AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203142275
78 pages
Casterman (03/09/1993)
4.48/5   206 notes
Résumé :
C'est au cours d'une promenade sur les docks que j'achetai l'objet qui devait à jamais transformer ma vie : une énorme dent couverte de gravures étranges.
L'homme qui me la vendit en demandait un bon prix,
prétextant que ce n'était pas une vulgaire dent de cachalot sculptée, mais une " dent de géant "...
Que lire après Les derniers géantsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
4,48

sur 206 notes
5
22 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis
En 1849 à Londres, Sir Archibald Léopold Ruthmore acquiert une dent de taille impressionnante. Convaincu qu'elle appartient à un géant, le savant entreprend un périlleux voyage dans l'espoir de rencontrer les derniers géants de la planète. Leur découverte dépassera ses attentes, mais la révélation de leur existence aura des conséquences dramatiques.
La poésie du texte la beauté des images font de cet album un petit bijou de délicatesse. J'ai aimé retrouver mon âme d'enfant le temps de cette lecture.

Commenter  J’apprécie          550
Les Derniers Géants est un album (ou texte illustré) écrit et illustré par François Place, édité en 1992 chez Casterman.

Au cours d'une promenade sur les docks, Archibald Leopold Ruthmore fait l'acquisition d'un objet insolite et extraordinaire : une dent de géant ornée de gravures sur toute sa surface. Après une étude minutieuse de l'objet fantastique, l'explorateur anglais découvre une carte géographique sur une face interne de la dent et décide de partir en expédition, à la recherche du « Païs des géants ». Animé par une curiosité sans bornes et une soif de découverte, il embarque sur un navire, l'esprit rêveur. Arrivé en Birmanie, Archibald s'entoure d'une vingtaine d'hommes pour l'accompagner dans son périple. Les eaux déchaînées, la jungle hostile, la chaleur moite et écrasante rendent le voyage difficile et dangereux. Arrivé au pays des Wa (peuple coupeurs de têtes), l'équipe se fait massacrer et Archibald doit poursuivre la route seul malgré les risques qui pèsent maintenant sur sa vie. Tant bien que mal il progresse jusqu'à la découverte d'empreintes de pas de géants puis d'un cimetière. Exténué, il perd connaissance pour se réveiller entre les mains bienveillante des Géants dont il a tant rêvé...



L'histoire se présente sous la forme d'un carnet de voyage dans lequel le texte sur la page de gauche est placé en vis à vis de l'image à droite. François Place emploie un langage soutenu qui correspond à la catégorie sociale du jeune Archibald, explorateur et scientifique érudit du 19e siècle. le texte déploie des descriptions détaillées (paysages rocheux, jungle luxuriante...) au moyen d'un vocabulaire très précis et peu courant dans la littérature jeunesse actuelle. le voyage est raconté dans l'ordre chronologique, à la première personne, ce qui nous permet de découvrir l'histoire dans le vif de son déroulement. L'imparfait et le passé simple ancrent le récit dans un temps révolu néanmoins, ce qui marque une petite distance entre le récit et le jeune lecteur. Grâce à la richesse de ses descriptions et les repères chronologiques (le récit se déroule sur plus de dix ans) et historiques, le récit tend vers un réalisme dont seuls les personnages fantastiques de Géants nous éloignent.

Si le récit est mené à la 1ere personne (sauf la dernière page) toutes les illustrations montrent l'explorateur d'un oeil extérieur, ce qui n'invite pas à l'identification au personnage. le narrateur est omniprésent dans l'image et le texte. Les illustrations sont de magnifiques aquarelles, très détaillées et oniriques, de taille égale au texte et le décrivent parfaitement, en alimentant l'imaginaire de l'enfant. Les couleurs froides ( nuances de bleu, vert, gris) teintent la majorité des illustrations et invitent à la rêverie en alternant avec des teintes ocres.

Les derniers Géants est une véritable aventure humaine lors de laquelle le narrateur éprouve toute une palette d'émotions, de l'excitation du voyage en passant par l'exaltation de la découverte jusqu'à la tristesse d'une prise de conscience. C'est aussi une aventure initiatique qui apporte la connaissance au héro qui en sort métamorphosé. La question de l'ambition personnelle et scientifique est posée : « Jusqu'où faut-il aller pour la science ? » Et de façon plus générale, « Faut-il révéler un secret ? ».
La chute des derniers géants fait écho à la disparition de civilisations anciennes comme le peuple Maya. le thème de l'intrusion hostile d'un peuple dans une culture renvoie au thème plus général de la colonisation auquel le jeune lecteur sera invité à s'intéresser.
Les derniers géants s'apparente aussi à un conte philosophique. Archibald paie de la vie de ses amis géants sa soif de découverte et d'ambition mais trouve le salut dans la métamorphose de son personnage. Sa rencontre avec un peuple inconnu, la compréhension et acceptation mutuelles qui en découlent n'ont pas suffit à l'explorateur pour prendre conscience de la richesse d'esprit que lui avait apporté les géants. C'est en devenant matelot et en abandonnant toute richesse superflue et matérielle que se révèle la véritable richesse, celle du coeur, de la nature, des yeux écarquillés des enfants qui écoutent ses récits.

Concernant les personnages, ils incarnent la confrontation de deux univers. Tout oppose Archibald aux Géants. Ils ne portent qu'un manteau de feuilles pour couvrir leur peau tatouée des événements de leur vie, tels des livres ouverts. Honnêtes, hospitaliers et pacifiques, seuls des chants empreints de douceur expriment leur pensée. A l'opposé, Archibald est richement habillé, ne quitte pas son haut de forme et ne cesse de penser à son projet scientifique, caché derrière ses notes, aveuglé par son ambition. Lui ne profite pas réellement de l'échange.

Le livre s'adresse à des enfants à partir de 10 ans mais un adulte peut y trouver matière à réfléchir.
Le récit n'épargne ni les difficultés ni la mort aux enfants et le dénouement est bouleversant pour qui est entré dans l'histoire. Cet ouvrage est une aventure pleine de rebondissements qui divertit et instruit en même temps, à la manière d'un apologue.

Du même illustrateur, je recommande le Roi de la forêt des brumes (Gallimard Jeunesse, 2013) de Michael Morpurgo (auteur). Cet album est aussi une invitation à relire Les Voyages de Gulliver de Jonathan Swift.
Commenter  J’apprécie          200
Levi-Strauss expliqué aux enfants…

Un érudit, au prix d'un voyage éprouvant, découvre une vallée secrète où neuf géants vivent en paix depuis des milliers d'années, observant les étoiles et retournant dans leurs gigantesques têtes des rêves inconnus. Il deviendra leur ami, les étudiera, apprendra leur langue. Puis rentrera chez lui, publiera ses aventures, se battra pour établir la vérité, triomphera… Avec de terribles conséquences pour ses amis.

Mon fils de trois ans n'est pas encore prêt pour une telle dose de nostalgie et d'amertume, moi-même je ne l'étais pas s'agissant d'un livre étiqueté ‘'enfant''. Je ne m'attendais pas non plus à tomber nez à nez avec le célèbre dilemme des ethnologues : faut-il préserver l'isolation des peuples n'ayant pas encore été bouffés par la mondialisation, ou au contraire partir du principe que ce n'est qu'une question de temps et aller vivre parmi eux pour enregistrer tout ce qui peut l'être, quitte à accélérer allègrement le processus ? de même, un lieu magnifique doit-il être tenu secret et préservé, ou supposant là encore son caractère éphémère, faut-il révéler son existence pour qu'un maximum de gens aient la chance de le contempler, quitte à ce qu'il recouvre très vite de papiers gras et de boutique de souvenirs made in China ?

C'est sans doute la question que se posent aujourd'hui les premiers voyageurs ayant pénétré dans les royaumes himalayens du Mustang ou du Dolpo. Ou certaines zones d'Amazonie ou de Bornéo. Mais au Brésil, certaines tribus n'ont-elles pas été exterminées avant même d'avoir été répertoriées ? Paysans sans terre, braconniers, chercheurs d'or, bûcherons, éleveurs de bétail, guérilleros, mafieux, trafiquants de drogues… Les menaces ne manquent pas pour ceux qui ne demandent qu'à vivre en paix et à préserver un mode de vie ancestrale.

Livre magnifique aussi bien par ses illustrations que son texte, pour faire découvrir aux enfants à partir d'une dizaine d'années la complexité du monde.
Commenter  J’apprécie          252
Un livre magnifique, tant par ses illustrations, aquarelles finement illuminées sous des cieux ou des mers immenses, que par son texte, à la fois très "dix neuvième" dans son écriture, et très contemporain dans son thème. Un érudit anglais du dix-neuvième siècle, vivant entouré de ses livres et des objets de son cabinet de curiosité, décide de partir à la recherche du pays des géants, d'ou proviendrait une dent qu'il a acheté à un marin. S'ensuit un voyage d'exploration digne de Livingstone ou des héros de Jules Verne, raconté dans le style compassé accordé au personnage. Après moultes aventures, le narrateur parvient au pays des géants, curieux univers peuplé de créatures qui chantent pour les étoiles et qui refletent le monde sur leur peau... Mais hélas, le narrateur ne peut y tenir, il rentre chez lui et raconte sa mystérieuse découverte, sonnant le glas de cet univers onirique. Entre poésie et réalisme, aventure et drame, un bijoux de la littérature jeunesse.
Commenter  J’apprécie          240
L'explorateur Archibald Leopold Ruthmore fait l'acquisition d'une dent de géant couverte d'inscriptions. Parmi elles, il distingue une carte qui mène au pays des Géants, quelque part au bout du Fleuve Noir. Il quitte l'Angleterre pour un périple de plusieurs mois à travers les jungles et les déserts. Quand il arrive enfin au pays des Géants, il découvre un cercle restreint de ces créatures légendaires. Les Géants parlent au ciel dans une langue étrange et leur peau se tatoue elle-même de toutes les expériences qu'ils rencontrent.
« Ils étaient neuf, cinq Géants et quatre Géantes. Enluminés de la tête aux pieds, y compris sur la langue et les dents, d'un embrouillamini délirant de tracés, de volutes, d'entrelacs, de spirales et de pointillés d'une extrême complexité. A la longue, on pouvait discerner, émergeant de ce labyrinthe fantasque, des images reconnaissables : arbres, plantes, animaux, fleurs, rivières, océans, un véritable chant de la terre dont la partition dessinée répondait à la musique de leurs nocturnes invocations célestes. » (p. 44)
Archibald Leopold Ruthmore, Anglais en haut-de-forme, ne peut pas vivre pour toujours auprès de ces placides et gigantesques créatures. Il rentre à Londres et publie un ouvrage sur sa fabuleuse rencontre. Mais il est des savoirs qu'il ne faut pas partager. « Neuf Géants rêveurs d'étoiles et un petit homme aveuglé par son désir de gloire, c'était toute notre histoire. » (p. 76)
Cet album illustré de très fines et délicates aquarelles a reçu de nombreux prix. Cette touchante histoire renvoie les hommes à leurs légendes et au danger qu'il y a à vouloir prouver l'existence des mystères. Les Géants n'ont plus leur place depuis des siècles dans ce monde, mais leur vie recluse et secrète ne gênaient personne. C'est encore la main criminelle de l'homme qui est la cause du drame. Voilà un très beau conte, à lire tant pour la sagesse de l'histoire que pour la beauté des illustrations.
Commenter  J’apprécie          190

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
« Ils étaient neuf, cinq Géants et quatre Géantes. Enluminés de la tête aux pieds, y compris sur la langue et les dents, d’un embrouillamini délirant de tracés, de volutes, d’entrelacs, de spirales et de pointillés d’une extrême complexité. A la longue, on pouvait discerner, émergeant de ce labyrinthe fantasque, des images reconnaissables : arbres, plantes, animaux, fleurs, rivières, océans, un véritable chant de la terre dont la partition dessinée répondait à la musique de leurs nocturnes invocations célestes. » (p. 44)
Commenter  J’apprécie          160
Ils semblaient parfaitement et immuablement heureux. Mais je finis par me lasser de ces chants trop mélodieux, de ces interminables parades, auxquelles je ne pouvais évidemment prendre aucune part. Mon regard se perdait au-delà des cimes éclatantes, cherchant en vain le gris perle des ciels londoniens. Il y avait près de dix mois que j'étais parmi eux...
Commenter  J’apprécie          110
Je me souviens de nos premiers vrais échanges lors d'interminables veillées nocturnes : des nuits entières, leurs voix s'entremêlaient pour appeler une à une les étoiles. Une mélodie fluide, complexe, répétitive, un tissage merveilleux de notes graves, profondes, orné de variations ténues, de trilles épurés, d'envolées cristallines.
Commenter  J’apprécie          90
« Neuf Géants rêveurs d’étoiles et un petit homme aveuglé par son désir de gloire, c’était toute notre histoire. » (p. 76)
Commenter  J’apprécie          210
La terre se mit à trembler légèrement, mais j'étais trop faible pour réagir. Un soleil froid me fit soulever les paupières avant de s'éclipser dans l'ombre d'un de ces piliers de pierre. Horreur ! Ce dernier se pencha vers moi. Il chantait d'une voix incroyablement douce. Ma raison était-elle à ce point altérée ? Était-ce un rêve ? une hallucination ?
Commenter  J’apprécie          50

Videos de François Place (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François Place
Cet après-midi d'étude décrypte les étapes de l'adaptation du roman de Timothée de Fombelle Tobie Lolness (Gallimard) en série d'animation. Elle invite les différents acteurs impliqués à débattre de la question de l'adaptation et du lien à l'oeuvre originale.
Elle est suivie d'une projection du premier épisode de la série, en présence de l'auteur.
Tobie Lolness ne mesure pas plus d'un millimètre et demi. Son peuple habite le grand chêne depuis la nuit des temps. C'est grâce aux aventures de ce si petit héros, publiées par Gallimard jeunesse en 2010 et illustrées par François Place, que son auteur, Timothée de Fombelle, est couronné de nombreux prix. Ce premier roman, traduit dans plus de vingt-six langues, fait depuis plusieurs années l'objet d'une adaptation en série animée. Cette demi-journée d'étude, avec les acteurs du secteur, revient sur le passage du texte de la page à l'écran et sur la création d'un nouvel univers graphique. À la suite de l'événement, une projection du premier épisode de la série, en présence de l'auteur, est ouverte à tous.
Organisée par Centre national de la littérature pour la jeunesse de la BnF avec la maison de production Tant mieux Prod
Plus d'informations : https://www.bnf.fr/fr/agenda/tobie-lolness-en-serie-animee-entre-adaptation-et-reinvention
+ Lire la suite
autres livres classés : albumVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (413) Voir plus



Quiz Voir plus

Les derniers Géants

Qui est Archibald ?

C'est un bibliothécaire
C'est un savant
C'est médecin

16 questions
86 lecteurs ont répondu
Thème : Les derniers géants de François PlaceCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..