AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290345342
Éditeur : J'ai Lu (24/08/2005)

Note moyenne : 1/5 (sur 1 notes)
Résumé :

Septembre 1782. Brisé par une année de captivité en Inde, Ian MacRae regagne l'Ecosse et se cloître dans un château isolé et en ruine. Les tortures d'une cruauté inouïe qu'il a subies l'ont laissé infirme et peuplent ses nuits d'effroyables cauchemars. Marqué à jamais, persuadé que sa vie est finie, il fuit toute présence humaine. Aussi réagit-il violemment lorsque son frère fait i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Phitasen
  24 juillet 2013
Je reste un peu insatisfaite de ce roman. le schéma de l'héroïne qui vient sauver le héros blessé physiquement est déjà connu mais aurait pu fonctionner. Mais la voir tomber dans son lit au bout de 2 jours alors qu'ils ne se connaissent ni d'Eve ni d'Adam, alors là, ce n'est pas crédible du tout, et pour la période de séduction on repassera. Au final, toute la première partie qui se passe dans un château en ruines est râtée. Pour la suite, le petit rebondissement qui pourrait relancer l'histoire tombe à plat avec sa conclusion encore une fois totalement irréaliste
J'ai été généreuse dans l'évaluation, mais il ne me reste que l'impression d'une romance historique grandement bancale.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2014
La patience était essentielle en médecine... Elle attendait qu'un patient se remette, qu'un remède fasse effet, qu'une fièvre tombe. Parfois, les perspectives étaient encourageantes. D'autres fois, non, et la Mort se précipitait, noire et ricanant, pour lui arracher son malade.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2014
L'argent ne servait guère qu'à s'offrir un peu de confort. Il n'apportait pas le bonheur, n'effaçait pas ce sentiment de solitude qui vous étreignait durant les longues heures qui séparaient le crépuscule de l'aube. Toutefois, elle n'aurait pas aimé se retrouver sans le sou. Elle avait trop côtoyé la pauvreté et son cortège de misères.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2014
Les gens qui ont toujours été en bonne santé réagissent souvent avec colère face à la maladie. Ils sont pris au dépourvu lorsque leur corps les trahit.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2014
Une jolie femme possédait un pouvoir bien à elle. Était-ce ainsi qu'elle guérissait ses patients masculins, par la seule force de sa volonté ? Il n était pas immunisé contre ce genre de charme.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2014
Même les hommes les plus solides ont parfois des idées noires quand ils tombent malades.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : ecosseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

1 classique = 1 auteur (XVIII° siècle)

Le Jeu de l'amour et du hasard

Voltaire
Marivaux
Beaumarchais

10 questions
144 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique , classique 18ème siècle , 18ème siecleCréer un quiz sur ce livre