AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2864327678
Éditeur : Verdier (28/08/2014)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Maxime Ossipov promène son œil acéré et lucide de médecin sur la réalité russe. Le constat est rude : corruption, racisme, trafic d’organes… Les corps et les âmes souffrent, les médecins trompent ou se trompent, l’histoire pèse sur les existences. Et pourtant, si ses personnages voyagent ou émigrent dans les plus grandes villes du monde, comme lui, ils reviennent toujours à la Russie. C’est là qu’un bonheur, même fugace, est possible, c’est là que se révèle la vérit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bookycooky
  11 novembre 2014
Maxime Ossipov est un médecin cardiologue.
Le titre laisse présager des mémoires liées à la carrière de médecin comme le livre de Boulgakov,"récit d'un jeune médecin",mais c'est plutôt une chronique de la Russie contemporaine,de l'après "chute du communisme".Les thèmes sont très différents comme trafic d'organes,émigration aux États-Unis,le monde des échecs,la prolifération des vocations religieuses à la chute du communisme,la corruption...On y rencontre toutes sortes de personnages,un Abramovitch en herbe(Kombinat),un géologue devenu pope(sous la vague marine),un neurochirurgien sans état d'âme ,trafficant d'organes(le petit Lord Fauntleroy),un jeune ingénieur sans le sou qui émigré aux E.U. brassera des millions(Cape Cod),un garçon qui change de nom pour éradiquer la honte lié à un acte de son père (pièces sur l'échiquier )....L'écriture est simple,les histoires intéressantes,mais l'auteur se disperse un peu trop à l'intérieur de chaque nouvelle.On attend en vain le fil rouge du récit ou la surprise finale.La quatrième de couverture dit que ces histoires s'inscrivent dans la même grande tradition des médecins écrivains tels que Tchekhov et Boulgakov,je ne suis pas tout à fait d'accord.Mais je pense que ça vaut quand même la peine de le lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Charybde2
  12 août 2014
La dissolution de l'Union Soviétique, l'invention cahin-caha de vies nouvelles, magnifiquement contées au ras des sensations d'une galerie de personnages mystérieusement centrés autour d'un "simple" médecin russe.
Désormais sur mon blog : http://charybde2.wordpress.com/2014/08/12/note-de-lecture-histoires-dun-medecin-russe-maxime-ossipov/
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Telerama   05 novembre 2014
Un souffle puissant parcourt l'échine de ce livre loin des clichés, au plus près de la richesse intime des êtres, drôle et déchirant.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   12 août 2014
Le cri de l’oiseau domestique éloigne le mal qui a gagné en force durant la nuit.
Un matin à l’hôpital. Sur le lit, un homme maigre, nicotiné, un chauffeur d’autobus victime d’un infarctus, un drôle d’oiseau. Il est hors de danger et il regarde se faire soigner son voisin, un petit vieux aux allures de clochard, au poignet tatoué du soleil bleu des gardiens de camp. Un choc électrique, et le rythme cardiaque est redevenu normal. "Le vieux va mieux, il respire beaucoup moins", plaisante le chauffeur derrière son paravent. Nous échangeons un coup d’œil. Est-ce qu’il sera autorisé à conduire à nouveau ? Et puis il y a d’autres soucis, plus actuels : comment empêcher que sa femme tombe sur l’autre visiteuse, celle qui lui apporte de la viande grillée. Ce chauffeur comprend aussi pas mal de choses me concernant : les oiseaux sauvages sont perspicaces.
L’aspiration est claire : aimer non seulement ses proches, mais plus largement – les gens et le lieu. Pour cela, il faut se remémorer, observer, inventer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   12 août 2014
C’est révoltant, il n’y a pas de quoi s’attendrir, mais cette joyeuse participation à la triche collective renforce l’union nationale tout autant que les lois. Vous n’avez pas payé vos factures d’électricité, de gaz, de téléphone ? Dans la capitale, manquer d’argent, c’est la honte ; ici, c’est plutôt la norme. "Ce compteur électrique ne marche pas très bien, constate l’employée venue faire les relevés. – C’est bien ce qui me semblait… Mais venez donc vous faire soigner chez nous, et amenez votre famille !" Compréhension, confort, affection. Ça n’a pas que des bons côtés, mais c’est du solide. Tout le monde sait tout sur tout le monde. Comme au paradis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BookycookyBookycooky   11 novembre 2014
Un homme a besoin de toute la gamme des émotions,poursuit l'écrivain.Je ne peux pas vivre comme ça ,réduit al seule triste nécessité.
Commenter  J’apprécie          80
BookycookyBookycooky   11 novembre 2014
On lui apprenait à être quelqu'un de bien.Pourquoi fallait-il qu'il le fût,on ne lui expliquait pas,cela paraissait évident.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : communismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Maxime Ossipov (2) Voir plus