AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Didier Coste (Traducteur)
ISBN : 2253153850
Éditeur : Le Livre de Poche (02/12/2002)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 15 notes)
Résumé :

La Vie trop brève d'Edwin Mullhouse, écrivain américain, 1943-1954, racontée par Jeffrey Cartwright : étrange titre pour un premier roman non moins étrange, écrit par un jeune Américain de vingt-neuf ans alors inconnu. Dès sa parution en 1975, cet ouvrage inclassable recevait le prestigieux prix Médicis étranger et révélait Steven Millhauser comme l'un des auteurs les plus singuliers de sa g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
PerdreUnePlume
  07 mars 2011
Biographie fictive du jeune Edwin Mulhouse, auteur méconnu du roman "Cartoon" et décédé à l'âge de 11 ans, par son camarade de classe et voisin Jeffrey.
Les premières années de ce qui serait sans conteste devenu un génie littéraire d'après le jeune biographe.
Il s'agit donc d'un roman, complétement fictif sous la forme d'une biographie d'un jeune romancier en devenir et écrite par son meilleur ami.
Le côté loufoque est donc évident rien qu'avec le quatrième de couverture mais on le retrouve au fur et à mesure du récit même si l'ambiance vient à changer en cours de lecture.
On démarre donc avec les premières années, par se familiariser avec le style de narration. le biographe autoproclamé est au final tout autant présent que son sujet puisque ces deux là, nés à quelques mois d'intervalle, ne se quittaient presque pas.
Pour autant, même si au travers du récit ressort un parfum d'enfance, le narrateur ne s'exprime pas comme un enfant (il aurait commencé la biographie à la fin de la vie d'Edwin, et terminé pour publication âgé de 29 ans) et parfois même de manière trop sérieuse. On sent au final un personnage qui même dans son comportement est de prime abord plus insolite que son sujet. Edwin est rêveur, tête en l'air, obsédé par des choses de son âge (puzzle, BD...) quand Jeffrey pose un autre regard sur la vie, se voit déjà biographe et voue un véritable culte à son ami.
Le récit de cette vie d'enfant vu par un autre a un aspect nostalgique (comme pour la Guerre des boutons ou le Petit Nicolas) mais qui reste contrebalancé par l'étrangeté de la situation qui est elle-même renforcée par de nombreux points : les enfants qui philosophent, le côté "génie" d'Edwin, un petit quelque chose d'effrayant dans le regard que porte cet enfant de 11 ans sur son sujet et sur le monde (comme si le prisme de l'enfance habituel était ici faussé).
De même les longues descriptions, certaines scènes inconséquentes viennent brouiller le tout ; jeu entre le regard de l'enfant de 11 ans et l'écriture du jeune biographe de 29 ans je suppose. le tout ne simplifiant pas la lecture.
Un autre résumé en 4ème de couverture évoque "un quelque chose de Kafka". Et je dois avouer que même si je trouve le terme un peu fort je ne trouve pour autant pas de meilleure définition.
Et "une ambiance un peu étrange avec des éléments invraisemblables dans un contexte atypique" c'est un peu long et c'est moins parlant :p
Je crois qu'en fait, on est face à un véritable "ovni littéraire" et que mis à part mes sensations de lecture je n'ai pas les outils pour classer, catégoriser ou comparer ce roman à rien d'autre.
[Mon avis complet dans la suite...]
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nadael
  07 mars 2011
Voici un livre plutôt étonnant autant par sa forme que par son contenu. Son véritable titre, à rallonge, surprend instantanément le lecteur, et attise il est vrai sa curiosité : La vie trop brève d'Edwin Mullhouse, écrivain américain, 1943-1954, racontée par Jeffrey Cartwright. Celui-ci nous livre donc sa biographie d'Edwin Mullhouse, son camarade de classe et voisin avec lequel il a tissé apparemment une grande amitié.
Dès le commencement, le lecteur sait qu'Edwin perdra la vie à 11 onze ans. La tension monte ainsi crescendo tout au long du roman, qui est organisé en trois parties disctinctes ; les années de jeunesse, les années de maturité et les dernières années. Dans la première partie, on assiste à une explosion de couleurs, des descriptions qui n'en finissent pas, une multitude de détails, très ennuyeux parfois. On sait tout de la petite enfance d'Edwin, un petit garçon très entouré, l'amosphère y est d'ailleurs plutôt joyeuse. L'ambiance des années de maturité fait plus penser à un clair-obscur, les choses dépeintes sont plus contrastées, les situations sonts moins drôles voir carrément dramatiques. On y parle d'école, de camarades de classes, de la découverte de l'écriture, des premiers chagrins d'amour, d'amitié et d'inimitiés. Les dernières années sont quant à elles représentées d'une manière très sombre, on a moins de description, on est plus dans les pensées des protagonistes. Mais surtout, on sent la fin tragique annoncée arriver et on la redoute. Les dernières pages sont assez angoissantes, les couleurs ont totalement disparu : Edwin et Jeffrey ne se rencontrent plus que la nuit lors de virées au clair de lune...
On sent très vite qu'Edwin est un sujet d'étude pour Jeffrey, il observe le moindre de ses faits et gestes, les relations qu'il entretient avec sa famille, ses peurs, ses doutes, il fouille dans les tous les recoins de son existence...on a l'impression que Jeffrey est constamment au côté d'Edwin jusque dans ses pensées, dans ses rêves. Il semble vouer un véritable culte pour ce garçon qu'il considère comme un génie, une personne à part, quelqu'un de fascinant, et qui a selon lui écrit un chef d'oeuvre : Cartoons. Pourtant, Jeffrey semble beaucoup plus avancé intellectuellement qu'Edwin...mais le biographe n'altère -t-il pas quelque peu la réalité, ne la déforme -t-il pas ? Edwin qui est censé être le personnage principal de ce roman est avant tout le sujet de la biographie, on pourrait donc se demander s'il ne serait pas instrumentalisé par Jeffrey : ce dernier façonnerait son personnage, lui indiquerait les directions à prendre, le manipulerait … ?
Lien : http://lesmotsdelafin.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PerdreUnePlume
  28 février 2011
Biographie fictive du jeune Edwin Mulhouse, auteur méconnu du roman "Cartoon" et décédé à l'âge de 11 ans, par son camarade de classe et voisin Jeffrey.
Les premières années de ce qui serait sans conteste devenu un génie littéraire d'après le jeune biographe.
Il s'agit donc d'un roman, complétement fictif sous la forme d'une biographie d'un jeune romancier en devenir et écrite par son meilleur ami.
Le côté loufoque est donc évident rien qu'avec le quatrième de couverture mais on le retrouve au fur et à mesure du récit même si l'ambiance vient à changer en cours de lecture.
On démarre donc avec les premières années, par se familiariser avec le style de narration. le biographe autoproclamé est au final tout autant présent que son sujet puisque ces deux là, nés à quelques mois d'intervalle, ne se quittaient presque pas.
Pour autant, même si au travers du récit ressort un parfum d'enfance, le narrateur ne s'exprime pas comme un enfant (il aurait commencé la biographie à la fin de la vie d'Edwin, et terminé pour publication âgé de 29 ans) et parfois même de manière trop sérieuse. On sent au final un personnage qui même dans son comportement est de prime abord plus insolite que son sujet. Edwin est rêveur, tête en l'air, obsédé par des choses de son âge (puzzle, BD...) quand Jeffrey pose un autre regard sur la vie, se voit déjà biographe et voue un véritable culte à son ami.
Le récit de cette vie d'enfant vu par un autre a un aspect nostalgique (comme pour la Guerre des boutons ou le Petit Nicolas) mais qui reste contrebalancé par l'étrangeté de la situation qui est elle-même renforcée par de nombreux points : les enfants qui philosophent, le côté "génie" d'Edwin, un petit quelque chose d'effrayant dans le regard que porte cet enfant de 11 ans sur son sujet et sur le monde (comme si le prisme de l'enfance habituel était ici faussé).
De même les longues descriptions, certaines scènes inconséquentes viennent brouiller le tout ; jeu entre le regard de l'enfant de 11 ans et l'écriture du jeune biographe de 29 ans je suppose. le tout ne simplifiant pas la lecture.
[Mon avis dans la suite...]
Lien : http://www.perdreuneplume.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
noursette
  11 mars 2011
Mon avis
Tout d'abord, je tiens à remercier sincèrement Blog-o-Book et les Editions du Livre de Poche qui m'ont donné la chance de lire ce livre au travers d'un partenariat.
Il est difficile pour moi de m'exprimer ici, parce que finalement, je me suis ennuyée durant ma lecture qui m'a paru interminable.
Ce qui est le plus étonnant, c'est que c'est ce qui m'a ravi dès le début, soit des descriptions monumentales et si bien faites, qui m'a lassé également.
Il faut le dire, l'auteur manie le mot avec brio, j'ai été plongé dans un monde où les mots valsent avec harmonie, douceur et facilité. Pour prendre la mesure de cela, il faut sans conteste le lire !
Néanmoins, j'ai trouvé que l'histoire de cet enfant, très bien scindée en trois parties, était bien longue.
J'en reviens aux belles descriptions, parce qu'il faut le relever, on ne peine à aucun moment à s'imaginer dans le décor des scènes décrites, je me suis surprise à m'y sentir parfois.
J'ai également été subjuguée pas le fait de ne jamais m'être rendue compte que l'auteur est un adulte. En effet, j'ai sans problème pu me glisser dans la peau de l'ami enfant puis adolescent d'Edwin.
Je le referme néanmoins sans regret.
Lien : http://leslivresunerevelatio..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ISK
  02 février 2016
Le pastiche porté au rang d'art. Tout simplement. C'est intelligent, extrêmement précis, absurde et brillant, et au-delà de "ce que ça raconte" qui a été largement développé ici, c'est également une profonde réflexion sur la place du biographe, la part de la postérité sur l'oeuvre et sa légende, l'amertume intellectuelle... un tour de force littéraire à nombreux niveaux de lecture!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
PerdreUnePlumePerdreUnePlume   07 mars 2011
Mais c'est la précisément la question, car qu'est-ce que le génie, je vous le demande sinon une capacité d'être obsédé ? Tout enfant normal a cette capacité ; nous avons tous été des génies, vous et moi ; mais on nous abrutit tôt ou tard, on élimine notre génie, on en fane la gloire, et arrivés à l'âge de sept ans la plupart d'entre nous ne sont plus que de tristes épaves adultes. De sorte que le génie, pour être exact, c'est de rester capable d'être obsédé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
PerdreUnePlumePerdreUnePlume   23 février 2011
Mais c'est la précisément la question, car qu'est-ce que le génie, je vous le demande sinon une capacité d'être obsédé ? Tout enfant normal a cette capacité ; nous avons tous été des génies, vous et moi ; mais on nous abrutit tôt ou tard, on élimine notre génie, on en fane la gloire, et arrivés à l'âge de sept ans la plupart d'entre nous ne sont plus que de tristes épaves adultes. De sorte que le génie, pour être exact, c'est de rester capable d'être obsédé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NadaelNadael   07 mars 2011
Edwin (…) poursuivit en prétendant (si j'interprète correctement ses remarques bredouillées) que le concept même de biographie est désespérement romanesque, car à la différence de la vie réelle, pleine de point d'interrogation, de passages censurés, d'espaces blancs, de rangées d'astérisques, de paragraphes sautés, et de séries innombrables de points de suspension se perdant dans le silence, la biographie procure une illusion de totalité, un vaste échafaudage de détails organisé par un biographe omniscient dont les aveux occasionnels d'ignorance ou d'incertitude ne nous trompent pas plus que les protestations polies d'une maîtresse de maison nous assurant, au sixième plat d'un luxueux banquet, que non, vraiment, elle ne s'est donnée aucun mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NadaelNadael   07 mars 2011
Au commencement était le silence, matrice de toute parole à laquelle toute parole aspire, mère de toute parole : le souffle de ma vie. Quand et comment le premier mot en a jailli jusqu'ici, c'est ce que je ne saurai jamais, et pourquoi non plus. Cela a-t-il une importance quelconque ? Peut-être le son n'est-il qu'un acte de folie du silence, un bégaiement dément de l'espace vide ayant pris peur de s'écouter soi-même et de ne rien entendre. Ainsi sommes-nous tous fous. Ou peut-être sommes-nous le silence parlant dans son sommeil, peut-être sommes-nous un long cauchemar du silence se débattant en plein tourment sur son lit de plume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PilingPiling   31 juillet 2008
incipit :
Edwin Abraham Mullhouse, dont la mort tragique, le 1er août 1954 à 1h06 du matin, a privé l'Amérique du plus doué de ses écrivains, était né le 1er août 1943 à 1h06 du matin dans la sombre ville de Newfield, Connecticut. Le Dr Abraham Mullhouse, après avoir été lontemps moniteur d'anglais au City College de New York, était arrivé à Newfield College comme maître assistant en septembre 1942. Il avait, en juillet de la même année, emménagé dans une modeste maison d'un étage avec sa femme Helen, née Rosoff. Karen, leur deuxième enfant, devait naître en mars 1947 ; et ainsi de suite. C'est à peu près là qu'Edwin aurait jeté le livre, ou bien, de bonne humeur, se serait contenté de relever la tête le sourcil un peu froncé et de dire : "S'il y a une chose qui ne m'intéresse pas, ce sont bien les faits. Prends note, Jeffrey." Jeffrey Cartwright est mon nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Steven Millhauser (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Steven Millhauser
L’Illusionniste (The Illusionist), film américain historique fantaisiste de Neil Burger, sorti en salles en 2006.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1238 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre