AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Blanc (Traducteur)
ISBN : 2070320510
Éditeur : Gallimard (22/10/2009)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 235 notes)
Résumé :
On connaît Chuck Palahniuk : ses héros illuminés, ses intrigues surréalistes, son exploration d'un monde à la marge.
Ses livres sont le reflet d'une réalité peu ragoûtante qu'il étudie cliniquement. Un univers à la fois burlesque et macabre qui renvoie à son histoire personnelle, aux épreuves qu'il a traversées et à son goût pour les expériences incongrues. Une partouze géante au fin fond de l'Ouest américain, un combat de moissonneuses-batteuses, une expédit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  05 octobre 2018
« le Festival de la Couille », un titre qui va te faire sourire, air malicieux qui plisse de jolies rides autour des yeux. Parce que tu crois que j'ai choisi ce titre pour le titre, et tu t'attends à ce que je t'abreuve de salacités perverses au goût de sperme et de suc séminal dégoulinant entre les cuisses de demoiselles n'ayant pas froid aux yeux ni aux majeurs. Sauf qu'aujourd'hui, je vais m'attarder aux histoires vraies que composent ce livre. Pas un roman, pas tout à fait des nouvelles bien que cette vingtaine d'histoires pourraient se lire comme telles. Entre deux grands romans, Chuck Palahniuk ne cesse d'écrire. Pour des journaux, pour soi, pour moi. Il parle de la vie, celle des gens de l'Amérique profonde perdus dans le Kentucky ou la Géorgie. D'ailleurs peu importe l'État où il erre son esprit, l'écrivain compose des articles, des reportages, des impressions du temps et du vent et cela en devient presque passionnant. Pas comme, bien entendu, son « Fight Club » ou son « Choke » car l'auteur choque les âmes de ses mots crus et de ses situations trash. Non, là il expose des faits, il interviewe des célébrités ou presque, il se balade dans des campagnes pour de fabuleux concours de moissonneuses-batteuses. Il se retrouve dans des bars à écraser des cafards pendant que son pote se fait écraser par le cancer dans la chambre de l'hôpital du coin de ce bar. Il s'enivre dans de réputés concours de fellation… Mon univers, en somme. le silence de la campagne que seul le moteur d'un mastodonte Massey-Ferguson vient déranger. le silence d'un homme seul attablé devant une bière sur un comptoir collant que seul un jukebox crachotant un air de country vient perturber. le silence d'une femme pompant passionnément que seule ma giclée impromptue vient accentuer.
De Lind, Washington, à quelques encablures de Missoula, pays de mes auteurs favoris, je monte dans le pick-up, direction un peu plus à l'est, vers le Montana. le Stetson en place sur ma tête, quelques bières dans la glacière, des bisons autour, une grande plaine poussiéreuse. Quelques nanas, le regard peu farouche, les seins à l'air, je m'arrête. Des bikers en harley, le bide proéminent, le gobelet de bière d'un litre, se pintent la gueule, leurs gros doigts dans le short de leurs gonzesses. Je sens que je vais me plaire, dans ce coin paumé. Un panneau d'affichage, « Rock Creek Lodge ». Après cette route j'ai besoin de faire une pause, de boire une bière et cerise sur le gâteau, de me faire sucer par une horde de femmes, blondes, brunes, rousses, au Stetson soulignant leur regard et aux santiags rien-au-dessus. Oui, je vais m'y plaire là-bas. Testy Fest.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Luniver
  08 mai 2013
23 nouvelles, 23 histoires vraies, 23 tranches de vies surprenantes : combat annuel de vieilles moissonneuses-batteuses, vie à bord d'un sous-marin, tournoi de lutte, bâtisseurs modernes de châteaux, civil constructeur de fusées, ...
Palahniuk se cantonne à un rôle d'interviewer et décrit simplement ce qu'il voit et entend, sans faire d'autres commentaires : ça donne des textes réussis dans certains cas, mais mortellement ennuyeux dans d'autres (était-il vraiment nécessaire de décrire l'intégralité des matches entre moissonneuses-batteuses, qui crèvent la roue de qui et quel moteur a lâché avant la fin?).
J'ai beaucoup apprécié certains textes (comme ces deux personnes qui se déguisent en animaux et se promènent tranquillement en ville, déclenchant des réactions d'hostilité allant des insultes, coups de pied, crainte de menaces terroristes, ...), mais l'ensemble est assez inégal.
Commenter  J’apprécie          240
bdelhausse
  16 juin 2017
Voici un recueil de 23 ... textes... (ce ne sont pas des nouvelles, que nenni!) de l'écrivain du transgressif Fight Club. de quoi cela cause-t-il... de tout et de rien. Mais surtout du processus d'écriture, dans une sorte d'approche méta-littéraire... Soyons plus précis.
Le recueil, comme souvent, n'a aucune homogénéité, mélangeant des portraits, des articles de presse, des nouvelles ou des interviews réécrites. Clairement, on a essayé de recréer une homogénéité a posteriori, grâce à la très belle préface de l'auteur. de quoi parle cette préface? du processus de l'écriture. Des ateliers d'écriture. Des influences, des sources, de l'importance d'introduire le vécu et le réel dans l'écrit. C'est la profession de foi de Chuck Palahniuk.
Amen. A quoi on peut ajouter c.u.l., b.i.t.e., c.o.u.i.l.l.e... vu qu'on ne peut renier ses origines...
Et c'est là une des (nombreuses) choses qui me gênent dans ce recueil. La nécessité de mettre un titre aguicheur, alléchant... alors que le titre anglais original "Stranger than fiction" est bien plus parlant et bien plus indiqué. Puis on démarre par le texte sur le Festival de la Couille... le "Testy Festy" (de nouveau, le titre aurait pu ne pas être traduit en français). Ce texte parle autant de chattes que de couilles... voire davantage. La traduction escamote le lien entre "Testy" et "Tasty". Dommage. Ce texte s'éloigne du simple journalisme et constitue une nouvelle de bonne facture.
Palahniuk est catalogué... Si on n'a pas quelques fellations, sodomies, pédés, et autres "monstres transgenres"... (j'ironise, inutile de m'agonir d'insultes) on n'est plus dans du Palahniuk. On ne va pas retrouver "son" auteur. Un peu comme quand Brett Ellis ne parle plus de meurtres et de cocaïne... ou quand Irvine Welsh ne massacre plus de bébés sous ecstasy... autres auteurs transgressifs à qui le lecteur réclame sa dose de politiquement incorrect.
Passons rapidement les textes en revue... J'ai apprécié (à des degrés divers):
- Vous êtes ici : l'ambiance abomiable d'une foire littéraire où des apprentis auteurs ont 7 minutes pour présenter leur texte... ce qui donne lieu à de puissantes réflexions de Palahniuk sur le processus d'écriture et le sens de nos actes.
- Ma vie de chien : deux persones déguisées en dalmatien et en ours se baladent en ville et dans un centre commercial...sous les insultes, coups et quolibets, menaces, regards des passants et des sevices de sécurité... un bijou, trop court, où Palahniuk critique une certaine Amérique.
- Frontières : un texte fort personnel sur la gonflette et le dopage.
- Amy : une descente dans l'univers littéraire de Palahniuk, via les ateliers, où il décrypte le minimalisme d'Amy Hempel, et son influence sur lui (et d'autres), un must pour les écrivains en herbe.
- Erreur humaine : un portrait tendre et caustique d'un illuminé qui construit une fusée et entend rapprocher les USA et la Russie.
Enfin il y a les 7 textes, plus courts que les autres, repris sous la section "Seul", qui sont encore davantage autobiographique et sont souvent empreints d'autodérision et de critique de l'Amérique conservatrice, bigote et bien-pensante. Celui où Palahniuk se rase le crâne avec une crème dépilatoire avant d'aller à Hollywood... parce qu'il ne veut pas avoir une coupe de cheveux abominables et se balade donc avec des croûtes purulentes dans les studios de cinéma, est un bijou d'humour.
A l'opposé, il y a des textes soporifiques. Vides de sens, ou presque. On y voit seulement la grande aptitude de Palahniuk à manier la plume. On voit aussi comment il arrive à intégrer la réalité dans la fiction. Comment sa vie lui a servi à écrire. Comme dans le texte où il parle de son job d'escort boy pour des malades en phase terminale. C'est tendre et empathique. C'est beau.
Car il y a aussi cette lecture-là... celle qui critique une société où les libertés diminuent, où les conservatismes montent, où les mentalités se referment... et dans une telle société, il y aura toujours un Palahniuk pour écrire des romans transgressifs.
Cela étant, ce recueil est surtout destiné à celles et ceux qui envisagent d'écrire, àmha.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Lellia
  27 avril 2011
Chuck Palahniuk tiens une place toute particulière pour moi, loin d'être seulement l'auteur de Fight club, qui est un de mes films préférés, il est sans aucun doute l'auteur contemporain que je préfère (et fait partie de mon « top 3 auteurs » tout simplement). Ses livres sont toujours choquants, poignants, passionnants, il présente des personnages atypiques ni tout blanc ni tout noir qui se retrouvent dans des histoires flirtant gentiment avec le fantastique et la science fiction sans qu'on s'en rende vraiment compte. Il arrive à dépeindre le monde actuel avec noirceur, sensibilité et sans porter de jugement, chose qui n'est pas donné à tout le monde et par-dessus tout, il arrive à apporter des éléments réels à ses récits, des choses dont on a même pas conscience. Son style est différent à chaque livre mais s'adapte à son message, un coup il enfermera des auteurs en quête de célébrité dont il livrera l'histoire à travers des nouvelles et la fois suivante il écrira un journal intime. Pour moi, c'est vraiment un auteur d'exception, mais pourquoi vous parlez de lui comme ça ?
Tout simplement parce que ce livre est sans doute le plus personnel et intime qu'il ait pu écrire.
Au travers de 23 « nouvelles » il nous dépeint une Amérique telle qu'on ne peut la connaitre sans y vivre. 23 petites histoires vraies et souvent ahurissantes, une première partie sur des gens, des passions, des choses inhabituelles (des gens qui construisent des châteaux, la vie dans un sous marin, des combats de moissonneuses-batteuses, …), une deuxième partie basée sur des rencontres avec des personnes plus ou moins célèbres (un type qui se construit une fusée, Marylin Manson, Juliette Lewis,…) et la dernière, sur Chuck lui-même, comment il a vendu les droits de Fight Club, comment il a rencontré Brad Pitt, comment il s'est rasé le crâne, comment il écrit,…
Tout autant de choses qui pourraient être inintéressantes ou seulement anecdotiques mais Chuck sait comment passionner, il ne juge pas, il ne dénigre pas, il ne fait qu'écrire ce qu'il voit, même quand on lui interdit et nous amène à réfléchir sur bien des sujets.
Un vrai coup de coeur pour ce livre qui m'a touché, amusé, appris et fait réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cronos
  31 juillet 2019
Auteur de Fight club, il emmène les lecteurs dans un style différent, tout en gardant ce que j'aime le plus chez lui : le mélange entre la fiction et la réalité. Ce livre regroupe 23 histoires courtes, la première nouvelle est assez choquante, le festival de la couille semble extrême à la première lecture. Par chance, et pour une fois, j'ai lu l'introduction, je me remémore son passage dans diverses associations anonyme et tente de comprendre où est le vrai du faux. Pas si simple !
Le style des nouvelles est assez brutal dès le début, si vous n'aimez pas ne le prenez pas. Si vous êtes curieux ou que ça ne vous rebute pas, foncez. La suivante sur les lutteurs est dure également mais beaucoup moins glauque que la première, un peu plus mon style. Dans l'ensemble j'ai apprécié mes lectures, et l'avantage de recueil de nouvelles c'est qu'il y en a au moins une qui plaît, celle avec les combats de moissonneuses par exemple, et d'autres moins.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   23 février 2018
Ce soir, il est question de briser et de réparer. Ce soir, on a le pouvoir de vie et de mort.
Tout le monde est rassemblé pour le concours de moissoneuses-batteuses de Lind.
Lind est une ville de quatre cent soixante-deux âmes dans les collines arides, aux confins est de l'état de Washington. Elle est blottie autour des silos d'Union Grain, alignés le long du chemin de fer de la Burlington Northern. Les artères numérotées – First, Second et Third Road – sont parallèles aux voies ferrées, elles aussi. […] Dans toutes les directions sur plus de cent cinquante kilomètres, il n'y a que des champs d'armoise et d'amarante, sauf sur les collines vallonnées couvertes de blé. Dans cette région, les tourbillons de poussière s'en donnent à cœur joie. Les voies ferrées relient les grands silos des villes agricoles comme Lind, Odessa, Kahlotus, Ritzville et Wilbur. A la sortie nord de Lind s'élèvent les restes en béton du pont ferroviaire de Milwaukee Road, aussi spectaculaires qu'un aqueduc romain.
Aucun document ne permet de savoir d'où vient le nom de Lind.
Vers le sud, s'étendent les terrains de rodéo, où des gradins sur trois côtés d'une arène poussiéreuse. Les lièvres viennent pâturer dans un parking de graviers autour des carcasses cabossées et rouillées des anciens participants au concours de démolition.
Les concurrents sont de grosses et lentes machines à moissonner le blé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
le_Bisonle_Bison   12 février 2018
Dans ce bar si vous posiez votre bouteille de bière sur la table, les cafards grimpaient sur l’étiquette et venaient s’y noyer.
A chaque fois, vous aviez un cafard mort dans votre goulée. Des strip-teaseuses philippines, entre deux spectacles, jouaient au billard américain en string. Pour cinq dollars, elles installaient une chaise en plastique dans l’obscurité entre les caisses de bière et elles dansaient à poil pour vous.
On avait l’habitude de faire un saut ici parce que c’était juste à côté du Good Samaritan Hospital.
Geoff et moi, on restait avec Alan jusqu’au moment où il s’endormait sous l’effet des médicaments antidouleur et puis on passait ici descendre quelques bières. Avec le cul de sa bouteille, Geoff écrasait les cafards qui couraient sur notre table.
On discutait avec les strip-teaseuses. Avec les autres consommateurs. On était jeunes, enfin assez jeunes, pas loin de la trentaine, et un soir une serveuse nous demanda : « Si vous venez déjà zieuter des danseuses nues dans un bouge de ce genre, qu’est-ce que vous fabriquerez quand vous serez de vieux croûtons ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
le_Bisonle_Bison   16 novembre 2017
Oui, à présent, ça me revient.
La styliste m'a expliqué que son chihuahua était capable de se sucer lui-même. Les gens aimaient bien son chien jusqu'à ce qu'il se rapplique au beau milieu d'une réception et se mette à pomper sa propre queue. Ça a bousillé pas mal de ses fêtes. Le photographe, lui, m'a raconté des histoires d'horreur pendant les séances de pose avec Minnie Driver et Jennifer Lopez.
Un jour où j'ai posé pour le catalogue Abercrombie & Fitch, le photographe m'a avoué que son chihuahua avait un "trouble érectile de la rétractation". Chaque fois que cette pauvre petite bête se mettait à bander, le type - je parle du photographe d'Abercrombie - devait l'attraper et s'assurer que son minuscule prépuce n'était pas trop serré.
Maintenant, tous les souvenirs sont de retour.
Désormais, jour et nuit, le message principal inscrit dans mon cerveau, c'est : NE JAMAIS ADOPTER UN CHIHUAHUA !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
le_Bisonle_Bison   20 novembre 2017
Pour Brian, une bonne nuit de sommeil, c'est cinq heures. Malgré des oreillers et un édredon parfaits, il est insomniaque, comme son père. Il n'a pas d'autres hobbies, sinon les inventions. Il ne jure pas et, pour lui, un concert de Britney Spears est un spectacle de cul, point final. Et il n'approuve pas les aventures d'Harry Potter, à cause de toutes ces histoires de sorcellerie. Aujourd'hui, en 2001, il n'a aucun animal de compagnie, mais il a eu un écureuil volant nommé Benny qui est mort d'un anévrisme au bout de neuf ans. Ensuite, il a pris un pétauroïde, dont il dit : "C'est l'équivalent de l'écureuil volant chez les marsupiaux." Lorsque sa vie sera portée au cinéma, il veut Mel Gibson ou Heath Ledger pour jouer son personnage."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
LuniverLuniver   08 mai 2013
Une amie à moi, Monica, a jadis gagné sa vie comme clown. Tandis qu'elle tordait des ballons pour les transformer en animaux dans des réceptions d'entreprise, les hommes n'arrêtaient pas de lui proposer de baiser avec elle. Quand elle repense à cette période, elle explique que toute femme qui s'habille comme une folle et refuse de paraître attirante, est considérée comme une nana facile, dévergondée, et prête à vendre son corps contre quelques dollars. Un autre pote, Steve, qui porte tous les ans un costume de loup lors d'un festival new-age, a finalement pété les plombs parce que, raconte-t-il, les gens le traitaient comme un sous-humain. Quelque chose de sauvage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Chuck Palahniuk (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chuck Palahniuk

BooKalicious présente : Damnés de Chuck Palahniuk (#RL2014)
BooKalicious #RL2014! Chronique de "Damnés" de Chuck Palahniuk aux Editions Sonatine. Retrouvez toutes les vidéos ici : http://goo.gl/23DkUZ Quand Maddy Spencer, gosse de riches anciens...
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fight Club

« Fight Club » a été publié en...

1995
1999
1996
1997

12 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Fight Club de Chuck PalahniukCréer un quiz sur ce livre
.. ..