AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714475619
224 pages
Éditeur : Belfond (02/02/2017)
4.09/5   23 notes
Résumé :
" En fait, tout se passe bien. Comme dans un jeu macabre mais réglementé. Parce qu'à la fin personne ne meurt vraiment. "
Une étudiante prend un homme en auto-stop sur une aire d'autoroute, un soir de 31 décembre, et entraîne l'inconnu dans une fête au Havre. Le lendemain, elle apprend le meurtre sauvage d'une fille qu'elle avait aperçue au cours de la soirée.
Quelques années plus tôt. Laszlo est inscrit à la Sorbonne. Il sèche les cours et, au bistrot... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  14 février 2017
Je n'ai pas lu La petite Barbare, et je ne pense pas lire ce premier roman d'Astrid Manfredi. Ce qui m'a attiré dans ce second roman est le fait que l'action se passait au Havre - la couverture du roman évoque d'ailleurs à mes yeux la géographie de cette ville, détruite puis reconstruite. le roman se nomme "Havre nuit", il aurait pu s'appeler "Havre noir", tant le récit ne donne pas une image heureuse de cette ville.
Il est l'histoire de deux solitudes que rien ne vient réunir. Nous ne sommes pas dans un roman sentimental mais dans un roman policier noir et désenchanté, avec des aller-retours le Havre/Paris, pour les études, pour les enquêtes. Laszlo et Alice sont tout d'abord deux enfants que leurs mères n'ont pas su (ou pu) aimer. Laszlo n'a pas été désiré, il n'a même pas servi à retenir son père, mort jeune, comme une icône de papier glacé. La mère d'Alice, malade, s'est pendue quand sa fille avait sept ans, ne supportant plus les souffrances que sa maladie lui faisait endurer. Rien n'est pire pour un enfant que de comprendre qu'un de ses parents a choisi de le quitter volontairement. Et tout l'amour, sincère, de son père, n'a pas entièrement compensé ce manque, ce vide si présent.
La solitude de ces deux êtres qui se sont croisées, frôlées, qui se sont souvenus mutuellement l'un de l'autre leur vie durante nous est contée par un narrateur (nous découvrirons son identité à la fin du récit) omniscient et extérieur à l'intrigue. Celuic-i fait la jonction entre ses deux êtres qui n'ont pas pris le temps de s'aimer et de se le dire, promenant leur jeune étrangeté dans le Paris estudiantin - comme si un amour entre eux était possible. Aimer prend du temps, s'aimer, s'estimer soi-même aussi - si l'une reste, l'autre préfère la suite et la satisfaction de ses pulsions. le narrateur a de la tendresse pour eux, qu'il tutoie, du respect pour leurs parents respectifs, pour le père d'Alice, surtout, qui a trop de souvenirs pour parvenir à vivre avec eux.
Roman policier ? Oui et non, puisque nous connaissons le tueur, nous connaissons l'enquêtrice même si son milieu professionnel ne lui fait pas confiance, en tant que femme surdiplomée. Nous connaissons les victimes auxquelles le tueur ôte leur humanité. Nous connaissons les femmes qui ont été tuées par le biais d'Alice, qui essaie de leur rendre leur humanité, de reconstituer leur passé, leur rêve aussi. Plus qu'un roman policier, nous sommes quasiment dans une tragédie, tant le déroulement de l'intrigue semble inéluctable, Laszlo et Alice étant chacun prisonnier de ses pulsions, de ses névroses. A aucun moment, il ne semble possible, ni pour l'un, ni pour l'autre, (pour moi, les deux personnages sont liés) de suivre une autre voie. Et pendant que je l'écris, mon constat me semble très pessimiste, comme une nouvelle défaite pour les femmes.
Havre nuit, un roman noir et désespéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
shmileblik
  05 février 2017
Un style froid, télégraphique, des descriptions brèves d'actions successives. Et pourtant. Combien d'émotions se dégagent du récit! Un narrateur mais une alternance de points de vue qui nous donne à comprendre les enjeux d'une relation, ou plutôt d'un lien. Celui d'Alice et de Laszlo. L'aspect froid m'a parfois évoqué ce que j'avais apprécié dans Régis de James Osmont, mais, ici, je me suis laissée happée par l'océan qui frappe le Havre, le rythme des dockers, le rythme de la vie, les espoirs, les pertes, les déceptions et les rencontres. Chaque personnage est marqué à vif, et l'écriture incisive permet d'aller au fond des plaies de chacun.
La brièveté du roman lui sied à la perfection, un coup de coeur.
SP
Commenter  J’apprécie          140
Jazzynewyork
  10 mai 2017

" C'est ainsi que la pluie habitera tes pensées, noiera tes idéaux d'adolescent et tu seras pris d'une frénésie de poésie sous ce climat brumeux et crachotant. L'absence de fleuve rend la cité assoiffée de l'eau du ciel qui se répand avec assiduité sur vos têtes. Il n'y a rien à aimer dans cette ville à l'architecture aussi bilieuse que l'est l'âme de ses habitants. Rien à y rêver. "
Se balader au Havre, sur un air de Bashung et découvrir l'histoire d'amour impossible d'Alice et Lazlo sous la plume d'Astrid Manfredi.
" La nuit je mens, je prends des trains à travers la plaine ..."

Le Havre, ville sauvage à l'univers graphique, lieu idéal pour cette tragédie amoureuse contemporaine. le Havre témoin de cette idylle perdue d'avance.

L'adolescence, l'instant précis où les destins s'entremêlent, le moment propice au coup de foudre, les rencontres électrisantes, la naissance d'amour impossible.

Puis vient l'âge adulte, Alice et Lazlo, nos deux acteurs, ont pris des chemins différents et se sont éloigné davantage l'un de l'autre, tout en restant très proche par l'ironie du sort, l'un serial Killer et l'autre flic.
"Elles sont jeunes. Elles sont belles. Elles sont blondes. Elles sont mortes. Leurs anniversaires, elles les fêteront sans bougies et n'iront plus à la patinoire en hiver. Ni s'esquinter les orteils sur les galets. Elles ne pesteront plus contre le ciel nomade du Havre interdisant le bikini à la plage...
Leurs mères les pleureront un temps. Mais des mômes,elles en auront d'autres. Alors Il faut bien accepter les coups durs et élever ceux qui restent avant de les laisser partir. Toujours trop tôt. Au cimetière, les jeunes filles reposeront sous des tombes blanches où leurs copines déposeront des roses. Certaines s'épancheront. D'autres non. "

À travers des flashbacks très cinématographiques, de courts chapitres très séquencés, avec une poésie en toile de fond et un romantisme noir, Astrid nous offre un magnifique récit sombre, aussi touchant que glaçant.
Sa plume est noire, tranchante, acérée, tout comme " La Petite Barbare "
Un style d'écriture qui n'appartient qu'à elle, où la violence bouleverse les âmes et les corps tout en poésie. Un style qui griffe, qui écorche, qui intrigue et met en lumière des destins sombres.
" C'est dans la nuit du 31 décembre que le collègue t'appelle. Les douze coups de minuit ont sonné depuis un bail Et l'ennui a plombé ta soirée. À poil sur le lit, tu reluques le cuir de tes escarpins. Tu es seule. Personne à contacter. Amère à boire ta tragédie. À te perdre dans la contemplation des breloques du lustre. Tu as prévu un stock d'oubli alcoolisé, car tu sais que cette nuit sera la plus longue de l'année. Que des constats inquiètants se feront. Alors que tu es affalée entre des draps douteux, ton lit se transforme en goélette à souvenirs. Tu actionnes les voiles pour que filent les heures. "

Havre nuit, tantôt touchant, tantôt bouleversant, tantôt effrayant mais toujours poétique, du romantisme noir de toute beauté.
" La nuit je mens, je prends des trains à travers la plaine."
Astrid Manfredi
Astrid Manfredi est née le 4 novembre 1970. Elle a suivi des études de littérature française à l'Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Elle a créé le blog de chroniques littéraires Laisse parler les filles. Elle intervient ponctuellement pour le Huffington Post, toujours autour de la littérature. Havre nuit est son deuxième roman après La Petite Barbare, tous deux publiés aux éditions Belfond .
La Petite Barbare a reçu le prix Régine Deforges du premier roman en 2016.


Merci à Camille et aux Éditions Belfond pour cette lecture sombre et brillante.
Lien : https://dealerdelignes.wirdp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
feemandine
  22 juin 2018
Une étudiante prend un homme en auto-stop sur une aire d'autoroute, un soir de 31 décembre, et entraîne l'inconnu dans une fête au Havre. le lendemain, elle apprend le meurtre sauvage d'une fille qu'elle avait aperçue au cours de la soirée. Quelques années plus tôt. Laszlo est inscrit à la Sorbonne. Il sèche les cours et, au bistrot, observe une étudiante penchée sur ses cours de criminologie. Laszlo est amoureux mais c'est avec d'autres filles à la peau diaphane qu'il passera ses nuits. Il n'oubliera jamais Alice, devenue inspectrice. A défaut de la posséder, il laissera sur ses scènes de crime ce que seule Alice pourra trouver.
Même si ce roman commence par un meurtre, ce n‘est pas vraiment un roman policier, il s'agit plutôt d'un livre psychologique. En effet, la personnalité des personnages est mise en avant, en particulier Alice et Laszlo qui sont tous deux solitaires et en marge de la société. C'est un texte rédigé à la seconde personne qui nous plonge directement dans la peau des personnages. Passant d'un protagoniste à l'autre, il se plait à nous exposer leur état d'esprit.
L'écriture réfléchie et poétique demande un petit effort de lecture mais auquel on s'habitue vite. L'auteur rédige en phrases courtes, incisives, fortes et directes créant une atmosphère un peu lourde.
Les « histoire d'amour finissent mal en général » et ce roman en est la parfaite illustration. Il s'agit d'un roman intéressant que j'ai apprécié lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
croc1706
  21 février 2017
Havre nuit est définitivement un roman inclassable. Présenté comme un polar, il s'agit plus d'un roman sociétal racontant l'amour impossible entre deux êtres profondément détruit par la vie.
D'un côté Laszlo, étudiant brillant met tueur en série à ses heures, de l'autre Alice, policière. A travers ses crimes ils se parlent , communiquent , se comprennent.
"Havre Nuit" séduit par la puissance évocatrice de la plume de son auteur. Il est passé maître dans la description des âmes humaines , nous plongeant à sa suite dans leurs coins les plus sombres. C'est sombre , c'est douloureux , mais ne cherchait pas ici un polar en bonne et due forme, vous seriez déçu. Les points de vue , rapidement alterné, donnent l'élan à ce récit qui très court, se dévore sans pause.
Cela reste un excellent roman que j'ai pris grand plaisir à découvrir, pour la qualité de ces personnages et l'aspect psychologique de leur relation.
Lien : http://livresforfun.overblog..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
shmileblikshmileblik   04 février 2017
Un matin, alors qu’il ronronne tranquille, tu parviens à l’attraper et à l’introduire dans un carton aux renforts épais. À le recouvrir de papier bulle et à ficeler le carton solidement. Bien qu’encore de constitution frêle, une force herculéenne s’empare de toi et tu déplaces le carton dans l’escalier en vérifiant qu’aucune commère ne t’observe. Sur cinq cents mètres, tu traînes le colis jusqu’à la voie ferrée et laisses choir sur les rails cet animal destiné dorénavant à la seule compagnie ferroviaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BibaliceBibalice   18 mars 2017
Le loyer devient vite trop coûteux et vous devez vous exiler là où l'on veut encore de vous. C'est-à-dire à l'arrière. C'est à dire en province.

Tu y grandis sous une pluie torrentielle. Celle des larmes de ta mère.
Commenter  J’apprécie          40
BibaliceBibalice   18 mars 2017
S'aimer de cette façon ça devrait donner un accès direct à la sainteté.
Commenter  J’apprécie          80
shmileblikshmileblik   30 janvier 2017
Elle est belle dans son genre. Lèvres rouges et paupières abîmées par l’absence de sommeil.
Commenter  J’apprécie          60
AlineeAlinee   30 mai 2017
Cette attente entre vos deux chairs prend des allures de supplice. Mais tu sais qu'elle ponctuera chacun de vos rendez-vous. Sans que tu en comprennes pour autant la raison.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Astrid Manfredi (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Astrid Manfredi
Astrid Manfredi - Havre nuit .À l'occasion de Livre Paris 2017, Astrid Manfredi vous présente son ouvrage "Havre nuit" aux éditions Belfond. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/1908086/astrid-manfredi-havre-nuit. Notes de Musique : Kai_Engel_-_09_-_Denouement. Free Music Archive Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : nevroseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Astrid Manfredi (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2143 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre