AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782930538280
118 pages
Quadrature (10/11/2012)
3.83/5   6 notes
Résumé :
« Bref, ils ont besoin d’un orthophoniste ! » est le troisième recueil de Gaëlle Pingault. Etonnante aventure que celle de ces textes, improvisés au fil de la plume sur les réseaux sociaux fin 2011. Une tentative de faire connaître les multiples aspects de l’orthophonie, qui a déclenché un enthousiasme certain. Il semblait donc naturel de leur offrir un écrin littéraire digne de ce nom. C’est chose faite.
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique

Sous ce titre étonnant, Gaëlle Pingault partage son expérience d'orthophoniste (pour les belges : traduisez « logopède »). A travers plusieurs petites histoires, elle nous raconte le quotidien de ses patients, ces personnes qui, à un moment de leur vie, ont besoin d'un orthophoniste.

Un recueil de nouvelles distrayant mais qui permet également de (re)découvrir ce métier pluriel. Si les publics sont variés (enfants, personnes âgées, adultes…), les problèmes à gérer ne le sont pas moins, allant de la dyslexie à l'autisme, en passant par la dysorthographie, le bégaiement ou la surdité.

Bref, ils ont besoin d'un orthophoniste ! fait passer énormément de choses. En plus des informations qu'il apporte sur le champ d'action de l'orthophoniste, il m'a aussi fortement touché par sa justesse et sa sensibilité. Toute l'empathie de l'auteure pour ses patients transparait dans ses écrits, notamment vis-à-vis des enfants à qui elle donne des petits noms affectueux.

Avec pudeur, elle donne la parole aux enfants, tout autant qu'aux parents et proches : « Ils parlent de leur petite puce. de son avenir. Ils voudraient le meilleur pour elle. Qu'elle se débrouille. Qu'on la respecte. Qu'elle soit heureuse. Bref. Comme tous les parents. »

Avec une petite surprise que l'auteure fait durer tout au long du recueil : l'histoire de Laure qui se déroule en filigrane des autres et dont on ne comprend pas le lien avec le thème. Jusqu'à ce que tout s'éclaire

Pour chacune des nouvelles, il a suffit de quelques mots pour que je sois touchée et pour que je m'attache aux personnages. Au point qu'à la fin de chaque nouvelle, j'étais en attente d'une suite. Ce sera ma seule petite frustration.

Un recueil que je recommande donc, pour le plaisir de lire une auteure de qualité mais aussi pour les informations qu'il nous apporte.


Lien : http://carnetdelecture.skyne..
Commenter  J’apprécie          40

En allant sur le blog de l'auteur, vous pourrez découvrir quelques textes et surtout la genèse de ce recueil : une belle histoire! Gaëlle Pingault est orthophoniste, magnifique métier qu'elle présente avec passion.

Des histoires très courtes présentent des enfants, adultes et personnes âgées qui, bref, ont besoin d'un orthophoniste. Dyslexie, autisme, des dys pas sympa du tout à vivre, rééducation après opération ou AVC, l'éventail des interventions d'un orthophoniste est vaste (une vingtaine recensés) et j'avoue une totale découverte de certains exemples. Les histoires sont fictives, sauf une. Toutes sont porteuses d'espoir. L'humour n'est jamais absent.

Mais Gaëlle Pingault écrit aussi des nouvelles, là il s'agit de son troisième recueil, et entre deux textes plus "professionnels" intervient Laure, une drôle de fille mal dans sa peau mais qui se soigne.

"Ma bonne fée a encore dû rater un truc dans la distribution des machins à joyeux grelots et à pompons heureux au-dessus du berceau à ma naissance. A se demander si j'ai vraiment une bonne fée ou si les réductions d'effectif des fonctionnaires étaient déjà à la mode à l'époque. Optimiste, moi, zéro patate." Une désespérée marrante, quoi.

Lecture hautement recommandable, qu'on ait besoin ou pas d'un orthophoniste.


Lien : http://enlisantenvoyageant.b..
Commenter  J’apprécie          50

Gaëlle Pingault a bien écrit des nouvelles qui mettent en scène diverses personnes et facettes rencontrées dans son métier d'orthophoniste – sinon elle ne serait pas publiée chez Quadrature – mais elle est vraiment un écrivain car son recueil est lié par l'histoire de Laure, une jeune femme apparemment ronchon, asociale et mi-intriguée mi-jalouse par sa voisine d'en face, Elisa Gardan. En fait nous ne découvrons le prénom de Laure que tard et la jeune femme révèle peu à peu pourquoi elle passe ses journées seule dans son appartement.

Une histoire aussi émouvante que les courts récits sur l'orthophonie : un bébé sourd, un gamin dyslexique, une petite fille dyscalculique, une vieille dame victime d'un AVC, un homme qui a subi une laryngectomie, un autre atteint de bégaiement, une femme dont l'opération de la thyroïde a abîmé les cordes vocales, une prof qui tire sur la corde (vocale, évidemment – tiens, tiens, voilà qui me concerne, c'est un risque du métier) : au total, une vingtaine de situations racontées avec justesse, avec humanité. Sans oublier l'humour et la légèreté qui désamorcent les drames vécus. Laure aussi se fait la championne de l'autodérision pour ne pas sombrer dans le désespoir.

Tous ces textes, signés de l'expression « Bref, il(s) a(ont) besoin d'un orthophoniste », et le contrepoint conté par Laure nous donnent envie de croire que la communication, et avec elle la vie humaine, peut s'améliorer, progresser, changer ou renaître. Grâce à la compétence et au sourire d'un ou d'une orthophoniste. Sourire communicatif, c'est gagné. Merci, Gaëlle Pingault.


Lien : http://desmotsetdesnotes.wor..
Commenter  J’apprécie          30

Voici un recueil de nouvelles différent de ce qu'on peut lire en matière de nouvelles. Gaëlle Pingault est orthophoniste. Son métier est d'aider des personnes qui ont des troubles du langage. Pas seulement des enfants mais également des adultes et des personnes plus âgées. le panel des situations qui les amènent à un travail avec l'orthophoniste est varié : dyslexie, conséquences un accident vasculaire cérébral, surdité, rééducation suite à une opération chirurgicale… Bref, autant de raisons qui les amènent à pousser et à franchir la porte de ces spécialistes.

la suite sur :

http://fibromaman.blogspot.fr/2012/12/gaelle-pingault-bref-ils-ont-besoin-dun.html


Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation

Il aimerait bien aimer l’école, mais il y a les dictées. Les sujets, les compléments d’objets directs, et les verbes. Il y a les a-avec-accent et les a-sans-accent. Les f qui s’écrivent f et les f qui s’écrivent ph. Il y a les s qui font s et les s qui font z. « Et » à la fin de paquet alors que c’est « ai » à la fin de balai. Un genre de jungle. D’abord, il n’y comprend rien. Et, quand par hasard il comprend, il ne retient pas. Et quand par miracle il retient, il ne pense jamais à l’utiliser à la dictée. Il a toujours zéro.

Commenter  J’apprécie          30

« Ma bonne fée a encore dû rater un truc dans la distribution des machins à joyeux grelots et à pompons heureux au-dessus du berceau à ma naissance. A se demander si j’ai vraiment une bonne fée ou si les réductions d’effectif des fonctionnaires étaient déjà à la mode à l’époque. Optimiste, moi, zéro patate. » (p. 79)

Commenter  J’apprécie          10

Videos de Gaëlle Pingault (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gaëlle Pingault
Un roman actuellement disponible en librairie.

Barbara est seule. Sa solitude a des allures de refuge ou de bastion, érigé dès l'enfance, pour tenir une mère imprévisible à distance. Quand le médecin de l'EHPAD "Les genêts" la convoque, ce passé qu'elle fuit la rattrape.Médecin en fin de carrière, Charles s'ennuie. Coincé dans sa vie, coincé dans son couple, voilà où l'ont conduit des choix par défaut. L'intransigeance de Barbara le contraint à faire face à ses propres petites lâchetés.Lise est aide-soignante. Elle s'impose une discipline rigoureuse, tente d'offrir aux résidents des Genêts des moments de partage arrachés à la cadence minutée des soins. Mais pour combien de temps ?Barbara, Charles, et Lise... Dans l'histoire de chacun, des empêchements sont venus enrayer la possibilité d'aimer librement. Autour de Rose, la mère absente, ces coeurs imparfaits se rencontrent et inaugurent des voies possibles de consolation.

Gaëlle Pingault est novelliste, romancière, animatrice d'ateliers d'écriture, orthophoniste, Bretonne. Tout dépend du sens du vent ! Celui quelle préfère, c'est le noroit qui claque. Elle a été lauréate du festival du premier roman de Chambéry et du prix Lions club de littérature grand ouest pour son premier roman II n'y a pas internet au paradis. "Les coeurs imparfaits" est son deuxième roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3124 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre