AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Francesca Bénassy (Traducteur)
EAN : 9782253061267
1047 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (28/10/1992)
4.31/5   169 notes
Résumé :
Principalement écrite en France pendant les années cinquante, cette fresque majestueuse, opulente et sensorielle, tient de la symphonie littéraire. Des femmes et des hommes exceptionnels la peuplent, entre histoires d’amour et événements politiques, avec, à l’arrière-plan, l’exotique et cosmopolite Alexandrie avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

Dans Justine, le premier des quatre romans du Quatuor, on rencontre Darley, un Anglais qui se souvi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
4,31

sur 169 notes
5
11 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Junie
  28 septembre 2012
Aujourd'hui il sera question d'une oeuvre dont l'action se passe en Egypte.
Ah, l'Egypte et ses pharaons, sa civilisation millénaire, ses monuments grandioses, ses felouques sur le Nil au coucher du soleil, la Vallée des Rois, la malédiction de Toutankhamon, les temples d'Assouan, de Louxor, de Philae, le Caire et ses 10 millions d'habitants..... STOOOOOOOOOOOOOOOP! coupez, c'est pas la bonne bobine, ça c'est le commentaire sur mes vacances avec "suivez le troupeau.com" en 1982, j'étais partie une semaine avec Gérard et Dédé, enfin bon on a tous chopé la tourista et....
Je reviens au Quatuor d'Alexandrie, qui se compose de 4 parties et dont les personnages font de la musique de chambre. Enfin pas vraiment, il y a un narrateur anglais un peu paumé, une femme fatale juive hystérique et nymphomane, un chrétien copte riche et neurasthénique, et un médecin homosexuel et mystique. C'est classique et ordonné comme un quatuor de Bach, c'est lent comme le cours du Nil, c'est lumineux comme le soleil de midi sur Chéops, c'est poignant comme le chant du muezzin à l'aube, c'est poisseux comme les marais du delta.
Si vous trouvez qu'il y a des longueurs dans Victor Hugo, si Stendhal vous agace et que Dostoïevski, ça va si on saute la moitié des pages NE LISEZ PAS LE QUATUOR. Sinon, tentez l'expérience, par petites doses ou en perfusion, et immergez- vous dans ce bain de vapeur suffocant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          381
5Arabella
  28 juillet 2016
Justine
Balthazar
Mountolive
Clea
 
Ce cycle est composé de 4 romans, mais ils sont censés constituer un tout, et en réalité cela n'a pas grand sens de les lire séparément. Résumer ce merveilleux récit semble impossible, c'est une tâche vouée d'avance à l'échec, car il est d'une richesse et d'une complexité qui échappent à toute réduction sommaire.
Son auteur se réclamait de l'influence des Hauts de Hurlevent ainsi que des Mille et une nuit. Sa définition du Quatuor est la suivante "C'est une sorte de poème en prose adressée à l'une des grandes capitales du coeur, la Capitale de la Mémoire."
Disons que les personnages évoluent pour presque totalité à Alexandrie juste avant la deuxième guerre mondiale, et pendant cette guerre en ce qui concerne Clea. Ils sont de diverses nationalités, égyptienne, britannique, française, grecque...Cosmopolites comme la ville d'Alexandrie, tortueux et pittoresques comme ses ruelles, en recherche d'eux même dans une ville qui brûle de tout l'éclat d'un sombre joyaux avant les soubresauts de l'histoire qui vont complètement bouleverser son existence. Durrell évoque une ville qui n'existe plus telle qu'il l'a décrite, si d'ailleurs elle avait jamais existé sous cette forme ailleurs que dans sa tête.
Des amours se nouent : L. G. Darley (les mêmes initiales que Durrrell lui-même) jeune écrivain irlandais, narrateur des 3 de récits sur 4 aime à la fois ou successivement la tendre, l'émouvante Melissa, la fascinante et vénéneuse Justine et la lumineuse et rayonnante Clea. Mais ces femmes ont leurs secrets, et toute une vie qui échappe à Darley. Qui aime qui ? Qui trahit qui ? Les pistes se brouillent et les intrigues se multiplient. Sans parler des tous les autres personnages, qui nous découvrons pour quelques pages ou plus: Nessim, Leila, Capodistria, Pursewarden... Ils sont innombrables et tous ont leur petite flamme magique. Et puis il y a les intrigues politiques, la diplomation internationale, les ambitions personnelles dans ce monde qui se précipite vers la deuxième guerre mondiale.
Le style de Durrell est flambant et baroque, d'une beauté, d'une richesse, d'une luxuriance éblouissantes. La structure du récit est d'une extrême audace et d'une grande complexité, puisque les 3 premiers romans évoquent plus ou moins les mêmes événements, mais avec des points de vue, des éléments qui font que leur sens est complètement différent. Quelle est la bonne vision? Chaque lecteur se constitue finalement la sienne.
La richesse des sens répond en quelque sorte à la richesse des mots et des images poétiques pour un voyage magique et différent pour chaque lecteur.
Certains critiques ont été réservés devant ce cycle romanesque, qui est disons trop : trop flamboyant, trop démesuré, trop exotique, trop mélodramatique. ...Certes. Il existe des livres plus harmonieux, à la beauté plus classique, et je reconnais que je trouve Clea décevante après les 3 autres romans. Mais lorsque'on aime un livre pas malgré mais à cause de ses défauts, c'est un amour pour la vie qui ne vous quittera plus et qui vaut mieux que toutes les savantes analyses pour déterminer la valeur littéraire d'un ouvrage.
Je ne peux que vous inciter à faire ce voyage magique à Alexandrie, mais prenez garde comme moi vous risquez de ne plus revenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
Arnaud302
  20 janvier 2012
Un chef d'oeuvre absolu, mon livre favori. Partant d'une idée étonnante (illustrer très indirectement la théorie de l'espace-temps d'Einstein en racontant quatre fois la même histoire, pour illustrer les trois dimensions de l'espace et celle du temps), Lawrence Durell déroule un univers d'une infinie complexité psychologique. Il ne faut pas se laisser décourager par le premier tome, le plus difficile d'accès (Justine, écrit sans ordre chronologique), mais une fois que l'on est saisi par la musique particulière du style de l'auteur, on ne peut plus s'en détacher. Chaque tome enrichit l'histoire et en fait découvrir de nouvelles facettes. A lire absolument.
Commenter  J’apprécie          290
patrick75
  27 décembre 2014
Ce pourrait être la ville d'Alexandrie l'héroïne de ce roman, tant elle est présente physiquement et dans l'esprit des protagonistes tout au long du récit. Ce roman est composé de quatre histoires ( Cléa, Justine, Balthazar, Moutolive), toutes liées entre elles. Les relations des personnages issus de milieu et d'horizon différents sont mise en avant, l'occasion pour l'auteur de philosopher sur la vie qui s'écoule, avec ses heurts, ses cicatrices.
Un long roman, parfois indigeste, tant l'auteur nous éloigne vers des développements infinis.
Il n'y a pas vraiment une histoire, mais des histoires qui s'entremêlent et qui crées une cacophonie qui ne semble pas avoir de fin. Je n'ai pas ressenti l'émotion qui transforme une oeuvre en chef-d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          232
pleasantf
  09 septembre 2018
Comme l'ont fort bien relevé les babeliautes dans les critiques précédentes, impossible de résumer ce roman, ses quatre livres et leur densité extraordinaire, à moins d'y consacrer des pages et des pages.
C'est tellement long, dense et foisonnant que ça en devient irréel. L'interrogation sur ce qu'est la réalité et la vérité est d'ailleurs un des nombreux thèmes du roman. La compréhension que le lecteur peut se faire des personnages et des situations n'est pas la même dans chacune des quatre parties.
Dans la construction de son quatuor, Durrell a été inspiré par les théories d'Einstein et en particulier la notion d'espace-temps. C'est finalement le meilleur moyen de vous faire un peu comprendre ce qu'est ce roman.
Le premier livre (Justine) présente une galerie de personnages et une histoire telle qu'ils sont racontés par le narrateur Darley. C'est la première dimension. le deuxième livre (Balthazar) reprend quasiment les mêmes personnages et la même histoire, toujours racontés par le même narrateur mais sa première version s'est modifiée et s'est enrichie des commentaires apportés par un des protagonistes. C'est la deuxième dimension. Comme en mathématique, on est encore dans le même plan. le troisième livre (Mountolive) quitte le point de vue du narrateur Darley, on est cette fois dans une narration neutre, plus linéaire, plus objective et plus classique par rapport aux deux premiers livres. le plan s'est élargi et si je garde la comparaison mathématique, il est devenu espace: on suit à travers l'Europe la carrière d'un des protagonistes rencontrés précédemment pour finalement revenir à Alexandrie et retrouver une partie des personnages et des évènements des livres un et deux. Mais la perspective est tellement différente que tout ce que le lecteur tenait pour acquis jusqu'à présent est remis en cause. Dans le dernier livre (Clea) , le narrateur redevient Darley mais l'action se situe plusieurs années après celle des trois premiers livres. Durrell introduit ici la quatrième dimension : le temps, le souvenir, la mémoire.
Au travers du destin de plusieurs personnages (le narrateur Darley, l'écrivain espion Pursewarden, l'écrivain Arnauti), ce quatuor est aussi une réflexion poétique sur la particularité et le rôle de l'artiste et de l'écrivain, sur sa capacité à accéder à la véritable connaissance et à la profonde compréhension du monde et de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131

Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
patrick75patrick75   19 novembre 2014
Je repense à cette époque où le monde connu existait à peine pour nous quatre; les jours n'étaient que des espaces entre des rêves, des espaces entre les paliers mouvants du temps, des occupations, des bavardages...Un flux et reflux d'affaires insignifiantes, une flânerie sans but au long de choses mortes, qui ne nous conduisait nulle part, ne nous apportait rien, une existence qui n'attendait rien d'autre de nous que l'impossible: être nous mêmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
patrick75patrick75   25 décembre 2014
-" La vérité est à double tranchant, vous savez. Il n'est pas possible de l'exprimer avec des mots, cet étrange instrument fourchu avec sa dualité fondamentale !
Les mots ! Que fait l'écrivain ? Il s'acharne à utiliser, avec le plus de précision possible, un instrument dont il connait parfaitement l'imprécision fondamentale.
C'est un combat désespéré mais qui n'en est pas moins réconfortant pour autant, car c'est la lutte en soi, c'est cette volonté de se mesurer avec un problème insoluble qui grandit l'écrivain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
patrick75patrick75   26 novembre 2014
- Les amants ne sont jamais également assortis, vous ne croyez pas ?
L'un des deux fait toujours de l'ombre sur l'autre et l'empêche de grandir, de sorte que celui qui se sent étouffé cherche désespérément un moyen de s'évader, pour être libre de poursuivre sa croissance. N'est-ce pas là le drame essentiel de l'amour ?
Commenter  J’apprécie          150
patrick75patrick75   19 novembre 2014
Si jamais elle m'a compris plus tard, elle a dû découvrir que pour tous ceux qui sentent profondément et qui ont conscience de l'inextricable labyrinthe de la pensée humaine il n'y a qu'une seule réponse possible : une tendresse ironique, et le silence.
Commenter  J’apprécie          150
annelyonannelyon   08 mars 2020
Ce n'était pas seulement le fait qu'une faille géologique s'était brusquement révéler dans le sol que nous avions foulé jusque là avec une confiance aveugle. C'était comme si un puits de mine désaffecté en moi depuis longtemps s'était effondré tout coup. Je reconnus que cet échange stérile d'idées et de sentiments avait tracé la route vers les plus épaisses jungles du coeur ; et qu'ici nous devenions esclaves de corps, détenteurs d'une connaissance qui ne pouvait être que transmise - reçue, déchiffrée, comprise - par les très rares êtres qui sont nos complémentaires dans le monde. (comme ils étaient peu nombreux et comme on les découvrait rarement !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Lawrence Durrell (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lawrence Durrell
1965 Intimation BBC
autres livres classés : egypteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2370 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..