AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809424874
96 pages
Éditeur : Panini France (13/06/2012)
3.86/5   38 notes
Résumé :
Le comic Kick-Ass, phénomène mondial qui a inspiré le film à succès de Matthew Vaughn, fait un retour fracassant ! Retrouvez la suite des aventures de Dave Lizewski, un adolescent ordinaire qui devient un super-héros. Il poursuit son entraînement en compagnie de la jeune Hit-Girl pendant que Red Mist forme une équipe de super-vilains. Un récit surprenant imaginé par Mark Millar (Nemesis, Superior, The Ultimates) et John Romita, Jr. (World War Hulk, Spider-Man).
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
sassenach
  13 décembre 2013
Dave Lizewski est un adolescent comme beaucoup : il va au lycée où il a quelques potes mais où il s'ennuie, est amoureux d'une fille qui ne le regarde même pas, adore lire des comics et vit seul avec son père depuis que sa mère est morte d'une rupture d'anévrisme. Mais sa vie ne le satisfait pas : il voudrait être un super-héros et décide un jour de passer à l'action en se trouvant une tenue adéquate et en patrouillant la ville de New York. Mais il comprend vite que la réalité est bien plus dangereuse que la fiction quand il se retrouve gravement blessé suite à une bagarre contre des voyous. Après sa longue convalescence, cela ne l'empêche pas de recommencer les patrouilles et cette fois, il tient tête à un groupe d'hommes et fait le buzz sur la toile, ce qui attire l'attention d'un autre super-héros : Big-Daddy et sa fille Hit-Girl, en lutte contre la mafia new-yorkaise …
Je fais un tir groupé sur la série Kick-Ass et son pendant Hit-Girl car les albums sont tous liés et il aurait dommage de les séparer. Bon, il reste encore un titre à paraître pour Kick-Ass car ce sera une trilogie (enfin, si on prend en compte uniquement les intégrales, sinon on obtient en tout 6 volumes, sans compte Hit-Girl) mais je ne vais pas attendre sa parution pour publier mon billet ! Je reviendrai ensuite le compléter quand les derniers volumes seront parus et que je les aurai lus. le titre me plaisait bien et le fait de voir des super-héros sans super pouvoirs ni super gadgets m'attirait beaucoup mais finalement, j'ai quand même été un peu déçue. J'ai tout d'abord trouvé les dessins un peu bizarres dans les proportions des corps, comme c'est souvent le cas avec les comics : les têtes sont parfois démesurées et me font penser aux bonshommes qu'on peut mettre sur les tableaux de bord des voitures et qui remuent leur énorme tête. Forcément, ça porte plus à rire qu'à trembler ou à s'attacher aux personnages. D'ailleurs, j'ai trouvés ceux-ci plutôt pitoyables : leurs motivations sont vraiment peu glorieuses, même dans les gentils, et finalement, les seuls que j'ai trouvés crédibles et réussis, ce sont les méchants ! On pourrait penser que les auteurs voulaient raconter une histoire réaliste, avec des super-héros tout ce qu'il a de plus humain sans rien de super que leur envie d'aider les autres, mais on découvre vite que le réalisme n'est pas le but visé alors que c'était pourtant le postulat de départ (un super-héros humain et sans super pouvoirs). Il y a beaucoup de bagarres et de scènes sanglantes et ça ne me dérange pas mais bon, j'ai trouvé qu'elles tombaient souvent à plat, on ne tremble pas pour les personnages et on regarde l'action se dérouler d'un oeil détaché en se demandant quand est-ce que ça va se terminer. Les tomes de Kick-Ass 2 sont un peu plus intéressants car le phénomène des super-héros se développe dans la population et l'histoire s'étoffe un peu. Quant à Hit-Girl, le tome est là pour nous narrer ce qui s'est déroulé pour cette gamine surentrainée entre l'intégrale de Kick-Ass et celle de Kick-Ass 2 mais n'apporte pas grand chose de nouveau. Après ma lecture, j'ai pu voir le film Kick-Ass (basé sur la première intégrale) et je l'ai finalement préféré aux albums : les personnages sont moins pitoyables et il y a plus d'humour ! C'est une série qui se laisse lire pour qui ne rechigne pas à voir des scènes bien violentes mais j'avoue que ça ne me marquera pas plus que ça : les ficelles me paraissent trop artificielles et accrocheuses pour être vraiment efficaces.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
trust_me
  22 août 2012
J'avais beaucoup aimé le premier diptyque de Kick-ass, l'histoire de Dave, cet ado lambda qui décide de devenir un super héros. Évidemment, il n'a aucun pouvoir mais il décide quand même d'enfiler une tenue moule-burnes et de partir chaque soir défendre la veuve et l'orphelin. Évidemment, les choses se passent très mal et il reçoit une raclée mémorable qui l'envoie à l'hosto pour plusieurs mois. Pas découragé pour autant, il retourne patrouiller dans les rues et devient un phénomène sur Youtube. Son association avec Hit-Girl (une gamine d'à peine dix ans) et Big Daddy, eux aussi justiciers masqués, va le mener à un terrible affrontement final avec des sbires de la mafia au cours duquel Big Daddy est tué et Dave torturé. Secouru par Hit-Girl, l'adolescent semblait, après cet épisode sanglant, s'être rangé des voitures.
Au moment où s'ouvre ce nouveau volume, Kick-Ass reprend du service et entre dans une ligue de justiciers créée sur Facebook. En toute logique, Justice éternelle (le nom du groupe de Kick-ass) va engendrer des réactions négatives qui vont aboutir à la formation d'une équipe de super-criminels, les mégas-enfoirés (j'adore la poésie de ce nom !). Au final, l'affrontement entre les bons et les méchants va être ultra-brutal et ces super-héros ordinaires vont y laisser des plumes, c'est le moins que l'on puisse dire.
Nous voila donc repartis dans un nouvel arc narratif (une expression à la c… utilisée par l'éditeur) très très violent. Autant vous le dire tout de suite, cet album s'adresse aux lecteurs avertis qui n'ont pas peur de l'hémoglobine. le premier cycle donnait déjà dans le sanglant mais je pense que cette fois-ci un nouveau palier a été franchi. le problème c'est que le semblant de légèreté (tout est relatif !) et l'humour des volumes précédents a totalement disparu. Tout l'art des auteurs consistaient à mettre en scène avec truculence des super-héros comme vous et moi qui ne jouaient pas à faire semblant. Ici, le principe reste à peu près le même mais la verve et l'autodérision ont disparu. On donne dans le glauque, la violence gratuite et on grimpe sur l'échelle de l'innommable avec le plus grand sérieux. du coup, tout le plaisir de la lecture disparaît pour laisser place à un certain malaise. le voyeurisme morbide, très peu pour moi. Je ne doute pas que certains apprécient beaucoup ce genre de choses, ça ne me pose d'ailleurs aucun problème, mais personnellement je ne suis pas le bon public.
Une certitude, de mon coté, l'aventure Kick-Ass s'arrêtera là. Et si l'envie me prend de faire le plein de testostérone, je retournerais lire Doggy Bags. Au moins, je suis sûr d'y trouver mon compte.


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Noctenbule
  08 mai 2020
John Romita Jr. pouvait-il vraiment échappé aux clichés du genre? Et non, dans la ligue de pseudo super-héros, les femmes ont encore des vapeurs. Elles portent des maillots de bains très échancrés soit version SM ou soit version Wonder-Woman. Par contre, les hommes sont recouverts de la tête aux pieds. Car dans ce tome, il a pu laisser son imagination prendre le dessus car une grosse battle entre les méchants et les gentils pointent le bout de son nez. Alors autant commencer à présenter les vrais méchants, ceux qui n'ont aucun scrupule, aucune limite. Comme cette femme avec une jupe au ras de la raie des fesses et un bandeau pour tenir sa poitrine XXXXL. Sur le ventre tatouée on peut lire les CCCP. Son doux nom? Mother Russia, ancienne garde du corps de Vladimir Poutine. Quel talent d'inventivité avec quelques relents de la guerre froide. Tous les clichés du genre sont au rendez-vous. Les super-héros côté force du mal n'hésitent pas à dégainer leurs armes à feu pour tuer sans sommation. le code d'honneur est d'un autre acabit. Tu tues déjà et tu parles après. Ce n'est pas ça?  le niveau de violence augmente progressivement pour devenir assez intense voir intenable pour les âmes sensibles. Quand les gentils se vengent ça laisse quelques cadavres ou blessés de personnes coupables de vol, meurtre, détournement d'argent, prostitution... Mais quand les méchants se vengent c'est tout ceux qui se mettent sur leur passage qui paient le prix de leur vie. Aucune demi-mesure.
Mark Millar montre aussi la versatilité de l'opinion public. Car ces héros-ordinaires aident les plus démunis, on les applaudit. Et quand quelque chose tourne mal, personne ne cherche à comprendre ce qui se passe et on les déteste. Les gentils sont relégués au même rang que les meurtriers sanguinaires. La police ne fait aucune distinction et maltraite les gentils pour se venger de la mort de leurs collègues. On simplifie les choses et on s'en prend à n'importe qui, c'est plus facile. Un basique que l'on retrouve dans le racisme et tout ce que l'on ranger dans le même sac par rapport au rejet d'autrui. Cela se résume dans cette expression toute faîtes : la raison la plus simple est toujours la meilleure. La plupart des gens savent que c'est faux mais l'on ne peut rien contre une masse populaire qui réclame du sang pour satisfaire son égo et sa soif de voyeurisme. Une fiction qui a un goût amer de réalisme qui ne peut laisser insensible et nous empêcher de nous interroger. C'est peut-être pour cela que la touche d'humour du cycle précédent a disparu. On devient spectateur d'une violence gratuite dont on ne peut vraiment rien faire. Espérons que la suite change la donne avec un léger souffle d'espoir. 
Lien : https://wp.me/p1F6Dp-86P
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ElGatoMalo
  27 août 2012
Une fois que le cadre est posé - les deux premiers tomes-, il faut bien qu'il se passe quelque chose. C'est le cas : ça bouge. Plutôt pas mal dans le genre.
Les mises en page sont plus lisibles, les textes aussi et le coloriste fait des miracles pour donner de la profondeur et de la lumière aux dessins.
Vivement la suite !
Commenter  J’apprécie          90
Yvan_T
  19 novembre 2020
Succès commercial oblige : voici donc une deuxième saison de Kick Ass !
Le diptyque précédent montrait les débuts de Dave Lizewski, un lycéen comme les autres qui, s'inspirant des nombreux comics qu'il dévore, décide de franchir le pas et d'entrer dans la peau de ses idoles. Emballé par ses premières balades nocturnes sur les toits dans un costume confectionné main et excité par le simple fait de porter son déguisement sous ses vêtements civils, Dave décide de passer à la vitesse supérieure et de mettre un frein au crime dans la ville de New-York.
S'il a pu découvrir que la vie de super-héros est bien plus difficile que dans les comics, il n'en a apparemment pas encore assez, car il rempile pour une deuxième saison. Si l'arrivée de Red Mist lors du tome précédent permettait déjà à Mark Millar (Wanted, Old Man Logan, Civil War, Ultimates) de parodier les team-ups, il continue sur sa lancée en s'attaquant maintenant aux associations de super-slips, genre Avengers ou Justice League.
L'union faisant la force, Dave décide donc de rejoindre une ligue de super-héros afin d'encore mieux protéger les citoyens. Si Mindy n'est plus de la partie, ses entraînements ont cependant permis à Dave de devenir un meilleur combattant. le problème c'est que ses adversaires sont également légèrement plus coriaces et plus vicieux. Depuis l'apparition de Hit-Girl, cette jeune fille de onze ans qui transperce ses ennemis à coups de sabre sous le regard consentant de son collègue adulte, la violence avait décollée de façon exponentielle et Mark Millar rajoute à nouveau une belle couche. Cette véritable boucherie se retrouve encore amplifiée par les dessins dynamiques et riches en hémoglobine de John Romita Jr. Même si les dialogues de Millar continuent de faire mouche, l'envie de choquer semble malheureusement vouloir prendre le dessus sur la qualité du scénario… et il faut bien avouer que l'intrigue de ce deuxième cycle est un peu maigrichonne.
Un deuxième cycle probablement dispensable.
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
ActuaBD   27 septembre 2012
Là où le premier volume de la série se moquait ardemment des comics et de ses fans, Millar semble avoir poussé le curseur fort loin [...]. Car oui, en décrivant un meurtre d’enfants et un viol d’une mineure, Millar a franchi la ligne dangereuse de la provocation à tout prix.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   27 août 2012
DAVE :

- J'en ai trop marre de venir ici trois fois par semaine pour me faire démonter la tête

MINDY :

Ah ouais ? Et comment tu veux apprendre à te battre ? On n'est pas dans Karaté Kid, là. C'est pas en lustrant des voitures pendant un mois que t'auras ta ceinture noire.
Commenter  J’apprécie          50
OlivOliv   01 août 2012
Tous les parents veulent que leurs gamins soient normaux. Ils ont beau dire qu'ils aiment les voir briller, être au-dessus des autres. Mais apprendre à se fondre dans la masse est nettement plus utile, en termes de survie.
Commenter  J’apprécie          60
NicolasFJNicolasFJ   23 juin 2012
- Bon sang, Dave ! La drogue, encore, j'aurais compris ! Mais ça, c'est de la perversion ! Avec quel genre de gens tu traînes ?
- Des super-héros.
- Quoi ?
Commenter  J’apprécie          50
OlivOliv   01 août 2012
Il faut qu'on le traque... Et qu'on lui fasse regretter que son père se soit pas fini sur les nibards de sa mère. Il faut qu'on frappe vite, qu'on envoie un message à ces suceurs de pines... Faut qu'ils sachent que les super-héros de New York se laissent pas chier dessus.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Mark Millar (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
Jupiter’s Legacy | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : super-hérosVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
200 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre