AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782889440290
300 pages
Éditeur : Slatkine et Cie (11/05/2017)
4.15/5   10 notes
Résumé :
Chez les Rebanks, on est berger depuis dix générations. Très jeune, James reprend la ferme familiale. Quelques années plus tard, il décide de recommencer des études : il entrera même à Oxford ; mais l’appel de la ferme est trop fort, c’est avec ses moutons qu’il est vraiment « l’homme le plus heureux du monde ».
En mai débute la lambing season, littéralement la saison de l’agnelage. En mai, le livre de James paraîtra en France. En mai, Rebanks passera 18 heur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Malavella
  07 février 2021
Tout d'abord ceci : j'ai acheté le livre en anglais, mais je l'ai emprunté à la bibliothèque en néerlandais. Je maitrise bien l'anglais, pourtant tous les termes concernant les moutons/brebis et les agriculteurs rendaient la lecture trop difficile en anglais. Dans la traduction néerlandaise, tout se lit facilement et sans heurts.
Il y a une traduction que je trouve malheureuse cependant (en néerlandais, sans doute aussi en français). Elle dit que la communauté des agriculteurs est constituée de "personnes, de moins que rien" et que leur histoire "est une histoire de moins que rien, personnes". En anglais, ce mot ‘nobody, nobodies' est merveilleux, voire quelque peu philosophique. Mais la façon dont ‘nobody' a été traduit n'exprime pas le même détachement du monde urbain et commercial très actif que le mot "nobody" implique.

Quatre saisons
Le livre suit la vie à la ferme (Highlands, des montagnes au nord de l'Ecosse, un paysage dur et aride) pendant les quatre saisons. Il décrit le travail qu'on y fait, par saison, et le fonctionnement de la société dans les fells (montagnes hautes et arides des Highlands) par saison.
L'histoire de la vie de l'auteur suit également ces saisons : en été, l'auteur se décrit comme un petit enfant avec un jeune père, la saison suivante il est adolescent et étudiant, en hiver il est l'adulte marié qui travaille, au printemps il a des enfants et les parents vieillissent.
De la même manière, Rebanks décrit comment le paysage dans lequel il travaille est devenu ce qu'il est aujourd'hui. Comment il était jadis, combien il a souffert du tourisme, comment le tourisme, à la fin du livre, est devenu plus "sensible", dans le respect des populations et des coutumes locales. Il y a même un espoir de survie pour les exploitations agricoles, car des jeunes qui renoncent à la vie de la ville s'y installent pour devenir agriculteurs.

Moutons et Oxford
Oui, le livre parle surtout de la ferme, des paysages magnifiques mais rudes qui s'y trouvent dans le froid du nord de l'Ecosse. Mais il parle aussi de James Rebanks qui va à Oxford pour étudier,
Il est tout à fait normal qu'il ne puisse pas travailler uniquement à la ferme : une ferme dans les Highlands ne rapporte pas assez d'argent. Grâce à son travail en dehors de la ferme, la ferme peut continuer à exister. Dans toutes les exploitations agricoles dans les Highlands, il y a des hommes et/ou des femmes qui ont un autre emploi. le livre ne parle donc pas seulement des moutons.

Une société différente
Non seulement les moutons sont spéciaux, mais aussi les gens. Il n'y a pas de différences entre les hommes et les femmes : il y a des bergers et des bergères, ils font le même travail, ils doivent raisonner de la même manière pour prendre des décisions, ils ont la même éthique du travail physique.
Il y a aussi les assistants et.... les patrons ? Ceux qui possèdent une ferme (et y travaillent) et ceux qui viennent y travailler comme aides. Être serviteur est très courant, par exemple lorsqu'on attend d'acheter sa propre ferme. Ou on peut rester serviteur toute sa vie. Mais les assistants sont tout aussi importants que les propriétaires de ferme. Ils mangent à la même table, ont les mêmes conversations, font le même travail. Et si l'assistant s'occupe d'un troupeau et qu'un fermier veut faire quelque chose d'imprudent, il ne doit pas croire qu'il peut le faire, tout simplement. L'assistant partirait certainement. le fermier pourrait bien sûr laisser partir le serviteur, mais il ne le fera pas parce qu'il ne voudrait probablement pas perdre les précieux conseils et le travail de cet homme. Homme, femme, agriculteur ou serviteur, ils ont tous le même sens de l'honneur et du respect de l'autre.
C'est merveilleux.

Philosophie
Je n'appellerai jamais cela un livre philosophique, et je pense que Rebanks a été particulièrement intelligent en ne gâchant pas ce livre en essayant d'y introduire des idéologies, des croyances ou de la philosophie.
Pourtant, le livre est bondé de déclarations du type zen (comme l'exemple que leur histoire était l'histoire de « nobody »). Quand il parle de tous les souvenirs qui ne font plus qu'un, et que la vie est extrêmement superficielle pour quelqu'un qui vit à côté des montagnes, depuis des années.
Quelque part, on a l'impression que Rebanks mène aussi une enquête intelligente. L'intelligence réside dans le silence à ce sujet. Pour ceux qui partent de "je ne sais pas", toutes les possibilités restent ouvertes. C'est l'espace du "je ne sais pas", celui de la vraie liberté, et je pense qu'on peut le sentir dans les montagnes et en apercevoir le parfum dans les descriptions de Rebanks.
Il n'y a pas besoin de mots.

En bref
Le travail en plein air, les odeurs, les couleurs, la sueur, le dur labeur, les beaux paysages, les moutons, les renards et les chiens. Et les relations humaines. Et l'histoire du paysage.
Réaliste, beau, intelligent. J'ai trouvé merveilleux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ardwen
  16 février 2018
Cela fait un petit moment que j'ai eu plaisir à lire ce livre. Je me souviens...
Le début de l'histoire commence plutôt mal avec un James Rebanks caricatural, presque odieux. Mais très vite, les témoignages et anecdotes de sa vie et de celles de ses ancêtres prennent un sens puissant pour offrir à ce livre un caractère unique et profond. A travers les saisons, l'auteur partage sa vision de la place de l'homme dans la nature et rappelle que derrière certains paysages magnifiques, il y a le labeur, les bêtes, les émotions comme la colère et la joie, la mort et la naissance.
Oui ce récit de vie est magnifique ! Rien que de m'en souvenir pour écrire cette petite critique, j'en éprouve de la joie ! Merci James Rebanks !
Commenter  J’apprécie          40
Tsingtao17
  03 novembre 2020
Un livre magnifiquement écrit, qui vous invite à découvrir la vie de berger, de génération en génération, vous avez cette impression d'assister au quotidien de l'auteur et de partager ses pensées, sa vie et celle de ses proches. L'analyse et le rapport avec le reste du monde est assez intéressante également.
Commenter  J’apprécie          20
Nisrine77
  08 juin 2021
J'étais très intrigué par ce livre surtout que l'auteur est présent sur les réseaux sociaux. Je m'attendais peut-être a plus de moment dans les prairies avec les moutons les chiens. l'auteur nous raconte en fait l histoire de sa vie,sa famille ses études ses décisions et ce que représente une vie de berger hier et aujourd'hui. Lecture agréable et facile.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
MalavellaMalavella   12 avril 2021
(Ma traduction du livre anglais - diffère sans doute de la traduction officielle)

C'est la semaine avant Noël et ma fille aînée tient un chiot chien de berger dans ses bras. Ces deux choses ne devraient pas être liées, mais je crains qu'elles ne le soient bientôt. S'il y avait un prix pour le chiot le plus mignon du monde, celui-ci le remporterait. C'est une chienne noire et blanche. Nous sommes dans une vieille grange appartenant à un bon ami de la famille appelé Paul. Il élève de bons chiens de berger de travail et, de temps en temps, en vend un ou deux qu'il a en réserve. Un bon chien de berger qui a été dressé vaut des milliers de livres, donc les bonnes familles sont retenues et obtenir un chiot de l'une d'elles est difficile. Il nous a fallu quelques années pour avoir la chance d'avoir un chiot de lui. Il aime ses chiens et déteste clairement de les voir partir chez un propriétaire qui pourrait les "gaspiller". Le fait qu'il nous laisse en choisir un est un peu un privilège.
Je sais que nous n'aurons qu'une seule chance. Si nous gâchons l'éducation de ce chiot, et on ne nous en présentera pas un autre à l'avenir. Ma fille inspecte mon visage à la recherche de signes de faiblesse. Son regard me dit qu'elle cherche un "oui". On ne nous a pas encore dit lequel nous sommes autorisés à prendre, elle risque donc d'être déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MalavellaMalavella   12 avril 2021
(Ma traduction du livre anglais - diffère sans doute de la traduction officielle)

Il est facile de gaspiller un chien de berger. Je le sais parce que je l'ai fait quand j'avais douze ans. Papa m'a permis de garder un beau chiot appelé Laddie. Je ne savais pas comment le dresser correctement et j'étais frustré quand il ne faisait pas ce que je voulais qu'il fasse. J'élevais alors la voix et il devenait confus ou effrayé. C'était une mauvaise combinaison d'un jeune chien qui avait besoin d'instruction et de moi qui n'en savais pas assez pour le guider. Il y a moins d'agriculteurs que vous ne l'imaginez qui savent comment dresser un chien, ou qui ont le temps de s'engager à le faire correctement, donc beaucoup de chiens peuvent faire les choses de base mais guère plus. Il est difficile d'amener un chien de berger à bien travailler et à vous comprendre. Cela a demandé plus de sagesse, de patience et de gentillesse que je n'en avais. Cela me met encore à l'épreuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MalavellaMalavella   12 avril 2021
(Ma traduction du livre anglais - diffère sans doute de la traduction officielle)

Mon grand-père, mon père et moi avons joué la plus ancienne pièce de théâtre de l'histoire des familles d'agriculteurs. Mon grand-père a été le patriarche, le patron, qui a créé notre branche de la famille et notre entreprise agricole. Notre ferme était en fait sa ferme. Comme beaucoup de vieux fermiers, il l'avait serrée fort contre sa poitrine quand il était vieux. Mon père s'est vu attribuer ce qui est probablement le pire rôle de la pièce, celui de souffrir le père comme patron et le fils comme usurpateur. Il faisait la part du lion du travail, sans jamais obtenir le contrôle de la ferme que ses efforts méritaient. On m'a attribué le rôle du garçon aux yeux bleus, la prunelle des yeux de mon grand-père, le parfait garçon de ferme qui deviendrait un jour le patron de la ferme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ArdwenArdwen   15 septembre 2018
Je suis l'homme le plus heureux du monde. Quand je me réveille le matin, je sais que je vis à l'endroit où je rêve de vivre, je fais ce que j'ai envie de faire.
Commenter  J’apprécie          00

Video de James Rebanks (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Rebanks
James Rebanks est berger. Son père l'était, son grand-père avant lui. Six générations, un troupeau, deux chiens.
"Je suis l'homme le plus heureux du monde. Quand je me réveille le matin, je sais que je vis à l'endroit où je rêve de vivre, je fais ce que j'ai envie de faire."
Ce qu'avoue aussi James, dans cette ode à la liberté qu'est son livre, c'est le petit moment d'hésitation qu'il a eu, à dix-huit ans. Pour en avoir le coeur net, il a repris ses études, aller-retour à Oxford, double first en histoire à Magdalen, mais l'appel du fell a été le plus fort.
James utilise twitter (92 000 followers), se déplace en quad, mais vit au rythme simple de la nature et des saisons ; elles constituent les quatre parties de cette histoire.
Son livre s'est vendu dans le monde entier. Premier au Japon, en Allemagne, en Grande-Bretagne... le succès ne connaît pas de frontières, les moutons non plus. Les bergers sont universels, comme l'est l'écriture savoureuse de cette confession unique, différente, rassérénante.

- A PARAÎTRE LE 11 MAI -

http://www.slatkineetcompagnie.com/

N'oubliez pas d'afficher les sous-titres !
+ Lire la suite
autres livres classés : BergersVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
964 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre