AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782351785867
328 pages
Gallmeister (20/08/2017)
3.82/5   140 notes
Résumé :
Boo et Junior ne se sont pas quittés depuis l'orphelinat. Aujourd'hui adultes, ils sont videurs dans un club de boston. Avec leurs deux cent quinze kilos de muscles et leurs dix mille dollars de tatouages, ça leur va plutôt bien de jouer les durs. Mais quand on leur demande de rechercher la fille du procureur de Boston qui a disparu, ils vont devoir recourir à autre chose qu'à leurs biceps. Que la gamine fasse une fugue, soit. Il faut bien que jeunesse se passe. Mai... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
3,82

sur 140 notes
5
12 avis
4
31 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kirzy
  29 mai 2019
Difficile de faire plus divertissant dans le genre polar survitaminé sans chichi, direct sur l'action ! Et de l'action, il y en a, en mode hardboiled avec le duo de potes videurs d'une boîte miteuse de Boston : Boo, le narrateur, et Junior, poids combiné de deux cent quinze kilos et dix mille dollars de tatouage, chargé par un procureur star de retrouver sa gamine.
L'intrigue est menée tambour battant, aucun temps mort, avec des scènes de bastons assez régressives à la Tarantino. Violent ok, mais toujours avec un humour potache réjouissant, souvent en dessous de la ceinture mais franchement drôle, surtout dans les dialogues !
T'ajoutes à tout cela toute une tripotée de personnages secondaires qui jouent sur les clichés du genre ( hilarante gérante d'un video club chelou, énorme avec son chihuahua ridicule ; un acteur de films porno très spéciaux, neveu du parrain local and co, flics ripoux ) et t'as un bouquin plaisir type série B jubilatoire. Rien que çà, mais c'est déjà beaucoup !!!
Commenter  J’apprécie          1046
marina53
  12 juin 2017
Boo et Junior, deux potes inséparables depuis l'orphelinat, tous deux taillés dans le granit (215 kilos cumulés !), tatoués jusqu'au bout des ongles, sont videurs au Cellar, un club de Boston. Un soir où malheureusement Boo n'était pas dans son meilleur état, une benne à ordure, emplie de vinasse, d'eau de vaisselle et de détritus, s'étant déversée à l'intérieur du club, il reçoit la visite d'une certaine Kelly Reese. Cette dernière aurait besoin de ses services : la fille de son employeur, qui n'est rien d'autre que le procureur de Boston, a disparu il y a 10 jours. Pour un bon petit paquet de billets, Boo accepte, certain de pouvoir la retrouver fissa d'autant qu'il l'a aperçue 2h auparavant entourée de mecs peu fréquentables...

Inévitablement, ce sont bien Boo et Junior qui portent ce roman profondément sombre. En effet, Todd Robinson dissémine ici et là quelques éléments de leur passé, sombre évidemment, et s'attarde sur leur psychologie. Malgré leurs nombreuses casseroles, ils ne sont jamais les derniers pour la déconne. Ces deux rocs au coeur tendre sont des plus attachants. Les dialogues ne manquent jamais d'humour et de piquant. Pour ce qui est de l'intrigue, à savoir retrouver une adolescente, qui plus est fille à papa, elle n'est pas des plus originale mais l'auteur a le sens de la répartie et nous emmène dans des recoins inattendus, tantôt jouissifs tantôt noirs. Il nous offre ainsi un roman habilement construit dans lequel les personnages secondaires ne sont pas en reste comme ce flic alcoolique en pleine rédemption, ce parrain mafieux ou encore cette assistante surprenante. Jouissif, mordant et pêchu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
Crossroads
  26 juin 2016
Cassandra, c'est un p'tit bonbon acidulé hyper agréable en bouche qui cacherait en son coeur de rocker une bonne dose de piment de Cayennne.
C'est très bon mais parfois, ça pique un peu.
Lorsque deux potes, d'un fort beau gabarit ma foi, sont sollicités par le proc' du coin pour retrouver sa fille et que ces mêmes loustics, adeptes de l'humour caustique, ne crachent jamais sur une bonne baston, on est en droit de s'attendre à ce que ça déménage un minimum.
Et, de fait, amateurs de vaisselle de grand-mère délicate et de petit mobilier souffreteux s'abstenir.
Tout comme nos deux déménageurs pas Bretons, Cassandra ne se prend jamais au sérieux.
Un but véritable, le divertissement ultime. Celui qui perdure tout en offrant un scénar' assumé aussi épais qu'un parachute doré pour hôtesse de caisse sur le départ .
Corrosif et barré de la première à la dernière ligne, Cassandra ne se départit jamais de ce ton si jubilatoire, objet de 1359 sourires instantanés -presque autant qu'en parcourant le code Rousseau de la Route, version 2008, son plus gros millésime à mon humble avis- et nous balance une rafale de pathétiques losers concourant tous pour le plus gros blaireau de l'année. Sid, si tu me lis, rien de personnel...
Incisif et mordant, Robinson déroule sur l'autoroute de la déconne pour le plus grand plaisir des joyeux drilles que nous sommes.
Bref, Cassandra, c'est pas du Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling qu'était pourtant pas l'dernier pour la déconne mais ça fait vachement de bien quand même !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          642
cardabelle
  18 mars 2017
Quand je pense que j'ai failli laisser passer un si bon roman !
Toujours un peu méfiante envers la collection "Néonoir", j'ai un peu hésité ; souvent le langage utilisé m'agace et me heurte par sa laideur ou sa vulgarité . Mais, cette fois, séduite par l'intrigue prometteuse, je décide de faire la connaissance de Boo et de Junior .
Et là, il ne faut que peu de temps pour s'apercevoir qu'on vient d'entrer chez un auteur talentueux :j'ai nommé "Môssieur "Todd Robinson !
Il nous offre son premier roman, un thriller impressionnant, noir bien sûr mais si bien modulé qu'il fait de son auteur un virtuose.
La force du récit doit sans doute beaucoup au charisme de tous les personnages .Même les plus vils vont parfois créer l'émotion ou arracher un sourire.
On côtoie l'horreur, le vice, la mort, les pires abjections, la corruption, mais aussi la tendresse, l'amour, l'amitié, l'espoir et le tout est brodé sur une trame légère, parfois drôle ou déjantée, singulière nuance avec un fond grave et obscur.
Le tout est mené à un rythme fougueux ,porté par une belle écriture sensible, intelligente mais ponctuée par des dialogues imagés ,bien salés parfois ...comme il se doit !
Bel équilibre en tous cas .
Encore une fois, j'ai envie de dire que Gallmeister sait choisir et, cerise sur le gâteau, on va pouvoir retrouver Boo et Junior dans " Une affaire d'hommes " !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
iris29
  10 novembre 2015
Attention: Petite pépite littéraire!
Un roman qui pourrait inspirer Tarantino (période Pulp fiction)
Boo connait Junior depuis ses 8 ans, depuis que ce dernier l'a secouru lors d'une agression perpetrée par les autres enfants de l'orphelinat. Devenus adultes , ils ont monté une sociétè 4PC (Plans Pourris Pour Pas Cher!) et officient comme videurs dans un club à Boston. Amis à la vie , à la mort, ils sont costauds (215 kilos de muscles à eux deux!) et couverts de tatouages. Mais ne vous y trompez pas, ces deux copains ont le coeur tendre et le cuir fragile...
Aussi ,quand le procureur de Boston leur demande de retrouver sa fille de 14 ans (Cassandra), ils n'hésitent pas. Fugue? Enlèvement ?Exploitation pédophile?
Nous sommes dans les bas-fonds de Boston , les âmes croisées sont noires, très noires, esquintées, écorchées vives,perdues, shootées. MAIS , C'EST DROLE, TRES DROLE...
Les personnages de Boo et Junior ont une épaisseur due au talent et au vécu de l'auteur qui sait de quoi il parle.Todd Robinson est rédacteur en chef d'une revue littéraire spécialisée dans le polar, il a été videur de boite de nuit et barman.
Son 1° roman est une petite merveille qui sent la baston , l'alcool , les nuits blanches , et qui transpire de bons mots. C'est viril et sensible, macho et tendre, marrant et noir,
Les nombreux personnages , et l'univers foisonnant décrit par Monsieur Robinson , méritent une suite,(et même plus...une série!) . (Je veux savoir ce qui est arrivé à Emilie...SVP !) .
Les producteurs de cinéma Hollywoodiens seraient bien inspirés d'adapter cette histoire, ça sent le film culte et pour les deux personnages principaux , un rôle qui "assoie" une carrière...
Le mot de la fin à la quatrième de couverture ; "Un roman débordant d'humour de cran et de grâce".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          377

Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   11 septembre 2017
Que vous soyez col blanc ou col bleu , à Boston , vous habitez avec ceux qui s'habillent comme vous. La limite séparant les classes sociales tranche dans le vif comme un scalpel et creuse un fossé infranchissable.
... Aux yeux des riches , les gens comme moi sont des losers , des prolos. A nos yeux , les riches ne sont qu'une bande de chochottes nées avec une cuillère en argent dans la bouche. Le col de Kelly Reese était tellement blanc qu'il brillait dans l'obscurité. Cela ne m'empêcha pas d'admirer son cul alors qu'elle montait les marches devant moi . Quand il s'agit de reluquer une fille , les frontières économiques ne tiennent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
marina53marina53   12 juin 2017
Audrey se resservit un Jack Daniel's. Elle en descendait au moins une douzaine de verres chaque soir sans s'en porter plus mal. Il y a trente ans, elle aurait été la fille de mes rêves.
- Je viens de me rappeler pourquoi je bois, nous lança Audrey.
C'était sa façon à elle de trinquer, qui n'appelait qu'une réponse possible.
- Alors, Audrey, pourquoi ?
Elle avala la moitié de son verre.
- Parce que j'aime ça, putain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
marina53marina53   12 juin 2017
- Junior, emmène-le dans le bureau. (..) Prends son numéro de téléphone et son adresse.
Paul paniqua.
- Mais vous avez dit...
Je lui mis une main sur l'épaule.
- Du calme. C'est juste au cas où on devrait encore te poser des questions. Junior te donnera mon numéro de beeper.
- Un beeper ? (Paul me regarda, horrifié.) Vous êtes qui, Fred Pierrafeu ?
Commenter  J’apprécie          310
iris29iris29   15 septembre 2017
...au cas où vous ne seriez pas au courant, les rues de Boston sont comme un rêve érotique pour les automobilistes.Contrairement aux villes planifiées, à Boston , on s'est contenté de paver les vieilles routes à chevaux. Il n'y a jamais un itinéraire direct d'un point A à un point B . Pour arriver à B, il faut d'abord prendre la direction du point N , tourner à gauche, continuer au nord jusqu'au point racine carrée de 173, revenir à N, puis demander son chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
marina53marina53   14 juin 2017
Des fois, la vie va tout de travers, monsieur Boo. Tout bonnement. Dieu sait ce qu'Il fait. Ça nous paraît pas toujours bien. La plupart du temps, ça nous fait tellement mal qu'on a envie de hurler et de maudire Son nom, mais ce ne serait pas bien non plus. Des fois, la vie va tout de travers.
Commenter  J’apprécie          210

Videos de Todd Robinson (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Todd Robinson
Cercle polar : quand les héros s'incrustent. .Cercle polar : quand les héros s'incrustent. Allez savoir pourquoi ! Il arrive parfois q'un héros s'impose à un auteur, jusqu'à ne plus le quitter, jusqu'à vieillir ensemble. le phénomène n'est pas nouveau. Philip Marlowe et Raymond Chandler, Agatha Christie et Hercule Poirot, Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes sont des couples mythiques. Et le phénomène se poursuit, plus encore peut-être depuis le succès des séries télévisées. Fred Vargas et son commissaire Adamsberg, Michael Connelly et Harry Bosch finiront pas fêter leurs noces d'or pour le plus grand bonheur de leurs lecteurs. Car le plaisir est grand, en ouvrant chaque nouvel épisode de leurs aventures, de prendre des nouvelles de ces amis de papier comme on s'inquiète de la santé de nos proches. Matt Scudder va-t- il replonger dans l'alcool, se demandait-on à chaque épisode de la série de Lawrence Block. Ces héros que l'on dit récurrents sont plus nombreux que jamais, en voici trois que vous ne connaissez peut-être pas encore... « le Joker » de John Burdett (Presses de la Cité) « Une affaire d'hommes » de Todd Robinson (Gallmeister) « Aux vents mauvais » de Elena Piacentini (Au-delà du raisonnable)
+ Lire la suite
autres livres classés : bostonVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2449 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre