AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253159786
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/2012)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 164 notes)
Résumé :
Prix Pulitzer 2009

Professeur de mathématiques tyrannique, Olive est une femme parlant sans fard, qui peut être blessante, capable pourtant d’élans de bonté. Epouse de Henry, le pharmacien de Crosby, petite ville côtière du Maine, elle est la mère de Christopher, qui fuira à l’autre bout du pays pour échapper à son étouffante présence… Une femme peu aimable et paradoxalement attachante, humaine…Ce roman se compose de treize nouvelles liées par leur pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
torpedo
  29 septembre 2018
Olive Kitteridge est décrite par petites touches. Durant treize chapitres, nous découvrons la vie dans une petite ville du Maine et le plus souvent Olive apparaît au détour d'une histoire - comme élément révélateur. Elle est plus rarement le personnage principal, engluée dans son quotidien aux côtés de son époux pharmacien, enrôlée de force au mariage de son fils ou encore appelée à la rescousse pour aider sa bru.
Olive Kitteridge n'est pas a priori un personnage fort sympathique. Un physique peu avenant, un fichu caractère. Mais j'ai fini par l'apprécier. Car sous sa carapace se cache beaucoup de bienveillance. Elizabeth Strout fait peu à peu tomber le masque pour nous montrer quelqu'un de profondément humain.
Commenter  J’apprécie          460
palamede
  31 janvier 2016
La femme du pharmacien de Crosby, une petite ville du Maine, est une femme déroutante. Autoritaire et cassante, ce professeur de mathématiques au physique impressionnant n'accepte pas la contradiction en famille ou dans sa classe, mais est capable d'élans vers ceux qui en ont besoin. Au seuil de la vieillesse, après avoir traversé les épreuves éreintantes mais classiques d'une vie, apaisée, elle réfléchit, se remémore et comprend mieux ce qu'a été sa vie. A travers treize chapitres qui semblent ne pas avoir de lien entre eux, sauf celui de converger vers l'héroïne, Elisabeth Strout dresse le portrait subtil d'une femme attachante parce que sincère. Une femme qui manifeste le plus grand des courages, celui d'affronter sans faillir les autres et les épreuves de la vie. Remarquable.
Commenter  J’apprécie          410
sabine59
  20 mars 2016
J'ai appris, il y a peu, qu'une mini-série , connaissant un certain succès, avait été adaptée de ce livre.Je suis assez sceptique car c'est un roman, à mon avis, difficile à transcrire en film.Car complexe et tout en nuances.
Sa construction est originale et subtile: 13 chapitres, 13 moments de vie d'un personnage.Mais , que ce soit comme partie prenante (son mari,le pharmacien, elle-même), soit comme témoin direct ou indirect, voire même à travers une simple phrase, tout gravite autour d'Olive Kitteridge.
Par le prisme des points de vue des autres personnages sur elle,ce professeur de Maths, qui habite une petite ville du Maine, où tout le monde se connait, nous apparait dans ses contradictions: tour à tour sans-gêne, autoritaire, directe,maladroite mais aussi émouvante, possessive, terrifiée,courageuse, déprimée...
Une personnalité très entière, qui déplait à certains, en attire d'autres.Au fil des pages et des années se dessine peu à peu son portrait, celui d'une femme attachante, même si elle est parfois agaçante ( notamment dans son amour étouffant pour son fils) , glaçante, une femme au passé douloureux, qui éclaire son caractère.
C'est cette étude faite sur la durée, à travers son regard et celui des autres , qui m'a fort intéressée.J'ai trouvé l' approche très riche et le ton du livre juste et plein de finesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
fertiti65
  29 août 2019
J'avais lu précédemment un autre livre de cette écrivaine "Je m'appelle Lucy Barton" qui m'avait beaucoup plu. Et en général, lorsque c'est le cas, j'aime bien lire un autre livre du même auteur. J'avais remarqué son premier roman "Olive Kitteridge" qui a eu le prix Pulitzer en 2009.
Ce roman qui est sous forme de nouvelles, puisqu'il se découpe en épisodes. L'héroïne est, comme le titre l'indique "Olive Kitteridge". Une sacrée bonne femme, si je puis m'exprimer ainsi. Brute de décoffrage, rustre, mais parfois tendre, et surtout touchante. le récit de l'histoire tient en quelques mots : Olive vit dans le Maine aux Etats-Unis, avec son mari Henry qui est plus sociable qu'elle. Leur fils Christopher, est un être réservé et porte un mal-être certain. Olive est une mère possessive, une professeur de mathématiques tyrannique mais quelque chose en elle la rend plutôt sympathique.
Pour ma part, tous ces épisodes sont inégaux. Les uns m'emportent et me donnent l'envie d'en savoir plus, notamment le dernier "Le fleuve" qui est une pépite de drôlerie et de tendresse à la fois ; les autres sont plus ennuyeux. Malgré tout, je les ai tous lus.
En résumé une lecture mitigée, j'ai quand même mis trois étoiles pour la qualité d'écriture qui est très agréable, la forme du roman sous forme de feuilletons et certains épisodes sont surprenants car Olive n'est pas toujours au centre de l'histoire, de temps en temps, elle n'est que le détail d'un des tableaux.
La lecture de ce roman-nouvelle a été plus lente et m'a paru plus lourde que son autre livre....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
kateginger63
  24 janvier 2018
Olive, une femme forte et fragile
*
J'ai lu ce roman il y a quelques temps déjà suite à la mini-série.
J'ai tellement apprécié cette série que j'ai décidé de lire le livre. Ce que je ne fais pas d'habitude.
*
Le portrait complexe et dense d'une femme de la quarantaine , dans le Maine (Etats-Unis) sur la côte.
Olive vit avec son mari pharmacien et son fils dans une jolie maison avec une vue époustouflante sur l'océan.
Tout au long du roman, on suit son parcours. Tout d'abord jeune maman d'un fils aigri. Il faut dire qu'Olive a la dent dure, cassante, autoritaire, inflexible avec toute sa petite famille.
Professeur de mathématiques, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds.
Puis les années passent et Olive subit les affres de la vieillesse; d'abord avec son mari en perte d'autonomie puis avec son fils dont elle ne peut plus garder le contact.
*
Le récit n'est pas linéaire. Bien quOlive en soit l'élement central; autour d'elle tournent les collègues, élèves, amis, famille.
13 chapitres denses, d'une finesse psychologique exceptionnelle.
Au début, Olive a eu le don de m'agacer, de pester contre son autoritarisme, sa méchanceté gratuite mais au fil du récit j'ai surtout vu une grande sensibilité cachée sous des airs de bravache.
*
Si vous aimez les portraits de personnages hauts en couleur, non manichéens, allez-y, le roman est fait pour vous.
PS: la série est très fidèle et l'actrice principale est tout à fait comme je m'imaginais cette Olive Kitteridge !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

critiques presse (1)
Lexpress   15 mai 2012
Un roman subtil, un bijou de finesse psychologique qui a obtenu le prix Pulitzer en 2009.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
torpedotorpedo   25 septembre 2018
Enfin, inutile de se voler la face : Christopher est raide dingue d'elle. Sans doute leur vie sexuelle est-elle pour le moment très intense et sans doute aussi sont-ils persuadés que cela va durer, comme le croient toujours les jeunes couples. Ils croient aussi qu'ils en ont enfin terminé avec la solitude.

A cette pensée, Olive étendue sur le lit hoche lentement la tête. Elle sait que la solitude peut tuer - de bien des façons, elle peut vraiment tuer les gens. La conception qu'Olive se fait de la vie repose sur ce qu'elle appelle les "grandes secousses" et les "petites secousses". Parmi les grandes secousses, on compte les mariages, les enfants, l'intimité qui permet de survivre, mais ces grandes secousses recèlent des courants dangereux et invisibles. C'est pour cela que les petites secousses existent : ce peut être un vendeur sympathique chez Bradley ou la serveuse du Dunkin'Donuts qui sait comment vous prenez votre café. C'est un équilibre difficile à trouver, vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
fertiti65fertiti65   26 août 2019
Christopher avait juste besoin de sa mère. Elle était avec son fils, il avait besoin d'elle. Quelle qu'ait pu être la rupture qui les avait éloignés l'un de l'autre des années plus tôt, aussi imprévue que l'éruption cutanée sur la joue d'Ann, une déchirure qui avait éloigné chaque jour un peu plus la mère de son fils, elle pouvait être raccommodée. Elle laisserait une cicatrice mais la vie n'était qu'une accumulation de cicatrices, il fallait aller de l'avant et c'est ce qu'Olive ferait avec son fils.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
fertiti65fertiti65   15 août 2019
Soudain la porte-moustiquaire du snack-bar s'ouvrit et une femme en sortit. Elle était vêtue d'un tablier et d'une jupe qui descendait bien en dessous des genoux - elle aurait pu aussi bien surgir d'un autre siècle. Elle portait à pleines mains un seau métallique et Kevin la regardait avancer vers l'appontement. Il remarqua les épaules, le long dos, les hanches fines. Elle était charmante, comme pouvait l'être un jeune arbre caressé par un soleil d'après-midi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fertiti65fertiti65   25 août 2019
Comme pour s'assurer qu'il s'agissait bien de Mary Blackwell, Olive lui jeta un coup d'oeil et reconnut dans ses traits une lassitude pacifiée et un reste de sympathie. Comme si la simplicité et l'honnêteté s'étaient retrouvées dessinées sur une feuille de papier.
Commenter  J’apprécie          130
jovidalensjovidalens   15 décembre 2014
Fractures de la clavicule, boutons d'acné, crosses de hockey perdues (ou battes de base-ball, ou patins à glace) chamailleries, manuels scolaires en pagaille, l'inquiétude de reconnaître des relents de bière dans leur haleine, d'attendre leur retour en voiture au beau milieu de la nuit, les petites amies, les deux frères sans petites amies... Tout cela les avait maintenu, lui et Bonnie, dans un état d'agitation perpétuel, comme s'il y aurait toujours, quelque part dans la maison, une fuite à réparer, et Harmon pensait parfois : "Nom d'un chien, vivement qu'ils deviennent adultes."
Et voilà : c'était fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Elizabeth Strout (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Strout
???? La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! ???? ? ? le c?ur de l'Angleterre de Jonathan Coe et Josée Kamoun aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1008930-romans--le-coeur-de-l-angleterre.html ? Doggybags, Tome 14 : de Collectif, Neyef aux éditions Ankama https://www.lagriffenoire.com/1013955-achat-bd-doggybags-t14-shadow-of-death.html ? Je m'appelle Lucy Barton de Elizabeth Strout aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1012841-divers-litterature-je-m-appelle-lucy-barton.html ? La Fabrique des salauds de Chris Kraus et Rose Labourie aux éditions Belfond https://www.lagriffenoire.com/1011860-romans-historiques-la-fabrique-des-salauds.html ? Belgiques de Jean Jauniaux aux éditions Ker https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1019922&id_rubrique=1 ? L'éternité, brève de Etienne Verhasselt aux éditions le Tripode https://www.lagriffenoire.com/1013811-romans--l-eternite--breve.html ? Paris - Bars & restos planqués de Antoine Besse aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/58204-cuisine-paris---bars---restos-planques.html ? Paris Restos du Monde de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/141954-livres-de-cuisine-paris-restos-du-monde.html ? A chacun son resto - 120 adresses pour inviter sans se tromper de Vanessa Besnard aux éditions Parigramme ? Paris zen & relax de Sophie Herber aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/1015157-livres----vie-pratique--paris-zen---relax.html ? le thé à Paris de Caroline Da-chavigny aux éditions Parigramme https://www.lagriffenoire.com/1015158-livres-de-cuisine-le-the-a-paris.html ? La Police des fleurs des arbres et des forêts de Romain Puertolas aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/1017324-nouveautes-polar-la-police-des-fleurs--des-arbres-et-des-forets.html ? L'Aviatrice de Paula McLain aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/76336-divers-litterature-l-aviatrice.html ? La Troisième Hemingway de Paula McLain et Florence Hertz aux éditions Presses de la Cité https://www.lagriffenoire.com/138906-divers-litterature-la-troisieme-hemingway.html ? L'ultime mystère de Paris de Bernard Prou aux éditions Anne Carrière https://www.lagriffenoire.com/1019357-nouveautes-polar-l-ultime-mystere-de-paris.html ? La Chorale des dames de Chil
+ Lire la suite
autres livres classés : maineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1304 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre