AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B003UAJ5KS
Éditeur : Flammarion (01/01/1979)
Résumé :
Le thème ici choisi, c'est le cercle ou plus précisément la relation du centre à la circonférence, ce qui est à la fois une des grandes métaphores fondamentales qui de tout temps servirent aux hommes à penser le monde et l'un des schémas essentiels où se trouve, si l'on veut, résumée l'une des structures de notre vie intérieure, spirituelle, et de notre vie tout court. Le point de départ de son ouvrage est fourni à Georges Poulet par la fameuse définition de Dieu qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Enroute
  29 décembre 2016
Le Moyen-Age figurait Dieu comme une sphère infinie dont le centre est partout. A l'image des cercles concentriques formés par une pierre jetée dans l'eau, Dieu unit tous les points et toutes les choses du monde depuis ces centres en nombre illimités.
La Renaissance a utilisé cette idée pour donner à l'homme la possibilité de se trouver à l'un de ces centres particuliers et donc de prétendre, en étendant suffisamment son esprit, atteindre à la conscience du divin.
A l'ère baroque, on identifie toujours l'individu à une sphère, mais avec ironie : loin d'atteindre la connaissance du divin, il est plutôt aussi fragile qu'une bulle de savon et menace d'éclater à chaque instant. Puisqu'un souffle peut le déplacer, c'est que le monde n'est qu'illusion et qu'il vaut mieux se laisser porter par le vent que, sous peine de disparaître, s'y opposer.
Pascal reconnaît que la recherche du divin provoque le vertige autant que l'introspection : chercher les limites de la circonférence ou la profondeur du point est aussi illusoire. L'homme ne peut se connaître lui-même, il est une sphère transparente et vide à l'intérieur de laquelle son être est méconnaissable et en dehors de laquelle le monde l'est tout autant. La seule solution se trouve dans la connaissance de ce qui lui est accessible, la connaissance de la divinité humanisée, c'est-à-dire Jésus-Christ.
Au XVIIIème siècle, la science de Newton, de Gilbert (les ondes magnétiques) et de Huygens (le modèle ondulatoire de la lumière) donnent l'impression que l'homme domine le monde en en comprenant les principes : on retrouve la perfection esthétique de la forme circulaire qui organise le monde, mais on lui préfère encore plus l'image de la toile d'araignée. Celle-ci cumule la concentricité des circonférences et les perspectives des rayons. Toutes les choses du monde sont liées pense-t-on de nouveau, cette fois, non par Dieu, mais par les mécanismes du monde. Cette idée déplaît à Rousseau qui pense qu'il faut limiter le nombre de ses rayons, car à lancer trop de liens, on finit par être trop sollicité, à se disperser. Un problème subsiste : si le soleil est le centre du système solaire et que le système solaire n'est pas le centre de l'univers : où celui-ci se trouve-t-il ? Seul Kant propose une solution.
Le romantisme va plus loin que Rousseau : il faut couper tous les liens et favoriser l'introspection seule. Un grain de sable est un monde, l'individu est un univers. Dans sa bulle, le romantique cherche les vérités éternelles, telles que l'Eternité, le sens du présent, le divin et l'infini.
Ainsi chez Goethe, la sphère de son monde a beau être grande, elle est finie et le sens s'enroule autour de son axe centrale comme se répartissent les branches d'une plante autour de sa tige. Lamartine, Balzac, Vigny, Nerval, Poe, Flaubert, Claudel, Baudelaire, Mallarmé, James, Rilke, Eliot, Grillèn déclinent chacun leur conception du monde et de la connaissance en reprenant les limites et perspectives de l'image du cercle.
Un essai très étonnant et très instructif sur l'utilisation d'une figure géométrique dans la constitution de la pensée du transcendantal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
EnrouteEnroute   30 décembre 2016
Tout est lié dans le monde, écrit Madame du Chatelet ; chaque être à un rapport à tous les êtres qui coexistent avec lui, et à tous ceux qui l'ont précédé et qui doivent le suivre... les impressions que les objets font sur nous continuent à quelque distance qu'ils puissent être placés, parce que dans la sphère tout mouvement doit produire des ondes à l'infini, comme cette pierre qu'on jette dans l'Océan... et ces ondes propagées et dilatées à l'infini doivent nécessairement venir jusqu'à nous... nous recevons des impressions de tous les mouvements qui arrivent dans l'univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   30 décembre 2016
"Quand je vois chacun de nous, sans cesse occupé de l'opinion publique, étendre pour ainsi dire son existence tout autour de lui, sans en conserver presque rien dans son propre coeur, je crois voir un petit insecte, former de sa substance une grande toile par laquelle seule il paraît sensible, tandis qu'on le croirait mort dans son trou. La vanité de l'homme est la toile d'araignée qu'il tend sur tout ce qui l'environne ; l'une est aussi solide que l'autre ; le moindre fil qu'on touche met l'insecte en mouvement."

Rousseau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EnrouteEnroute   30 décembre 2016
"Quel essaim de pensées et de sentiments, de fragments infinitésimaux et, si l'on peut dire, de représentations de toutes les pensées anciennes et de germes de toutes les pensées futures, emplissent un seul moment."

Coleridge
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   30 décembre 2016
"La parole humaine n'est plus qu'un murmure circonférentiel, un immense O, esquissé par la bouche. Ce que la bouche énonce, c'est le moi et le monde, les êtres et les chose et l'univers qui les contient."

Paul Claudel
Commenter  J’apprécie          10
EnrouteEnroute   30 décembre 2016
Ainsi la pierre, en un sens, réussit à faire ce que ne peut faire l'intelligence ; elle propage à l'infini ses ondes, elle remplit de vide ; elle jouit dans son effet l'infiniment petit et l'infiniment grand.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Georges Poulet (2) Voir plusAjouter une vidéo

L'homme et l'adversité ; 1
Débat organisé autour de la conférence sur "L'homme et l'adversité" organisée aux 6èmes rencontres internationales de Genève par Maurice MERLEAU PONTY avec Georges POULET, d'Edimbourg, connu pour ses études sur le temps humain; avec Jean STAROBINSKI, médecin, philosophe et essayiste; enfin avec Jean LESCURE, poète, dramaturge et esthéticien. Débat mené par Jean AMROUCHE.
- A...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
211 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre