AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330017880
160 pages
Actes Sud (29/03/2013)
3.21/5   7 notes
Résumé :
A Mexico City, une Emily Dickinson du XXIe siècle (agoraphobe et introvertie) raconte ses déboires de jeune éditrice à New York pour faire publier un obscure poète mexicain qui hanta le Harlem des années 1920. L'onde de choc de l'échec d'alors vient heurter l'apparente normalité d'une vie amoureuse et familiale qui se désintègre sous nos yeux.

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
traversay
  17 juin 2013
Où s'arrête la fiction et où commence la vérité ? Ou bien l'inverse. Une problématique vieille comme la littérature dont les auteurs aiment s'approprier toutes les subtilités, mise en abyme comprise. Dans le genre, la jeune romancière mexicaine Valeria Luiselli est particulièrement douée. Dans Des êtres sans gravité, ses intrigues sont excessivement poreuses, de plus en plus à mesure que le livre avance. Une ménagère à Mexico qui écrit un roman sur son existence quelques années plus tôt à New York. Travaillant pour un éditeur, elle découvre le poète mexicain Owen qui a vécu la bohème d'une vie américaine au côté de Garcia Lorca, entre autres . Elle comble les vides et lui invente un quotidien et des pensées intimes. Et puis, c'est le poète lui-même qui prend le relais et raconte … Bref, ça a l'air compliqué mais la souplesse de l'écriture de Valeria Luiselli rend l'entreprise plus qu'agréable à condition de se laisser aller et de dériver sans se poser (trop) de questions. Un talent prometteur que cette jeune romancière
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LaPresse   19 mai 2016
Valeria Luiselli écrit en apesanteur. Son roman est léger mais profond en même temps, à la fois drôle et sérieux.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Alice_Alice_   31 mars 2019
La bébé me regarde, sur sa chaise de bébé ; parfois avec ressentiment, parfois avec admiration. Peut-être avec amour, si tant est qu'à cet âge on soit capable d'aimer. Elle émet des sons qu'il sera difficile d'intégrer à la langue, quand elle apprendra à parler. Des voyelles fermées, des opinions gutturales. Elle a une langue qui ressemble à celle des drames de Lars von Trier.
Commenter  J’apprécie          50
Alice_Alice_   31 mars 2019
Dans cette autre ville, je vivais seule dans un appartement presque vide. Je dormais peu. Je mangeais mal et pas très varié. Je menais une vie simple, routinière. J'étais lectrice et traductrice dans une petite maison d'édition qui s'attachait à dénicher des "perles étrangères" - que personne n'achetait, en réalité, parce qu'elles visaient une culture insulaire où la traduction est abominée, car impure. Mais j'aimais mon travail et je crois que pendant un certain temps je l'ai bien bien fait. De plus, on pouvait fumer dans cette maison. J'allais au bureau du lundi au mercredi ; le jeudi et le vendredi étaient réservés aux recherches dans les bibliothèques. Le lundi, j'arrivais tôt et de bonne humeur, avec un gobelet en carton plein de café. Je disais bonjour à Minni, la secrétaire, et ensuite au chief editor ; il était le seul editor, mais il était le chief. Il s'appelait White. Je m'asseyais à mon bureau, je me roulais une cigarette de tabac blond et je travaillais jusqu'à tard le soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
art-bsurdeart-bsurde   28 octobre 2014
La seule chose qui subsiste de cette période, ce sont les échos de certaines conversations, une poignée d'idées récurrentes, des poèmes qui me plaisaient et que je relisais jusqu'à les savoir par cœur. Tout le reste est une élaboration postérieure. Mes souvenirs de cette vie là ne pourraient avoir plus de contenu. Ce sont des échafaudages, des structures, des maisons vides.
Commenter  J’apprécie          40
art-bsurdeart-bsurde   18 octobre 2014
Et je crois qu'en parlant, l'éloquence se réduit à ceci : savoir dire les choses sur le ton exact où on les a imaginées.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Valeria Luiselli (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valeria Luiselli
Valeria Luiselli: 2015 National Book Festival
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
320 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre