AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Milorad Pavic (Autre)Maria Bejanovska (Traducteur)
EAN : 9782371000155
175 pages
Le nouvel Attila (08/01/2021)
4/5   13 notes
Résumé :
Jadis, dans les boites marines, les marins déposaient pistolets, objets précieux, boussoles ou journal do bord ; aujourd'hui, on les utilise comme des coffres pour déployer des histoires. Amour, mythologie, Europe, Balkans— La narrateur de ce livre acquiert une boite marine passée de main en main, dont chaque casier recèle un chapitre digne des Mille et Une Nuits.

Cette boite est aussi quelque part une projection de Milorad Pavic lui-même, l'auteur du... >Voir plus
Que lire après La boîte à écritureVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
« Chaque fois que l'Europe tombe malade, elle cherche à soigner les Balkans. » « La boîte à écriture » est un objet-livre magistral. Un phénomène éditorial, une chance inouïe. L'ouvrir délicatement, l'heure est certifiée. C'est une boîte parabolique, essentialiste, si, si. « Tout porte à croire qu'elle avait servi à la famille Dabinovic de Dobrota de petite boîte marine avant de se retrouver dans un vieux palais de Kotor… -Car, si tu découvres le secret, tu deviens partie de ce secret. » « La boîte à écriture » est en plusieurs parties. Les tiroirs s'ouvrent sur des récits, beaux à couper le souffle. « le couvercle avec le soleil en laiton, Les 48 cartes postales, le niveau médian, etc. » Milorad Pavić donne la main au narrateur. Ecoutez cette voix onirique entre Paris et Kodor. La mer adriatique révèle ce qui s'est passé. Attendez juste un peu, j'ouvre « le manuscrit de Paris enveloppé dans une bande dessinée anglaise ». « Qui es-tu ? me demanda-t-elle brusquement ? -Trouve la réponse toi-même. Un vieux secret permet à chacun de se voir, soi-même, ou l'autre, comme dans un miroir si son regard est celui d'un miroir. » Ce texte est un aimant. Comment décrire ce révélé qui frémit ? Entre le mystique, le conte, la quintessence. Cette gravité d'une trame qui sera le marqueur pour demain encore. « Elle ouvrait la porte endormie, avec un regard à briser les miroirs. » « La boîte à écriture » est Babel, le chant des langues, le soldat serbe qui veut oublier sa langue maternelle. L'écriture est macrocosme. Chaque tiroir dûment décrit laisse les histoires s'envoler. Ouvrez vos mains ailes de papillons, prenez les chemins labyrinthiques, cette boîte est de loin le plus grand mystère intérieur qui se dévoile subrepticement. Relisez plusieurs fois ce grand livre d'un auteur que j'aurai aimé rencontrer en vérité. Sa voix est là, encense les découvertes dans cette boîte qui palpite et dont l'écho est là encore à l'heure où j'écris. « Sur la terre, le livre saint du ciel est divulgué et interprété par les Tsiganes qui lisent dans les cartes du Tarot que l'on ne comprendra jamais si on ignore que chacune d'elles est un ensemble d'étoiles sur la carte d'Hermès. » « le compartiment 10 pour les objets précieux » est le coeur de la boîte. Laissez venir à vous ce tragique, cette beauté d'un texte qui délivre la forêt de ses pièges. Qui apporte cette grâce d'une rédemption à la douleur infinie. « Comment oublier rapidement et facilement la langue seule. » Litanie, prière épiphanie, l'épars égaré dans les limbes. J'en tremble encore tant elle m'a initiée. « Je ne sais pas si tu sais que les forêts déménagent. Quand elles se mettent en route, elles voyagent lentement et longtemps à la recherche d'un meilleur endroit. Elles partent le plus souvent en automne. Comme les oiseaux. Ou comme les hommes. » « La boîte à écriture » est sceau. « Ici, il suffit de tendre la main pour que la nuit tombe sur ta paume dit-il. » Milorad Pavić (1928-2009) dont « le dictionnaire Khazar » a été traduit en 26 langues, nous guide ici entre le réel, l'imaginaire, le mystique, le rêve, l'étrange, l'homme vrai, celui qui ne sait plus, ne veut plus être le soldat serbe. le mot de passe enfouit dans la boîte marine, invisible, fantôme universel est la magnificence de cette boîte que je vous invite tous à étreindre. Traduit du serbe par Maria Bejanovska, Les majeures Éditions Le Nouvel Attila viennent de publier le plus bel objet-livre du monde et c'est peu dire.
Commenter  J’apprécie          110
Voici une nouvelle étrangeté littéraire qui représente une boîte à écriture, du moins une boîte marine découverte par le narrateur et contenant nombre trésors qu'il va s'empresser de nous transmettre.

Ainsi, le récit se morcelle au fil des découvertes de la boîte, du niveau supérieur au niveau inférieur de celle-ci, recélant de tiroirs, parfois cachés, contenant des lettres, des pages déchirées d'un livre, un manuscrit, une photographie, des objets... qui finissent par faire sens et par nous révéler l'histoire d'un homme - le possesseur de la boîte ? -.

Mais la particularité de cette histoire, c'est qu'elle traverse le temps, les époques, les lieux... sans véritable logique, avec cependant comme fils rouges l'amour, celui d'une femme, qui évolue, elle aussi, au fil des découvertes de la boîte, et, de plus en plus, la situation en ex-Yougoslavie qui s'invite dans le récit alors que notre homme devient soldat malgré lui.

Un peu déroutant de prime abord, mais finalement passionnant : il y a quelque chose de profondément baroque dans ce roman inventif, qui oblige le lecteur à sortir de ses habitudes et de ses attendus.
Commenter  J’apprécie          130
Quel magnifique objet-livre que cette boîte à écriture ! D'abord dans la forme : c'est un bijou d'édition avec son travail sur les matières, les couleurs, les typos et la mise en page qui sont non seulement somptueuses mais servent et illustrent le propos. Et donc, le récit en lui-même : emboîté, comme le titre le suggère en une multitude de textes plus ou moins longs qui circonviennent une très belle histoire d'amour par touches successives. On voyage entre Salonique, Kotor et Paris, gardant toujours les Balkans en ligne de mire car comme le rappelle l'auteur : "Chaque fois que l'Europe tombe malade, elle cherche à soigner les Balkans". C'est ludique, mystique, poétique, grave et drôle à la fois, à l'image du reste de l'oeuvre de Milorad Pavić.
Commenter  J’apprécie          150
Un puzzle ténu et magnifique, en trois dimensions et en plusieurs trames narratives à reconstituer le cas échéant, contenu dans une simple boîte à écriture de marine, entre France, Bosnie et Monténégro. Un chef-d'oeuvre.

Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2021/08/18/note-de-lecture-la-boite-a-ecriture-milorad-pavic/

À côté de l'immense « Dictionnaire khazar », foncièrement machiavélique et si curieusement poétique, de Milorad Pavić, il faudra désormais, grâce à l'infatigable Maria Béjanovska dont le talent de lectrice et de traductrice s'évertue à nous faire connaître les oeuvres non encore disponibles en français de ce grand magicien de la littérature mondiale en général, et de la littérature de l'ex-Yougoslavie en particulier, compter avec « La boîte à écriture », livre-objet tout droit sorti d'un univers parallèle merveilleux, que l'imagination technique et maquettiste des éditions Le Nouvel Attila a su rendre à la perfection, en s'arrêtant juste avant de nous fournir, pour de bon, une véritable boîte à écriture de marine, en acajou, avec ses accessoires. Publiée en 1999, traduite en français en janvier 2021, cette authentique boîte noire de quelque naufrage passé, réel et métaphorique, ne demande maintenant qu'à livrer ses mystères récitatifs et poétiques, même si certains d'entre eux se révéleront bien dissimulés ou habilement récalcitrants.

En parcourant et débusquant les pièces de puzzles multiples qu'offrent successivement le couvercle avec un soleil en laiton, les quarante-huit cartes postales, les petits compartiments noirs et blancs, le tiroir en bois de rose, le tiroir en noyer, le manuscrit de Paris enveloppé dans une bande dessinée anglaise, le compartiment en soie verte, le compartiment tapissé d'étoffe, le compartiment à l'odeur de bois de santal, le compartiment pour les objets précieux, le compartiment pour les ducats et les bagues, le tiroir extérieur et la photographie, la lectrice ou le lecteur auront le plaisir d'une tentative de facto de reconstitution d'une trame de destins croisés, incertains, peut-être fallacieux ou fantastiques, sous le signe de vies étudiantes pas tout à fait ordinaires et d'essayages de manteaux de fourrure multi-destinataires, à Paris, de la terrible guerre de Bosnie et de ses prolongements empoisonnés (on aura certainement une pensée pour le si spécial « Sous pression » de Faruk Šehić), tentaculaires jusque dans les havres cosmopolites (que rappelait il n'y pas si longtemps le beau « le phare, voyage immobile » de Paolo Rumiz) de Kotor ou de Perast, de navigations terriblement incertaines (et là, le « Attente sur la mer » de Francesco Biamonti n'est pas si loin), de parfums de luxe et de faux-semblants, toujours et partout. Jusque dans le très contemporain (en 1999, la phrase terrible puissamment jetée en exergue du roman-puzzle, « Chaque fois que l'Europe tombe malade, elle cherche à soigner les Balkans », prend un sens encore différent alors que pour la première fois depuis 1945 les bombes américaines, anglaises et françaises s'abattent « chirurgicalement » sur les ponts, les entrepôts, les raffineries et les usines d'un pays européen, même aux dirigeants alors si dévoyés), Milorad Pavić exprime dans chaque détail son sens tout borgésien de la mystification, sa familiarité post-oulipienne avec la dissimulation des contraintes d'écriture et son sens synesthésique de la beauté humaine – même lorsque la politique et la guerre se sont mêlées pour écrabouiller les êtres.
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          92

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dans le compartiment à l’odeur de santal il y a une petite pipe de femme en argile pour fumer l’opium et une pipe d’homme fabriquée par « Mogul » – ce qui signifie qu’elle ne pouvait pas être achetée dans un magasin, mais seulement sur commande ou reçue en cadeau. La pipe porte une dédicace en français, inscrite par une certaine madame L. pour Monsieur T.M. « en souvenir de la Grèce ». Avec la pipe, il y a une liasse de feuilles de papier circulaires où déposer une pincée de tabac afin d’en faire des « boulettes » dont on bourre rapidement la pipe. Sur l’une de ces feuilles de papier figure l’adresse électronique suivante : http://www.khazars.com/visnjasazlatnomkosticom
À cette adresse on peut effectivement trouver et lire un texte portant ce titre mais la question se pose de savoir si ce texte publié sur internet dans sa langue originale et traduit en français sur un placard volant jeté au hasard dans le présent ouvrage a un rapport avec la boîte à écriture, car c’est le seul élément qui ne fait pas partie de son inventaire, mais se trouve dans l’infini électronique du cyberespace et de l’aléa éditorial. Ceux qui détestent les ordinateurs ou les feuilles jetées au hasard dans les livres ne sont pas obligés de l’y chercher et peuvent tranquillement l’oublier.
Commenter  J’apprécie          40
Moi, l’actuel propriétaire de la boîte à écriture, je me la suis procurée au cours de l’avant-dernière année du XXe siècle pour mille deutschmarks auprès du serveur d’un restaurant de Budva avec en prime le sourire énigmatique arboré par le dit serveur au-dessus de l’assiette de kastradine préparées ce soir-là pour les clients de l’hôtel.
– Monsieur, voulez-vous acheter une boîte exceptionnelle ? Une boîte marine à écrire, pour y ranger des cartes de navigation, des longues-vues et d’autres objets de ce genre, dit le serveur à mi-voix en me servant ce mardi-là.
– Peut-on la voir ?
– Je pourrais vous la montrer au petit-déjeuner. Je l’ai ici, à l’hôtel.
– Apporte-la, lui dis-je, tout en pensant que de nos jours un jeune homme comme lui avait le temps d’être sage, alors que moi je ne l’avais plus.
La boîte à écriture était plus grande que je ne me l’imaginais, elle m’a plu et c’est ainsi qu’elle s’est retrouvée entre mes mains.
Tout porte à croire qu’elle avait servi à la famille Dabinovic de Dobrota de petite boîte marine avant de se retrouver dans un vieux palais de Kotor où on l’avait utilisée pour y ranger d’autres objets plus modernes. Enfin, selon le serveur, la boîte était encore une fois repartie au large, mais ce voyage s’était mal terminé pour son propriétaire.
– Je ne me suis pas beaucoup intéressé à ce qui s’était passé – ajouta le serveur – car, si tu découvres le secret, tu deviens partie de ce secret. Je n’ai pas besoin de cela. D’ailleurs, tout ce qu’on sait sur le propriétaire de la boîte peut se nicher dans une dent creuse. Il ne voulait pas en parler et il ne sentait rien. Même sa sueur n’avait pas d’odeur… Il n’est pas revenu de la mer. C’est pourquoi la boîte est à vendre…
Elle est en acajou et sertie de cuivre. Vide, elle pèse un peu moins de quatre kilogrammes ou, comme le précisa le serveur, autant qu’un petit chien. Ses dimensions sont les suivantes : 51 x 27 cm, et 17,5 cm de hauteur. La relative imprécision de ces mesures vient du fait qu’à l’époque, et à l’endroit où elle a été fabriquée, d’autres unités de mesure étaient en vigueur, comme le pouce, le pied…
– Maintenant, si vous voulez couper les cheveux en quatre, dit le serveur, il y avait aussi, comme pour les centimètres, des unités de mesure pour la quantité d’âme ou d’amour…
Commenter  J’apprécie          10
La boîte possède au total six serrures. L’une d’elles est extérieure et visible sur la face avant quand la boîte est fermée. PRODUCTION L.H.M.GR PATENT THOMPSON. Elle s’ouvre avec une petite clé que le propriétaire porte sur lui. Qui oserait lécher la serrure extérieure constaterait qu’elle est salée. Voilà la preuve certaine, parmi d’autres signes, que la boîte avait passé un petit moment dans l’eau de mer, mais, de toute évidence, l’intérieur n’avait pas été mouillé. Rien d’étonnant, car les boîtes marines sont fabriquées de façon à rester étanches. Les autres serrures sont à l’intérieur. Leur utilisation est différente. Certaines n’ont de serrure que l’apparence.
En ce qui me concerne, la boîte m’a donné plus de travail que de profit, car il m’a fallu découvrir et ouvrir toutes ses cloisons secrètes. Ouvrir toutes ses serrures. Mon flair m’a été de grande utilité car les compartiments cachés du coffre en bois longtemps fermés possèdent tous une odeur particulière, différente l’une de l’autre. Il n’est pas exclu qu’il y ait, en plus des quinze dénombrés, d’autres compartiments que je n’ai pas réussi à découvrir, laissant ainsi à un futur propriétaire de cet objet trapu la possibilité de le faire…
Au moment où la boîte à écriture s’est retrouvée entre mes mains, elle n’était pas vide. Elle contenait divers objets sans grande valeur qui appartiennent en partie à son premier propriétaire au XIXe siècle, et en partie, de toute évidence, à celui qui l’avait emportée au large vers la fin du XXe siècle.
Voilà ce que j’ai trouvé et inventorié dans la boîte à écriture et ce qu’on peut dire sur son contenu :
Commenter  J’apprécie          10
Malheureusement, chacun peut mourir, mais tous ne peuvent pas naître. Les meilleurs ne naîtront jamais.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Milorad Pavic (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Milorad Pavic
Le vendredi 13 juillet 2018, la librairie Charybde (129 rue de Charenton 75012 Paris - www.charybde.fr ) avait la joie de recevoir Emmanuel Ruben pour évoquer les récentes publications de "Le coeur de l'Europe" (éditions La Contre Allée) et de "Terminus Schengen" (éditions le Réalgar), et pour effectuer un parcours au sein de la littérature d'ex-Yougoslavie. Il évoquait Milos Crnjanski, Ivo Andric, Aleksandar Tisma, Danilo Kis, Milorad Pavic et David Albahari, tandis que le librairie Charybde 2 évoquait Faruk Sehic, Miljenko Jergovic et Goran Petrovic.
Ceci est l'enregistrement de la première heure de la rencontre.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature serbeVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (46) Voir plus




{* *}