AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2736000145
Éditeur : Bernard Barrault (08/01/1992)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Lorsque Laurence Picq, jeune institutrice française, épouse en 1967 l'étudiant cambodgien Sikoeun, elle sait qu'elle s'engage dans une aventure qui la conduira de l'autre côté de la terre, au coeur d'un autre continent, d'une autre civilisation, d'une autre culture, à la recherche d'un monde nouveau qu'il reste à inventer et à bâtir.
Après cinq années de résidence forcée à Pékin, elle croit atteindre son but quand elle atterrit en juin 1975 sur l'aéroport de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Jean-Daniel
  09 janvier 2017
Ce livre met en relief la cohérence du dessein des Khmers rouges : édifier un état national et collectiviste quel qu'en soit le coût humain. Le récit montre le désarroi d'une jeune femme précipitée par amour et idéalisme dans l'univers terrorisé et terroriste des plus hauts serviteurs de l'Angkar. Il fourmille de notations précises, psychologiques et politiques. 
Dans ce livre sans concession et sans démagogie, Laurence Picq nous livre un des rares témoignages sur la vie du Cambodge, avec les Khmers rouges de 1975 à 1980.
Commenter  J’apprécie          50
Comics
  23 décembre 2012
Je reprends ce livre jamais oublié depuis 1984. Livre malmené par toutes les mains ont tourné ses pages ...
Témoignage hallucinant de ce que peut devenir l'homme, quand il met son intelligence au service de théories barbares. L'homme asservi par des idées de prime abord raisonnables, et qui tournent au délire, à l'horreur , l'oubli de l'humain, de ce qu'il existe de plus important: l'amour de ses proches, singulièrement de ses enfants. L'homme asservi peut-être par la peur des loups qui crient plus fort que lui, et sans nul doute par son propre orgueil !
Je vais le relire, avec le même intérêt, et les mêmes questions : comment peut-on en arriver là ? Que sommes-nous donc pour laisser notre coeur oublier l'essentiel ?
Commenter  J’apprécie          20
LIONELLE
  03 septembre 2014
Lu il y a 10 ans, mais encore présent dans ma mémoire, tant ce témoignage d'une française au Cambodge durant ces années noires m'a bouleversée
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Jean-DanielJean-Daniel   09 janvier 2017
Angkar utilisait la faim comme une arme. Sur les chantiers, les jeunes recevaient une ration œ nourriture par journée de travail, mais, s'ils tombaient malades ; ils ne recevaient plus qu'un peu de bouillon clair, ce qui les incitait à travailler jusqu'à l'épuisement. De temps en temps, à l'occasion d'un travail plus pénible, était organisée une distribution de bouillon sucré, dont l'effet non seulement physique mais psychologique était considérable sur les corps affaiblis. La faim hantait toutes les pensées, mais on se culpabilisait de le reconnaître, même intimement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jean-DanielJean-Daniel   09 janvier 2017
L'élimination des filières reposait sur les "aveux et confessions" rédigés par les accusés. Chaque accusé devait retracer sa vie, en reconstituer les événements et énumérer les noms des personnes connues, rencontrées ou contactées. C'est ainsi que des listes de cent ou deux cents noms étaient chose courante. Une même personne figurant sur les listes de trois "traîtres" était arrêtée. Plus tard, devant le nombre impressionnant d'arrestations que cette méthode impliquait, le nombre fut porté à cinq. [...] La logique de la détection des coupables était un mélange de pseudo-psychanalyse et d'ordalie. Celui qui n'avait rien à se reprocher faisait tout bien, sans faute. Les coupables étaient forcément amenés à faire quelque chose de révélateur de leur turpitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jean-DanielJean-Daniel   09 janvier 2017
A la cantine, garçons et filles, hommes et femmes mangeaient en deux groupes bien distincts. Beaucoup de couples vivaient séparés.[…] Depuis toujours Angkar conseillait la séparation des époux. "Alors que le peuple souffre mille maux, disait-elle, et que le pays est dans le malheur, vous ne pouvez,en tant qu'éléments d'avant-garde, penser à votre bonheur personnel. Il est bon que les couples vivent séparés." Aux nombreux célibataires on tenait un discours analogue : "Attendez que les conditions s'améliorent" leur disait-on," Angkar pense à vous. Au moment voulu, elle vous mariera.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
claudany34claudany34   18 novembre 2013
Histoire d'une française mariée à un cambodgien au moment de la prise du pouvoir par les Khmers Rouges.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Laurence Picq (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Picq
Laurence Picq parle de son arrivée chez les Khmers rouges
autres livres classés : cambodgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre