AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Roger Lescot (Traducteur)
EAN : 9782070285983
145 pages
Éditeur : Gallimard (08/05/1979)

Note moyenne : 3.76/5 (sur 327 notes)
Résumé :
FR : Pedro Páramo - histoire d'un tyranneau de la province mexicaine, reconstituée bribe par bribe à travers les dires de tout un village de fantômes qui furent les victimes de sa domination - réussit le rare miracle d'être un témoignage d'une vérité saisissante sur le Mexique profond, et de rejoindre, par-delà le Pacifique, les plus anciennes histoires de l'Orient, peuplées de revenants.

MX : Pedro Páramo refleja el drama de hombres y mujeres -siempr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  03 janvier 2018
Juan Rulfo est un trait d'union entre deux auteurs et deux univers qu'on n'aurait pas forcément tendance à juxtaposer, et pourtant… En effet, Rulfo, auteur d'un seul roman (celui-ci) et préalablement d'un unique recueil de nouvelles (Le Llano en flammes), a repris à son compte et digéré la technique narrative de William Faulkner. À mon sens, il l'a même améliorée.
Là où Faulkner nous engluait dans la mélasse avec Le Bruit et la Fureur, Juan Rulfo parvient lui à ne pas trop nous embrouiller, au prix d'une maîtrise stylistique impressionnante et réellement exceptionnelle. Il combine une kyrielle d'époques et de narrateurs différents de manière à construire un gigantesque patchwork parfaitement intelligible tout en conservant juste ce qu'il faut de nébuleux pour nous intriguer, sans nous déboussoler.
(Exercice où Faukner nous emberlificotait complètement en donnant vingt fois le même nom à des personnages différents ou trente-six appellations différentes à un même personnage sans jamais trop qu'on sache ni qui parlait, ni à quelle époque. le résultat était d'une très grande confusion et nécessitait souvent une ou plusieurs relecture(s) pour être parfaitement assimilé. Ici ce n'est pas le cas avec Pedro Páramo.)
L'autre univers auquel nous fait adhérer Juan Rulfo, c'est celui, ô combien différent de Gabriel Garcia Márquez et de son inénarrable Cent Ans de Solitude. La filiation est évidente et l'on comprend que Garcia Márquez ait pu être impressionné par la construction, le fantastique carrousel de Rulfo, mélangeant, intriquant, nouant fil à fil à la manière d'un oiseau tisserin réalisme et impressions, naturel et surnaturel.
On ne sait jamais trop si les personnages sont morts ou vivants, s'ils décrivent la " réalité " physique concrète ou seulement leurs visions, leurs rêves ou leurs fantasmes. Mais tous, tous, nous focalisent sur un même point : Pedro Páramo et son village, sa propriété terrienne de la Media Luna.
La Media Luna, une vallée fertile qu'on imagine entourée de hautes collines qui la séparent du monde extérieur, un microcosme, capable d'endurer… cent ans de solitude ! comme la Colombie de Garcia Márquez. Aussi, les règles à la Media Luna sont elles propres à la Media Luna, et les règles, c'est Pedro Páramo qui les édicte.
Pedro Páramo, c'est un gros propriétaire terrien d'avant la Révolution mexicaine. À lui tout appartient : sols et bêtes, femmes et hommes. Pourtant, tout n'a pas été facile pour lui, il est né avec pour seul héritage les dettes contractées par son père. Mais il est malin et roué comme pas un, le Pedro, et il saura y faire, notamment avec les femmes, pour racheter les dettes et agrandir toujours sa propriété.
Une femme, à ses yeux, vaut pour ses formes et sa dot, tout le reste ne l'intéresse pas. Il a couché avec à peu près toutes les villageoises et semé des gosses un peu partout sans les reconnaître, pour la plupart. C'est d'ailleurs le cas de notre narrateur, Juan, fruit des ébats de Páramo avec Dolores Preciado, avec laquelle il avait jugé bon de se marier car elle était la fille du créancier de son père. Une fois les dettes épongées et la propriété agrandie, il n'avait plus jamais jugé utile de s'occuper de Dolores et de son enfant. Il était reparti à la chasse, dans le but de contracter un nouveau mariage digne d'intérêt.
Évidemment, bâtir un tel empire local, cela n'a pas toujours roulé tout seul ; certains hommes n'étaient pas trop d'accord : il a parfois fallu jouer du muscle, ou du couteau, ou du pétard. Et pour cela, Pedro Páramo a su justement s'adjoindre les services de quelqu'un de persuasif, don Fulgor.
Bon, il ne serait pas souhaitable que je vous en dévoile bien davantage, vous dire par exemple que les sentiments de Páramo ne sont pas les mêmes pour toutes les femmes et qu'une, une seulement, mais une tout de même a su lui inspirer de l'amour, et quel amour…
Disons simplement que tous ces personnages nous dressent un portrait de Pedro Páramo, archétype du gros propriétaire terrien d'avant révolution et, si j'en crois certains articles du Monde diplomatique, mentalité pas totalement disparue chez les grands capitalistes de l'actuel Mexique.
Quant à la Media Luna, c'est l'archétype des latifundia mexicaines. Juan Rulfo nous y portraiture la psychologie, la sociologie villageoise du début XXème, toujours emmaillotée d'une épaisse gangue de religion catholique et de croyances, pour le coup, carrément païennes. La mort, la mort, la mort. Omniprésente, omnipotente, à telle enseigne que le squelette fait partie du folklore local ; on vit avec.
La limite entre le monde des morts et celui des vivants n'y est pas aussi étanche que chez nous : chacun peut y faire de fréquentes incursions dans le territoire de l'autre, soit en rêve, soit en transe et cela ne choque personne. C'est peut-être cela le réalisme magique, une vision de la vie où les esprits sont aussi présents et crédibles que les vivants, leurs injonctions, encore plus prises au sérieux, un peu comme pour les Grecs et les Romains antiques, très cartésiens sur certains points, absolument mystiques sur d'autres.
Ici, donc, la technique narrative à la Faulkner est tout à fait légitime car elle engendre nécessairement et presque mécaniquement un flou, mais ce flou est précisément l'impression que cherche à produire l'auteur, cette espèce d'insécurité du lecteur, qui ne doit jamais trop savoir si c'est du lard ou du cochon, si l'on nous décrit quelque chose de tangible ou si l'on est dans les arcanes d'une imagination quelconque. En ce sens, la technique narrative n'a ici rien de gratuit et elle se justifie totalement.
Pour d'autres auteurs, avec d'autres thèmes, cette technique me semble creuse, n'apparaît se fonder sur rien, si ce n'est le désir de faire un truc " bizarre ". J'ai le sentiment que le style, la technique, les artifices doivent toujours servir le propos, pas être plaqués a priori, juste être là parce qu'à ce moment précis l'auteur a eu envie de les employer. Chose qui, malheureusement, arrive souvent, même chez les plus grands.
En somme, de la bien belle littérature, héritière de Faulkner et annonciatrice de Garcia Márquez. Je ne suis pas absolument fan mais je reconnais sans peine que dans ce style, c'est remarquable. Gardez toutefois à l'esprit que ceci n'est qu'un avis, c'est-à-dire, bien peu de chose. le meilleur avis sera toujours celui qu'on se forge par soi-même, avec tout l'éventail de sa propre sensibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          955
palamede
  05 juin 2020
Juan Preciado, le fils de Dolores et Pedro Páramo a promis à sa mère d'aller à Comala voir son père. Sur la route un fils de Pedro lui annonce que leur père est mort. Puis une femme lui détaille la rencontre et la séparation de Pedro et Dolores. Pedro dont le fils Miguel, un voyou comme lui, devait disparaître avant son père et peser lourd lui aussi sur l'esprit de tous.
Au Mexique les âmes incarnées des défunts puisent leur réalité dans l'esprit des vivants. Pour qui est en quête de vérité elles racontent un passé qui trouble le présent, ouvrent des cieux d'azur ou d'eau comme des enfers brûlants. Par la grâce de la plume de Juan Rulfo, ces voix sont sans conteste puissantes, envoûtantes et inoubliables.
De l'ensemble de l'oeuvre de Rulfo, de seulement trois cent pages, Gabriel Garcia Márquez a dit : « C'est à peine moins ce que nous connaissons de Sophocle et à mon avis, destiné à durer autant. » Un avis que l'on ne peut que partager après avoir lu Pedro Páramo.
Challenge MULTI-DÉFIS 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          834
Gwen21
  05 septembre 2016
Qui est Pedro Páramo ?
Pour le narrateur, Juan Preciado, il semblerait bien qu'il s'agisse de son géniteur. Du moins, c'est la révélation que lui fait sa mère avant d'expirer, accompagnant cette confidence d'un appel à la vengeance qui donne le ton du récit.
Village de Comala, Mexique, années 20.
Dans un décor de western, où les montagnes laborieusement cultivées sous un soleil de plomb recèlent peut-être quelques mines d'or, et un contexte de révolution mexicaine, vivent quelques autochtones, sous la domination de Pedro Páramo, maître de la Demi-Lune, alliage convaincant du parrain de Palerme et du caïd de Santa-Fe.
Mais ces villageois vivent-ils réellement ou sont-ils seulement des revenants ? Une étrange malédiction semble peser sur les lieux. Le mystère est omniprésent. Un mystère que le lecteur cherche à percer en même temps que Juan Preciado, au gré d'une narration d'abord déroutante puis de plus en plus fascinante. Le temps semble aboli, figé dans cet espace désertique où naissent et meurent les générations successives.
Le récit s'articule à la façon d'un puzzle autour de séquences courtes mais efficaces. Comme dans un film de Quentin Tarentino, certaines scènes nous entraînent même vers un fantastique teinté à la fois d'humour et de drame, comme ces deux morts enterrés dans le même cercueil et qui tendent l'oreille pour saisir les plaintes des tombeaux voisins.
La mort.
Elle est l'axe majeur du roman. Ce thème cher au coeur des Mexicains - partie intégrante de leur culture - s'épanouit ici entre pragmatisme, superstition et surnaturel pour un voyage hors du commun qui m'a séduite.
Un dernier conseil : à lire d'une traite pour en saisir toute la saveur.

Challenge PETITS PLAISIRS 2016
Challenge MULTI-DEFIS 2016
Challenge Petit Bac 2016 - 2017
Challenge AUTOUR DU MONDE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          626
HORUSFONCK
  06 avril 2021
Homme de peu de lettres, Juan Rulfo a su me séduire dans cette lente valse des morts et des vivants passés.
Je suis entré dans ce roman et m'y suis laissé porter par sa musique particulière. Un air fait de violence, d'injustice et de fatalité qu'accompagne la pluie et la poussière.
Et Pedro Paramo? Un être mauvais qui connaitra son lot de tourments. Une sorte de démon ordinaire sous lequel défilent les femmes (sauf une, celle qui lui échappe, la seule essentielle à ses yeux et à son coeur) et qui se joue des révoltes.
Dans ce microcosme mexicain, les voix se font entendre et les morts surgissent, passent, si réels et tangibles. le temps s'étire, transpire et la terre est lourde. Une fenêtre s'éteint et, peu après, le roman se termine.
Je sors de Pedro Paramo, comme d'une sorte de songe à la fois clair et effiloché... Mais, à la différence notable du songe, je pourrai revenir dans Pedro Paramo réécouter ces orgues étranges aux sons si preignants.
Que dire de plus, sinon qu'un tel livre il faut bien le lire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
JacobBenayoune
  24 octobre 2013
Ce court récit est l'un de ces romans très courts qui nous laissent perplexes et décontenancés par leur forme, leur force, leur profondeur et leur singularité; comme un certain roman de Camus "L'Etranger" ou "Les carnets du sous-sol" de Dostoïevski. Ce roman va être une source d'inspiration pour toute une génération de romanciers sud-américains (Garcia Marquez, Fuentes ...) comme étant l'un des premiers romans du "réalisme magique" dans le continent. L'histoire est assez simple: un fils retourne dans son village natal pour chercher son père (qu'il ne connait pas et qui s'appelle Pedro Paramo) après la mort de sa mère. Or, la composition du roman nécessite beaucoup d'attention car la chronologie est bouleversée surtout lorsqu'il s'agit du passé du père tyrannique qui gouvernait ce petit village jadis paradisiaque et qui est désormais un village abandonné et sinistre. En plus les personnages que rencontre le fils dans le village sont étranges; des morts; un village de morts, de fantômes que ni le lecteur ni même Juan le fils ne peuvent s'assurer de leur vie ou mort (jusqu'à une étape avancée du roman). Le talent de Rulfo nous fait vivre cette perplexité et ce vide dans le village. Ainsi le héros et le lecteur avancent dans le doute et l’ambiguïté d'où le plaisir de cette lecture.
Pedro Paramo est un roman inépuisable sur la mort, la religion (et la croyance des villageois) et le pouvoir tyrannique d'un cacique. Un roman plein de murmures où même la terre dégage des bruits de morts (cette image m'a rappelé un vers de Khayyam où il dit : « Il faut marcher délicatement sur cette terre pleine de yeux enchanteresses »; et l'on sait que ce vers était une version d'un autre vers du poète arabe aveugle Abou El Ala : « Ralentis ton pas car je crois que cette terre est faite de corps ») : et voici un extrait du roman contenant cette image:
« Ce village est plein d'échos. Ils semblent avoir été reclus au creux des murs ou sous les pierres. Quand on marche on a l'impression qu'ils vous emboîtent le pas. On entend des craquements. Des rires. Des rires très anciens, comme lassés de rire. Des voix usées d'avoir trop servi. On entend tout ça. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          496

Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   04 mars 2018
T'en souviens-tu, Justina ? Tu avais rangé les chaises le long du couloir pour que les gens qui viendraient la voir puissent s'asseoir en attendant leur tour. Elles sont restées inoccupées. Ma mère est restée seule au milieu des cierges, avec son visage blême, ses dents blanches qui se montraient à peine entre ses lèvres violacées, durcies par la mort livide, ses cils désormais tranquilles et tranquille aussi son cœur. Et toi et moi, qui n'arrêtions pas de prier, sans qu'elle pût rien entendre, sans que nous pussions rien entendre, car tout se perdait dans la nuit avec le tumulte du vent. Tu as repassé sa robe noire, en empesant le col et les poignets pour que ses mains aient bel air une fois croisées sur sa poitrine morte ; sa vieille poitrine tendre sur laquelle j'ai dormi un temps, qui m'a nourrie et a palpité pour bercer mes rêves.
Personne n'est venu la voir. Ç'a été mieux ainsi. La mort ne se distribue pas comme si c'était un bien. […]
Et tes chaises sont restées inoccupées jusqu'à l'heure où nous sommes allées l'enterrer avec ces hommes à gages qui suaient sous un fardeau qui n'était pas le leur, étrangers à tout chagrin. Ils ont entouré la fosse ouverte de sable mouillé ; ils y ont descendu la bière peu à peu, avec la patience de leur métier, dans un vent qui les rafraîchissait après l'effort. Les yeux froids, indifférents, ils ont dit : « Ça fait tant. » Tu les a payés comme si tu faisais un achat quelconque, en dénouant ton mouchoir mouillé de larmes, tordu et retordu, dans lequel tu avais mis l'argent des funérailles…
Quand ils sont partis, tu t'es agenouillée à l'endroit où s'était trouvé son visage, tu as embrassé la terre et tu aurais bien pu y creuser un trou si je ne t'avais dit : « Partons, Justina, elle est ailleurs ; ici, il n'y a plus qu'une chose morte. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
PhilippeSAINTMARTINPhilippeSAINTMARTIN   28 septembre 2020
Je suis venu à Comala parce que j’ai appris que mon père, un certain Pedro Paramo, y vivait. C’est ma mère qui me l’a dit. Et je lui ai promis d’aller le voir quand elle serait morte. J’ai pressé ses mains pour lui assurer que je le ferais; elle se mourait et j’étais prêt à lui promettre n’importe quoi. «Ne manque pas d’aller le trouver, m’a-t-elle recommandé. Il porte tel prénom et tel nom. Je suis sûre qu’il sera content de te connaître.» Dans ces conditions, il a bien fallu lui dire que je n’y manquerais pas, et, à force de le lui répéter, j’y étais encore après avoir, non sans peine, détaché mes mains de ses mains mortes.
Auparavant, elle m’avait encore dit: «Surtout, ne lui réclame rien. N’exige que notre dû. Ce qu’il me devait et ne m’a jamais donné… L’oubli dans lequel il nous a laissés, fais-le-lui payer cher, mon enfant. – Je le ferai, maman.»
Mais je ne comptais pas tenir ma promesse. Du moins jusqu’à ces derniers temps, quand j’ai commencé à me remplir de rêves, à laisser les illusions grandir. C’est ainsi que je me suis bâti tout un monde autour de l’espoir qu’était pour moi ce monsieur appelé Pedro Paramo, le mari de ma mère. Voilà pourquoi je suis venu à Comala.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SachenkaSachenka   23 mars 2018
«Le temps doit avoir changé, dehors. Ma mère me disait qu'à l'arrivée des pluies, tout se remplissait de scintillements et de l'odeur verte des jeunes pousses. Elle me racontait comment montait la marée des nuages, comment ils se précipitaient sur la terre et la transformaient en lui donnant d'autres couleurs, ma mère... Elle qui a vécu son enfance et ses plus belles années dans ce village et n'a pas pu y mourir. Elle m'a envoyé ici à sa place. C'est étrange, Dorotea, je n'ai pas réussi à voir le ciel. Peut-être lui, au moins, est-il le même que celui qu'elle a connu.
- Je n'en sais rien, Juan Preciado ; je n'ai plus levé la tête depuis tant d'années que j'ai oublié le ciel. D'ailleurs, si je l'avais fait, qu'y aurais-je gagné? Le ciel était si haut et ma vue si basse que je m'estimais déjà heureuse de savoir où se trouvait la terre. [...]»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
si-bemolsi-bemol   29 janvier 2018
Là-bas, tu trouveras tout ce à quoi je tiens. L'endroit que j'aime. Où les rêves m'ont creusé les flancs. Mon village, dressé en pleine campagne, plein d'arbres et de plantes, tel un coffret dans lequel on aurait serré ses souvenirs. Tu verras que l'on a envie d'y vivre pour l'éternité. L'aurore et le matin, le midi et la nuit y sont toujours pareils, sans autres différences que celles que le vent apporte. Là, le vent change la couleur des choses, souffle sur la vie comme si elle n'était qu'un murmure, le simple murmure de la vie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Gwen21Gwen21   06 septembre 2016
- Et à propos, que devient ta mère ?
- Elle est morte, dis-je.
- Déjà morte ? Et de quoi ?
- Je ne sais pas. Peut-être de tristesse. Elle soupirait tout le temps.
- C'est mauvais ça. Chaque soupir est comme une gorgée de vie qui s'en va.
Commenter  J’apprécie          331

Videos de Juan Rulfo (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Juan Rulfo
1/10 Juan Rulfo : Pedro Páramo (France Culture / Le Feuilleton). Adaptation en dix épisodes de l'unique roman de l'écrivain mexicain Juan Rulfo. Diffusion sur France Culture du 11 au 25 juin 2012. Adaptation et réalisation : Laure Egoroff. D’après la traduction de Gabriel Iaculli. Conseillère littéraire : Emmanuelle Chevrière. Point de départ du roman : Sur une route désolée de l’état de Jalisco, au Mexique, un homme avance en direction d’un village nommé Comala. Il s’appelle Juan Preciado. Il accomplit une promesse faite à sa mère sur son lit de mort : partir à la recherche de son père, Pedro Páramo, qui autrefois les a abandonnés. Un bourriquier aux paroles énigmatiques accepte de le conduire jusqu’au village qui semble désert. Avant de disparaître, il révèle à Juan Preciado que Pedro Páramo, dont il peut voir se dessiner à l’horizon l’immense propriété, est mort depuis bien longtemps. Juan pourrait rebrousser chemin, mais il pénètre pourtant dans ce village abandonné où une très vieille femme, apparemment l’unique habitante de Comala, semble l’attendre. Elle lui laisse entendre que le bourriquier qui lui a indiqué sa maison est mort depuis des années. À la suite de cette femme, d’autres âmes vagabondes viendront à la rencontre de Juan pour lui raconter l’histoire de son père, Pedro Páramo, le cacique du village qui régna en maître sur les terres et les âmes de Comala, et sema autant d’enfants que de morts derrière lui. 1er épisode Jacques Bonnaffé : Le narrateur Bernard Bouillon : Le bourriquier Abundio Eric Charon : Juan Preciado Henri-David Cohen : Pedro Páramo, enfant Marie Daude : la grand-mère de Pedro Nita Klein : Dona Eduviges Denis Lavant : Pedro Páramo Marie-Christine Letort : la mère de Pedro Frankie Pain : la villageoise Emmanuelle Riva : Dolores Fanny Touron : Susanna enfant Et les voix de : Myriam Ajar, Aline Alba, Sylvie Amato, Elsa Bouchain, Christine Braconnier, Andréa Brusque, Anne Cart, Paola Cordova, Isabelle Fruchart, Thierry Gary, Anna-Amélie Heintz, Danielle Lopès, Sofia Lopès, Odille Lauria, Marie-Anne Mestre, Seghir Mohammedi, Giovanni Ortega, Cédric Revollon, Emiliano Suarez, Manuel Ulloa. Bruitages : Sophie Bissantz Musique originale : Leon Milo Violon : Sébastien Surel Guitare : Arnaud Dumont Viole de gambe : Philippe Foulon Percussions : Florent Jodelet Flûtes : François Daudin Clavaud Equipe de réalisation : Philippe Carminati, Emilie Couët Assistante de réalisation : Cécile Laffon « Pedro Páramo » de Juan Rulfo est publié aux éditions Gallimard Remerciements à Juan-Pablo et Juan-Carlos Rulfo, à Gloria Saracho, à Victor Jimenez de la fondation Juan Rulfo, à Hugo Rodriguez, à Manuel Ulloa et à Ianis Guerrero pour leur aide dans la préparation de ce feuilleton. Source : France Culture
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
296 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

.. ..