AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782075123655
48 pages
Gallimard Jeunesse (05/11/2020)
4.1/5   24 notes
Résumé :
Alors qu'ils traquent depuis des jours un cerf blanc, le prince Nemrod et ses chasseurs découvrent dans un pays sauvage et lointain, un immense rocher dominant la mer. Animé d'une grande ambition, le prince décide d'y bâtir la plus haute tour du monde. Elle abritera sa ville et son palais et se nommera Babel.
Un jour, Nemrod est foudroyé par la grâce d'une jeune femme, Zélie...

Un album grandiose inspiré du mythe biblique de la tour de Babel.
Que lire après Rois et reines de BabelVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Babel.
Peut-être que certains jeunes lecteurs ne connaitront pas la référence au mythe biblique.
Pour faire court, l'humanité décida il y a longtemps de construire une tour qui pourrait les rapprocher de leur Dieu.
L'intention fut considérer par ce dernier comme un odieux pêché d'orgueil car rien ne saurait égaler le seigneur de toutes choses. La construction qui réunissait beaucoup de monde en son sein était une magnificence architecturale, une autre preuve d'orgueil ostentatoire et un manque d'humilité. Pour ceux qui la regardait, ce n'était pas une oeuvre en l'honneur du dieu mais un hommage à la grandeur de l'humanité, son art capable pouvant même toucher le ciel.
Voici pourquoi le dieu de toutes choses foudroya la construction et divisa les populations. Les gens ne parlaient plus la même langue et ne pouvaient plus se comprendre. Ils se séparèrent et fondirent les populations des différents continents...

L'auteur-illustrateur François Place reprendra t-il le mythe pour les nouvelles générations ou y injectera t-il son tendre imaginaire que nous apprécions tant?
Très amateur de l'auteur, nous l'attendrons aussi sur les illustrations, sortes de clichés oniriques et souvenirs d'un voyage imaginaire presque crédible.
Nous raffolons de ses personnages miniatures traversant de vastes et fabuleux paysages. du Marco Polo toujours à la frontière du fantastique.

Il était une fois...Nemrod, le prince de cette aventure, qui n'aura rien à voir avec celui des mythes bibliques, Nimrod. Et pourtant, nous pourrons y voir une connexion, ils seront tous deux les fondateurs d'un renouveau.
" ...Nimrod est un personnage biblique. Il y est présenté comme le premier héros postérieur au Déluge, un chasseur réputé et le fondateur du premier royaume et de plusieurs villes en Mésopotamie..." ( Wiki*)
Si ce dernier est symbolique d'un nouvel élan positif, celui de François Place reverra hélas le mythe de Babel, comme un cycle maudit qui reprendra à chaque fois la triste volonté de s'élever pour la postérité sans dignité.

Nous serons quand même séduits par les constructions troglodytes astucieuses, inventions du génie humain, qui creuseront la roche jusqu'aux sommets. Mais le terrain était-il vierge de tout autre culture?
Était-ce le vrai début d'une histoire?
Dit comme cela, ceci nous rappellera évidemment plusieurs époques historiques à la saveur un peu amère, des chantiers mémorables et grandioses dont l'idée lumineuse nécéssita pourtant des sacrifices humains dramatiques, souvent glissés sous le tapis, comme l'on dit.
Les exemples ne manqueront pas, les idées d'avenir semblaient à ce prix.
"Rois et reines de Babel" aura un vrai charme philosophique qui collera au récit et permettra un peu de hauteur sur l'Histoire de l'humanité.
François Place imaginera l'histoire fictive et intéressante d'une dynastie dont la construction suivra sa volontés, tantôt tournées vers le peuple, tantôt vers les régnants uniquement.
Nous comprendrons mieux avec cette idée que des constructions que nous connaissons actuellement telles que des cathédrales, des pyramides, des palais, ne soient pas juste l'oeuvre de quelques années. Nous pourrons parfois parler de décennies ou de siècles.
Ces oeuvres seront le chêne centenaire qui accueillera aussi dans ses branches toutes les histoires des membres d'une famille qui l'auront vu grandir : Nemrod le Bref, Nemrod le Taciturne, Nemrod l'Étourdi ou Nemrod le Gras.

L'album est d'un soin graphique savoureux et d'une inspiration fine.
Se dégageront de ces fils de destin le pire et aussi le meilleur de l'humanité, dégagés sous plusieurs aspects. En lisant cette histoire, nous n'oublierons pas que les pyramides d'égypte, superbes, ont aussi une part sombre dans leur histoire.
Les monuments resteront les marques d'une époque, d'une volonté, bonne ou mauvaise, d'une capacité inouie à créer, inventer, d'une possibilité de se surpasser, pour le bien commun.
La fin de ce roman illustré confirmera cette idée.
On aime.



Commenter  J’apprécie          30
Ce magnifique album jeunesse grand format présente la Cité de Babel, tour sculptée dans la montagne, et les nombreuses générations qui ont jalonné sa construction, certains faisant basculer la ville dans des temps sombres, alors que d'autre ont contribué à sa gloire et son expansion.

Nemrod 1er chassait un cerf blanc dans les montagnes lorsqu'il découvrit le mont de pierre qui allait un jour devenir Babel. Il y rencontre un ermite, qui lui prophétisera un règne prospère et glorieux s'il abandonnait sa chasse au Cerf Blanc. Conquis par le paysage, ce roi décide de créer une ville à travers la montagne. Dès lors, Babel se construit. Cependant, un projet d'une telle envergure ne saurait être l'oeuvre d'un seul homme et nécessitera un réel effort collectif. Alors qu'il prend épouse et connait une vie heureuse auprès d'un peuple qui l'adore, il lègue Babel à ses fils. Malheureusement, c'est toute une bordée de Rois prénommés Nemrod aux qualités obscures qui succèdent au Premier Roi. Paresseux, taciturnes, avares, Babel ne connait que des heures sombres sous leur règnes et des tensions politiques éclatent. Il faudra un dernier homme sur le trône pour venir à bout de réunifier les quartiers de Babel, mais c'est à une première Reine que la ville connaitra des temps prospères à nouveau. La première, Bérénice première du nom, fait de Babel une ville fortifiée et commerciale, métamorphosant la cité de pierre en ville cosmopolite. On surnommera cette souveraine la "Reine Canelle", en référence aux épices qui deviennent le principal commerce sur les bords de Babel. Ces filles apporteront toutes de nouvelles améliorations, notamment en matière de savoir, grâce à l'élaboration de bibliothèques et une floraison d'écoles dans la cité. En outre, on construit des jardins superbes à travers la ville. Bref, Babel devient une véritable merveille, dont la réputation traverse le globe. Puis, la dernière reine, Bérénice dite "la rêveuse", se fait la réflexion qu'à ce stade, la ville n'a plus besoin de souverains. Elle laisse donc la ville à ses habitants.

Une très belle histoire, qui ressemble à un conte, et qui me rappelle les cités grandioses de Tokiens dans ses romans sur la Terre du Milieu, chef d'oeuvres de pierre à travers ou en-dessous des montagnes.

Babel est aussi un passage de la bible, un mythe qui aurait expliqué l'origine des cultures et langues diverses, ainsi que le pouvoir du Savoir. On peut donc faire des ponts entre cette version-ci et celle que propose la Bible. Une chose se dégage entre les deux et c'est cette ville idéale, si savante, vivante et prospère qu'on peut même envisager d'enlever toute forme de pouvoir totalitaire ( un début de démocratie peut-être?).

J'ai trouvé carrément surprenant que Babel se soit élevée ( dans les deux sens du terme) grâce aux femmes. C'est encore si rare de voir des monarchies dont la filiation matriarcale que c'est toujours un plaisir d'en voir une nouvelle, même fictive. Elles n'ont pas misé sur la guerre, mais sur le commerce, puis la Connaissance. Un petit message subtile sur la paix ici?
Et ce final qui s'ouvre sur une cité sans Roi ou Reine, c'est un symbole réellement fort et bien trouvé.

Finalement, l'histoire ne nous ferait pas autant rêver sans l'appuie de ces illustrations vraiment superbes, comme en témoigne la couverture. C'est étonnant ce que de si petits coups de plume, des lignes élégantes et de l'aquarelle bien placé peuvent faire.

Une belle trouvaille en département jeunesse, pour petits et grands.
Commenter  J’apprécie          30
J'adore les illustrations de François Place. Ses romans ont beau être d'une grande qualité, son trait me manque toujours et je n'arrive pas à les apprécier autant que ses albums.
Voici donc "Rois et reines de Babel", son dernier né. Un album très grand format, qui permet d'admirer à loisir le goût du détail de l'illustrateur. Chaque dessin, délicatement coloré à l'aquarelle, est un tableau époustouflant. Dans la première partie, on cherche le cerf blanc. Puis on découvre l'évolution de Babel et de son peuple.
L'auteur, lui, poursuit son questionnement sur la quête de savoir de l'homme et sa mission civilisatrice. Tous les savoirs sont-ils bons à connaître et à partager ? Son évolution permet-elle à l'homme de modifier son environnement ? La réponse proposée varie selon les romans et les albums, mais le thème perdure.
Et comme toujours chez François Place, la fin ouverte invite à la réflexion.
Commenter  J’apprécie          122
Cet album est un nouvelle pépite de François Place. Aux allures de conte, Il propose une belle réécriture du mythe de Babel accessible pour un large public. Les illustrations et le format sont à l'image de la Tour de Babel et de l'artiste, remplie de gigantesque à partir du minuscule ! le prince Nemrod découvre une terre inconnue, riche et abondante. Au pied d'un immense rocher, il bâtit une vaste tour afin d'y loger son château et son royaume. Débute alors la dynastie des rois et reines de Babel. Tous ne seront pas de bons souverains, remplis de soif du pouvoir, cupidité, jalousie, avarice… jusqu'au jour où une lignée de reines choisit d'utiliser les richesses pour le bien de tous. Babel devient alors une cité des arts et du savoir multiculturelle et joyeuse, la huitième merveille du monde ! Un album qui modernise et rend hommage au mythe de manière magistrale.
Lien : http://www.liresousletilleul..
Commenter  J’apprécie          110
Un très bel album de jeunesse. Une version grand format avec de sublimes illustrations...
Une dynastie de rois font et défont une tour au confinement du monde.... S'en suit une dynastie de reines qui retabliront paix, culture et sciences
Une bien belle lecture
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
CNLJ
15 mars 2021
Un grand beau livre plein de sagesse, qui dresse un portrait sans caricature des mille manières d'exercer le pouvoir, avec ses dérives et aussi sa grandeur. Un festival pour les yeux.
Lire la critique sur le site : CNLJ
LePoint
01 mars 2021
L’auteur-illustrateur de « Rois et reines de Babel » a le génie d’inventer des mondes.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Sa fille Bérénice II, « la Lumineuse », parle vingt langues et pratique à la perfection huit écritures différentes. Elle rêve d’une bibliothèque pouvant accueillir tous les savoirs du monde. Avec ses architectes, elle conçoit, au sommet de la tour, un palais gigantesque, merveille de marble blanc. Des émissaires partent dans le monde entier à la recherche de manuscrits et de livres rares. Certains voyagent plusieurs années dans le seul but de se procurer un parchemin précieux.

Au fil du temps, les salles du palais se remplissent de tous ces trésors de mémoire.

Attirés comme des papillons par cette lumière nouvelle, des érudits et des savants du monde entier viennent y ouvrir des écoles et des académies.
Commenter  J’apprécie          20
Leurs échafaudages sont si légers qu'ils frémissent au moindre souffle de vent.
On les appelle les "maçons volants". Ils sont fiers de leurs longs cheveux tressés en natte et noués à un grappin.
Commenter  J’apprécie          70
A la tête de ses chasseurs, le prince Nemrod traque depuis des jours un cerf blanc à travers la forêt. L’animal les entraîne vers le Nord, dans un pays sauvage et inconnu, loin des routes et des chemins.
Commenter  J’apprécie          40
Le prince court de chantier en chantier. Les architectes peinent à le suivre, car il a toujours de nouvelles idées. Son impatience est proverbiale ; ses colères, légendaires.
Tout ce vacarme finit par chasser le vieil ermite dans les hauteurs d'où il assiste, impuissant, au bouleversement du paysage.
Commenter  J’apprécie          10
Ils ont tout à portée de main : les richesses de la terre, du ciel et de la mer, les sagesses venues du fond des âges comme les connaissances les plus neuves.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de François Place (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Place
Cet après-midi d'étude décrypte les étapes de l'adaptation du roman de Timothée de Fombelle Tobie Lolness (Gallimard) en série d'animation. Elle invite les différents acteurs impliqués à débattre de la question de l'adaptation et du lien à l'oeuvre originale.
Elle est suivie d'une projection du premier épisode de la série, en présence de l'auteur.
Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Son peuple habite le grand chêne depuis la nuit des temps. C'est grâce aux aventures de ce si petit héros, publiées par Gallimard jeunesse en 2010 et illustrées par François Place, que son auteur, Timothée de Fombelle, est couronné de nombreux prix. Ce premier roman, traduit dans plus de vingt-six langues, fait depuis plusieurs années l'objet d'une adaptation en série animée. Cette demi-journée d'étude, avec les acteurs du secteur, revient sur le passage du texte de la page à l'écran et sur la création d'un nouvel univers graphique. À la suite de l'événement, une projection du premier épisode de la série, en présence de l'auteur, est ouverte à tous.
Organisée par Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BnF avec la maison de production Tant mieux Prod
Plus d'informations : https://www.bnf.fr/fr/agenda/tobie-lolness-en-serie-animee-entre-adaptation-et-reinvention
+ Lire la suite
autres livres classés : constructionVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (63) Voir plus




{* *} .._..