AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782803672240
152 pages
Le Lombard (07/02/2020)
3.58/5   53 notes
Résumé :
Bien connue en France, la famille Zéro Déchet prend la plume pour nous raconter ses péripéties familiales vers un mode de vie sans déchet. De la prise de conscience à un nouvel équilibre, ce qui ne devait durer qu'un an devint finalement un véritable sacerdoce ! Une aventure déjantée pleine d'autodérision, à l'opposé de notre société de consommation excessive.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
3,58

sur 53 notes
5
7 avis
4
8 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
0 avis

Harioutz
  21 mars 2020
J'ai découvert La famille zéro déchet grâce à ce titre (il en existe d'autres, que j'ai hâte de lire également !).
Je suis particulièrement sensible aux questions environnementales et je tente d'impliquer, depuis plusieurs années, mes proches et mes élèves, afin d'entrer dans une démarche active de réduction des déchets.
Cette bande dessinée, à la fois pleine d'humour et de bons conseils, est un excellent support pour prêcher les "non-convertis" et les autres aussi !
Le rythme graphique, très soutenu, sert pleinement la démonstration selon laquelle à force d'ingéniosité et de réflexion, une réduction des déchets familiaux (mais pas que) est possible.
Cela va évidemment de pair avec quelques changements dans nos modes de vie, et lorsque ces derniers permettent de souder enfants et parents dans une même démarche, le pari est pleinement réussi.
Je remercie NetGalley, les éditions Le Lombard et l'auteure Bénédicte Moret de m'avoir permis de faire cette belle découverte !
#ZeJournaldelaFamillepresquezérodéchet #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11715
Jmlyr
  29 mai 2020
Zai découvert la BD Ze journal De La Famille zéro déchet par le biais de NetGalley, je remercie également les éditions Le Lombard.
Sur le plan du graphisme, il est simple, mais très expressif et efficace, coloré, gai en somme et j'ai su l'apprécier.
Concernant le sujet, j'ai donc suivi la mise en pratique de cette résolution qui semble impossible de prime abord, réduire ses déchets en une année à peau de chagrin !
Réduire, et faire réduire, car le couple a deux enfants ! Pari réussi au prix de nombreux efforts, de batailles aussi avec les commerçants, de l'abandon des achats en grandes surfaces au profit des producteurs de proximité, et de nombreuses recettes pour tous les produits.
L'humour est au rendez-vous, l'autodérision, mais au final, des tas d'idées à piocher. J'aime aussi le côté « on reste dans notre époque, on utilise le lave-linge et l'ordinateur ». Je vais réfléchir à appliquer quelques idées, j'avais déjà commencé, puisqu'il faut 21 jours pour changer ses habitudes, je vais commencer par éviter le plastique moi aussi.
#ZeJournaldelaFamillepresquezérodéchet #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          775
sylviedoc
  27 juin 2022
Cela faisait bien deux ans que je voulais lire cette BD, suite aux critiques de deux amies (@Harioutz et @Jmlyr), et l'occasion s'est présenté dans le cadre de ma participation au groupe E3D du lycée. E3D, kézako ? Moi non plus je ne savais pas en arrivant, ça signifie Etablissement en Démarche de Développement Durable. Ca claque, non ? Bref, j'ai acquis toute une série de documents sur le sujet, dont cette fameuse BD. Tout au long de l'année, avec les élèves éco-délégués et les membres (profs ou autres) du groupe, nous avons cherché des solutions pour réduire les gaspillages en tout genre, recycler intelligemment et faire changer les comportements très désinvoltes de certains (pas toujours évidents, surtout au niveau des profs d'ailleurs !). Et donc j'ai fait circuler les bouquins dans le groupe toute l'année, et je n'ai eu le temps que d'en parcourir un ou deux vite fait. Comme j'arrive aux derniers jours de mon contrat, je m'octroie chaque jour une petite demi-heure de lecture, chose que je ne fais pas en temps normal.
Et donc, j'ai dévoré cette BD en deux fois, sous les yeux ébahis de mon collègue qui devait se demander ce que j'avais à rigoler comme une bossue (d'ailleurs pourquoi on dit ça ? Encore un coup à se choper un procès pour discrimination !). J'ai fini par mettre la BD au milieu de notre bureau commun, et nous avons lu de concert (encore une expression dont on se demande d'où qu'elle sort).
C'est l'histoire de la famille de l'auteure qui décide un beau matin de faire un pari fou : en un an, réduire à néant la quantité de déchets produits par les quatre membres, les parents et deux enfants. Sauf que c'est plus facile à dire qu'à faire, et les obstacles vont se dresser de tous côtés, notamment pour faire les courses. Pas évident de faire accepter aux commerçants ses propres contenants, d'éviter les sacs plastiques et autres suremballages. Je précise que l'aventure a débuté il y a déjà quelques années, le vrac et les récipients persos n'étaient pas encore "passés dans les moeurs". Et puis les rechutes sont fréquentes, chacun ayant ses petits travers auxquels il est souvent difficile de renoncer ! Mais, malgré de nombreux aléas et avec force jurons (l'auteure s'avoue légèrement grossière en certaines circonstances !), les progrès commencent à se voir et les petites victoires se multiplient.
La famille a médiatisé son initiative sur les réseaux sociaux et par le biais d'un blog, donnant aussi des recettes pour fabriquer sa lessive, son shampoing, etc. La BD est en quelque sorte l'aboutissement de la démarche.
J'admire leur courage, sachant qu'il n'est vraiment pas facile de modifier des habitudes de consommation fortement ancrées. Qu'est-ce que j'avais pu râler à l'époque où les multiples sachets de la caisse de l'hyper ont été remplacés par des gros cabas, que je craignais de ne pas pouvoir soulever ! et maintenant je ne supporterais plus ces sachets... J'ai moi-même entamé une démarche de réduction des déchets, avec un tri très strict, les déchets bio à composter, et le moins possible de produits suremballés. J'achète aussi moins de choses, me posant chaque fois la question si c'est vraiment nécessaire. mais je suis encore très loin du résultat obtenu par la famille Moret.
J'ai beaucoup aimé le ton, pas moralisateur pour un sou, bien au contraire c'est plein d'humour et d'auto-dérision, on nous montre les échecs, rien n'est présenté comme facile, et ça correspond vraiment à la réalité. Tout sonne vrai, et c'est encourageant parce qu'on se dit que si cette famille "comme tout le monde" a réussi, nous pouvons y parvenir aussi.
Le dessin est coloré, un peu caricatural mais pas désagréable. Pas vraiment le style que je préfère, d'où l'étoile en moins, mais c'est le seul bémol que j'émettrai. Je vous conseille fortement cette lecture salutaire et vivifiante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3632
coquinnette1974
  16 mai 2020
Je remercie chaleureusement les éditions Le Lombard pour l'envoi, via net galley, de la bande dessinée : Ze Journal de la Famille zéro déchet de Bénédicte Moret.
Bien connue en France, la famille Zéro Déchet prend la plume pour nous raconter ses péripéties familiales vers un mode de vie sans déchet.
De la prise de conscience à un nouvel équilibre, ce qui ne devait durer qu'un an devint finalement un véritable sacerdoce !
Comme beaucoup, je connais la famille zéro déchet pour en avoir entendu parler via les médias, ou les réseaux sociaux. Toutefois, je n'avais pas eu l'occasion de lire leur histoire.
Nous sommes une famille qui, mine de rien, consomme pas mal de plastiques et génère donc pas mal de déchets. J'étais très curieuse de découvrir les aventures de cette famille tellement cela me semble compliqué de ne pas générer de déchets, surtout du plastique ! Ils sont à l'opposé de ma famille et c'est ce qui m'intriguait, comment pouvaient t'ils réussir cette aventure ??
Une fois la prise de conscience faite, nous allons découvrir qu'au début leur aventure ne fût pas de tout repos !
Car il est loin d'être évident de supprimer le plastique de nos déchets, surtout à l'époque où le vrac n'était pas encore à la mode.
J'ai aimé les traits des illustrations, l'histoire et surtout l'humour de l'autrice.
Même si le sujet est sérieux, cet ouvrage ne prend pas la tête car leurs aventures sont relatées de façon humoristique.
Quelle bonne surprise de cette bd que j'ai adoré et qui mérite bien cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
mariech
  21 mars 2020
Thème très actuel , la famille zéro déchet , le quotidien d'une famille qui décide de se lancer dans l'aventure pas si évidente que ça , il faut le temps que les mentalités changent , je crois vu le nombre de magasins zéro déchets que le changement arrive .
On a évidemment des déconvenues comme nous l'explique cette famille , ça demande un travail énorme si on veut tout cuisiner soi - même ou faire ses produits d'entretien et de soins, il y a quelques situations qui prêtent à sourire .
La famille zéro déchet ce sont les aventuriers du 21 ième siècle .
Il y a de bonnes idées pour tous , comme désencombrer ses placards , ah , tous nos achats inutiles .
Mais ce n'est pas toujours facile pour les enfants de se séparer de leurs jouets .
Le message est intéressant mais je n'ai pas été séduite par le texte .
Commenter  J’apprécie          260

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
HarioutzHarioutz   23 mars 2020
« Vous avez les pommes bio qui viennent de Pologne et qui sont importées en camion, sinon, vous avez les locales mais pas bio, en culture raisonnée et livrées en camion, vous avez aussi les locales bio mais vendues dans du plastique.
Vous pouvez aussi prendre les pommes d'Espagne avec produits chimiques mais vendues en vrac.
Les locales pas raisonnées mais livrées à vélo et les bio sous serres chauffées mais à moins de 100 km.
Il y a celles de mon jardin mais moi j'y fous du glyphosate pour tuer les bestioles, j'aime pas les bestioles.
Y a Michel aussi qui vend les pommes de son jardin, lui, elles sont bio et sans emballage, mais par contre elles sont moches, pas du tout calibrées … et puis Michel, c'est un gland … vous prenez quoi ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          479
HarioutzHarioutz   22 mars 2020
Tenez, prenez un mégot qui tombe accidentellement dans la neige …
Ce mégot va se dégrader et polluer 1 m3 de neige autour de lui.
Sauf que, quand la neige fond … elle se transforme en eau et s'infiltre dans les sols.
Notre jolie herbe verte goût nicotine pousse donc désormais sur cette terre.
La vache mange l'herbe …
Et au final (pour vous la faire simple), c'est nous qui mangeons la vache !

« Pour Mâdâme, steak de Nicotine des Alpages sur son lit de particules de plastiques »

Et on peut faire la même démonstration avec l'eau qui s'infiltre dans les sols et rejoint les rivières !

« Et pour Môssieur, filet de dorade du grand large égayé de ses filaments de filtres de mégots sauce goudron ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          496
PillyPilly   28 novembre 2020
Ah mais oui c'est plus cher !
Car la qualité a un prix ! Et au lieu de faire payer la planète, notre santé et les générations futures, moi, je préfère consommer un peu moins mais mieux !!!

Parce que si on y réfléchit bien... Pourquoi les produits industriels sont-ils moins chers ? Déjà parce qu'ils sont composés d'aliments à bas prix de mauvaise qualité produits dans des conditions extrêmes de rentabilité (pesticides, OGM, produits chimiques toxiques...). De plus, les conditions de travail sont déplorables et les producteurs vendent souvent à perte à cause des marges scandaleuses des grands groupes agroalimentaires...

Serres chauffées en plein hiver... Transport ou élevage dans des conditions douteuses (tout dépend de quel aliment on parle)...

Cette réduction de tarif, c'est notre planète qui en paye le prix, c'est à dire nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PillyPilly   26 novembre 2020
Ensuite il y a le facteur pollution. Mon exemple préféré : "les abeilles" et autres pollinisateurs... ou comment se tirer une balle dans le pied ! Nos magnifiques abeilles sont victimes de la pollution (pesticides, insecticides...). Comme les deux tiers de notre assiette (fruits, légumes, toussa) dépendent de la pollinisation... c'est un peu scier la branche sur laquelle on est assis.
Commenter  J’apprécie          10
PillyPilly   26 novembre 2020
Pour faire court, on a perdu 60% des espèces sauvages en 50 ans.
Et c'est une moyenne, hein ! 31% en Europe contre 89% en Amazonie !

- Bah oui ! Pourquoi tout défoncer chez nous alors qu'on peut le faire ailleurs !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Bénédicte Moret (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bénédicte Moret
Et enfin, quelle est LA chose à ne pas oublier quand on débute zéro déchet?
Avec Bénédicte Moret, on vous donne la réponse, et on vous invite à découvrir l'album, enfin disponible en librairie !! Retrouvez toutes nos capsules sur le Zéro déchet sur notre chaîne! - 5 idées reçues sur le zéro déchet - 4 conseils pratiques pour démarrer le zéro déchet - 3 pièges à éviter quand on débute le zéro déchet - 2 astuces pour s'y mettre - 1 chose à ne pas oublier
Cliquez ci-dessous pour lire un extrait http://bit.ly/Zero_Dechet_La_BD
autres livres classés : zéro déchetVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
188 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre