AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021182392
720 pages
Éditeur : Seuil (16/10/2014)
3.78/5   27 notes
Résumé :
John Lyndon, alias Johnny Rotten, chanteur des Sex Pistols, créateur du groupe PiL, est une icône de la contre-culture, une icône de la musique, de la mode et de la politique. Ses chansons incendiaires God save the Queen et Anarchy in the UK ont fait de lui la cible des tabloïds et de mouvements anti-punks qui lui ont valu d'être molesté, jusqu'à recevoir des coups de couteau et manquer de justesse perdre un oeil. L'année 1977, il l'a passée quasi reclus, alors que ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
alberthenri
  01 août 2017
Je vais commencer ce billet en pinaillant un peu !
Le titre original est "Anger is an energy", soit littéralement "la colère est une énergie", quelqu'un , les traducteurs, ou plus probablement l'éditeur, a pensé que "Rage" était plus vendeur...
Le hic, c'est que le titre original, est une référence à une chanson du groupe PIL, "rise".
Avec la traduction, cette référence passe à l'as...
Enfin bref...
Quelques intégristes du Punk (ha ! ha !) auraient voulu, que Lydon soit pour toujours et à jamais le chanteur du groupe mythique et météoritique The sex Pistols....
Mais voilà, cela n'a jamais été le but de John Lydon.
Ce pur produit de la working class, fils d'un grutier d'origine irlandaise a très tôt fait preuve d'un esprit de révolte, mais aussi d'une curiosité et d'une grande ouverture d'esprit (musicalement parlant entre autres).
L'épisode Sex Pistols, qui l'a certes fait mondialement connaître, ne fut qu'un début (continuons le combat !) .
Période qui lui laissa une certaine amertume, en raison du très discutable manager Malcolm Mac Larren, et surtout de cette fuite en avant vers l'autodestruction de son ami John Simon Ritchie, alias Sid Vicious, devenu presque à son corps défendant l'icône ultime du No Future...
Mais John, ne resta pas sur une mauvaise impression, et avec cette fameuse énergie, se lança, avec des fortunes diverses dans d'autres aventures musicales avec son groupe Public Image Limited, et une brève reformation des Pistols, avec le bassiste d'origine que Mac Larren avant évincé pour placer le "gimmick" Sid Vicious.
La personnalité complexe, parfois empêtrée dans les contradictions de John Lydon, est une preuve supplémentaire qu'il ne faut pas s'en tenir à la surface des choses et des gens.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Ponna
  02 décembre 2015
John Lydon a été le chanteur des Sex Pistols, il est maintenant (depuis les années 80) celui de PIL. Il livre sa version de l'histoire du groupe le plus scandaleux du punk et règle ses comptes une fois pour toute, avec Malcom Mc Laren, manager peu scrupuleux et manipulateur du combo londonien.
Amateurs de littérature, passez votre chemin! Convenons-en, c'est écrit à la truelle, mais l'intérêt est ailleurs.
Jonnny Rotten est un type profondément libre et humain, curieux de tout et paradoxal, au point de se faire naturaliser américain, lui, le symbole du prolétariat urbain anglais!
Je me suis replongé dans la discographie de PIL avec bonheur; le dernier album vient de sortir, il est à l'image de son fondateur: tranchant et honnête!
Commenter  J’apprécie          80
Blackrosesforme
  27 août 2016
Ceux qui connaissent mal le parcours chaotique de Johnny Rotten, figure mythique du mouvement punk british 76, auront de quoi satisfaire leur curiosité à la lecture de ce pavé de plus de sept cent pages détaillant par le menu les tribulations d'une existence frappée du sceau de la rébellion. Quand l'aventure Sex Pistols prend fin en 78, John a déjà dû faire preuve d'une grande capacité d'adaptation puisqu'il a dû survivre à : une méningite à l'âge de sept ans, une enfance passée à Finsbury Park, quartier prolo du nord de Londres, des parents Irlandais, une presse tabloïd déchaînée, une opinion publique qui le prend pour l'ennemi public n°1, un Malcolm McLaren manager fourbe et trouillard, un groupe au sein duquel il s'est senti toujours exclu, la mort d'un ami, Sid Vicious. A croire que l'adversité est un moteur, la colère une énergie.
La formation PiL première période aura de quoi satisfaire sa hargne puisqu'il lui faudra affronter : un public de boeufs qui l'accuse de se renier et vient tout casser à chaque concert, une ambiance pourrie dans le groupe, encore, des relations difficiles avec Wobble et Levene, des labels successifs qui doutent de la réussite de la formation post-punk… Seule son aptitude à se réinventer, ne pas s'apitoyer, créer toujours, lui permettra d'atteindre une forme de sagesse toute relative. Ceux qui ont suivi de près la carrière du drolatique et brillant gentleman retrouveront, en creux, et à travers des détails moins connus (son amour indéfectible envers sa femme Nora dont il a élevé avec elle deux de ses petits enfants, le fait qu'il soit supporter d'Arsenal et qu'il adore la betterave, sa répugnance à se laver les dents et envers John Savage…), cette complexité qui colle au personnage, tout ce qui fait qu'ils aiment John Lydon. Un homme capable de se remettre constamment en question, d'une immense empathie envers ses faibles semblables. Un esprit libre qui ne renonce jamais, conscient de ses tares et de sa valeur, de son caractère difficile à suivre, qui se moque de l'opinion des bas du front et fonce, même si (surtout si) ses décisions doivent en heurter certains. Dommage que la traduction, un peu terne, ne rende pas complètement justice à son humour décalé et cinglant.
Lien : https://blackrosesforme.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Lilvm
  27 mars 2020
Un beau petit pavé très intéressant et souvent amusant qui met en avant un homme pour le moins singulier qui n'a pas peur d'avoir ses propres opinions et de les défendre. J'ai beaucoup aimé lire son histoire, de son enfance dans un milieu très modeste à ses aventures musicales tout autant fascinantes que chaotiques. J'ai toutefois trouvé que malgré la longueur du livre, certains sujets étaient vraiment survolés et que plus on avançait, plus John devenait vantard, surestimant son influence et la qualité de son oeuvre ou sous-estimant les autres groupes qui ont compté (ou comptent toujours). J'ai beaucoup apprécié le ton employé (qui s'apparente presque à une conversation), les références culturelles nombreuses, la manière dont la société anglaise de l'époque est dépeinte et le sens de l'humour mordant de John Lydon. le livre aurait toutefois peut-être gagné à être légèrement raccourci (ou mieux dosé concernant les passages sur lesquels on s'attarde).
Commenter  J’apprécie          20
gregostar77
  25 avril 2018
John Lydon aurait pu prendre le surnom, « Johnny Anger », tant la rage est le fil directeur et motivant de son existence. Il est issu d'une famille irlandaise, vivant dans un quartier prolétarien de Londres. Son témoignage est captivant, dans sa description de l'Angleterre conservatrice, ébranlée par la déferlante punk qui s'abat sur ses écrans et ses ondes. L'épopée des Sex Pistols sera courte. Mais, John Lydon poursuit son oeuvre artistique et subversive, avec son groupe Public Image Limited.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LePoint   21 octobre 2014
Johnny Rotten publie ses mémoires. Un récit lucide sur la tornade Sex Pistols et ce qu'il en reste.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
alberthenrialberthenri   16 mai 2017
Une fois elle [sa mère] a fait une fausse couche alors que j'étais seul avec elle dans l'appartement. On avait de la famille un peu partout dans le quartier, mais parfois, "t'es tout seul Jack". C'est pas rien de porter un seau de fausse couche-on peut voir les petits doigts, etc..-, et de le vider dans les toilettes du palier et de tirer la chasse.
On n'avait pas le téléphone, donc j'ai dû faire tout ça, avant d'aller chez le médecin à une trotte de chez nous.
C'était un sacré truc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
carrecarre   20 octobre 2014
Le look punk, c'est bon pour les climats plus froids. Quand t'es en tongs et en short, c'est très dur d'avoir l'air révolté.
Commenter  J’apprécie          563
Fanvin54Fanvin54   20 novembre 2014
Après un ou deux ans pourtant, deux chansons que j’avais écrites – « Anarchy in the UK » et « God Save the Queen » – ont tapé en plein dans le mille. Je tiens vraiment à remercier les bibliothèques publiques : c’est là que je me suis entraîné, que j’ai appris à balancer mes grenades verbales. Pour exprimer ma révolte, je ne jetais pas de briques dans les vitrines – je jetais des mots là où ils avaient du poids. Les mots sont importants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
marylinestanmarylinestan   24 octobre 2019
L’une des dernières fois que j’ai eu des nouvelles de Sid, c’est quand il est passé à Gunter Grove avec Nancy tard dans la nuit pour nous demander de l’argent pour sa dope. On a refusé d’ouvrir et il a défoncé la porte. Désolé, mais la police était nettement plus douée que lui pour ça. Finalement, Paul Young est descendu et les a chassés en brandissant une hache. Il ne voulait pas prendre de risque parce qu’il savait que Sid avait toujours un couteau sur lui. Soit dit en passant, si Paul avait une hache, c’était parce qu’il était charpentier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ToftakyToftaky   07 février 2017
"Vous savez, quand vous n'avez pas honte d'être vous-même, c'est la clé pour trouver des gens de qualité dans la vie - toujours trainer avec des gens qui n'ont pas honte d'être ce qu'ils sont, qu'ils soient lesbiennes, gays, hétéros, noir, blancs ou je ne sais quoi, paumés, malades mentaux, tordus ou juste tout à fait normaux. S'ils pensent ce qu'ils disent et sont ce qu'ils sont, c'est un environnement très réconfortant." John Lydon
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : punkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de John Lydon (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre