AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Patrick Couton (Traducteur)
EAN : 9782266047746
183 pages
Pocket (03/09/1993)
3.77/5   42 notes
Résumé :
J'ai vu ma mère en rêve. Deux Mabdens la tenaient pendant qu'un autre... et moi je ne pouvais pas bouger. Ils ont tranché la gorge des filles. Elles tremblaient comme des biches assassinées... Les Mabdens - les hommes - se répandent comme la peste. Ils n'ont aucune conscience de la multitude de dimensions qui emplissent l'univers. Qui a pu les introduire sur notre plan ? " Les Maîtres de l'Epée, prince Corum. Ils se sont partagé les mondes. Ils vont détruire tout ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
LeScribouillard
  12 décembre 2018
C'est le moment, le tome ultime, la bataille finale, là où tous les éléments, depuis le début, vont devoir se regrouper pour aboutir à la fin de l'histoire. Corum est décidé à vaincre les Fhoi Myore et conclure en beauté cette seconde trilogie nettement supérieure en qualité à la première. Les intrigues s'enchaînent, et la ruse est à l'honneur, avec l'épique et les retournements de situation. le côté sombre de l'univers est également plus présent que jamais, avec de l'effroi, des batailles qui ne se gagnent pas toujours à la faveur des héros, et surtout la faillibilité de ceux-ci. La réflexion est poussée loin, avec de nouveaux questionnements de l'auteur : faut-il accepter que d'autres subissent une menace supérieure à la notre afin d'en être délivrés ? Peut-on passer un pacte avec des créatures du Mal pour qu'elles nous aident à accomplir le Bien ?
Et pourtant...
Et pourtant, Moorcock reste attaché à ses défauts, et le traducteur aussi, qui aura réussi à nous livrer six tomes sans le moindre tutoiement (mais cela dit parvient drôlement bien à traduire le dernier chant et les rimes qui vont avec). Saura-t-on ce que va faire la bande à Sactric en vadrouille dans de nouvelles dimensions ? Que non point. Qu'ils sèment donc la mort et la désolation, de toute façon il y aura forcément un autre Champion Éternel qui passera par là. de toute façon, on a signé pour voir la chute des Fhoi Myore, point barre. Corum ne se pose pas plus de questions que ça et est déterminé à faire un gosse à Medhbh. Certains éléments n'ont pas pu être expliqués en cours de route, ce qui fait qu'ils sont révélés quand et de la manière qui arrange bien l'auteur. Mais le gros point noir, et je vais être obligé de spoiler,
Une trilogie de plus aurait-elle été nécessaire ? Vu la qualité globale de celle-ci, je n'aurais pas été contre. Malheureusement, il semblerait que Corum nous ait quitté pour de bon, et ce avec toute sa bande de joyeux lurons, laissant derrière eux tout un univers et une histoire qui nous sembleront à jamais incomplets...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meygisan
  26 décembre 2013
Ainsi se termine la geste du prince Corum. Trahison, amour, quête héroïque, combats épiques et magie sont à l'honneur dans ce tome. Moorcock continue son exploration des mythologies celtiques et irlandaises à travers ce récit mettant en scène l'une des incarnations du Champion Eternel. Les balades, qui sont autant d'incantations magiques et contées surtout par le nain Goffanon (Gofannon est le dieu forgeron de la mythologie celtique galloise, équivalent du Vulcain romain ou du Goibniu irlandais) sous forme d'enchantements, et du géant Ilbrec sous forme de chants guerriers sont à l'honneur. La conclusion du cycle se fait dans la logique débutée auparavant, en introduisant un autre peuple oublié, possédant une puissance seule capable de repousser les monstrueux Fhoi Myore, et cette puissante s'incarne dans des éléments hautement symboliques des mythes sus cités comme l'étalon, le glaive, le chêne...Et l'objectif de Corum est, comme de coutume et donc sans surprise, de retrouver les objets magiques et de rallier ce puissant peuple à sa cause. Son objectif est également ailleurs puisqu'il s'agit bien pour lui de se réaliser, de se trouver dans ce monde où il n'a finalement pas sa place. Et cet objectif est avant tout cristallisé dans la recherche de la compréhension de la prophétie annoncé quelques volumes plus tôt, à savoir craindre une harpe, craindre la beauté, et redouter un frère... Je ne vous gâcherais pas le plaisir de découvrir le sens de cette prophétie mais sachez qu'elle prend tout son sens dans les dernières pages et que, même si l'on pense en comprendre la signification, Moorcock sait nous induire en erreur ou créer suffisamment de fausses pistes pour semer le doute, ou plutôt pour argumenter la réflexion. Car qu'est ce qu'un héros? Comment nait la légende? Comment les contes se façonnent ils? Réponses possibles dans ce cycle.......
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
lehibook
  23 août 2019
C'est la lutte finale ! Corum et ses alliés affronte les puissances du froid . Les trahisons , vraies ou fausses se succèdent comme les gestes d'héroïsme . Mais on ne lutte pas contre la prophétie. Moocrcock achève le cycle de Corum (heureusement car il semblait difficile de relancer la saga) .
Commenter  J’apprécie          20
Tatooa
  09 juin 2013
J'ai lu ce cycle il y a une vingtaine d'années, je n'en ai donc pas de souvenir précis, si ce n'est que je l'avais beaucoup aimé.
Moorcock étant quand même un auteur que j'aime tout particulièrement, je pense qu'un de ces jours je le relirai, ainsi que celui d'Elric !
:)
Commenter  J’apprécie          10
Riduidel
  14 mars 2020
La conclusion du cycle de Corum est bien triste. On y aperçoit un héros qui tout en luttant pour qu'un nouveau jour se lève, sent confusément la fin arriver. Et que fait un héros l'issue à tâchez est accomplie ? Eh bien dans le cas de ce roman, il meurt. Et c'est triste. Mais c'est aussi fort beau, et juste, et poignant.
9782277236023"
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TatooaTatooa   09 juin 2013
Corum comprenait qu'il comptait trop sur les autres et pas assez sur lui-même. Quel droit avait-il de leur demander d'être forts quand, de son côté, il donnait libre cours à sa faiblesse ?
- Tout Éternel Champion que je sois, murmura-t-il en regagnant ses appartements qu'il partageait désormais avec Medhbh, je me fais aussi quelquefois l'impression d'un éternel pleurnichard.
Commenter  J’apprécie          10
lehibooklehibook   23 août 2019
On m’appelle l’Eternel Champion. Que sont la mort ou la folie pour moi qui connaîtrai d’autres existences que celle que je vis à présent ? Comment mon âme peut-elle m’être ravie ,si on la réclame ailleurs ?
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Michael Moorcock (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Moorcock
24 mai 2013
"Elric", volume 1, "Le trône de rubis"
- Avec la présence de Michael Moorcock, auteur de la série originale "Elric" -
Elric, albinos et malade, règne sur le peuple ancien et décadent de l'île aux dragons de Melniboné. Son cousin, méprisant sa santé fragile et les drogues qui le maintiennent en vie, complote pour s'emparer du trône de rubis. Elric va pourtant révéler une personnalité complexe et une soumission à Arioch, le plus puissant des seigneurs du chaos. D'après «Le cycle d'Elric».
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1946 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre