AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Hérodios (31/12/2020)
3.89/5   9 notes
Résumé :
Etrange est le chagrin a été publié dans le “New Yorker” au début de l’année 2020, et c’est le dernier inédit de Naipaul en français. Herodios ajoute à cet inédit un autre texte inédit en postface de son ami Paul Theroux – écrivain mondialement connu. Il s’agit donc d’un double inédit, qui éclaire l’amitié tumultueuse entre les deux écrivains et la personnalité hors normes de Naipaul.

Le vieux lion des lettres britanniques, V.S. Naipaul, a écrit, quel... >Voir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
5Arabella
  29 avril 2022
Un très court texte d'une trentaine de pages, le dernier texte de l'auteur. Et qui évoque la mort de trois êtres qui lui auront été chers. Son père tout d'abord, alors que Naipaul se trouvait en Grande-Bretagne, grâce à une bourse. Une mort vécue donc à distance. Puis la mort de son frère, également écrivain, avec qui l'auteur avoue avoir été brouillé. Puis, et c'est la partie la plus longue du texte, la mort de son chat Augustus. La seule au final qu'il aura accompagnée, vécue au quotidien. Et qu'il détaille, comme si en fin de compte, l'émotion ne pouvait s'exprimer pleinement que concernant la mort de l'animal familier. le chagrin du titre trouve une manière de se dire, de s'exorciser grâce à Augustus.
Malgré la mise à distance, des descriptions factuelles et rationnelles, la tristesse, la séparation, le sensible en somme sont là, perceptibles et réels. Alors que dans la plupart de ses oeuvres, l'auteur privilégie, l'analyse, le concept, et refuse tout sentimentalisme, voire tout sentiment. Mais là, à la fin de sa vie, il ouvre quelque peu les portes de l'intime, et constate qu'on n'échappe pas au chagrin. C'est terriblement touchant, d'autant plus que l'auteur exprime les choses avec retenue et pudeur.
Le livre est complété par un texte de Paul Theroux, qui évoque ses souvenirs de V.S. Naipaul et leurs relations compliquées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Nuageuse
  09 mars 2021
Je ressors les larmes aux yeux de ce court récit.
V. S. Naipaul parle du chagrin ressenti à la mort de son père, de son frère et de son chat Augustus.
En allant voir sa famille qu'il lui apprend par un télégramme que son père est mort, il voit le vase indien au laiton que son père lui avait offert. Il l'emporte évidemment avec lui et le chagrin associé à ce vase s'estompe.
La partie sur son chat Augustus est poignante.
V. S. Naipaul nous parle de son adoption, de ses états depuis sa naissance jusqu'à la fin.
Étrange est le chagrin est évidemment une réflexion sur le chagrin, sa puissance qui nous envahit quand on ne s'y attend pas. L'être humain est incapable de prédire sa durée.
J'aurais bien aimé que ce texte soit plus long.
Commenter  J’apprécie          203
MarieLywood
  02 avril 2022
Etrange est le destin d'avoir mis sur mon chemin cet ouvrage. Au cours de mes déambulations à travers les rayonnages de ma médiathèque je suis tombé sur ce livre dont le titre m'a beaucoup intriguée. Étant donné que l'auteur est prix Nobel de littérature, je me suis empressée de l'emprunter me disant que cela me permettrait de découvrir sa plume.
Dès les premières pages, cela a été un choc. Les mots utilisés pour décrire le chagrin causé par la perte inattendue d'un père ont trouvé une grande résonance en moi.
S'ensuit un texte sur la relation particulière que l'auteur a avec son chat, l'amour qu'il lui porte et le chagrin qu'il ressent lors de la mort de celui-ci. Et là encore, Naipaul réussit à toucher en plein dans le mil. Je ne pensais pas être autant bouleversé par un récit si bref mais dont chaque mot sonne juste à la lecture.
Il ne me reste plus qu'à dire que j'ai été subjuguée par l'écriture de l'auteur au point de vouloir très prochainement la retrouver dans un ouvrage plus conséquent pour pouvoir la savourer plus longuement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
PatriceG
  09 janvier 2021
Texte inédit de VS Naipaul écrit juste avant sa mort survenue en 2018
Ce court texte du prix Nobel de littérature 2001, est une méditation autour de l'amour et de la mort. Il traite de trois morts qui ont compté pour lui tragiquement, celle de son père, puis de son frère et enfin de son chat Augustus.
Le titre de l'article du Monde : "Naipaul endeuillé" n'est pas bon puisqu'il a la prétention de s'adresser à tout public et que Naipaul est mort le 11 août 2018, et que même s'il y a des aspects christiques mâtinés de chamanisme chez Naipaul, il n'a pas ressuscité. J'ai cru du coup qu'il avait perdu sa soeur et que dans l'au delà, il n'y avait pas de repos pour son âme.
Par ailleurs il est dit que Between father and son 1999 est non traduit, ce n'est pas exact, je l'ai à la maison, il a été traduit de l'anglais par Suzanne Mayoux et publié en 2012 chez Grasset sous le titre Entre père et fils.
Et franchement aller dire que Naipaul a éprouvé du chagrin trois fois : A la mort de son père .., il y une manière plus délicate de formuler les choses. Serait-ce un écrivain sans émotion comme un spartiate, lui le grand observateur et spécialiste des effets humains de la décolonisation rarement analysée avec un tel brio ? Il vaut mieux ne rien dire du tout plutôt que d'aller troubler ainsi le repos de l'âme de notre cher VS.
Je lis plus loin encore : ".. ayant cela à l'esprit (une histoire machiavélique), on peut aborder le récit de Naipaul - qui à mon sens est plutôt une confession, comprendre sa douleur et sa culpabilité .." Il faut faire quoi alors : commencer par le milieu du livre ? Bon stop, n'en jetez plus la cour est pleine !.. Ah, si juste encore quelque chose : Une Maison pour Monsieur Biswas (1961), la publication Gallimard est de 1964 et non de 1961. Notons au passage que cette traduction de Louise Servicen s'est agrégée en 1980 d'une merveilleuse préface de le Clézio. On voit dans cette oeuvre magistrale l'idée du déracinement pour la famille hindoue qui s'apparente à celle de Naipaul qui se révèle sans concession et fort de l'adage : commençons par balayer devant notre porte. La lueur de cette lame d'acier veillera sur toute son oeuvre avec magnificence et touchante sincérité.
Merci au New Yorker en tout cas d'avoir publié ce texte début 2020. Et je recommande chaudement la lecture des oeuvres citées de VS Naipaul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
PamRamos
  16 avril 2021
Dans ce récit sobre et profond, V.S. Naipaul, prix Nobel de Littérature, revient sur trois deuils liés bien que très différents, et éloignés dans le temps. le chagrin y prend la forme qu'il peut, toujours surprenante, comme si logé au fond de chacun en permanence, il attendait un moment aussi mystérieux qu'incongru pour revenir s'exprimer. de subtils sentiments que seule une plume immense pouvait rendre en si peu de pages, sans les amoindrir. L'occasion pour tous de faire connaissance avec un écrivain tumultueux et difficile à fréquenter, cependant inoubliable, comme en témoigne la très forte déclaration d'amitié que lui fait Paul Theroux en postface, sans pour autant épargner son irascible ami.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Bibliobs   11 février 2021
Dans « Etrange est le chagrin », son dernier inédit, l’écrivain narre les décès qui ont enténébré son existence. Son dernier soupir, en quelque sorte.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
PatriceGPatriceG   05 février 2021
Les trois morts qui ont marqué Naipaul, son père, son frère Shiva et son chat Augustus, dit-il à l'heure tardive de sa vie.

A propos de son père qui a d'ailleurs fait l'objet d'un livre, il dit ceci, comme quoi un malheur n'arrive jamais seul, : "deux ans après une crise cardiaque, le journal The Trinidad Guardian le met en demi-solde, alors que le solde était déjà juste, ce qui fera peser sur la famille un lourd tribut. Son père voulait être écrivain .."
Et c'est son fils qui le sera !..

Je ne peux pas ne pas rapprocher ce qu'il raconte là à ce qu'il se passe aujourd'hui avec ceux , sur fond de Covid, qui perdent leur emploi ou qui se trouvent amputés d'un quart de temps, d'un tiers temps, ou d'un mi-temps, et cette impression de normalité qui va avec .. Pour le père de Naipaul, journaliste au Guardian, sa normalité c'était les préjugés raciaux et de l'Empire britannique ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
5Arabella5Arabella   27 avril 2022
C'était une sotte façon de penser. Nous en avons jamais fini avec le chagrin. Il fait partie du tissu de la vie. Il attend toujours de nous tomber dessus. L'amour rend les souvenirs et l'existence précieux ; le chagrin qui nous envahit est à la mesure de cet amour et il est impossible d'y échapper.
Commenter  J’apprécie          110
NuageuseNuageuse   08 mars 2021
Nous n'en avons jamais fini avec le chagrin. Il fait partie du tissu de la vie. Il attend toujours de nous tomber dessus. L'amour rend les souvenirs et l'existence précieux ; le chagrin qui nous envahit est à la mesure de cet amour et il est impossible d'y échapper.
Commenter  J’apprécie          82

Video de V. S. Naipaul (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de V. S. Naipaul
Discours de V. S. Naipaul à l'occassion de l'obtention du prix Nobel de littérature en 2001.
autres livres classés : trinidad et tobagoVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1397 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre