AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2882501994
Éditeur : Noir sur blanc (11/10/2007)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Reportages littéraires et photographies d'artistes européens sur les lieux " ultimes " de l'Europe : depuis l'île enchanteresse d'Ada-Kaleh, aujourd'hui sous les eaux du Danube, jusqu'au plus oriental des villages de Norvège, l'Ultima Tule du continent. Maîtres accomplis du reportage littéraire ou poètes, les auteurs de Last & Lost nous invitent à nous pencher sur le naufrage lent de certaines frontières : frontières politiques, caprices des tyrans, frontières mouva... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MarianneL
  07 août 2013
«Il ne s'agit pas de découvrir un secret ou quelque chose qui serait encore ignoré, mais plutôt de faire une nouvelle lecture de l'histoire sédimentée dans cette friche ; il s'agit de l'émancipation du regard, de la délivrance du préfabriqué. Ou de son impossibilité.»
Ceci résume bien «Last & Lost, Atlas d'une Europe fantôme», exploration en quinze textes de ces lieux qui s'étiolent, aux franges de l'Europe ou bien tout près de nous, et ponctués de photographies qui leur répondent.
Confins géographiques, aux bords de l'Europe, vestiges des dictatures ou de la terreur nazie, jungle postindustrielle, échec de la construction d'une cité utopique, avancée de la nature qui repousse les hommes, ces textes sont tous empreints d'une nostalgie subtile ou profonde, mais aussi de cette volonté de regarder autrement.
Au-delà du témoignage, du retour nostalgique, certains récits sont aussi des pépites romanesques, et notamment «Une ville derrière les barbelés» de Svetlana Vasilenko. La narratrice retourne dans sa ville natale de Kapoustine Iar, pour y filmer un documentaire sur son enfance. Même prononcer le nom de cette ville était chose interdite du temps de l'Union soviétique, car elle était alors champ de tir nucléaire et d'expérimentation de nouveaux missiles. le tournage du film sous surveillance militaire entraîne une plongée fantastique dans un passé enfoui, depuis les légendes de la mythologie mongole jusqu'aux tensions extrêmes du temps de la guerre froide.
Nombre de ces textes ont une teinte poétique envoûtante, née du lien entre le présent et un passé érodé, tel « Ada Kaleh, Ada Kaleh… » du roumain Mircea Cartarescu : L'île d'Ada Kaleh sur le fleuve Danube, habitée par les turcs qui y confectionnaient des douceurs sucrées, était le motif d'un tableau que le narrateur avait dans sa chambre d'enfant. Cette île fut engloutie en 1970 par le régime Roumain pour la construction d'une centrale hydro-électrique.
«Un très ancien mythe valaque parle de Manole, le maître maçon qui a souhaité construire le plus grand monastère du monde. Mais tout ce qu'il élevait le jour s'écroulait la nuit. Il m'arrive de penser que c'est à dessein qu'il n'élevait que des ruines, comme à Héliopolis, à Teotihuacán, à Pompéi, à Rome et partout sur la surface de cette tragique terre, comme un memento mori de la tragique ruine cosmique sur laquelle nous vivons.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2
  15 mars 2013
Quinze briques de poésie et d'étrangeté venues des confins abandonnés de l'Europe...
Un livre étonnant : 15 textes, 15 auteurs, 15 photographes pour plonger dans les "confins" abandonnés de l'Europe : Vardo (village le plus oriental de Norvège), Virbalis (en Lituanie, ancienne gare gigantesque de la frontière russo-prussienne), Glaisin Alainn (théâtre amateur de plein air à la pointe Sud-Ouest de l'Irlande), la côte anglaise du Suffolk qui disparaît peu à peu dans la mer du Nord, Broustoury en Ukraine (la "Transcarpathie" à l'intersection de l'Ukraine, de la Roumanie, de la Hongrie et de la Pologne, Ada Kaleh (île engloutie par le lac du barrage des Portes de Fer sur le Danube), Boliqueime (terres désolées de l'Algarve), Corleone (en Sicile, après les tentatives de réforme agraire), Döllersheim (en Autriche, le plus grand champ de tir de la Wehrmacht), Kapoustine Iar (en Russie, près de l'ancienne capitale de la Horde d'Or), Hohenlychen (ancien sanatorium nazi), Tirana en Albanie, Rasa en Croatie , Progradec en Slovaquie, et enfin Amsterdam et ses ports "abandonnés et reconquis".... 15 briques de poésie et d'étrangeté !
Un exemple entre autres, à propos du terre-plein de théâtre de Glaisin Alann : "Là où l'on danse, disait mon ami, il faut au moins avoir de la place. de ...la liberté de mouvement. Quiconque entrave cette liberté n'est pas seulement un ennemi de la scène et de l'art en général, il est son propre ennemi. le missionnaire de Kerry et le recruteur de l'IRA ont été tout simplement absorbés par la foule, la musique, les rires. Les danseurs continuèrent à s'étreindre et à s'embrasser, et ce que l'homme du Nord accomplit n'offrait même pas matière à rumeur."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MarianneLMarianneL   06 août 2013
Quel sort étrange est le mien ! J’ai grandi dans les ruines, j’ai appris dans les ruines, j’ai aimé dans les ruines. Il m’arrive de penser qu’être roumain, c’est être le berger des ruines, l’architecte des ruines, l’amant des ruines. Un très ancien mythe valaque parle de Manole, le maître maçon qui a souhaité construire le plus grand monastère du monde. Mais tout ce qu’il élevait le jour s’écroulait la nuit. Il m’arrive de penser que c’est à dessein qu’il n’élevait que des ruines, comme à Héliopolis, à Teotihuacán, à Pompéi, à Rome et partout sur la surface de cette tragique terre, comme un memento mori de la tragique ruine cosmique sur laquelle nous vivons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarianneLMarianneL   06 août 2013
Des hommes habitent ici depuis cinq mille ans. Ils ont survécu au froid, à l’obscurité, à la noirceur de la mer, à l’isolement et à la maladie. Pendant des siècles. Et sans le secours de la technologie, de l’Union Européenne, des routes ou d’autres divertissements – comme le concubinage ou la morue séchée. Ils ont résisté à la naissance de la Norvège moderne : pendant mille ans, ils ont continué à vivre, rejetés, discriminés, méprisés et oubliés mais vivants. Ils ont survécu à tout avant qu’arrivent la social-démocratie et l’économie de marché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarianneLMarianneL   06 août 2013
La Tour qui se dressait sur le rocher de Fastnet ceint de brisants et qui, par temps clair, était également visible de jour depuis la prairie d’O’Sheas s’appelait dans maintes ballades et chansons Les larmes d’Irlande, parce que chaque navire d’émigrants qui sortait du port de Cork pour se diriger vers le sud-ouest gagnait la haute mer au niveau de Fastnet. Celui qui perdait de vue ce rocher noir surmonté du phare savait que ses yeux ne verraient plus, plus jamais dans bien des cas, l’Irlande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Katharina Raabe (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katharina Raabe
Katharina Raabe parle de l'anthologie "East side stories"
autres livres classés : europe centraleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre