AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757831801
Éditeur : Points (10/03/2016)

Note moyenne : 3.11/5 (sur 89 notes)
Résumé :
Madison, 13 ans, est la fille d’une star du cinéma et d’un producteur milliardaire. Élevée dans la religion du fun et de la culture pop, elle passe un Noël ennuyeux seule dans son pensionnat en Suisse, tandis que ses parents se consacrent à leurs projets professionnels et à l’adoption d’orphelins du tiers-monde. Mais un événement inattendu va venir illuminer ses vacances : sa mort subite. Débarquée en enfer, elle y fait la connaissance d’une bande de jeunes marginau... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
petiteplumeblanche
  14 novembre 2014
Flûte de zut et reflûte,je suis terriblement déçue,j'explique:
Option de réchauffement possiblement attrayante,par ces temps et autres lectures moroses : une bonne petite descente aux Enfers en compagnie de Chuck Palahniuk,notre auteur déjanté qui a eu de tous temps mon estime,ce qui en soit ne vaut pas un clou,mais qui me permettait des instants de lecture jubilatoires,certes parfois perplexes,cependant toujours admiratifs .
le quatrième de couv' m'avait bien accrochée,promettant en ce lieu maudit des rencontres avec certains personnages inoubliables,dont le club des 3 J( le torride Jim Morrison,Joplin,Hendrix ) et pas mal d'autres dans mon panthéon personnel ,mais aussi Hitler,le Diable et ses démoniaques acolytes depuis la nuit des temps...et tous les damnés depuis la création du monde.
Que nenni,mes amis,et je trouve là une certaine forfaiture à racoler les lecteurs et lectrices potentiels de cette façon.
L'histoire,il y en a une,la jeune Madison pré-ado,trucidée par un demi-frère, arrive en Enfer,et découvre ce lieu empli de miasmes divers et avariés des humeurs corporelles de plusieurs milliards d'humains qui l'y ont précédée ...elle y rencontre bien nos idoles,mais en une phrase(une page?),et s'en va vivre ses aventures ,en compagnie du club des cinq(oui,il y en a des clubs,des clubs de golf,ne me posez pas la question,je ne sais plus,mais je ne crois pas),quatre autre ados qui connaissent déjà les lieux et la briefent sur la meilleure façon de s'intégrer en Enfer... elle trouve même un job,la petite Madison,et on retrouve un peu du Chuck Palahniuk qu'on aime dans certaines péripéties parsemées ça et là...Madison a trouvé sa voie,elle restera en Enfer,où elle trouve une existence plus valorisante que sa vie sur terre,que je vous épargnerai...
Quelques jolis moments poétiques,telle la transformation des mouches à m.... en leur faisant accoler des grandes ailes bleues...elle met un peu de couleurs dans ce monde gris...
Et voilà...je ne sais pas si ce livre vaut la peine d'être lu,c'est facile,assez ennuyeux presque tout le temps,voire fastidieux,lourd,ce n'est qu'un avis!!!
La dernière page indique "A suivre...",non,oh que non,sur ce coup-là,je ne suivrai pas.Dommage,tout de même !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
stokely
  13 avril 2016
Toujours aussi inclassable cet auteur que j'ai découvert il y a peu avec Snuff. Je poursuis donc ma découverte avec Damnés on suit ici l'histoire de Madison qui se retrouve en enfer à l'âge de 13 ans et qui croit être morte d'un trop fort dosage de drogue.
Il faut dire que celle-ci a vécu dans une milieu très étrange avec des parents richissime avec des maisons partout dans le monde. Les parents anciens baba cools l'on initiée à toutes sortes de drogues (d'ailleurs elle fêtera son anniversaire avec ses amies avec un pinata rempli de drogue en guise de bonbon), pour leur montrer comment on fait des enfants ils lui montrent un film porno bien atroce.
Ses parents adoptent également des enfants pour tout et n'importe quelle occasion avant de les laisser dans des orphelinats. Ils ont des maisons partout dans le monde qu'ils visualisent d'internet.
Mais on suit plus particulièrement le parcours de Madison en enfer, comme celle-ci est une adolescente en rébellion le style est très vif et percutant du genre La Terre c'est la Terre et l'Enfer c'est l'Enfer. On se rend compte au fil du récit que la monnaie d'échange en enfer ce sont les friandises et que certains peuvent obtenir un travail comme Madison qui travaille dans une sorte de call center avec toutes sortes de questions à poser pour n'importe quel produit.
Elle va d'ailleurs faire plusieurs connaissances de personnes très malade ainsi (une du cancer et une du sida).
Ce livre se lit très vite mais à un côté assez crû, car oui en Enfer il y a tout de même la rivière des enfants avortés, des rivières de différents fluides corporels etc... Il y a également toutes sortes de célébrité en Enfer Marylin Monroe etc...
Cela aurait suffit avec une cinquantaine de page en moins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Heleniah
  11 septembre 2014
Salut Chuck Palahniuk, moi c'est Heleniah, je viens de finir ton dernier roman, cela signifie donc que je suis encore vivante. J'ai bien compris le message, rassure-toi : la Terre, c'est la Terre, l'Enfer, c'est l'Enfer. Je ne sais pas si je connaîtrais l'heure de ma mort, mais j'essayerai de m'habiller en prévision, des chaussures peu salissantes aux pieds, un jeans pratique, et les poches remplies de bonbons. Je vais essayer aussi de profiter de la vie et même si les temps sont durs, j'attendrais d'être morte pour me lancer dans une carrière de démarchage téléphonique ou de star du porno, j'aurais bien le temps de gagner ma mort de cette manière en Enfer, de toute manière j'y aurais droit, je suis rousse. Néanmoins, mon niveau d'anglais laisse encore à désirer, j'espère que tu me pardonneras, j'ai remarqué que tous les morts, peu importe leur origine, parle tous anglais et se comporte comme de parfaits américains… on dirait bien qu'on se prend pour le nombril du monde ? Et d'ailleurs si le créateur d'un livre crée l'Enfer est-il le Dieu ou le Diable de ces personnage ? Bon malgré toutes ces questions, je te promets de faire de mon mieux une fois que je serais morte, en attendant je vais clore cette introduction semblable aux anaphores qui ouvre chacun des chapitres de ce livre (oui, je connais le mot anaphore, je suis bloggueuse, pas stupide) et commencer ma critique !
Madison venait d'avoir 13 ans lorsqu'elle est morte. Elle était la fille d'une star de cinéma mondialement connue et d'un producteur milliardaire.
Madison se retrouve donc en Enfer. Les Enfers, finalement, ce n'est pas si dramatique. Bon, ce n'est pas l'endroit le plus hygiénique qu'il soit, il y traîne tout ce que les vivants rejettent sur terre ou perdent (détritus, mégots, larmes, sang, jusqu'au plus gore, je vous laisse imaginer, ce sont les enfers, n'est-ce pas). Il y a également des démons, tous les anciens dieux du mal de toutes les religions du monde qui se promènent et démembrent avant de dévorer vivant les morts qui se régénèrent par la suite, après tout, ils sont déjà morts.
Madison adresse une sorte de supplique à Satan à chaque début de chapitre, elle aimerait vraiment le rencontrer. Mais comme elle n'y arrive pas, elle décide de prendre en main sa mort. On assiste donc à des instants de sa vie d'avant, où elle prend les vivants à témoins (notamment parce qu'elle était une jeune ado grosse, mais intelligente), et on en apprend plus sur son mode de vie avec ses parents richissimes qui possédaient une maison dans chaque pays, qui adoptaient un enfant à chaque besoin de coup de pub, sa vie en pensionnat, sa rencontre avec Goran, son dernier frère adoptif.
On voit aussi sa mort en Enfer, son job là-bas (en Enfer on travaille pour raccourcir sa peine et gagner son Paradis à coup de bonbons et barres chocolatées, d'ailleurs la plupart des sites porno sont tenus par les Enfer et le télé-marketing également). C'est d'ailleurs en faisant du télé-marketing, qu'elle rencontre par téléphone interposé des mourants qu'elle convainc d'aller en Enfer, parce que finalement c'est pas si mal. D'ailleurs, c'est facile d'aller en Enfer (mais pensez à prendre de bonnes chaussures et des vêtements peu salissants) : si vous êtes roux, si vous avez klaxonnez trop souvent, si vous avez jurez trop souvent, si vous êtes journaliste, etc.
Ce roman est du Palahniuk pur jus. La première partie du roman peut être un peu choquante de part certaines descriptions gore, parfois à connotations sexuelles un peu trop descriptives, il faut vraiment s'y attendre et passer outre, car tout est dit sur un ton cynique. La seconde partie du roman et le twist de fin est vraiment géniale. Non seulement l'histoire se tient et est vraiment originale, mais le style est lui-même assez différents de ce qu'on trouve d'habitude sans en faire trop. Bref, j'ai passé un bon moment, il y a vraiment des passages bien trouvés que se soit sur la définition des Enfers, de la vie, de la mort, de la valeur de la vie et de la façon dont nous la vivons etc.
Bref, soyez prévenus, ne prenez pas un air choqué en lisant, dépassez la surface parfois boueuse et amusez-vous !
Lien : http://girlkissedbyfire.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Bazart
  12 mai 2017
Dernier ouvrage choc et trash du romancier américain Chuck Palahniuk, le mythique auteur de "Fight Club" qui comme dans toutes ses oeuvres n'aime rien de mieux que d'explorer la face obscure des sociétés bien-pensantes,
Vous vous demandez à quoi peut ressembler l'enfer ? Lisez le livre de Chuck Palahniuk et vous connaitrez l'expérience de Madison, 13 ans, décédée à la suite d'un French kiss. Description très personnelle d'un endroit où "Satan a réussi à augmenter ses parts de marché " où des amitiés se forment, des emplois sont occupés - Madison fait du télémarketing - où une administration tatillonne est respectée.
On y rencontre des gens célèbres, Madison arrive même à arracher sa moustache à Hitler. Elle interpelle Satan au début de chaque chapitre, c'est un copain qu'elle souhaite rencontrer.
Le monde du show biz n' est pas épargné, les parents de Madison adoptent des orphelins pour faire la couverture des magazines et les oublier rapidement après.
Evidemment, tout cela ne doit pas être pris comme un témoignage ultra crédible, mais en roman distrayant et original, comme les autres romans de sieur Palahniuk, il se pose là..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
JCOates
  15 septembre 2014
Madison, 13 ans, adolescente un peu boulotte et fille de parents célèbres, se réveille un jour en Enfer, dans une cage crasseuse. Elle fait la rencontre d'autres adolescents : un geek, un rocker, une jolie fille, et un sportif, de quoi faire un remake de Breakfast Club sous l'égide de Satan. Dans l'enfer de Chuck Palahniuk, le Patient anglais passe en boucle, on trouve la Marée des avortements par naissances partielles, l'Océan du sperme gâché, etc. On y croise Hitler et sa horde de nazis mais aussi des démons affamés.
Madison passe un test de Salut pour savoir si sa place est réellement en enfer, décroche un job de téléopératrice et profite de sa nouvelle vie pour changer de personnalité. Elle prend son premier travail très au sérieux, et invite ses interlocuteurs mourants à la rejoindre au pays d'Hadès, avant d'abandonner la toute gentille et polie Madison pour devenir une guerrière affublée d'une armée féroce.
Chacun des chapitres du roman commence par un appel de Madison adressé à Satan. Puis le chapitre alterne entre monologues intérieurs de la jeune fille décrivant sa découverte de l'Enfer et des flash-backs qui vont peu à peu nous révéler comment elle a pu se retrouver ici.
Ce livre me faisait très envie. Déjà parce que je fais confiance aux éditions Sonatine (malgré quelques déceptions, notamment en termes d'écriture, les histoires publiées par cet éditeur sont toujours captivantes). Ensuite, parce que j'avais déjà lu un livre de Chuck Palahniuk, Délicieuses pourritures, que j'avais beaucoup aimé. Au final, mon avis est plutôt mitigé. J'ai adoré le personnage de Madison et son sarcasme. J'ai souvent ri grâce au style de Chuck Palahniuk, son regard acerbe, et sa critique très juste de la société. J'ai également adoré la description des parents de Madison, de leur mode de vie, de leur hypocrisie. En règle générale, j'ai beaucoup plus accroché aux flash-backs qu'aux actions se passant dans le décor des enfers. L'univers ne m'a pas vraiment intéressé, d'autant plus que trompée par la quatrième de couverture, je m'étais attendue à y croiser Kurt Cobain, Janis Joplin, etc. Au lieu de ça, nous rencontrons simplement cette bande d'adolescents, reflets (évidemment assumés) des personnages de Breakfast Club. L'idée est excellente, sauf que les personnages ne m'ont pas semblé assez fouillés. J'ai ressenti la même chose pour les relations entre certains d'entre eux.
Tout est un peu trop rapide, pas assez développé. le roman se termine sur un « A suivre », qui explique peut-être ce que j'ai pris pour des lacunes. Mais le problème, c'est que je ne suis pas sûre d'avoir envie de me précipiter sur la suite, malgré les qualités précitées de ce roman…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71

critiques presse (1)
Actualitte   02 novembre 2016
Un ouvrage qui, de mon point de vue, ne laissera pas un souvenir déterminant dans les bibliothèques !
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   12 mai 2017
J'ai vu des gamins qui n'avaient pas 4 ans, venus du Népal, d'Haïti et du Bangladesh, qui réussissaient à promouvoir simultanément la largesse de mes parents, les fringues de BabyGap et les figues fourrées à l'aïoli, au cumin et à la panse de brebis abattue sans douleur et tout cela sans oublier de citer à tout bout de champ le dernier de film de ma mère.
Commenter  J’apprécie          220
HeleniahHeleniah   11 septembre 2014
- Donc, reprend mon père, quand un homme aime profondément une femme…

- Ou bien, ajoute ma mère, lui jetant un regard bref, quand un homme aime un homme ou qu’une femme aime une femme. »

Mon père hoche la tête.

« – Ta mère a raison » Il renchérit. « Ou quand un homme aime deux femmes, ou trois femmes, en coulisses après un grand concert de rock.

- Ou quand tout un bloc de cellules de prisonniers de sexe masculin aime profondément un nouveau détenu…

- Ou quand un gang de motards qui traverse le sud-ouest des États-Unis pour livrer des méthamphétamines aime profondément une nana bourrée à moto…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
RhiaRhia   04 janvier 2015
Mais si vous voulez mon avis, la plupart des gens font des enfants quand leur propre enthousiasme pour la vie commence à s’estomper.
Un enfant doit permettre de revisiter le frisson qu’on éprouvait autrefois face à, eh bien… tout. Une génération plus tard, les petits-enfants reboostent encore un coup l’enthousiasme.
Se reproduire, c’est un peu comme s’injecter un fortifiant pour continuer à aimer la vie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LucilliusLucillius   16 novembre 2017
Comment restituer fidèlement la sensation précise d'être morte...
Oui, je connais le mot restituer. Je suis morte, pas attardée.
Croyez-moi, la mort, une fois qu'on y est, c'est beaucoup plus facile que l'acte de mourir. Si vous êtes déjà capable de rester de longues heures devant la télé, la mort sera une partie de plaisir. D'ailleurs, regarder la télé et surfer sur Internet sont d'excellents entraînements à la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LucilliusLucillius   16 novembre 2017
Et je vous en prie, si vous êtes toujours dans le déni, vous qui mangez du blanc de poulet sans sel et la peau afin de garder un cœur en forme et qui vous sentez tout fier de vous quand vous courez sur un tapis roulant, ne vous croyez surtout pas plus pragmatique que mes cinglés de parents.
Et n'allez PAS imaginer que la vie me manque. COMME SI ça allait me manquer, d'être obligé de grandir, d'avoir du sang qui coule de ma zigounette tous les mois, d'apprendre à conduire un véhicule à combustion interne fonctionnant aux énergies fossiles, de regarder des films interdits aux moins de 16 ans sans un parent ou un chaperon, puis de boire de la bière au tonneau, de gâcher quatre ans pour décrocher un diplôme bidon en histoire de l'art avant qu'un mec quelconque me remplisse de sperme et que je sois obligée de trimballer un gros bébé dans mon ventre pendant presque une année entière . Zut alors ! - le sarcasme est intentionnel. Je rate vraiment quelque chose ! Eh non, n'y voyez aucune amertume.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Chuck Palahniuk (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chuck Palahniuk

BooKalicious présente : Damnés de Chuck Palahniuk (#RL2014)
BooKalicious #RL2014! Chronique de "Damnés" de Chuck Palahniuk aux Editions Sonatine. Retrouvez toutes les vidéos ici : http://goo.gl/23DkUZ Quand Maddy Spencer, gosse de riches anciens...
autres livres classés : enferVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fight Club

« Fight Club » a été publié en...

1995
1999
1996
1997

12 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Fight Club de Chuck PalahniukCréer un quiz sur ce livre
.. ..