AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9781097273195
408 pages
Poisson volant (15/12/2018)
3.9/5   5 notes
Résumé :
Suite des aventures du Samouraï Noir : en 1590, l'empire japonais n'est toujours pas unifié. Le kampaku Hideyoshi dispute toujours le pouvoir suprême au grand daimy Ieyasu. Dans le camp catholique, les jésuites continuent de propager la foi chrétienne au Japon, malgré un édit antichrétien et des persécutions terribles.
Dans ce contexte religieux et politique instable, les enfants de Pedro et Ana partent à la découverte du monde et nous entraînent à Macao, Jé... >Voir plus
Que lire après Shogun : Le Seigneur du JaponVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Vaste livre que celui-ci, après avoir lu le 1er tome "Le samouraï noir" à l'occasion d'une précédente masse critique, je me suis plongé à nouveau dans ce Japon du XVI ème siècle. J'y ai retrouvé les mêmes personnages, plus vieux et installés que lors du précédent tome. Carlos, le fameux samouraï noir ne fait que de courtes apparitions dans ce récit, l'histoire se concentre plus sur Pedro, Ana et leur descendance.
Ce livre vaut surtout de par son contexte historique, les guerres internes qui ravagent le Japon, la christianisation du pays par des prêtres européens et la concurrence que se livrait différents ordres religieux. Tout cela est très bien rendu, les enjeux exposés. Même si c'est un peu ardu, le travail effectué par l'auteur rend ces faits très intéressants.
De même qu'au précédent tome, l'action ne se limite pas au pays du soleil levant mais nous fait voyager également à Macao, au Mozambique, à Jérusalem, en Italie et bien sûr au Portugal.
Par contre, il m'a semblé qu' on avait vraiment deux récits en parallèle, la partie récit historique et la partie fictive avec les aventures des protagonistes. Contrairement au premier tome, j'ai trouvé ces deux histoires moins bien imbriquées l'une dans l'autre.
Je me suis également perdu quelquefois entre tous les patronymes japonais, au risque de confondre et de mélanger différents personnages. Il faut donc être tout de même assez concentré pour mieux en profiter.
Vous l'avez compris, ce livre se mérite, le plaisir certain que vous en tirerez si vous aimez l'histoire compensera largement les petits à-côtés moins positifs.
Pour ma part, j'espère lire le dernier tome de cette trilogie "La dame au kimono blanc", peut-être au hasard d'une prochaine masse critique. En tout cas, je remercie vivement Babelio et les éditions le poisson volant pour la découverte de ce livre.
Commenter  J’apprécie          130
Merci à toute l'équipe de Babelio pour m'avoir sélectionnée et aux Editions « le poisson volant » qui m'ont envoyé ce livre.
Ce 2ème tome du Samouraï noir, se lit indépendamment du 1er tome et nous plonge dans le Japon du XVème siècle. Entre les grands seigneurs de guerre et leur stratégies politiques et les portugais et castillans qui se livrent une concurrence religieuse et commerciale, nous découvrons l'histoire du Japon. Cela au travers de grands seigneurs japonais tels Hideyoshi et Ieyasu et au travers des enfants d'Ana et de Pedro da Fonseca qui vont sillonner le monde connu de l'époque et nous entrainer de Macao à Jérusalem, Rome et Lisbonne en passant par le Mozambique.
Dans ce 2ème volet, la politique, la religion et les ruses commerciales des portugais donnent une image très précise des enjeux de l'époque. Il faut toutefois avoir un minimum de connaissance du Japon du XVème siècle pour apprécier la richesse des recherches que l'auteur a dû mener pour aboutir à ce grand roman historique.
Commenter  J’apprécie          50
L'histoire : Nous sommes plongés dès le début du roman dans ce Japon Médiéval, alors que Nobunaga Oda est décédé, dans ce qui semble être une guerre larvée entre les différents Daïmyos, les chefs de clans. Surtout, nous avons le point de vue de la communauté Portugaise qui s'est installé progressivement à Nagasaki, avec les enfants de Pedro et Ana, qui se trouvaient dans le premier tome, que je n'ai pas lu. Il y a beaucoup de personnages, à différents endroits du globe. Si au début de la lecture on a des liens épistolaires et commerciaux entre les personnages, je me suis doutée qu'ils finiraient par se croiser à moment donné.
Nous ne voyons également pas que le Japon, certains personnages vivent à Rome, d'autres au Portugal, d'autres au Mozambique, etc. On découvre beaucoup de lieux dans les années 1590, avec des 'décors' qui m'ont paru logique.

La plume de l'auteur : le texte est dense, et assez long à lire. Il y a beaucoup de personnages, et de lieux dans lesquels on passe avant, sachant que l'on peut passer d'un personnage à l'autre avec juste un changement de paragraphe.

Mon avis général : C'est un bon roman, qui m'a demandé un peu de temps, de part sa densité. J'ai été parfois perturbée par les changements brusques de personnages narrateurs ou centraux. Et j'avoue que parfois je me suis perdue entre les différents Pedro, Carlos (car oui, il y a 2 Carlos).
Commenter  J’apprécie          10
Ce n'est pas vraiment une trilogie, mais mieux vaut connaître un minimum le contexte. Ce deuxième volet du Samouraï noir, dont il est notablement absent, nous entraîne dans le Japon chrétien persécuté mais indomptable. Et aussi ailleurs dans le monde, parfois pour de longs apartés, où l'on arpente les lignes commerciales de l'empire portugais. Malacca, Macao, Jérusalem, Lisbonne, un véritable tour du monde ! Une page stupéfiante et dramatique de l'histoire japonaise où se mêlent tactique militaire et ruse commerciale. Une dynamique à plusieurs ressorts qui nous pousse de chapitre en chapitre jusqu'au dénouement historique. Tokugawa Ieyasu, véritable homme fort de ce volume, y est dépeint en couleurs vives, presque palpables.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
- Non, je regrette qu'une si belle femme, et si douée de surcroît, ait choisi de coucher avec un noir...
- Avez-vous perdu la raison ? Le signore Carlos, son mari, est un Portugais du Japon.
- Voilà, un Japonais. Voyez-vous, je me suis renseigné : ni ce japonais noir, ni son père, ni sa mère ne sont nés en Europe, et encore moins dans leur royaume du Portugal qui semble plus être le royaume des Maures que des chrétiens. Sa grand-mère paternelle était une Noire du Brésil. Il n'est ni portugais ni japonais. C'est un monstre !
Commenter  J’apprécie          90
Dans cette forêt du sud du Mozambique, c'était les femmes qui faisaient la loi. La vallée du Zambèze était la terre des "donas", et les successions se faisaient toujours de mère en fille, et certains Portugais, ou sujets du roi venus d'Inde, essayaient d'obtenir des terres grâce à un bon mariage avec l'une de ces femmes. Et sur l'île du Mozambique, les Noirs avaient toujours une reine, même si le capitaine était le représentant de l'autorité du roi. Mais les nobles fermaient les yeux sur ces coutumes locales, car le respect pour leur reine ne les empêchait pas de remplir leurs petites obligations en tant qu'officiers du roi.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : nagasakiVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (8) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3110 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..