AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Avery Black tome 1 sur 7
EAN : 978B01MY7CQKG
(10/01/2017)
3.35/5   37 notes
Résumé :
« Un scénario dynamique qui vous saisit dès le premier chapitre et ne vous laisse plus partir. »Midwest Book Review, Diane Donovan (à propos de SANS LAISSER DE TRACES)De l'auteur de polars n°1 Blake Pierce nous vient un nouveau chef-d'?uvre de suspense psychologique.La lieutenante de la police criminelle Avery Black a traversé l'enfer. Autrefois la meilleure avocate de la défense, elle est tombée en disgrâce quand elle a réussi à faire sortir un brillant professeur ... >Voir plus
Que lire après Avery Black, tome 1 : Raison de tuerVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,35

sur 37 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
1 avis
Avery Black, ancienne avocate a vu sa carrière se briser net pour avoir défendu et fait libérer un tueur en série coupable. Lequel n'a rien trouvé de mieux à faire que de récidiver une fois dehors. Tombée au trente-sixième dessous, elle a été embauchée dans la police à la circulation, puis elle a monté les échelons pour arriver à inspectrice là où le lecteur la trouve au début du roman.
Autant dire que l'ambiance est plombée et que la pauvre Avery est raillée par ses collègues masculins et a du mal à trouver un équipier. Elle y arrivera quand même sans que cela soit, toujours, facile.
La police de Boston est lancée à la recherche d'un malade qui tue des étudiantes, les dépèce, les embaume et les positionne dans l'espace public. Ce qui fait désordre.
Du fait, pour partie, de sa connaissance de ce genre d'individus, l'enquête est confiée à Avery Black.

Ce n'est pas que ce soit mauvais, ce n'est pas, bon non plus, à mes yeux s'entend. On s'enlise, on s'enlise dans des partis pris contre cette pauvre Avery, des considérations déplacées sans rapport avec l'enquête. Comme elle a à prouver sa valeur, forcément elle commet des bévues qui se retournent contre elle.
Et les pages se tournent, se tournent, avec un petit peu de soleil de temps en temps, de courte durée et sa repart dans des glissades inutiles.
Alors le lecteur, moi, se demande pourquoi il est entré dans ce bouquin là?
La réponse est simple: lecture offerte par Kobo la liseuse et comme un présent ne se refuse pas...Bref bien fait pour moi!
Blake Pierce j'ai déjà lu et avec plus de bonheur qu'ici où il essaie d'ajouter à son intrigue un côté psychologique qui aurait pu marcher, ne serait-ce qu'avec l'étude des meurtres vus par un tueur en série emprisonné qui, soit dit en passant, aiguillonne l'enquêtrice dans le bon sens et l'aide de par sa connaissance des motivations des gens de son engeance. Mais voilà, ce n'est pas suffisant pour pimenter l'action loin de là.
Ajoutons des rapports mère-fille - n'ayant rien à voir avec l'intrigue - très conflictuels et difficiles et on aura une idée de l'ambiance de ce livre.
Il est aisément possible de supprimer la moitié des pages de sa lecture, qui, à mon avis, servent de remplissage plutôt qu'à l'histoire.
Je ne rayerai pas Pierce de ma liste mais j'oublierai vite ce roman.


Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          240
Le silence des agneaux, avec Hopkins et Foster.

La comparaison s'arrête malheureusement là.

Peut-être aussi à cause de la piètre traduction et des erreurs de français (OK, ma liseuse a peut-être aussi ses limites?).

C'était mon premier Blake Pierce. Je vais quand même lui laisser une seconde chance, avec la suite: Raison de courir.

Et après,... n'étant pas maso pour deux sous, je laisserai tomber, ou pas.
Commenter  J’apprécie          180
Je suis bien surprise par ce livre.
J'avais déjà lu autre de cet auteur mais pas de la même série.

Ici nous avons Avery Black, détesté de tous, car quand elle était avocate elle a fait libérer un des pires tueurs en série de Boston ! Donc l'intégration n'est pas facile dans cette ambiance. Seul Ramirez accepté de travailler avec elle.

Cindy disparue après une soirée est retrouvée morte, embaumer. Deux autres cadavres seront retrouvés dans les mêmes circonstances.
Mais qui ce cache derrière tout ça ? Pourquoi ?

Alors là policière à la vie brisée c'est du vu et revu, mais ça reste sympa malgré tout, l'écriture est fluide ça ce lit vite.
Commenter  J’apprécie          120
En 2019, j'ai lu les 3 premiers tomes des enquêtes de Riley Paige, j'avais beaucoup apprécié le premier "Sans laisser de trace", et trouvé que les deux autres étaient très redondant et pénible à lire en raison de nombreuses fautes d'orthographe.....

Je suis en vacances, le soleil, la mer, les pieds dans l'eau, deux ans que "Raison de Tuer" traine sur ma Kobo, c'est l'occasion de le lire.....

Quelle déception, pourquoi l'auteur a-t-il créer le personnage Avery Black ? quelle différence avec Riley Paige ? C'est la même femme enquêtrice, défiant l'autorité qui devient l'héroïne de l'histoire.....

Ce roman est pratiquement un copier/coller, seul le nom de l'héroïne change....

L'intrigue n'en est pas moins intéressante, une lecture divertissante sur la plage
Commenter  J’apprécie          80
Alors qu'elle sort d'une soirée étudiante donnée par la confrérie à laquelle elle appartient, une jeune femme est droguée à l'aide d'une seringue, incapable de se défendre elle est emmenée dans un van.

Quarante huit heures plus tard, on assiste à l'arrivée de l'inspectrice principale Avery Black, transfuge des Affaires Internes, à la Criminelle suite à sa demande d'affectation. Traînant un lourd passif de son premier emploi d'avocate, c'est sous les sous-entendus, les quolibets voire les injures qu'elle est accueillie par ses nouveaux collègues qui comme à l'accoutumée voient d'un mauvais oeil sa venue.

Une fois de plus l'on n'échappe pas à l'éternel cliché de la policière brisée par son passé, son divorce, et un panel de collègues masculins misogynes et qui n'apprécient pas le fait qu'une brillante plaidoirie ait permis la libération d'un sérial-killer qui à dés sa sortie repris ses crimes.

A peine arrivée, elle est envoyée, accompagnée du seul collègue masculin qui accepté de travailler, sur le lieu de la découverte du corps de la jeune étudiante. La mise en scène très particulière du corps attire particulièrement l'attention de l'inspectrice sur la probabilité d'avoir affaire à un sérial-killer. Très rapidement elle découvre des indices sur l'enlèvement mais qui ne permettent pas d'identifier l'auteur de ce meurtre. Et tout naturellement l'enquête va débuter par les interrogatoires des proches de l'étudiante.

Si «Raison de tuer » est présenté comme un « thriller » les rares apparitions ne sont pas assez percutantes, et l'enquête qui occupe la plus grande partie du roman font plus pensé à un policier classique. En effet même si les meurtres se succèdent le rythme du roman, sans être lent, manque un peu de punch et l'enquête est tout ce qu'il y a de plus classique : enquêtes de voisinage, audition des proches, interrogatoires des proches, recoupement d'indices, recherche de points communs entre les différentes victimes...

Le scénario est maîtrisé de main de maître, tout s'enchaîne de manière logique, malgré de nombreuses impasses l'enquête progresse naturellement sans incohérences.

On aurait pu craindre que la vie personnelle de l'inspectrice soit trop mise en avant, mais ce n'est pas le cas : les passages sont bien dosés, sans prendre le pas sur l'enquête, mais suffisamment pour maintenir l'ambiance délétère qui règne au commissariat.

Le style de l'auteur est fluide, efficace, plutôt direct, et correspond bien à ce genre de roman. On peut malheureusement regretter que la traduction ne soit pas à la hauteur : fautes d'orthographes assez nombreuses, des non sens fréquents, des phrases incompréhensibles qu'il faut lire à plusieurs reprise pour en déchiffrer le sens sans être bien sûr d'être en phase avec les pensées de l'auteur.

Au final, un policier de bonne facture, classique mais prenant, une enquêtrice qui réussit à nous séduire malgré son côté torturé, et malgré la traduction déplorable l'on a envie de continuer à lire les autres ouvrages de l'auteur.
Lien : http://imaginaire-chronique...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
 Avery évitait le contact initial avec ceux déjà sur la scène. Au fil des ans, elle avait fini par découvrir que les interactions sociales éprouvaient sa concentration, et trop de questions et de formalités avec les autres entachaient son point de vue. Tristement, c'était encore une autre de ses caractéristiques qui avait entraîné le mépris tout entier de son service.
Commenter  J’apprécie          10
Pendant des années, il avait évité les humains. Ils étaient effrayants, plus violents et incontrôlables que les animaux. Il aimait les animaux. Les humains, cependant, il avait découvert qu’ils s’avéraient être des sacrifices plus puissants pour l’Esprit Universel.
Commenter  J’apprécie          10
Être un avocat de la défense avait été éprouvant, c’était le moins qu’on puisse dire, mais il était celui qui était censé de nouveau arranger cela. Un professeur de génie de Harvard, respecté par tous, simple et bienveillant, il avait été accusé de meurtre. Le salut d’Avery était supposé venir de sa défense. Pour une fois, elle était censée faire ce dont elle avait rêvé depuis son enfance : défendre les innocents et s’assurer que la justice l’emporte.
Commenter  J’apprécie          00
"j'imagine, parfois les choses ne se déroulent pas de la manière dont nous le prévoyons."
Commenter  J’apprécie          40
Ses notes ? Meilleure de la classe. Bien sûr, elle pouvait se la couler douce jusqu’à la remise des diplômes, mais Cindy ne comprenait pas les mots « se la couler douce ». Elle donnait tout, tous les jours, peu importait ce qu’elle faisait. Beaucoup travailler, beaucoup s’amuser, c’était sa devise ; et ce soir, elle voulait s’amuser.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : bostonVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (128) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2788 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}