AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Thérèse Desqueyroux (140)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Carosand
  22 novembre 2012
Thérèse Desqueyroux, femme immorale incontestablement, on a du mal à vouloir la défendre et pourtant on voudrait pouvoir la comprendre. L'hypocrisie sociale et familiale du milieu qu'elle occupe lui refusant la liberté de mouvements et surtout le droit d'aimer l'aura menée à l'irréparable, voulant fuir la cage dorée qui s'est dressée autour d'elle, un des barreaux devait inexorablement céder pour qu'elle accède à sa propre existence.
Aurait elle dû rentrer dans le rang comme la plupart de ses congénères et sacrifier ses espérances ou choisir l'acte suicidaire, tout comme Anna Karénine ? Il est des êtres qui préfèrent atteindre à l'anéantissement de l'autre, celui qui érige les frontières infranchissables de leur vie. Heureusement pour la société, les monstres tout comme les héros ne sont pas légion, la société peut régner.

Ce livre m'intriguait par sa renommée et son sujet. J'ai découvert l'écriture de François Mauriac atypique et rythmée entre les pensées et les dialogues qui viennent à se chevaucher donnant du rythme au texte. L'utilisation du style métaphorique permet un vocabulaire poétique et romanesque. A relire pour le plaisir du genre assurément.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          880
Kittiwake
  28 septembre 2013
Relire des années plus tard une oeuvre qui a laissé une trace fugace mais tangible est une expérience parfois déroutante , toujours fascinante. Y retrouver des fiches de lectures rédigées pour la circonstance et pour préparer le bac de français est encore plus saisissant. C'est ce qui s'est produit pour Thérèse Desqueyroux de François Mauriac.

Salué par la critique littéraire à l'époque de sa sortie, ce roman est une exploration de l'univers mental sombre et tourmenté d'une jeune femme, éprouvant une telle haine pour son mari et tout ce qu'il représente,, si loin de ses rêves de jeune fille, qu'elle va tenter de l'empoisonner. Les relations sociales de la famille et le souhait d'éviter à tout prix le scandale lui épargnent le châtiment qu'elle aurait mérité, si la justice avait suivi son cours habituel. Après le non lieu, sur le chemin du retour Thérèse revient en un long monologue sur son parcours, dans une tentative désespérée de construire une défense et obtenir le pardon de son mari. C'est l'occasion pour le lecteur de comprendre l'état d'esprit de la jeune femme. Arrivée à destination , le dialogue s'avère impossible et la punition tombe : la séquestration et le maintien paradoxal d'une image de couple uni, une fois par semaine, à l'église. L'histoire se complique d'une autre idylle amoureuse, celle de la belle-soeur Anne, qui est aussi l'amie d'enfance de Thérèse. Anne est elle aussi contrainte à accepter un mariage de raison, alors qu'elle a jeté son dévolu sur un homme infréquentable. Thérèse sert d'intermédiaire au risque de perdre son amie.

L'histoire, inspirée d'un fait divers authentique est évoquée du seul point de vue de Thérèse et l'auteur s'est glissé dans la peau du personnage pour construire le récit. Il en résulte une galerie de personnages sans nuances, analysés uniquement par le prisme du regard négatif de la jeune femme. L'auteur n'en est pas pour autant indulgent : Thérèse est très centrée sur elle-même, dénuée d'instinct maternel, et prête à trahir son amie. Pourtant l'on ressent sa profonde détresse dans une société rigide, au sein d'une famille qui cultive le secret depuis des générations.

C'est le portrait d'une jeune femme égarée, désorientée par la perte de ses illusions. Chaque tentative d'évasion plante autour d'elle des barreaux plus serrés. A moins que l'épilogue soit une fenêtre enfin ouverte, mais lourd est le bagage....Victime ou coupable?

Faut-il prendre le risque de voir la version cinématographique récente?....
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          621
Cath36
  27 octobre 2011
J'ai eu envie de relire un des rares romans qui m'ont passionnée durant mes années lycée, tout en me disant que ce livre était sans doute maintenant un peu démodé compte tenu de l'évolution des moeurs et de la société. Eh bien non, en effet ce texte n'a pas pris une ride. Dénonçant les tares de la bourgeoisie de province (ici bordelaise) et ses enfermements délétères avec une virulence tourmentée que n'aurait pas désavouée Bernanos, Mauriac analyse les méandres du coeur humain avec une lucidité qui rappelle également Balzac, en plus noir. (Pour le côté obscur, voir qui vous savez...). Thérèse Desqueyroux est une maudite, une empoisonneuse ratée dont la bonne société bien-pensante -jusqu'au mari rescapé- se dépêche d'étouffer l'affaire . Mais qui, de cette société ou de Thérèse, est la plus criminelle ? Qui tue à petit feu et pratique la mort lente des âmes les plus vivantes et les plus rebelles ? Qui de l'empoisonné ou de l'empoisonneuse est le plus empoisonnant ? le poison n'est-il pas du reste un superbe symbole de ce qui détruit à petites doses ? (On en vient d'ailleurs presque à regretter que le mari s'en soit sorti, le roman eût été moins sombre...) Nulle rédemption apparente ne vient sauver Thérèse mais un abandon qui la renvoie à une irrémédiable solitude, thème cher à Mauriac. Solitude dans laquelle se trouve à la fois nos pires démons et nos possibilités de les combattre.
Il n'y aura pas de rédemption pour Thérèse, parce que la rédemption passe par le pardon accordé et que son mari et la société le lui dénient, sans même être capables de comprendre ce qu'elle leur demande, la plongeant dans une nuit dont elle ne sortira que par la mort (cf "La fin de la nuit"), dans l'espérance d'un hypothétique et autre Pardon.
Bourreau DU coeur, Mauriac l'est bel et bien. Ecrivain complexe, pris par ses propres ambiguïtés, tantôt les fuyant, tantôt les affrontant, il reste celui qui renvoie chacun d'entre nous à sa propre image avec la lucidité impitoyable d'un être exigeant face à la vérité, face à Sa vérité. Vraiment j'ai aimé cette redécouverte vécue avec plus d'expérience et de maturité, d'autant qu'une petite balade à Malagar ce week-end a largement contribué à enchanter cette expérience.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          531
lecassin
  01 octobre 2017
Persuadé de ne pas avoir lu « Thérèse Desqueyroux », découvert au format poche dans un des nombreux vide-grenier de l'été, je me lance. Très vite des images me reviennent… Non pas de Thérèse, mais du « décor » : ces évocations de la lande, des pins après la pluie, me parlent…
Sans doute une lecture recommandée en classe, trop tôt, de ce grand bouquin, d'un auteur important…

Thérèse, sur le chemin du retour du tribunal de Bordeaux où vient d'être prononcé un non-lieu dans l'affaire qui l'accusait de tentative d'empoisonnement sur la personne de Bernard, son mari, suite au témoignage à décharge de celui-ci ; les intérêts politiques et/ou familiaux des uns et des autres n'étant pas compatibles avec une condamnation.
Nous voilà plongés dans une histoire de riche famille provinciale comme il a dû y en avoir des quantités à l'époque où François Mauriac situe l'action… Enfin, l'action… Ou l'inaction plutôt, dans la mesure où la première partie du livre se situe sur le retour du tribunal et nous plonge dans les pensées de Thérèse : comment présenter à Bernard, son mari, ce qui ne pourra être qu'une confession ; tout le monde la sait coupable… Inaction toujours alors que son mari la séquestre, par vengeance.
Vient se greffer dans cette histoire une sombre histoire de mariage arrangé concernant la propre soeur de Bernard ; une histoire édifiante sur les pratiques de l'entre-deux guerres en province : la terre, la terre…

Au final, c'est toujours pour moi une grande joie de me plonger dans cette prose classique et tellement évocatrice d'images, de sons et d'odeurs de la pinède après (ou pendant) la pluie. Ajoutons à cela l'étude minutieuse d'une personnalité peu commune comme celle de Thérèse, ou trop commune comme celle de Bernard… Un petit livre qui ne se lit pas aussi vite qu'on pourrait le croire tant il est dense…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
Gwen21
  27 août 2019
Coup de coeur frôlé de près pour ma première rencontre avec l'Académicien français François Mauriac. Son célébrissime roman noir "Thérèse Desqueyroux" a beau n'être guère plus épais qu'un cale-porte, son récit est d'une intensité rare.

J'ai été happée, comme fascinée, par cette figure de femme au comportement schizophrénique mais qui échappe à la folie par sa grande humanité et sa quête de sens. Les pulsions meurtrières qui la font attenter aux jours de son mari, un être qu'elle comprend détester le jour même de leur union, ne trouvent pas leur justification sous la plume de l'auteur mais bien dans le regard du lecteur qui devient juge à son corps défendant et doit se fier à ses propres sentiments et à ses opinions pour absoudre ou condamner Thérèse.

La force du récit vient également du style impeccable de François Mauriac. Impactant et sobre, il sert à merveille la narration ; cette dernière nous entraîne en peu de descriptions à travers les Landes, dans les pinèdes surchauffées où menace l'incendie. L'atmosphère oppressante est parfaitement rendue par le peu de personnages mis en scène ; on étouffe aux côtés de Thérèse, on étouffe à sa place, on étouffe de sa vie imposée.

Il y a quelque chose de "Madame Bovary" dans "Thérèse Desqueyroux" et aussi quelque chose de "Thérèse Raquin", deux autres monuments littéraires. On ressent très vivement les émotions, les attentes et les désillusions de chaque protagoniste. Et si l'on ne peut dire que ce roman est haletant, du moins est-il marquant.


Challenge XXème siècle - Edition 2019
Challenge MULTI-DÉFIS 2019
Challenge Nobel (sans limite de temps)
Challenge XXème siècle (sans limite de temps)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
Ambages
  15 juillet 2020
« N'éprouves-tu jamais, comme moi, le sentiment profond de ton inutilité ? Non ? Ne penses-tu pas que la vie des gens de notre espèce ressemble déjà terriblement à la mort ? »

Je suis une femme qui se cogne la tête. Depuis si longtemps. Je suis un être. Une branche morte. Quelques frissons parcourent mon corps à de rares moments (Anna, un vent frais, une pluie tourbillonnante ou une simple photo en noir et blanc, des couleurs de deuils, de mariages, c'est selon) mais qui ne suffisent pas à me faire sentir vivante. Ou bien, est-ce dans le regard des autres que je vois la mort, cette mort qu'ils me renvoient et qui se colle sur ma peau. Qui devient mon masque. Qui m'étouffe. Jusqu'à ce que je la vomisse et la rende à celui qui m'est le plus proche. Malaise pendant cette lecture. Je ne trouve pas de réponses, je reste comme Bernard, en suspens. Thérèse ne donne pas de réponse, Thérèse n'en a pas. Elle cherche, se cherche. Se perd dans le brouillard. Et pourtant il y a bien une flammèche qui veut reprendre, qui ne tient qu'à peu mais qui suffit à maintenir un souffle de vie dans ce corps, cette chair qui ne veut pas mourir. Esprit déjà mort depuis longtemps, depuis toujours ? Rien ne pouvait lui convenir dans ce patelin, dans cette famille, aucune ligne de fuite. Juste la possibilité d'inventer, de s'inventer dans des songes. Une vie de cauchemar dont seul les rêves deviennent réalité. Responsable mais pas coupable. Non-lieu. La réponse à une non-existence
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          482
paroles
  27 septembre 2014
Qui est-elle cette femme qui n'est ni belle, ni laide mais dont on tombe sous le charme ? Sont-ce ses silences ou, au contraire, ses avis bien tranchés qui font d'elle une femme particulière.
En tout cas, c'est une femme qui raisonne et qui ne veut pas s'en laisser conter. Elle lit, s'instruit, réfléchit et pourtant, malgré ses idées progressistes et féministes pour l'époque, elle épousera quand même un gars de la lande très attaché à ses principes et à la famille. Alors mésalliance ?
On aurait presque de l'empathie pour cette femme incomprise par son entourage. D'abord déçue par ses amitiés, la petite Clara offre son amitié mais au compte-gouttes, par son mariage ensuite, son mari propriétaire terrien n'est séduit que par la conformité de sa position sociale et les liens conjugaux, dès le voyage de noces, se révèlent sans intérêt, et enfin déçue par son père qui ne rêve que de politique et de pouvoir et l'a toujours tenue éloignée de lui.
La vie n'est-elle que ça ? Une place toute prête dans un moule élaboré par les autres ? Non, Thérèse rêve d'autre chose. Autre chose qu'elle a du mal à définir mais qui ne correspond pas à l'image de la femme bonne ménagère et soumise à son mari. Et insidieusement et presque malgré elle, elle commencera à empoisonner son mari...

Son crime n'est en rien un crime passionnel. Thérèse n'est occupée que d'elle et de ses rêves de liberté. Folie, égocentrisme ? Je n'ai pas su trancher, sûrement un peu des deux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
LiliGalipette
  04 novembre 2011
Au sortir du procès pour tentative d'assassinat sur son époux, pour lequel elle a obtenu un non-lieu grâce au témoignage de la victime, Thérèse Desqueyroux rentre chez elle. « le cauchemar dissipé, de quoi parleront-ils ce soir, Bernard et Thérèse ? » (p. 29) Dans le train qui la ramène chez elle, à Argelouse, elle se remémore les conditions et raisons de son geste, ses errances et ses dégoûts. Ce voyage à rebours des souvenirs l'entraîne dans des passés plus ou moins proches et dans un présent imminent, aux allures de sentence, celle que la justice n'a pas rendue. Thérèse, désormais, ne connaîtra que sa chambre et les bois de pins. le reste de la maison lui est interdit.
Si Bernard Desqueyroux n'a pas voulu accabler son épouse, c'est avant tout pour sauver les apparences et préserver leur enfant, Marie. Cette enfant, Thérèse n'en voulait pas. « Elle avait compté les mois jusqu'à cette naissance ; elle aurait voulu connaître un Dieu pour obtenir de lui que cette créature inconnue, toute mêlée encore à ses entrailles, ne se manifestât jamais. » (p. 70) Dure et froide, Thérèse peut sembler sans coeur, mais elle bout en fait de passion contenue, passion qui ne peut pas s'exprimer à Argelouse. « Argelouse est réellement une extrémité de la terre, un de ces lieux au-delà desquels il est impossible d'avancer. » (p. 39)
Et puis il y a Anne, la petite-soeur de Bernard et l'amie d'enfance de Thérèse. La jeune fille se toque de Jean Azévédo, un homme dont les Desqueyroux ne veulent pas. de voir cette jeune femme, presqu'une enfant, connaître l'amour qu'elle n'a jamais approché, Thérèse mesure toute la vacuité de son mariage et tout l'ennui que lui cause son époux. Se débarrasser de lui semble si facile : « elle s'est engouffrée dans le crime béant ; elle a été aspirée par le crime. » (p. 99) La fin de l'histoire de Thérèse Desqueyroux n'en est pas vraiment une, c'est plutôt la banale continuité d'une existence morne.
François Mauriac s'est inspiré d'un fait divers pour créer le personnage de Thérèse. Cette femme à l'étroit dans un mariage sans saveur, plus passionnée pour la soeur de son époux que pour l'époux lui-même, est de la trempe des nouvelles héroïnes, celles qui puisent leur courage dans les bas-fonds. Contrairement à une Thérèse Raquin que sa victime venait hanter, Thérèse Desqueyroux n'a pas de remords. Elle trouve la justification de son geste dans le grand désarroi qu'est sa vie et dans le fossé où sont tombées ses aspirations.
Sous la plume de Mauriac, on croit lire un long article judiciaire. Dans un exposé tissé de souvenirs et de réflexions, il décortique le vrai crime de cette épouse provinciale. Elle n'est pas coupable d'avoir attenté à la vie de son mari, elle est coupable de ne pas s'accommoder d'une existence convoitée par beaucoup. Elle est coupable d'avoir osé ce que tant ne savent pas accomplir.
Si j'ai eu de la sympathie pour cette meurtrière inachevée ? Beaucoup ! Se débattre dans une vie étriquée comme elle l'ose, c'est méritant et courageux. Son geste, certes extrême, témoigne d'une passion dont manquent tant d'héroïnes modernes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
Allantvers
  14 mai 2015
Je découvre sur le tard « Thérèse Desqueyroux » et je suis extrêmement troublée par ce livre.

Troublée de retrouver mes sensations de lycéenne face à une de ces lectures « difficiles » d'auteurs du début du XXème au programme, qui m'ont presque tous à l'époque donné du mal : Proust, Malraux, Gide

Troublée face à ce style très travaillé, assez indirect, tout en allusions, dans lequel il est difficile de s'appuyer sur des repères solides.

Troublée par cette femme, Thérèse Desqueyroux, personnalité d'une profondeur si difficile à sonder. Femme brillante et non conventionnelle, emmurée dans une vie maritale sans horizon, sans espoir d'élévation intellectuelle, émotionnelle ou spirituelle, enfermée dans la maison landaise d'une belle-famille balzacienne (front bas, obsession patrimoniale, ligne de vie guidée par les convenances), même la pluie qui tombe sur la lande fait barreau, Thérèse Desqueyroux va tenter d'assassiner son mari. Ce n'est pas un crime passionnel, mais un empoisonnement muri, réfléchi, répété.

Troublée parce qu'il est difficile d'interpréter ce geste, dont je me suis demandé s'il tenait de l'exorcisme, du divertissement pascalien, de la tentative d'évasion ou de la vengeance, ou de tout cela à la fois.

Un trouble qui se poursuit après avoir refermé le livre sur l'acuité et le désespoir du regard de cette femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
lecteur84
  04 avril 2014
Un livre très profond qui tente de descendre dans les méandres de l'esprit humain de ses renonciations et envies, de ses espérances et révoltes...La morale, la justice, le bien le mal, tout ce qui fait qu'on peut être tourmenté malgré une vie en apparence facile aisée...F Mauriac va au coeur du sujet, et n'hésite pas pour son époque à remettre en cause une institution aussi bien établie que le mariage...On sent dans les mots la souffrance de Thérèse et en même temps sa volonté nue de liberté qui va la pousser au-delà du raisonnable....
Commenter  J’apprécie          310


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Thérèse Desqueyroux - François Mauriac

En quelle année a été publié le roman ?

1907
1917
1927
1937

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Thérèse Desqueyroux de François MauriacCréer un quiz sur ce livre

.. ..