AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2371000124
Éditeur : Le nouvel Attila (17/09/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Simenon et Exbrayat comme vous ne les avez jamais lus... Une femme atteinte d'Alzheimer tient avant sa mort son journal dans les marges des romans policiers du Masque. Au fur et à mesure que la maladie progresse, elle en vient à s'immiscer dans les dialogues des personnages, et à répondre pied à pied aux répliques de Miss Marple ou de Maigret. Quelques mois après sa mort, sa fille découvre cette collection de livres, et une activité qu'elle ne soupçonnait pas. A tra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  13 décembre 2015
Un récit des plus étonnants et troublants sur la maladie d'Alzheimer ...
L'auteure découvre quelques mois après le décès de sa maman une collection de romans policiers que cette dernière a annotés, au fil de la maladie..., commentés à sa façon, pour conjurer inconsciemment son mal-être, sa solitude, ses états, ses humeurs, difficultés quotidiennes...et même des dialogues imaginaires avec les personnages de ces enquêtes policières...où elle se glisse comme elle-même, "personnage"

"Ce n'est pas parce qu'Odette n'a presque plus de mots qu'elle n'échange pas.Maigret, Imogène, Rebecca, Hercule, Miss Marple, Roger Acroyd, avec eux le courant passe. (p. 68)"
A l'ouvrage sont ajoutés les reproductions de pages de ces livres"doublement écrits et habités" de la main maternelle...
Un récit bouleversant qui fut adapté au théâtre la première fois, en janvier 2006 par Hélène Vincent, sur une scène du T.N.P de Villeurbanne....
Un hommage vibrant aux pouvoirs inouïs des mots et de la lecture.
"Je comprends lentement qu'écrire sur ses livres est une trouvaille géniale-je
pèse mes mots-qui la soustrait aux questions que nous lui aurions posées
si elle avait écrit sur des feuilles ou carnets.
Sont publiés ici, les carnets posthumes d'un écrivain. (...)
Voilà pourquoi votre mère n'est pas muette.
Voilà comment Odette garde pied en société.
Le livre est une entrée de secours."
(p.98)
Une lecture très forte qui ne peut provoquer que des émotions intenses quant à l'accompagnement et à la compréhension complexe de nos proches vieillissant, atteints de dégénérescence neurologique...
Et voici que nos amis, les Livres, viennent encore à la rescousse, même si de manière insolite...Une lecture très spéciale, qui risque de m'imprégner un fort long moment...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
michfred
  28 décembre 2015
"Les poèmes, disait Eluard, ont toujours de grandes marges blanches, de grandes marges de silence où se meurt toute mémoire." Et il ajoutait :" on rêve sur un poème comme on rêve sur un être".
Odette justement perd la mémoire, Odette sombre dans la démence lobo-frontale, elle perd la boule, elle perd le fil, elle perd les mots: les polars de sa collection du Masque ouvrent à son esprit en déroute leurs propres "marges de silence" pour qu'elle inscrive ses réponses aux questions qu'elle ne peut plus se poser, pour qu'elle accroche sa parole incohérente , répétitive et appauvrie au train bien filé des enquêtes d'Hercule Poirot ou d'Imogène.
Sa fille, l'écrivain Geneviève Peigné, quelques années après la mort d'Odette, retrouve ces 23 livres "écrits" par sa mère. Elle en donne d'abord le texte à dire à une comédienne de talent -Hélène Vincent- puis se décide à renouer le dialogue de l'écrit entre elle et sa mère deux fois perdue.Elle co-écrit avec sa mère disparue L'interlocutrice.
Une figure naît: celle d'Odette, souffrante, prosaïque, obstinée.
Et aussi des images qui "cognent à la vitre" comme disaient les surréalistes; celle, par exemple, de cet "écran noir", déclinée sur toutes les variations que lui offre encore la syntaxe- laquelle reste solide jusqu'au bout.
On lit alors un poème crépusculaire et inquiétant. Une plongée en apnée dans l'indicible.
" A force d'obstination à basculer les mots en tous sens, ce qu'on baptise l'indicible, on l'entend bien qui s'agite- pas tout à fait silencieux, non? "
Ecran noir dans les marges blanches.
Un livre respectueux, pudique, poétique; une lecture douloureuse, angoissante, déchirante.
Je l'ai lu jusqu'au malaise, hier soir, et j'écris très vite, ce matin, ma critique, pour n'y plus penser (??) tant cette écriture tâtonnante, ce discours obsessionnel à la fois incohérent et hautement signifiant m'ont ramenée trois ans en arrière, devant d'autres petits mots balbutiants, trouvés un peu partout dans son bureau, écrits d'une écriture tremblée où je ne reconnaissais plus le trait ferme et élégant, ni surtout l'alacrité d'esprit de mon père - ce grand lecteur de livres qui n'a pas osé, lui, inscrire son naufrage dans la marge de ses meilleurs compagnons..laissant les siens sur le silence d'un dialogue inachevé.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
loudarsan
  01 octobre 2015
Extrait de chronique :
"Le livre est court, intense. Une centaine de pages, une vingtaine de fac-similés, reproduits par le Nouvel Attila. de nombreuses voix. Qui s'emmêlent, résonnent, se brouillent, refusent de s'estomper : du blanc, le texte se détache. Sabon Next, Fedra Mono. Les lettres sortent des pages, tranchent, débordent, piquent à vif. L'Interlocutrice est une rencontre. Entre les lignes, Imogène, Odette, Geneviève, se croisent, s'interpellent, se répondent. Dialogues à sens unique. Imogène est de papier et Odette est morte. Seule reste Geneviève, et l'ellipse. Par contraste avec les livres annotés, ici le vide s'invite. Il emplit les pages et les non-dits. Comme si, une fois encore, la mère allait emplir l'espace laissé vierge. Un jeu d'échos, de miroirs, et peut-être une invitation au lecteur." (...)
Commenter  J’apprécie          110
Marisa21
  24 avril 2016
Comment rendre leur dignité aux dernières années de la vie de ceux qui nous ont donné le jour ? Comment parler de la dégradation des facultés mentales sans tomber dans le pathos, la description de la déchéance, la compassion ? Et comment se consoler du temps qui passe et des liens défaits ?
L'interlocutrice, le livre de Geneviève Peigné, dont elle dit que sa mère, Odette, est co-auteure, tente de répondre à ces questions. Odette aimait lire des polars. À la fin de sa vie, elle a intercalé entre les lignes des livres d'Exbrayat, Agatha Christie, Simenon et d'autres ses propres réponses aux phrases des dialogues, ses commentaires aussi sur les pages de titre. Sa fille retrouve les livres après sa mort et les lit comme des trésors, fenêtres ouvertes sur la lutte de sa mère pour survivre avec une pensée qui se désarticule.
Ce livre raconte un combat contre la maladie. Non, il n'est pas vide, le cerveau de ceux qui ont « l'Alz » et qui aujourd'hui survivent longtemps après l'apparition des premiers symptômes. Oui, ils essayent, envers et contre tout, de poursuivre ce qu'ils faisaient quand leur tête ne les trahissait pas. Odette s'est battue, toute seule, pour continuer à exister comme un être pensant, lisant. Elle a fait ce qu'elle a pu, pas grand-chose si l'on se situe du côté de la normalité, formidable effort si on considère sa maladie.
Ce livre est aussi un livre d'amour, comme on le dirait d'une lettre d'amour. Qui d'autre qu'un fils ou une fille aimant pourrait prêter attention à ces griffonnages, les lire, les relire, les classer, se pencher sur ces ultimes signes d'intelligence, les mettre en valeur, écrire : Ma mère était un écrivain ? Jusqu'à adopter le style syncopé, les phrases courtes, parfois sans verbe, les ruptures de ton, comme pour se mettre au diapason de la pensée qui résiste encore. Un Je t'aime au-delà de la mort.

Lien : http://maryseesterle.com/lec..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
CDIBrochon
  01 octobre 2015
https://charybde2.wordpress.com/2015/09/14/note-de-lecture-linterlocutrice-genevieve-peigne/
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   12 décembre 2015
je comprends lentement qu'écrire sur ses livres est une trouvaille géniale-je pèse mes mots-qui la soustrait aux questions que nous lui aurions posées si elle avait écrit sur des feuilles ou carnets.

Sont publiés ici, les carnets posthumes d'un écrivain. (...)
Voilà pourquoi votre mère n'est pas muette.
Volà comment Odette garde pied en société.

Le livre est une entrée de secours

(p.98)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
fanfanouche24fanfanouche24   11 décembre 2015
"Reste encore un peu; ce que tu dis dans tes livres, je vais l'écouter. Flaubert, Proust ou tant d'autres, ils céderont leur tour. Je t'écoute, je t'écouterai. Les ai-je assez écoutés, eux, à ta place peut-être ?
La liste de ce qui ne se peut plus est immense. -Je peux lire- est immense. Je peux te lire, surtout . " (p. 14)
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24fanfanouche24   10 décembre 2015
La fille est transportée de joie. Elle va la retrouver -Odette. la comprendre. Elle va vivre avec elle de ce corps nourricier qui est celui de la lecture; C'est le legs. La découverte laissée à votre intention au fond d'un coffre. Comme dans les contes de fées. (p. 12)
Commenter  J’apprécie          190
michfredmichfred   28 décembre 2015
Les vingt-trois livres écrits par Odette; j'ai la tentation d'en parler en évitant le poids de les rouvrir. Comme de textes qu'on sait par cœur. Et si je me trompe un peu dans l'ordre des mots, qui m'en voudra? Avant de me reprendre; comme si je ne savais pas que les mots sont affectés d'une présence...vibratoire. Qu'un mot auprès d'un autre, si pauvre ou même absurde que soit son sens, n'est jamais muet? A force d'obstination à basculer les mots en tous sens, ce qu'on baptise l'indicible, on l'entend bien qui s'agite- pas tout à fait silencieux, non?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   11 décembre 2015
Et si je me trompe un peu dans l'ordre des mots, qui m'en voudra ? Avant de me reprendre; comme si ne savais pas que les mots sont affectés d'une présence...vibratoire. Qu'un mot auprès d'un autre, si pauvre ou même absurde que soit son sens, n'est jamais muet ?
A force d'obstination à basculer les mots en tous sens, ce qu'on a baptise l'indicible, on l'entend bien qui s'agite-pas tout à fait silencieux, non ? (p. 55)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Video de Genevieve Peigne (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Genevieve Peigne
Geneviève Peigné - L'Interlocutrice .Geneviève Peigné vous présente son ouvrage « L?Interlocutrice » paru aux éditions le Nouvel Attila. Notes de Musique : ?Cylinder One? (by Chris Zabriskie). Free Music Archive. Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mo... Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/Librairi... Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Libra... Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemo... Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
897 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre