AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2351805747
Éditeur : Taïfu Comics (01/03/2012)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Arikawa fait une rencontre inattendue avec un étudiant, Misaki, en lui donnant un coup de main. Le même jour, en rentrant à la maison, il le rencontre à nouveau par accident en lui rentrant dedans. Il récupère accidentellement le collier de fleur de Misaki qui semble avoir une valeur sentimentale...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Lilylelfe
  28 avril 2017
Un manga tout doux et très poétique, signée par une mangaka incontournable (dont je vous ai déjà parlé puisqu'elle est également l'auteure de 10 Count).
« Seule la fleur sait », c'est du lyrisme à l'état pur. L'histoire de deux adolescents très différents l'un de l'autre, dont la rencontre brutale (littéralement, puisque les deux garçons se foncent dedans les deux premières fois, sans le vouloir bien sûr) va chambouler leurs univers.
Arikawa est un garçon très sociable, toujours souriant, ouvert et très joyeux. Un peu naïf et fleur bleue, également ! Il a une personnalité très lumineuse et énergique. Il a un souci de vue (myopie je pense, vu sa façon de voir sans lunettes) qui l'oblige à porter des lentilles (ou des lunettes chez lui). Très intelligent, il fait des études de droit, mais se retrouve à aider au labo de botanique parce qu'il a « une dette » envers le professeur qui gère le labo.
Misaki est tout l'inverse. Très sensible, très renfermé sur lui-même, il passe tout son temps libre dans le labo, avec les plantes qu'il semble affectionner plus que les humains. Il est timide et manque d'assurance, n'a pas vraiment d'amis, à part le professeur, qu'il considère comme son mentor. C'est un personnage plus sombre qu'Arikawa, plus touchant, également.
Lors de leurs deux premières rencontres, Arikawa a des soucis avec ses lentilles, et il ne peut pas voir Misaki autrement que flou. La seule chose dont il se souvient de ces rencontres, c'est le bijou en forme de fleur (pour les filles, mais qui lui va si bien !) que Misaki portait autour du cou, et dont la chaine s'est brisée lors de leur second accrochage et finit entre les mains d'Arikawa. Mais si Arikawa ignore tout de ce garçon mystérieux, il se met pourtant à rêver d'une personne nommée Misaki, et dont il serait éperdument amoureux. Il est absolument incapable de savoir qui est cette mystérieuse Misaki dont il rêve, et dont sa petite-amie, ayant entendu le nom, est jalouse… C'est au détour d'un document scolaire sur lequel est inscrit le nom de Misaki (qui se révèle être un garçon… notre second héros) qu'Arikawa apprend qui est cette personne à laquelle il ne cesse de penser. A peine a-t-il découvert la vérité qu'il se jette sur Misaki pour lui dire qu'il l'aime beaucoup… en plein milieu de l'école. Misaki fuit, et Arikawa, dont l'innocence est aussi touchante qu'elle donne envie de le secouer, ne comprend pas ce qui lui arrive… Pas plus qu'il ne sait où il a rencontré ce garçon timide et adorable qui lui affirme ne pas le connaitre (il ne l'a pas reconnu, puisqu'il voyait flou, mais il a l'impression de l'avoir déjà rencontré, pourtant).
Voilà un démarrage haut en couleur et très dynamique, mais aussi poétique, avec l'introduction de ces rêves, notamment, et aussi de la présence du bijou fleur, et de l'univers des plantes, qui semble passionner Misaki. Et il faut le dire, ces deux adolescents sont très touchants, leur douceur et leur pureté sont désarmantes.
Suite à ces premières rencontres très mouvementées, Arikawa va commencer à travailler au labo de botanique, et donc à côtoyer au quotidien Misaki, qu'il n'a de cesse que de tenter d'apprivoiser. Mais derrière la retenue et la timidité de Misaki, se cachent bien des secrets… Une histoire de vie difficile, chaotique, peuplée de pleurs, de peurs et de solitude, qui fait de Misaki un personnage à la fois un peu mystérieux, et surtout très émouvant. On comprend peu à peu sa peur d'approcher d'Arikawa, au fur et à mesure que les sentiments des deux adolescents se précisent et s'intensifient… On apprivoise ses réactions, qu'Arikawa ne comprend pas toujours, mais dont il découvre les raisons au fil de ces trois magnifiques mangas au lyrisme féerique. Tendresse, complicité, bouleversement, amour, les ingrédients de « Seule la fleur sait » sont un peu magiques, et la recette marche vraiment bien… On est sous le charme, du début à la fin, et c'est avec une immense nostalgie, peuplée de joie émue, qu'on repose le troisième volume en rêvant à la suite (suite qui, d'ailleurs, a été écrite dans un court opus supplémentaire tout aussi magique).
Et que dire des dessins ? Je suis encore une fois sous le charme, comme dans chacun des mangas de Rihito Takarai. Cette mangaka possède un talent unique, ses dessins sont tout simplement merveilleux. Des traits plutôt simples, mais d'une pureté aveuglante, d'une beauté qui ne peut pas laisser indifférent. Arikawa et Misaki sont magnifiques, leurs expressions sont très travaillées, douces et intenses à la fois. Leurs émotions défilent sur leurs visages, parfaitement lisibles. Les couvertures sont à tomber par terre tant elles sont belles. Je rêverais de les avoir en grand dans mon salon !! ^^

C'est un manga incontournable, pour moi, que je ne saurais que vous conseiller. Les scènes de sexe sont très peu nombreuses, et relativement soft, ce qui fait que ce manga est classé en 14+, et vraiment, même ceux d'entre vous qui ne sont pas amateurs de scènes érotiques ne devriez pas être choqués ici. Et puis c'est fait avec une telle douceur et une telle poésie…
Aurélie, pour le blog d'Amabooksaddict
Lien : http://amabooksaddict.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
bountyfrei
  20 août 2015
Misaki est un étudiant qui donne de son temps au laboratoire de botanique du professeur Tsujimura. Son dernier partenaire de labo l'ayant lâché, Tsujimura lui a trouvé un remplaçant en la personne de Arikawa, que Misaki avait déjà rencontré par accident la veille : ils se sont rentrés dedans malencontreusement. A l'issue de cette première rencontre, le jeune laborantin a perdu son collier et c'est aujourd'hui son nouveau collègue qui est en sa possession. Au fil des jours, les deux étudiants commencent à avoir des sentiments l'un pour l'autre, mais Misaki ne veut pas se laisser aller à cause de quelqu'un...
Encore un manga de Rihito Takarai ! Mais que voulez-vous, c'est tellement génial ce qu'elle fait... Et Seule la fleur sait est comme ses prédécesseurs : tout aussi bon. C'est un shônen-aï un peu du même style que Seven Days, qui se déroule également à la fac. On a encore ici un(e) mystérieux(se) inconnu(e) qui essayer d'empêcher l'un de nos personnages principaux de goûter à l'amour avec un grand A. Sauf qu'ici, tout cela a l'air beaucoup plus profond et d'avoir plus d'impact sur une possible relation future entre Misaki et Arikawa.
Misaki est un personnage mature, terre à terre et qui a l'air de souffrir de sa situation, et à côté nous avons Arikawa, un personnage plus léger, fraichement célibataire et qui tente de comprendre ses nouveaux sentiments, il ajoute une petite touche d'humour attendrissante dans ce début de relation un peu houleux. Et pour finir, nous avons Tsujimura, le prof un peu déjanté qui ne veut que le bonheur de ses élèves, ses apparitions sont généralement pleines de facéties.
Qui dit shônen-aï, dit pas de scènes de sexe. On restera donc clairement à la mise en place de leur relation, en croisant les doigts pour que ça évolue dans le bon sens. J'espère vraiment que ça aboutira sur une relation qui va plus loin que des messages cachés dans des photos de fleurs que les deux garçons s'envoient ! (Même si ça reste très mignon...)
Côté graphisme, ah... Que dire de plus que je n'ai pas déjà dit sur l'excellent travail de Rihito ? C'est toujours un délice visuel : des corps bien proportionnés, un découpage de cases fluide, chaque cases a bénéficié d'un grand travail, bref tout ça m'amène à dire encore une fois que c'est un travail de qualité.
Je crois que je ne me lasserais jamais des mangas de Rihito Takarai, qui rentre dans mon top 5 de mes mangaka préférées, aux côtés de Kaori Yuki (oui, oui).
Lien : http://onceuponatime.ek.la/s..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Tiboux
  20 juin 2014
Grâce à mon baptême avec Seven Days au pays des mangas, j'ai eu envie de renouveler l'expérience, toujours en restant dans le même genre. Je ne préférais pas prendre de risque tant que j'effectue encore mes premiers pas. Je suis restée en compagnie de Rihito Takarai afin de découvrir cette fois-ci : Seule la fleur sait. Au moins, je n'ai pas eu le sentiment d'être perdue.
En une soirée, j'ai englouti les trois volumes.
Une fois, lancée, je n'ai pas su m'arrêter. Donc, vous devinez sans peine que j'ai apprécié cette seconde immersion. Cependant Seule la fleur sait ne surpasse pas Seven Days à mes yeux. Et ce n'est pas une question sentimentale, entendons-nous bien.
1) Les dessins sont magnifiques en particulier quand ils sont en couleur. Je suis amoureuses des planches en couleur. J'adore ! de plus, le crayon est fin et délicat. C'est en subtilité, en finesse, en simplicité. Il y a beaucoup de douceurs dans les traits. Je ne me sens pas agresser. du coup, j'apprécie d'autant plus de rester dans l'univers de l'auteur.
2) L'histoire est mignonne encore une fois. Deux garçons se croisent plusieurs fois, à différents endroits mais ignorent le nom de l'autre. Ils ne s'étaient jamais vus. Cependant, c'est le commencent de tout. J'aime ce genre de commencement justement. L'un est gay tandis que l'autre n'a pas conscience de son identité sexuelle puisque jusqu'à présent, il n'était sorti qu'avec des demoiselles. Entre nous, je suis particulièrement sensible aux premières fois dans le sens de la découverte de sentiments, d'émotions. Franchement, je ne me lasse pas de l'éveil des sentiments entre deux personnes. Je trouve cela si mignon et attendrissant.
3) Dans le dernier volet, j'ai été étonnée de tomber sur une scène particulièrement explicite. Je pensais que dans le yaoi, il n'y avait pas de sexe, que c'était toujours implicite. Or, là, c'était bien explicite. Heureusement, le coup de crayon de Rihito reste délicat, simple sans trop de détails. La scène ne m'a pas spécialement choqué car il en faut beaucoup pour ça ; néanmoins, je suis surprise. Je n'y attendais pas. du coup, s'il y a un peu de sexe dans ce yaoi, je m'interroge sur les autres genres : Bara, Hentai, Ecchi. Je ne suis pas encore à l'aise avec les termes des genres. Il me reste encore beaucoup de choses à découvrir. S'il y a du sexe dans le yaoi, je me demande ce qu'il en est pour les mangas adultes type érotique.
Enfin bref, j'ai passé un agréable moment avec ce manga. Ce fut encore une belle découverte. Aucun doute que je poursuis l'aventure car j'ai envie d'explorer tous les genres histoire de savoir ce qui me convient ou pas. Après deux yaoi, j'aimerai beaucoup lire des mangas imaginaires/fantastiques où il serait question d'anges, de vampires. Si vous avez des références, je suis toute ouïe.
Lien : http://bookmetiboux.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Demoiselle-Coquelicote
  29 novembre 2015
[Chronique pour l'ensemble de la série]
C'est génial d'avoir des amis qui lisent des choses différentes, ils peuvent vous prêter des livres que vous n'auriez pas acheté vous-même et vous permettre de faire des découvertes intéressantes ! C'est ce qui s'est passé avec Seule la fleur sait, manga en trois tomes de Rihito Takarai, qui relève du yaoi, c'est-à-dire de la romance entre hommes.
Misaki, étudiant en biologie, et Arikawa, étudiant en droit, se rencontrent une fois par accident, puis une deuxième, avant de travailler ensemble et de se rapprocher vraiment, mais le passé de Misaki fera-t-il obstacle aux sentiments qui semblent naître en eux ?
C'est le quatrième yaoi que je lis, et je suis forcée de constater que le pitch est un peu toujours le même (comme souvent dans les romances, en fait) : un jeune homme timide et effacé, souvent à cause d'un passé douloureux, et l'autre plus à l'aise avec lui-même et les autres et qui va « guérir » le premier. le scénario de Seule la fleur sait n'échappe pas à ce cliché, néanmoins l'histoire est bien menée et on s'attache aux personnages, ce n'est donc pas gênant. On ne lit pas ce genre d'histoires pour le suspense de toute façon ! J'ai bien aimé voir les sentiments se développer, les maladresses de l'un et de l'autre retarder ou accélérer leur rapprochement…
Ce qui m'a vraiment convaincue dans ce roman, c'est le dessin. Il est magnifique, tout à fait le style qui me plaît, et le thème des fleurs rend tout ça plus joli encore. Les deux protagonistes sont mignons comme tout. Même si Misaki est le blessé des deux, c'est Arikawa que j'ai préféré.
Il existe deux sous-genres dans le yaoi peut-on : le « soft » (sans acte sexuel) et le plus « hard ». Dans les deux premiers tomes de Seule la fleur sait, il n'y a effectivement pas de scènes sexuelles, et je me disais donc qu'on était sur du yaoi soft, concentré uniquement sur les sentiments, mais des scènes explicites apparaissent dans le tome 3. Ça reste gentil, néanmoins pour des gens qui n'ont pas l'habitude, ça peut étonner, je préviens au cas où vous seriez intéressés par le manga. Ça ne m'a en tout cas pas dérangée.
Un beau petit manga yaoi donc, qui m'a fait passer un bon moment et que je recommande aux amateurs (ou amatrices surtout) de romances, de mangas et/ou de yaoi !
Lien : https://withoutmuchinterest...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cerisebio
  21 juillet 2015
J'aime décidément beaucoup la sensibilité de Rihito Takarai, que ce soit au niveau de l'intrigue ou des graphismes.
J'ai lu cette série après "Fleur et sens" et l'épilogue de ce-dernier devient plus clair. Peut-être aurais je dû les lire dans l'ordre inverse.
Commenter  J’apprécie          44
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
NicolinaNicolina   11 juin 2012
Il m'a confondu avec quelqu'un d'autre...
Un accident... ce n'est qu'un accident... alors...
Alors pourquoi ?
Non... je veux être son ami...
Je ne veux pas tomber amoureux...
Commenter  J’apprécie          80
rickissrickiss   12 août 2014
A ce moment-là, j'ai eu l'impression que quelqu'un m'appelait. Etait-ce dans mon rêve ou était-ce dans la réalité ?
Commenter  J’apprécie          30
CherryHitomieCherryHitomie   21 octobre 2013
J'espère qu'un jour tu tomberas amoureux jusqu'à en avoir mal.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : yaoiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
675 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre