AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Philippe Coutant (Éditeur scientifique)
EAN : 9782848091181
146 pages
Éditeur : le Grand T (09/07/2009)
3.25/5   4 notes
Résumé :
« On m’a dit : on veut faire un livre portrait. J’ai répondu, je préfère un espace vision.
À l’idée de fabriquer un ouvrage qui donnerait la parole à des témoins ayant accompagné, d’une manière ou d’une autre, les spectacles que j’ai écrits et mis en scène, j’ai posé une seule condition : les auteurs devaient être engagés dans une relation avec leur écriture, qu’elle soit textuelle ou picturale, qui relèverait du combat et de la sauvagerie.
Lor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Bernardbre
  07 octobre 2012
Phénomène incontestable depuis quelques années, fortune exceptionnelle pour un jeune auteur de théâtre contemporain, Wajdi Mouawad a notamment été en juillet dernier l'artiste associé du 63e Festival d'Avignon.
Né en 1968 au Liban, exilé en France à l'âge de huit ans, puis, faute d'obtenir les autorisations officielles de séjour sur notre territoire national, Wajdi Mouawad a choisi d'émigrer au Québec où il vit et travaille, toutefois artiste également associé à l'Espace-Malraux, scène nationale de Chambéry et de la Savoie.
À l'occasion de la création de sa pièce "Le Sang des promesses", quatuor du comédien-auteur-metteur en scène, le Grand T de Loire-Atlantique, qui reprend ce spectacle du 29 septembre au 17 octobre 2009, dans une co-réalisation avec Onyx – La Carrière, à Saint-Herblain, et le soutien de L'arc, à Rezé, a voulu publier ce recueil de contributions éclairant par des témoignages, des poèmes, des analyses ou des textes de l'auteur lui-même, la personnalité et le parcours de ce pyromane du théâtre qui «voudrait foutre le feu, que la ville s'embrase…»
De motifs en questionnements, Wajdi Mouawad, alliant qualités humaines et dramatiques exacerbées par le plurilinguisme de son pays natal et ses déplacements cosmopolites, en revient toujours, en narrateur, à l'altérité («comme horizon dramaturgique» écrit Lise Lenne pour qui l'enfer ce n'est pas l'autre, c'est le même»), à l'enfance, à la gémellité, à l'exil, à l'explosion de la parole.
Homme de partage, Wajdi Mouawad recherche la simplicité jusqu'à la parcimonie, engagé en faveur de la rencontre, et non du divertissement, pour «résister à la tentation de se rassurer».
On remarquera singulièrement dans ces pages la rare complicité qui lie le dramaturge au poète québécois Robert Davreu, disert ici pour réfléchir sur l'exil : «Penser l'exil comme l'élan et l'essor qui transforment l'obstacle en tremplin, la résistance de l'air en possibilité d'envol, celle de la terre en monde, celle de l'eau en élément porteur de la nage comme de la navigation, celle du feu en opérateur d'alchimie. (…) Penser enfin l'exil, même et surtout subi, comme la chance d'une libération à l'égard de toutes les forces, mortifères celles-là, de répression et d'oppression, des fantasmes identitaires qui les habitent et de leur vision de l'exil comme un châtiment.»
Mais qu'est-ce qu'un écrivain, fût-il «de théâtre», et qu'en est-il du dessein vers quoi il tend, pourquoi écrit-il, pourquoi continue-t-il? Wajdi Mouawad répond avec cette concision d'un tropisme que ne peut évacuer quiconque crée : «En attendant nous allons notre vie, en manque de cette phrase qui saurait ramener la grâce du silence.»
Critique parue dans "Encres de Loire" n° 49 page 26, automne 2009


Lien : http://www.paysdelaloire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BernardbreBernardbre   07 octobre 2012
Le théâtre comme asile pour les mots rescapés de la fragmentation. Le théâtre comme théâtre. Non pas comme un espace mais comme un temps, celui de la métamorphose. Non pas comme un divertissement mais comme un engagement, celui de la rencontre.

Un artiste est un scarabée qui trouve, dans les excréments mêmes de la société, les aliments nécessaires pour produire les œuvres qui fascinent et bouleversent ses semblables
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
XylXyl   13 mai 2013
Robert [Lepage] : Pour toi, est-ce important d'avoir des racines ?
Wadji [Mouawad] : Non, pour moi le plus important c'est d'avoir une route. un chemin. Le plus oppressant c'est d'être obligé de m'arrêter, perdu dans une forêt si dense que je ne suis plus en mesure de me déplacer, d'avancer. Quand, sous mes pieds, j'ai un chemin, alors j'ai le sentiment d'être réellement moi. Ou, si tu veux, je dirais que mes racines sont un chemin, une route, qui est là pour me permettre de voyager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Wajdi Mouawad (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wajdi Mouawad
// EN DIRECT // AUTOUR DU LIVRE TOUS TÉMOINS DE NAJAH ALBUKAI Avec Najah Albukai, Philippe Claudel, Nancy Huston, Laurent Gaudé, Jérôme Godeau, Bernard Lavilliers, Farouk Mardam-Bey & Wajdi Mouawad Musique : Dominique Mahut (percussions), Najah Albukai (guitare et oud), Nancy Huston (piano) Mise en scène de Wajdi Mouawad Lecture, musique & projection des dessins
Soirée à l'occasion des dix ans de la révolution pacifique syrienne et en collaboration avec l'exposition des dessins de prison de Najah Albukai, dessinateur syrien, à la galerie Fait et Cause, par l'association Pour Que l'Esprit Vive.
Lorsque, en août 2018, Libération consacrait cinq pages aux dessins de Najah Albukai, incarcéré et torturé par le régime syrien, Sarah Moon, Michel Christolhomme et Béatrice Soulé ont ressenti le besoin de partager leur sidération devant la violence de ces dessins autant que devant le talent de l'artiste. Et la nécessité que cette oeuvre soit exposée, éditée et accompagnée. Ils ont donc sollicité des auteurs pour écrire librement en résonance avec l'émotion suscitée par ces dessins, témoigner contre l'horreur et évoquer les dérives nées d'une révolution à l'origine totalement pacifique. Car la Syrie est devenue la métaphore de ce que Farouk Mardam-Bey appelle la syrianisation du monde.
Lectures des textes de Santiago Alba Rico, Mohamed Berrada, Laurent Gaudé, Philippe Claudel, Jérôme Godeau, Nancy Huston, Farouk Mardam-Bey, James Noël, Wajdi Mouawad
Pour poursuivre la soirée, rendez-vous à 20h30 sur la chaîne YouTube et la page Facebook du Mucem pour leur événement “Syrie. Mémoire vivante”, un débat accompagné en lecture et musique par le duo Catherine Vincent & Mohamed al Rashi. Avec Sana Yazigi (fondatrice du site Mémoire créative de la révolution syrienne), Agnès Levallois (spécialiste du Moyen-Orient et des questions méditerranéennes) et Yves Aubin de la Messuzière (diplomate, expert du monde arabe). Plus d'infos https://www.mucem.org/programme/syrie-memoire-vivante
À lire – Tous témoins, dessins de Najah Albukai accompagnés de textes d'une vingtaine d'écrivains, sous la direction éditoriale de Farouk Mardam-Bey, co-édité par Actes Sud et l'association Pour Que l'Esprit Vive et la galerie Fait et Cause, Actes Sud, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : exilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
775 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre