AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2803670089
Éditeur : Le Lombard (20/05/2016)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Jamais le tatouage ne s'était répandu avec un tel enthousiasme au sein des différentes couches de la société. Cette pratique datant du néolithique est devenue en quelques décennies un phénomène mondialisé, principalement apprécié pour ses aspects esthétiques. Mais l'histoire de l'humanité a déjà connu de telles modes, bien avant les pirates et les truands...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Presence
  03 avril 2017
Il s'agit d'une bande dessinée de 56 pages, en couleurs. Elle est initialement parue en 2016, écrite par Jérôme Pierrat, dessinée et mise en couleurs par Alfred. Elle fait partie de la collection intitulée La petite bédéthèque des savoirs, éditée par Le Lombard. Cette collection s'est fixé comme but d'explorer le champ des sciences humaines et de la non-fiction. Elle regroupe donc des bandes dessinées didactiques, associant un spécialiste à un dessinateur professionnel, en proscrivant la forme du récit de fiction. Il s'agit d'une entreprise de vulgarisation sous une forme qui se veut ludique.
Cette bande dessinée se présente sous une forme assez petite, 13,9cm*19,6cm. Elle débute par un avant-propos de David Vandermeulen de 4 pages. Il commence par évoquer la création en 2014 d'un salon de tatouage pour les enfants à Whitstable, en Angleterre. Il évoque ensuite la démocratisation du tatouage à travers le globe, même si le premier salon en France ne date que de 1961. Il cite ensuite le salon de tatouage de Don Ed Hardy installé en 1974 à San Francisco, et comment le tatouage est devenu un phénomène de mode depuis une quinzaine d'années.
La bande dessinée commence avec un directeur de maison d'arrêt recevant un détenu dans son bureau. Ce dernier s'est fait un tatouage artisanal sur l'avant-bras gauche, agrémenté d'une belle faute d'accord. le directeur ouvra alors en grand sa chemise pour révéler un torse entièrement tatoué. Il indique au détenu qu'il veut bien passer l'éponge sur son tatouage artisanal, mais qu'en compensation il va devoir l'écouter raconter l'historique de cette pratique. Il commence par remonter jusqu'à l'époque des hommes de Neandertal (entre environ 300 000 et 28 000 ans) avec la découverte de poinçons et de d'aiguilles en bois de renne laissant penser que le tatouage était déjà pratiqué. Puis il mentionne le corps du plus vieux tatoué (surnommé Ötzi), datant de plus de 3.500 ans. Il passe ensuite au peuple des scythes.
Comme à son habitude, David Vandermeulen concocte un avant-propos qui fait réagir le lecteur. Qu'il soit lui-même tatoué, ou circonspect quant à cette mode esthétique qui n'a rien de neutre, il réagit forcément à cette idée d'un salon de tatouage pour enfant. Il découvre ensuite quelques informations contextuelles et historiques qui annoncent l'approche de la bande dessinée qui suit. Il insiste également sur le fait que le tatouage constitue encore un rite de nos jours. Ainsi mis dans le bon état d'esprit, le lecteur commence ce huitième ouvrage de la collection de la petite bédéthèque des savoirs. Il sourit en voyant que les auteurs ont choisi une version semi originale pour raconter leur exposé. Ils ne se mettent pas en scène comme l'a fait une partie significative des auteurs de la collection, mais ils conservent l'idée d'un dialogue, entre un directeur de prison et un prisonnier qui s'est fait son propre tatouage, faute d'accord incluse. Cette forme de dialogue permet de donner plus de vie à l'exposé, le directeur de prison étant régulièrement interrompu par le détenu qui n'hésite pas à se montrer caustique. Alfred s'amuse en montrant le directeur tour à tour professoral, sévère, méprisant, enjoué, passionné.
Le parti pris de Jérôme Pierrat est de donner une vision historique du tatouage, à commencer par la préhistoire. Il est également l'auteur de plusieurs ouvrages sur le sujet : Les vrais, les durs, les tatoués : le tatouage à Biribi (2005) avec Éric Guillon, Mauvais garçons, portraits de tatoués (2013) avec Éric Guillon, Les gars de la marine : le tatouage de marin (2005) avec Éric Guillon, Tatouages (2014). Il n'y a donc pas à s'interroger sur sa légitimité à écrire un tel ouvrage. le lecteur doit également garder à l'esprit qu'il s'agit d'une bande dessinée de vulgarisation, ce qui limite la profondeur du propos. En seulement 56 pages, Jérôme Pierrat effectue un tour d'horizon assez large : du premier homme tatoué retrouvé, aux pratiques actuelles, en évoquant la répression de cet art par le pouvoir temporel ou le pouvoir spirituel en fonction des époques et des régions du globe. le lecteur se retrouve aussi bien à bord des navires des grands explorateurs, que dans les bouges des ports, ou encore à la cour des grands ducs russes Constantin, Nicolas et Alexandre, et à celle du prince Georges de Grèce, du roi Oscar de Suède, du prince de Galles et futur roi d'Angleterre. Il se retrouve également au milieu des troufions indisciplinés, des délinquants et des criminels pris en charge par le bagne de Biribi, l'instrument répressif de l'armée française en vigueur depuis 1832 en Algérie, puis au Maroc et en Tunisie.
Jérôme Pierrat peut parfois donner l'impression de papillonner et de raconter des banalités, mais en fait le lecteur constate rapidement que chaque propos est solidement étayé, et invite le curieux à aller se renseigner plus avant. L'auteur consolide son exposé avec une ou deux citations, comme celle extraite de Les derniers sauvages, la vie et les moeurs aux îles Marquises (1842 à 1859) de Max Radiguet. Il utilise des termes techniques précis, et il date chacun des faits qu'il évoque. Il parle aussi des outils de tatouage, soit ancestraux, soit développés avec les avancées technologiques du siècle. le lecteur se rend compte qu'il avance rapidement dans l'ouvrage, même lors de page avec une bonne quantité de texte, et qu'il n'éprouve pas de sensation de lourdeur ou d'ennui. C'est aussi l'un des avantages de la bande dessinée que de présenter une forme plus immédiatement gratifiante, dans la mesure où l'oeil du lecteur perçoit d'un coup le dessin et complète ensuite les informations visuelles par celles contenues dans le texte.
Pour ce tome, le directeur de collection a apparié l'auteur avec Alfred. Il s'agit d'un auteur de bande dessinée à part entière, ayant déjà réalisé Come Prima (2013, Fauve d'or d'Angoulême 2014), Boulevard des SMS (2016),avec Brigitte Fontaine, Je mourrai pas gibier (2009), Pourquoi j'ai tué Pierre (2006) avec Olivier Ka. Pour donner à voir le texte de Jérôme Pierrat, il a la tâche délicate de montrer des choses que dit déjà pour partie le texte. le premier effet des dessins est de donner vie aux deux narrateurs que sont le directeur de prison et le détenu. L'artiste fait passer des émotions par l'entremise de ces 2 protagonistes, apportant une relation affective à ce qui est dit, ce qui accroche plus le lecteur et rend l'exposé moins sec. Pour ces 2 personnages, il simplifie un peu leurs contours, donnant ainsi plus de vie aux expressions de leur visage.
Le deuxième défi pour le dessinateur d'un tel ouvrage est qu'il ne s'agit pas d'un récit et qu'il se retrouve souvent à illustrer ce qu'expose le texte, sans que les images ne racontent une action, ou ne mettent en scène un dialogue. le lecteur peut alors ressentir l'impression que le dessinateur ne fait que représenter ce que dit déjà le texte. Il faut prendre un peu de recul pour s'apercevoir qu'Alfred fait plus que ça. Page 14, lorsqu'il représente les représente les restes d'Ötzi, ça n'apporte effectivement pas beaucoup d'information sur ce à quoi ressemblaient vraiment ses restes parce que le registre des dessins n'est pas photoréaliste. Par contre dès la page suivante, l'apport des dessins devient manifeste : Alfred montre à quoi ressemblait les tatouages d'un peuple de guerriers nomades qui vivaient en Sibérie, dans la région du Haut-Altaï, 500 avant J.-C. La bande dessinée permet donc au scénariste de se reposer sur les dessins pour montrer les tatouages sans qu'il n'ait à les décrire. Il y a là une complémentarité particulière aux illustrations. En outre, le fait que tous les tatouages à travers les siècles soient représentés par un seul et même artiste, introduit une forme de continuité les liant dans une seule et même pratique.
Alfred a également en charge d'évoquer les différentes époques et les différents endroits du globe par le biais de ses dessins. Il a choisi de ne pas trop les surcharger, et d'adopter une esthétique un peu simplifiée pour être lisible par le plus grand nombre. En fonction de ce qui est représenté, le lecteur peut constater que certains éléments sont plus évoqués que détaillés, et que d'autres ont été représentés sur la base de références historiques. Il peut donc accorder sa confiance à l'authenticité de ce qui est montré dans le détail : les tenues vestimentaires, les motifs de tatouage, les éléments culturels des différents peuples et sociétés passés en revue. Il utilise les couleurs de manière naturaliste, avec quelques variations de nuance pour une même surface pour en rehausser discrètement le relief. À plusieurs reprises, la complémentarité entre texte et dessins saute aux yeux du lecteur. Par exemple, quand Jérôme Pierrat indique qu'au dix-neuvième siècle les tatouages des détenus faisaient l'objet d'un recensement (pour mieux identifier les détenus), le lecteur peut voir de nombreux exemples de tatouages, ce qui les rend concret et atteste qu'ils sont tous différents d'un individu à l'autre.
Sous réserve de garder à l'esprit qu'il s'agit d'un ouvrage de vulgarisation, le lecteur plonge dans un tour d'horizon de la pratique du tatouage, à l'échelle de la planète et de l'Histoire. La lecture est rendue très agréable par les dessins à l'apparence simple d'Alfred, mais comprenant de nombreuses informations visuelles. Sous les dehors d'un exposé magistral, la narration s'avère vivante par le recours à 2 personnages, et par la réelle complémentarité entre texte et dessins, ainsi que le ton enjoué utilisé. le lecteur en ressort comblé, en ayant également appris l'origine du mot tatouage, celle de l'expression Un dur, un tatoué, et en ayant fait une escale pour les tatouages tribaux, et les tatouages des yakusas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DocBird
  14 avril 2018
La collection « La petit bédéthèque des savoirs» propose de faire le tour d'un sujet scientifique, culturel, technique, historique ou de société à travers un format court de BD.
Ici, va être retracée l'histoire du tatouage depuis la Préhistoire jusqu'à nos jours.
Le lecteur est emmené, à la suite d'un détenu et d'un chef d'une prison, tatoués tous les deux, sur la route de l'histoire du tatouage.
Cet ouvrage permet d'expliquer l'histoire du tatouage, devenu un phénomène de mode dans le monde entier.
Il n'y pas si longtemps que cela que les boutiques de tatoueurs existent en France, et cette BD permet d'aller à la rencontre d'un art ancestral aux multiples significations, repris par les marins et les personnes un peu voyous, devenu aujourd'hui très ordinaire.
Une belle plongée dans le monde du tatouage, avec de très belles illustrations détaillées de tatouages. Intéressant.
Lien : http://docbird.over-blog.com..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   03 avril 2017
Tom Riley est un pionnier. Il est le premier tatoueur européen à exercer avec une machine électrique. Cette dernière a été brevetée par un certain Samuel O'Reilly à New York, en 1891. Outre les marins qui constituent la majorité de la clientèle, Sutherland, surnommé le Michel-Ange du tatouage, tatoue également la haute. Les grands ducs russes Constantin, Nicolas et Alexandre, le prince Georges de Grèce, le roi Oscar de Suède, le prince de Galles et futur roi d'Angleterre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   03 avril 2017
C'est aussi en combattant la nudité que les religieux occidentaux tuent le tatouage : les corps dorénavant habillés de vêtements, il perd son rôle identitaire et social.
Commenter  J’apprécie          40
PresencePresence   03 avril 2017
Les tatoués sont nombreux parmi les deux cents peuples celtes installés en Europe occidentale. Les plus connus sont les pictes - dont le nom est dérivé du latin pictura - et leurs voisins Scots, qui se servaient de leurs tatouages pour effrayer les légionnaires romains qui débarquent en Grande Bretagne en -55.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   03 avril 2017
Dans l'antiquité, le tatouage est moins esthétique que prophylactique et thérapeutique, comme chez les égyptiens, religieux chez les assyriens, ou encore marque de châtiment chez les babyloniens, ou infamant chez les thraces.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   03 avril 2017
En attendant avec vos histoires, vous m'avez fait voyager.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Jérôme Pierrat (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérôme Pierrat
Mollat Underground 7 spécial Mauvais genre .Retour sur le Mollat Underground 7, un agréable moment de partage au fil de l'eau sur l'I.Boat, en partenariat avec La Mauvaise Réputation. Une spéciale « Mauvais genre » en compagnie de Jérôme Pierrat et de son éditeur, Pierre Fourniaud, autour de son ouvrage "Mauvais garçons : portraits de tatoués (1890-1930), édité à la Manufacture des Livres. Étaient également présents la tatoueuse ORELL et le collectif "Skin Jacking". http://www.mollat.com/livres/pierrat-jerome-mauvais-garcons-portraits-tatoues-1890-1930-9782358870566.html Notes de Musiques : Notes de musique : DR Mollat®
+ Lire la suite
autres livres classés : tatouageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3378 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre