne n'a conscience, trop occupé à survivre à la violence ordinaire. Et pourtant quelque chose est à l'oeuvre chez quelques rares élus, preuve que toute création et imagination n'est pas morte ; mais ils sont soustrait et enrôlés par les Seigneurs, pour servir une cause supérieure... Kira fera preuve de beaucoup de courage, en ayant la volonté de changer les choses de l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          310
Shenandoah
  17 décembre 2014
Assez étonnamment, cette suite du Passeur... n'est pas la suite du Passeur. En effet, même si l'on peut supposer que les deux livres se déroulent dans le même univers, nous suivons ici une communauté et des personnages complètement différents.
Si la communauté de Jonas était "parfaite", du moins en apparence, nous sommes ici dans un village où la violence est omniprésente et où les plus faibles sont éliminés. Kira, jeune orpheline à la jambe tordue, aurait dû être tuée, mais elle va être sauvée par son talent de brodeuse. Elle aura pour rôle de réparer une robe sur laquelle est brodée l'histoire de son peuple, mais va découvrir les noirs secrets de son village.
J'apprécie définitivement beaucoup l'écriture de Lois Lowry. Il s'agit d'un style simple et abordable, mais également très poétique et doux, qui possède en même temps une profondeur pas forcément visible au premier abord. Elle joue aussi beaucoup avec le langage, les mots, et même les prénoms, qui occupent une place importante dans la création de son univers. Comme je lis ces livres en anglais, je ne sais pas si la traduction française arrive à faire passer ces subtilités, mais je l'espère vraiment car elles rendent la lecture très agréable.
Je suis par contre cette fois un peu moins emballée par l'histoire. J'ai beaucoup aimé les personnages, notamment Kira et Matt, et le postulat de base de l'histoire est intriguant et intéressant. Malheureusement, les éléments de l'intrigue manquent vraiment d'approfondissement à mon goût, et le livre se termine alors qu'aucune des pistes lancées n'a été correctement explorée. Même le titre anglais, Gathering Blue, et le résumé français sont trompeurs puisqu'ils nous laissent penser que la quête d'une certaine couleur sera au centre de l'intrigue, alors que ce n'est pas vraiment le cas.
Je suppose (et j'espère) que ces histoires prendront un sens différent avec le dernier tome de la série, mais lire ce livre comme une histoire individuelle peur s'avérer un peu frustrant, même si, comme dans le Passeur, la note d'espoir qui plane sur les dernières lignes permet d'adoucir cette frustration.
J'ai donc malgré tout beaucoup apprécié cette lecture, qui a le mérite d'être originale que ce soit dans les thèmes abordés ou le déroulement de l'histoire. Cependant, la lenteur de l'intrigue rend ses enjeux moins directement visibles que dans le Passeur, et on attend tellement la révélation finale que celle-ci nous semble un peu décevante quand elle arrive enfin. Heureusement, l'écriture de Lois Lowry est un gros plus, et je vous encourage malgré tout à lire ce livre.
Challenge Petits Plaisirs 2014-2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Syl
  01 juin 2015
Kira qui était orpheline de père, vient de perdre sa maman, et son kot, sa maison, a brûlé avec toutes ses possessions. Handicapée depuis sa naissance d'une jambe difforme, personne ne veut l'accueillir et presque tous désirent l'envoyer dans la forêt où elle sera dévorée par des bêtes féroces ; hors des limites, nul n'ose s'y aventurer, sauf les chasseurs pour ramener du gibier. Ce monde, régi par un conseil de douze hommes qui établissent des règles strictes, élimine les faibles de la communauté, une société construite après la Catastrophe. Chacun a sa place et celle de Kira était auprès de sa mère dans l'atelier de tissage où elle excellait dans son rôle d'ouvrière.
Convoquée au Palais du Conseil, seul vestige des anciens temps, Kira se retrouve devant les douze Seigneurs en tant qu'accusée. A ses côtés, Vandara l'accusatrice convoite ses terres. La malformée subit le jugement avec beaucoup de dignité et pour ne pas contrarier les Sages, elle accepte un défenseur en la personne de Jamison, un homme de la génération de son père.
Tout en reconnaissant son statut d'orpheline et d'handicapée, Jamison informe l'assemblée du don de Kira. Elle produit un tissage et des broderies d'une qualité exceptionnelle comme on n'en a jamais vu jusqu'à aujourd'hui. Son travail n'est pas simplement d'une finesse absolue, il est magique. L'étoffe vit, se remplit de lumière, danse, évoque des histoires…
Sauvée… Grâce à son don, Kira est épargnée. Jamison la prend sous sa tutelle, l'installe dans une chambre spacieuse du palais, riche d'un confort qu'elle n'a jamais connu, et lui confie une tâche. Pour débuter, on lui remet un ouvrage d'une rare préciosité. Elle le connait bien pour l'avoir vu tous les ans entre les mains de sa mère. C'est la robe du Chanteur qui raconte la genèse de son peuple avant la Catastrophe. La restauration des vieux fils passe aussi par l'élaboration d'écheveaux. La teinture est un art qu'elle ne maîtrise pas tout à fait et c'est chez Annabella, une vieille femme, qu'elle va poursuivre son apprentissage, à l'élaboration d'un jardin de couleurs ; entre fleurs et racines.
Voisin mitoyen de sa chambre, elle fait la connaissance de Thomas, un garçon de son âge doué pour la sculpture, qui passe son temps à produire des pièces de remarquables factures. Orfèvre talentueux, lui aussi entretient une parure du Chanteur ; sa canne.
Kira ne pouvait rêver d'avenir plus enchanteur ! Surtout lorsque Jamison autorise Matt et son chien Branch à s'installer avec elle. Matt est le frère qu'elle aurait aimé avoir, un gosse débrouillard, fidèle, qui joue a être son chevalier protecteur.
Retracer les dessins érodés, insuffler encore du nerf au tissage, n'est pas le seul objectif qu'on lui destine, et quand l'énigmatique Jamison lui en parle, transfiguré, elle en ressent toute l'exaltation. Elle va devoir écrire leur avenir. Sur un pan de la robe, vierge de toute trace, elle va entreprendre la vision de leur monde ; l'actuelle et la future.
Chez Annabella, Kira se passionne pour la science des teintes dont une est difficile à trouver, le volubilis qui donne le bleu. Matt s'engage alors à le lui trouver et quitte l'enceinte protégée pour s'aventurer dans la forêt. Inquiète, Kira cherche l'amitié de Thomas et échange avec lui des confidences. C'est lors d'un de leurs rendez-vous nocturnes qu'ils perçoivent les pleurs d'un enfant dans les sous-sols du palais…
Pourquoi enferme-ton un enfant ? Quelle est cette malédiction qui semble frapper les enfants dotés d'un talent particulier ? Et si le palais n'était qu'une prison ? En cherchant des réponses à ses questions, Kira découvrira des secrets bien enfouis et la cruauté des Seigneurs qui les dirigent.
Ce livre est le deuxième tome d'une tétralogie dystopique qui débute avec « le Passeur ». L'auteur a imaginé un monde reconstruit après une apocalypse, qui subit la dictature des castes dirigeantes et honore la mémoire des anciens temps. Aucune faiblesse n'y est admise, le savoir n'est que parcimonieusement offert. Dans cette histoire, Kira ne sait pas lire et son univers ressemble à un royaume moyenâgeux avec sa société féodale. Si dans le premier tome les émotions n'étaient pas admises, dans cette suite (qui n'en est pas une), l'amitié, l'amour et la fraternité sont des sentiments tolérés. Moins angoissant que le précédent, mais tout aussi mystérieux, le scénario est plus subtil, moins dramatique, et laisse dans sa fin un espoir d'une vie différente. Alors que Jonas était seul, Kira a deux amis, on ne ressent donc pas le poids de la solitude.
« L'élue » est une belle histoire servie par des personnages très intéressants, ambigus, fourbes pour certains, courageux, intègres pour d'autres. L'intelligence de Kira est sa force, c'est ce qui lui permettra d'affronter les desseins les plus noirs. Au jeu des stratégies et des faux-semblants, elle vaincra.
De Jonas à Kira, on peut penser qu'ils vivent dans des communautés voisines et qu'un jour ils se rencontreront… Leurs mondes sont parallèles, communs, et les frontières pas si infranchissables.
Je vous recommande ce livre de la littérature jeunesse qui fut un plaisir de lecture et je me plonge prochainement dans la suite, « le Messager ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Malivriotheque
  09 octobre 2016
La jeune Kira vient de perdre sa mère, laquelle savait coudre à la perfection. Kira a hérité de ses dons, voire plus, et est recrutée par le Grand Conseil qui lui confie la tâche de réparer la gigantesque robe que porte le Chanteur lors de la cérémonie annuelle qui réunit tout le village. Si Kira, handicapée par sa jambe, se sent isolée, elle pense toutefois que sa chance a enfin tourné. Mais au fur et à mesure qu'elle accomplit son travail, Kira remarque des choses étranges...
"Suite" du Giver (Le Passeur en français), Gathering Blue reprend les codes de son grand-frère sans néanmoins aucunement l'aborder. Lois Lowry semble construire un univers qui regroupe plusieurs mondes dans lesquels les sociétés reposent sur des bases discutables. Ce tome est carrément moins philosophique que le premier et est plutôt soporifique avec ses détails souvent inutiles et ses répétitions lassantes. Aucune action intéressante ne se produit avant la moitié (ce qui, pour un bouquin jeunesse, est un problème puisqu'il faut quand-même pouvoir captiver nos chères têtes blondes sans trop tarder). D'autant plus que les brefs mystères soulevés ne sont pas transcendants et que la fin est carrément décevante. Et puis... Les problèmes générés par la communauté dans laquelle Kira vit sont à peine soulevés. On arrive à faire plus ou moins le lien avec le livre précédent, mais ça demande une grande part d'interprétation et surtout d'anticipation pas franchement innée chez des lecteurs de 10 ans. Sans compter qu'on peut dire au-revoir à l'aspect dystopique, carrément absent.
Au final, on ne fait que supputer que Lois Lowry est en train de construire quelque chose sur plusieurs romans. Mais ça, c'est toi qui dois te convaincre que c'est le cas. Y a donc plus qu'à espérer que les tomes 3 et 4 donnent un sens à ce deuxième livre. Parce que s'il n'y a pas de lien, alors cette histoire n'a aucun intérêt dans son unité.
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
JumaxJumax   12 septembre 2012
" La peur faisait toujours intimement partie de la vie des gens. Par ce qu'ils avaient peur, ils construisaient des abris, cherchaient de la nourriture, faisaient pousser des choses. Pour la même raison, ils emmagasinaient des armes, au cas où. Ils avaient aussi peur du froid, de la faim et de la maladie. Et des bêtes."
Commenter  J’apprécie          330
Iren40Iren40   22 mars 2015
Les brins de fils se mirent à lui chanter des espèces de chansons. Ce n'était pas des mots, ni des sons, mais une pulsation, un frémissement entre ses doigts. A croire qu'ils étaient vivant. Pour la première fois, ses doigts ne guidaient pas les fils, mais au contraire, leur obéissaient et allaient où ils voulaient.
Commenter  J’apprécie          130
DerouellacdiDerouellacdi   01 juin 2013
Le Chant était interminable, épuisant. Il racontait toute l'histoire du monde à travers les siècles depuis le commencement des temps. C'était un chant effrayant. Les récits du passé étaient pleins de guerres et de désastres. Lorsqu'il évoquait la Catastrophe, c'est-à-dire la fin de la civilisation, l'effroi de l'assistance atteignait son apogée. Des versets entiers parlaient de vapeurs fuligineuses et de gaz mortels, de grandes failles dans la terre, de gigantesques bâtiments qui s'effondraient pour être emportés par la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
zizzazizza   14 novembre 2014
- Maman?
Il n'y eut pas de réponse. Elle n'en attendait pas. Sa mère était morte depuis déjà quatre jours, et Kira savait que l'ultime souffle de l'esprit était en train de s'échapper à jamais. "Maman." Elle redit le mot tout doucement à ce qui, si mystérieux, s'en allait. Il lui semblait sentir sona dieu à la manière dont on peut sentir, le soir, le doux murmure de la brise.
Commenter  J’apprécie          70
DerouellacdiDerouellacdi   06 juin 2013
Les Seigneurs aux visages sévères n'avaient aucun pouvoir créateur. Mais avec leur force et leur ruse, ils avaient trouvé le moyen de dérober et de dompter les puissances créatrices des autres pour les mettre à leur service. Ils contraignaient les enfants à décrire le futur qu'il souhaitaient, eux, et non celui qui aurait pu être.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Lois Lowry (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lois Lowry
Vidéo de Lois Lowry
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

le passeur

Comment est appelé l'endroit ou vit Jonas

la ville
le conseil
la communoté

5 questions
392 lecteurs ont répondu
Thème : Le passeur de Lois LowryCréer un quiz sur ce livre
.. ..