AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811231226
Éditeur : Milady (12/06/2019)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 131 notes)
Résumé :
Fantasque et drôle, Jubilee Jenkins souffre d’un mal extrêmement rare : elle est allergique au contact humain (pour résumer aux gens). Après un épisode qui a failli lui coûter la vie, elle décide de ne plus sortir de chez elle. Mais à la mort de sa mère, Jubilee doit affronter le monde et les gens. Elle trouve refuge à la bibliothèque municipale, où elle décroche un travail, et y rencontre Eric Keegan, un homme divorcé qui vient de s’installer en ville avec son fils... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (70) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  15 juin 2018
La première fois que j'ai vu ce titre, j'ai pensé à une histoire de vampire ! Mais que nenni, ami(e) Babelio, c'est une histoire qui sort tout autant de l'ordinaire, tout aussi impossible et en même temps si réaliste.
Jubilee Jenkins est allergique au contact humain, diagnostic qui a été posé à ses six ans, après des années d'errances, de doutes et d' éruptions cutanées en tout genre.
Une caresse, et c'est le choc anaphylactique , un baiser et c'est la mort. Vous imaginez , ce qu'a pu être son enfance en compagnie de sa mère célibataire ? Une enfance sans marque d'affections…
A la suite d'un pari de lycéens (un baiser) ,Jubilee a fini à l'hôpital et a décidé de ne plus sortir de chez elle. Pour des raisons que vous découvrirez dans le roman , on fait la connaissance de cette étrange jeune femme , neuf ans après : elle doit sortir de chez elle et trouver un travail . Vainquant son agoraphobie, elle va s'ouvrir au monde, aux gens, et découvrir l'amour.
C'est un roman porté par deux voix, en alternance , celle de Jubilee, et celle d'Eric , jeune papa divorcé, qui a adopté le fils de ses meilleurs amis décédés dans un accident d'avion.
Cet homme a du mal à établir une relation avec cet étrange enfant surdoué , aux réactions imprévisibles, il a également du mal à rétablir le dialogue avec sa fille adolescente .
C'est une sorte de coup de foudre triangulaire que raconte ce roman , chaque personnage étant la "béquille" de l'autre, dans une totale harmonie. Une harmonie étrange et poétique rendue possible par les caractères extrêmement originaux des personnages, par cette allergie (qui n'existe pas en vrai ! ) et qui empêche tout contact. Les échanges devant être uniquement spirituel et verbaux.
C'est drôle, émouvant, frais, délicat…
Oui , j'ai adoré ce livre jusqu'au dernier chapitre. Ça devrait être interdit des fins comme ça. Je sais que les chants les plus tristes sont les chants les plus beaux ! Je sais qu'une fin ouverte fait cogiter sa lectrice bien plus surement qu'un happy-end, mais là, c'est juste…
inattendu ? décevant? ouvert? réaliste ? bizarre?
( Je ne sais pas. Tout ce que je sais ,c'est que la dernière fois que j'ai tourné une page de ce livre, j'ai failli mourir de stupeur .. )
Oui, inattendue ; mais après tout, c'est l'auteur qui décide . Toujours…
Alors voilà, Jubilee , Eric, Aja, Madison, méritent que vous fassiez connaissance. Vous allez beaucoup sourire, je vous aurais prévenus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          507
florencem
  03 février 2018
Avec un titre comme celui-ci, impossible de ne pas être intrigué ne serait-ce qu'un petit peu ! Moi, en tout cas, j'ai tout de suite voulu savoir de quoi parlait le roman. Et le résumé comme le titre m'ont convaincu très rapidement que La première fois qu'on m'a embrassé je suis morte serait un bon moment de lecture. Une romance feelgood avec ce côté décalé que j'aime beaucoup, mais qui en même temps aborde des sujets délicats sans pour autant trop se prendre la tête. Un petit moment de bonheur que j'affectionne et qui donne un peu de soleil et le sourire.
Jubilee n'a pas de chance et c'est le moins que l'on puisse dire. A l'âge de six ans, les médecins lui ont diagnostiqué une maladie extrêmement rare : l'allergie aux êtres humains. Aucun contact possible sinon c'est l'accident voire la mort. Eric, lui, sort d'un divorce un peu houleux, sa fille ne veut plus lui parler, il a perdu son meilleur ami et se retrouve à élever le fils de ce dernier. Deux malheureux que l'on croise à un moment crucial de leur existence. Deux points très positifs dès le départ de l'histoire. le premier, nous alternons entre des chapitres où Jubilee puis Eric sont les narrateurs principaux. Excellente dynamique d'autant plus qu'on peut ainsi ressentir parfaitement ce qu'ils traversent. le deuxième, l'auteur prend le temps de nous faire découvrir ses deux protagonistes avant leur rencontre. J'ai donc pu m'attacher à chacun des deux individuellement. Cela peut paraître un détail mais je trouve tout de même cela très important pour la suite.
Il y a aussi les sujets abordés. L'allergie de Jubilee n'a pas seulement été une maladie pour moi. J'entends par-là que l'auteur nous montre combien les contacts avec les autres sont importants. Notre héroïne n'a eu aucun contact depuis ses 6 ans (oui quasiment presque). Je ne peux pas imaginer un enfant vivre cela. Pas de câlins, pas de main que l'on tient, de caresses pour rassurer, de bisous pour consoler... Il y a tellement d'amour que l'on peut faire passer par des simples contacts... Et je ne parle même pas quand on grandit notamment à l'adolescence. du coup, on découvre une Jubilee un peu "handicapée" par rapport aux autres. Sa réclusion n'arrange rien d'ailleurs. Mais en même temps, elle n'a pas ce côté recluse à l'extrême. Elle ne s'est pas laissée aller à 100%, la débrouillardise c'est son credo. Son évolution est d'autant plus palpitante et intéressante. Elle a son caractère, ses désirs mais aussi ses peurs avec ce côté un peu excentrique qui lui va si bien. Mais encore plus, et c'est assez paradoxale en un sens, j'ai trouvé aussi qu'elle était plus humaine, plus touchante, plus amène à aller vers les autres.
L'auteur traite aussi beaucoup des relations de familles. Il y en a plusieurs qui passent sous son microscope et même si il y a très souvent cette légèreté qui plane dans le roman, les sujets difficiles ne sont pas en reste. Les relations parents/enfants ont une belle part d'ailleurs. Ce n'est pas trop romancé à mon goût et très réaliste. Les personnages de l'auteur sont très humains, très vrais. Il y a une telle crédibilité que c'est génial de les voir évoluer. Même leurs défauts sont appréciables. le deuil a aussi une place importante. Celui d'un être cher, d'une période de sa vie, d'un type de relation... Chacun le gère à sa façon avec complexité quelques fois, explosion ou simplement prise de conscience progressive. Il n'y a aucun jugement non plus dans le sens où on ne sent pas que les personnages font le mauvais choix. C'est leur décision, point barre. Il y aura des répercutions, mais ce sera à eux de les accepter et de les gérer. Bref, une psychologie globale réellement appréciable et qui passe au-dessus de la romance sans l'étouffer.
Côté personnage, j'ai déjà parlé de Jubilee donc voyons un peu Eric. C'est un père qui est un peu largué mais attachant et qui veut bien faire. Et étrangement, alors que c'est lui qui a eu le plus de contact humain, il semble être celui qui a le plus de mal à interagir avec ses semblables. Mais il apprend et ne rechigne pas devant de l'aide. Je l'ai trouvé mignon à bien des reprises et très patient aussi. Il a peut-être un côté un peu lisse mais qui est contrebalancé par ses petits défauts. Aja, son fils adoptif, est un protagoniste qui n'a pas tout le temps été facile à suivre. On comprend progressivement son comportement qui m'a un peu énervé à certains moments et là encore, il fallait gratter. Son autisme à un degré minime est aussi une chose qui donne un plus à l'histoire, notamment par rapport à sa relation avec Jubilee. Madison était aussi très sympathique. Elle est l'élément déclencheur, l'élan qui pousse Jubilee à dépasser ses limites. Et puis le personnage est dynamique et drôle. En bref, on ne s'ennuie pas une seconde et même les protagonistes secondaires sont au top.
Côté romance, je n'ai pas été déçue. Tendre, prenant son temps, tout à fait raccord avec les personnages et les situations de chacun. Il n'y a pas vraiment de passion ou de choses explosives mais cela me va tout à fait. C'était ce que j'appelle une vraie histoire d'amour, très juste, pas trop romancée et moderne.
En ce qui concerne la fin, je ne savais pas du tout comment l'auteur envisageait la chose. Et là encore, je n'ai pas été du tout déçue. On reste dans l'ambiance globale de l'histoire, avec toujours ce côté "rien n'est facile", la vie demande des concessions et est bourrée d'embûches. Mais aussi pleine d'espoir. Je vais suivre Colleen Oakley sans aucun soucis, si elle a d'autres histoires comme celle-ci, je suis preneuse à 100%.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Saiwhisper
  13 février 2018
Un résumé accrocheur, un titre qui interpelle, une ambiance feel-good, des sujets sensibles et intéressants, un univers qui m'est familier, une couverture avec des livres, … J'ai rapidement compris que cet ouvrage avait tout pour me plaire ! C'est d'ailleurs le cas, puisque je me suis régalée tout au long de ma lecture : j'ai ri, je me suis parfois reconnue en l'héroïne, je me suis inquiétée pour le petit Aja et j'ai espéré jusqu'au bout que certaines choses se concrétisent… Dans « La première fois qu'on m'a embrassée, je suis morte », on va suivre Jubilee, une jeune femme atteinte d'une étrange maladie depuis sa plus tendre jeunesse : elle est incapable de toucher les gens. Si cela arrive, elle ne va pas absorber l'énergie vitale de son interlocuteur comme le ferait Malicia des X-Men… C'est plutôt elle qui va en subir les conséquences, puisque cela peut provoquer de vives réactions sur son épiderme, voire pire… Depuis ses six ans, elle est incapable de recevoir des câlins ou des baisers de sa propre mère… À son quotidien déjà bien difficile va se rajouter l'agoraphobie… J'ai aimé la façon dont l'auteure a abordé sa maladie. Les émotions de Jubilee sont vraiment bien retranscrites : on comprend son manque d'amour maternel, sa crainte du contact humain, ses stratagèmes pour continuer à vivre sans sortir de son domicile et ses blessures du passé qui ont du mal à cicatriser. Ce premier baiser dont parle le titre a réellement été une scène traumatisante pour elle, que ce soit pour son contexte ou pour les retombées qui l'ont obligée à vivre comme une véritable ermite. le sujet, sensible, intéressant et peu exploité dans la littérature, m'a beaucoup touchée. J'ai également adoré suivre la jeune femme dans son nouveau travail. En effet, suite à un drame, Jubilee est obligée de quitter son foyer pour travailler. Par chance, elle trouve un emploi à la bibliothèque. En tant que médiathécaire, son quotidien me parlait ! Je me suis retrouvée en elle avec l'heure du conte pour Halloween, la présence de certains usagers réguliers, les références littéraires, les piles de livres partout à la maison, etc. J'ai donc complètement adhéré au contexte de l'ouvrage.
La narration oscille entre Jubilee et Eric, un père de famille qui peine à garder la tête hors de l'eau. Sa femme l'a quitté, sa fille (une ado rebelle) lui en veut et ne souhaite plus lui parler et il vit seul avec Aja, le fils de son défunt meilleur ami qu'il a adopté. Or, Aja est un garçon introverti, intelligent, cultivé, mais terriblement surprenant. Lorsqu'il est dans sa bulle, il n'a pas conscience de ses actes ou de ses paroles. Ainsi, sans qu'il s'en rende compte, il peut briser une table basse en se prenant pour un super-héros doté de pouvoirs psychiques. Cela engendre des problèmes scolaires et des troubles du comportement. Bien qu'il faille attendre un peu de temps pour creuser sa personnalité, j'ai aimé ce petit garçon touchant, avec du répondant et passionné de comics. le fait qu'il soit légèrement autiste apporte quelque chose à l'intrigue et va permettre à Jubilee de se lier d'amitié avec lui. Par son intermédiaire, on va également aborder le sujet du deuil et la difficulté à reprendre pied. On va aussi creuser la thématique des relations parents-enfants qui est le thème central derrière cette romance. de son côté, Eric est un homme patient avec le coeur sur la main qui cherche à se rendre utile et à tisser une relation père-enfant avec sa fille et Aja. Si j'ai aimé cette facette de sa personnalité, je reconnais avoir eu un peu plus de mal avec son comportement. Je l'ai parfois trouvé très insistant, limite intrusif. Au début, on a l'impression qu'il suit partout Jubilee, qu'il cherche à attirer son attention ou qu'il désire à tout prix à ce qu'elle lui succombe. Certes, cela ne se fait pas de façon malsaine mais, personnellement, je l'ai trouvé trop insistant… Cela dit, j'ai fini par l'accepter et à m'attacher aux personnages, notamment grâce à la narration alternée qui permet vraiment de les comprendre.
La romance en elle-même est attendrissante. Bien que ce coup de foudre partagé soit rapide, Colleen Oakley évite les facilités en prenant le temps de développer la relation des deux protagonistes. Ainsi, chacun garde ses sentiments pour lui et découvre l'autre au fil du temps. On a vraiment l'impression de suivre leur relation. de plus, on ne fait pas dans le mièvre : les émotions sont là, mais ne font pas de l'ombre à l'intrigue ou aux thèmes abordés. Cela sonne réaliste, doux et crédible. Détestant les romances du genre guimauve, qui arrivent comme un cheveu sur la soupe ou qui ne sont pas développées, j'ai été plus que ravie par leur amour… Hélas, mon enthousiasme a déchanté avec le dernier chapitre. En effet, j'ai trouvé la conclusion trouvée expéditive et pas à mon goût… le choix d'opter pour un bond dans le temps comme celui-là m'a déçue et m'a laissée perplexe… Certes, lorsqu'un livre est classe feel-good, on s'attend à ce que les choses se terminent plus ou moins bien… Mais là, je n'ai pas du tout adhéré à cette fin. C'est dommage, parce qu'à côté de cela, j'ai adoré l'ambiance de l'ouvrage, la façon dont les sujets ont été traités et les différents personnages (le couple, les deux enfants d'Eric ou encore Madison, une amie de Jubilee). Malheureusement, cette conclusion m'a laissé un sentiment amer qui a fait que j'ai reposé mon ouvrage avec une petite moue désappointée. Dommage ! Cette romance avait énormément de potentiel et aurait pu faire partie de mes favorites… Je ressors donc partagée par cette lecture qui a à la fois ses forces et ses faiblesses, mais qui reste très agréable à lire.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1512
stokely
  18 novembre 2018
Au début de ma lecture j'ai très vite pensé que j'allais avoir un gros coup de coeur pour celle-ci tellement le personnage de Jubilee Jenkins est atypique et le style de l'auteur est vraiment très agréable à lire.
J'ai également beaucoup aimé le personnage du fils adoptif d'Eric qui se nomme Aja et qui est persuadé de pouvoir avoir des pouvoirs spéciaux comme ces supers héros favoris les X-Men. Aja et son père vont recontrer Jubilee qui va devenir bibliothécaire grâce à Madison une de ces connaissances du collège.
Jubilee reprend petit à petit une vie normale après avoir vécu confiné pendant 9 ans dans sa maison, mais à la mort de sa mère elle va devoir travailler afin de payer ces fatures, ce qui va être très compliqué pour elle dû à sa maladie.
L'écriture est vraiment très belle il n'y a aucun apitoiement des personnages sur leur sort que cela soit de la part de Jubilee sur son allergie, d'Aja sur la perte de ses parents , d'Eric en ce qui concerne sa séparation.
Cependant j'ai trouvé que cela devenait un peu trop "fleur bleu" et facile à mon goût en ce qui concerne la relation de Jubilee et d'Eric d'où ma note finale.
J'ai cependant passé tout de même un très bon moment de lectures et je ne suis pas prête d'oublier ces personnages si différents des autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MarquePage
  01 août 2018
Ceci est le genre de roman qui peut être très bien ou très mal traité avec du mielleux. Ce livre est une bonne réussite. Pas sure que ça soit un qu'on aime lire et relire mais il est très plaisant et la lecture est très facile et prenante. Difficile de s'en détacher une fois plongé dedans.
Au delà de l'allergie aux être humains qui empêchent Jubilee d'avoir une vie sociale normale (ou une vie tout court) et donc de cette rencontre et de cette idylle impossible, des sujets plus sérieux sont évoqués. Ils sont traités avec une certaine légèreté mais aussi avec profondeur, sans en faire trop. En premier plan la vie face à la maladie, la façon de s'adapter, de se réadapter, la peur malgré l'espoir. L'auteur parle beaucoup de relations humaines. Plus qu'une simple rencontre qui bouleverse la vie des deux protagonistes. Beaucoup sur la communication. Que ce soit avec Aja, ou à travers la relation père-fille entre Eric et Ellie ou Jubilee et sa mère. le deuil. le pardon. Et la vision qu'on a des autres et qui n'est pas toujours exacte (rarement en fait). On suit tous ces évènements, ces évolutions, avec les personnages qui leur donnent une vraie psychologie, un ressenti et une empathie. Mais surtout qui donne de la consistance à l'histoire.
L'alternance de la narration à la première personne entre Jubilee et Eric est très intéressante car on a deux points de vue, sur des évènements identiques ou au contraire différents. Et puis ça rend le récit dynamique. On a toujours envie de lire un chapitre de plus.
Par conséquent on connait très bien nos deux personnages. Humains et complexes. A qui on peut s'identifier. Ils sont sympathiques et attachants. On n'a pas grand chose à leur reprocher.
La fin m'a, d'un premier abord, un peu surprise. On n'a pas vraiment toutes les réponses à nos questions. Surtout entre Eric et Jubilee. Mais ce n'est pas plus mal car ça évite qu'on tombe dans le cucul. Ca nous laisse la magie de ne pas tout savoir, de ne pas savoir ce que la vie nous réserve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

critiques presse (1)
TPLF   18 juillet 2018
Colleen Oakley nous offre des personnages attachants et une histoire d’amour atypique, drôle et terriblement émouvante, parfaite pour les fans de romans feel-good !
Lire la critique sur le site : TPLF
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   05 février 2018
Les déménagements sont les seuls moments où je suis capable de suspendre ma croyance dans les lois de la nature et d’envisager l’existence de puissances occultes. Magie noire ? Téléportation ? C’est l’unique explication. Les tasses à café auraient dû se trouver dans les cartons marqués « CUISINE ». Là où je les avais mises. Et pourtant…
Commenter  J’apprécie          240
iris29iris29   15 juin 2018
Un an avant notre divorce, Stéphanie et moi sommes allés voir son curé pour lui demander conseil. Ce n'était pas mon idée. Quand elle l'a proposé, j'ai protesté : " Comment pourrait-il nous aider ? Il n'a jamais été marié !"
Commenter  J’apprécie          330
iris29iris29   17 juin 2018
Le jeudi, c'est le jour de la cravate bleue.
Je n'ai pas de tocs. Je ne panique pas si je ne trouve pas ma cravate bleue un jeudi matin. C'est juste une question d'efficacité : une décision de moins à prendre. C' est pour ça que Mark Zuckerberg porte tous les jours le même tee-shirt gris. Je suis le Mark Zuckerberg de la comptabilité.
Commenter  J’apprécie          180
florencemflorencem   06 février 2018
- Et c’est une bonne chose ? Une faible estime de soi ?
Elle se mord la lèvre inférieure, l’air pensive, et réfléchit quelques secondes.
- Ça vaut mieux que l’inverse.
- Comment ça ?
- Vous avez été au lycée… Qu’y a-t-il de pire au monde qu’un ado arrogant ?
Commenter  J’apprécie          221
iris29iris29   15 juin 2018
Après avoir lu quelques articles sur les conséquences funestes d'une trop grande consommation de café, je me suis juré que le nouveau "moi" du New-Jersey ne boirait qu'une tasse par jour. Je ne me souviens plus vraiment des conséquences. Probablement le cancer ou la mort, puisque cela semble être le résultat de toutes les études médicales du moment.
Commenter  J’apprécie          163
autres livres classés : allergiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3543 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..