AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226329390
Éditeur : Albin Michel (03/10/2016)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Zeus punit Apollon en l'envoyant sur terre, à New York, transformé en adolescent de seize ans. Pour survivre à ses nombreux ennemis et obtenir le pardon de Zeus, Apollon demande de l'aide à Percy Jackson et à la colonie des sang-mêlé.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Paroledunelivrophage
25 février 2017
Bien ! Cela faisait un bail que j'attendais de m'acheter ce livre, alors dès que j'ai pu le faire, je me suis fait un très, très gros plaisir. Alors dès que je l'ai eu en main, je me suis fait un véritable régal pour mon petit cerveau de livrophage que je possède. Normalement, j'aurai dû partager mon avis depuis hier, mais voilà avec la famille dans les parages, je n'ai pas pu le faire. Alors me voici, me voilà. Cette lecture, fort appétissante et fort humoristique m'a fait un bien fou. J'ai adoré lire ce tome du début à la fin. En plus la couverture est fort attrayante. Alors comme ce fut un véritable coup de coeur, et que j'adore les livres de Rick Riordan, je vais vous faire part de mon avis sur cette divine … oups !!!! Sur les mésaventures de l'être le plus brillant, le plus étincelant, le plus pétillant, le plus éclatant, mais aussi le plus superficiel de tous les dieux de l'Olympe, Apollon en personne. J'ai dit dieux ??? MDR. Je veux dire le nouveau demi dieu de la colonie des Sangs Mêlés. Ouaip !!! Mortel et demi dieux. Et toc.
Aussi je vous propose de découvrir le synopsis du tout premier tome de la saga, qui au fond est la continuité de Percy Jackson et de Héros de l'Olympe. Punit certainement pour ses déboires divins, Zeus punit Apollon en l'envoyant sur terre, à New York, transformé en adolescent de seize ans. Devenir humain ! Lui le Seigneur Apollon va en voir de toutes les couleurs. Et pour cause. Avec pour seules ressources cent dollars, un permis de conduire au nom de Lester Papadopoulos, et des boutons d'acné : c'est tout ce qu'a laissé Zeus à Apollon avant de l'envoyer sur terre. Malheureusement faible et désorienté, ce dieu vieux de quatre-mille ans va devoir apprendre à survivre dans le monde moderne avant d'obtenir le pardon de Zeus. Dans une ruelle de New York il va alors rencontrer une demi-déesse de douze ans, Meg McCaffrey, qui revendique ses services par un petit tour bien fourbe. Mais pour survivre à ses nombreux ennemis des dieux, des monstres et même certains mortels, ceux-là même qui aimeraient profiter de la situation pour le détruire à jamais et ainsi obtenir le pardon de son tut puissant père, Apollon va demander de l'aide à Percy Jackson pour qu'il l'amène à la colonie des sang-mêlé.
Découvrons si vous le voulez bien les personnages qui vont peupler notre petit monde de cette nouvelle saga.
Et j'appelle à la barre l'accusé Apollon. Dieu de la médecine, de la beauté et de la musique, Apollon a l'allure d'un jeune homme blond d'environ 17 ans éclatant de beauté. Il est d'un naturel rêveur, obstiné et surtout inconscient, il fait des vers pour le moins catastrophique. Dans les deux autres sagas, il a fait copain, copain avec Percy Jackson avec qui il s'entend comme larron en foire. Mais c'est surtout pour sa manière d'être protecteur envers sa soeur jumelle Artémis qui le remet dans nos petits souliers. de plus ses enfants vivent tous dans le bungalow sept à la colonie des Sangs Mêlés. Mais vu la manière dont commence ce livre, on se demande tous mais qu'a-t-il fait donc pour déclencher le courroux du papou ? Mais bon, ce dieu ou plutôt ce nouveau mortel est un véritable crétin. Bin quoi c'est vrai. Tout du long du tome, c'est du genre, et moi, et moi, et moi, et moi, etc … Il est superficiel, égocentrique, frivole, inconstant, insouciant, puéril, volage, bref, je n'ai pas assez de mots pour dire ce qu'il est réellement. En fait, il est exactement tel que je l'avais imaginé. Mais, il faut dire qu'il possède une force de caractère rare, et malgré une mémoire qui lui fait défaut il est très intelligent. Il suit ses intuitions et est très attaché à ses enfants, qu'il n'hésite pas à aller le délivrer. Pour le coup, je l'en ai que plus apprécié. Ce petit côté tendre m'a fait très plaisir, je veux dire que cela m'a fait chaud au coeur. On voit s'opérer toute une métamorphose en lui-même, puisqu'il prend conscience qu'être un adolescent n'est pas évident, et puis de divin, il devient de plus en plus humain, vu qu'il s'attache de plus en plus à ses enfants, au point d'en pleurer lorsqu'il les perd.
Meg McCaffrey est une jeune fille de douze ans qui vie dans les rues. Cette demi déesse, possède des pouvoirs hallucinants, chaque fois qu'elle se bat, elle utilise des fruits pourris qui apparaissent comme par magie, puis fait apparaitre un petit monstre de terreur quand elle est en colère et qui la protège, se bat comme un chef avec deux faucilles en or impérial, et surtout est très puissante. Mais, malgré son jeune âge, et sa fourberie, c'est une véritable cogneuse. Elle n'a pas froid aux yeux, et cogne sans cherché à faire des heureux. Mais on apprend surtout que son père fut tué par Néron, un empereur romain qui … je reviendrai sur cet être abject plus tard. Mais qui est sa mère, me demanderez-vous. La grande et talentueuse déesse de l'agriculture et des moissons bien sûr. La réponse était dans ce petit passage.
Puis il y a le triumvirat composé par Néron un empereur romain qui fut divinisé par son culte et que l'on nomme la bête. Il est pire que Chronos ou encore que Gaia. Lui et ses acolytes que nous ne connaissons pas encore veulent prendre en ‘'otage'' les cinq Oracles, afin que les Grecques ne puissent se battre et mener des quêtes pour leurs survies. Il a aussi fait en sorte que les messages Iris ne puissent passer et ainsi avoir de l'aide par le camp de Jupiter ou des autres demis dieux.
On y retrouve aussi Chiron le sous-directeur de la colonie des Sangs Mêlés, Rachel Dare l'Oracle de la colonie, les enfants d'Apollon, Percy Jackson que l'on découvre plus changé que jamais, Rhéa la mère des dieux principaux, et bien d'autre personnages tout aussi importants les uns que les autres.
Bien ce qui m'amène à parler du roman avec ses trois points, la plume de l'auteur, la romance entre les personnages et bien entendu l'intrigue du roman.
Mais pour commencer débutons par la plume de Rick Riordan. Je me suis posé une question, est ce que ce cet auteur est un humain ou un dieu de la plume. Si je dis cela, c'est parce que sa plume est magnifique, légère, ensorcelant. La plume de cet auteur reste la même depuis mes débuts avec Percy Jackson. Elle est légère, fluide, humoristique et surtout intense. Je n'ai pas cessé de dire depuis le début de cette grande aventure qu'elle est enchanteresse. Un excellent rythme est instauré depuis le début, actions, rebondissements, quiproquos, fourberies, retournements de situations, traitrises, etc. Cela m'a fait tourner la tête. En plus les personnages sont très imposants, charismatiques même, courageux, loyaux, intelligents. La mythologie qu'il a mise en place s'est encore étouffée depuis le dernier tome de Héros de l'Olympe. On a de nouveaux personnages très prometteurs. Les descriptions sont très bien détaillées. Tout cela en fait de cette lecture un moment de pure magie, de pur bonheur. le plus gros point positif à ma lecture, c'est que la lecture est si prenante que l'on ne voit pas passer les pages qui défilent à vitesse grand V sous nos yeux. C'est vraiment un manège de sensations à l'état pure.
La romance entre les personnages est inexistante. Par contre, Rick Riordan a encore mis l'accent sur les liens familiaux tels qu'Apollon et ses fils. Ou encore Apollon et Chiron. Ou bien Apollon et Rachel. Et enfin Apollon et Percy Jackson. Mais il y a de l'amour entre Will et Nico. Mais même si Nico est heureux, il n'ose pas dire à tous ce qu'il ressent. Il n'est pas encore prêt. Bref, je pense que je pourrais plus en parler lors de ma chronique du prochain tome.
Enfin passons à l'intrigue du roman. le narrateur, Apollon, devient mortel suite à un châtiment de son père Zeus. Il prend la forme d'un adolescent nommé Lester Papadopoulos. Alors déjà pour commencer, ce premier tome est raconté par nul autre qu'Apollon lui-même, ou plutôt par le gamin demi-dieu Lester Papadopoulos ! Apollon s'adresse directement à mous, Se cherchant, Apollon rapporte ses ressentis, et sa déconfiture lorsqu'il chute du statut de Dieu au statut de … l'adolescent quasi sans pouvoirs. Dans une ruelle de New York il rencontre une demi-déesse de douze ans, Meg McCaffrey, qui revendique ses services. Ils se rendent alors chez Percy Jackson, qui les accompagne à la Colonie des Sangs Mêlés, où les demi-dieux sont en sécurité. Mais là pour le coup, Apollon a frappé fort, vu qu'il trouve refuge chez la personne la plus populaire. Mais le problème, c'est que Percy ne veut pas s'attiré les foudres de sa chérie et de sa mère. Alors dès qu'il y a des problèmes, il s'en va. A la colonie ils y rencontrent le centaure Chiron, qui leur apprend que l'oracle de Delphes est tombé entre les mains de « la Bête », un mystérieux ennemi qui aurait tué le père de Meg. de plus certains demi-dieux ont disparu de la Colonie. Bin pour le coup, en découvrant qu'il y a cinq Oracles, on comprend que chaque tome va parler de l'un d'eux. Mais pour l'instant c'est le plus sauvage qui est mis en avant. En rêve, Rhéa, sa grand-mère, explique à Apollon que le Bosquet de Dodone est le seul oracle à ne pas encore être sous l'emprise de la Bête. Apollon et Meg vont alors dans les bois, mais Meg est capturée par les Myrmekes. Pendant ce temps, Apollon découvre que la Bête est l'Empereur Néron, divinisé par son culte. Apollon sauve alors Meg puis trouve Néron qui projette de brûler le Bosquet. Après avoir révélé que Néron est son père adoptif, Meg s'enfuit avec lui. Apollon rentre à la Colonie, attaquée par une statue géante de Néron, et arrête l'invasion avec l'aide de Percy qui arrive pour le weekend. Une fois la Colonie sauvée, Léo Valdez (parti avec Calypso à la fin de Héros de l'Olympe) revient à la Colonie. Et ces derniers feront partie du trio afin de sauver les Oracles du Triumvirat, car c'est ce que le Bosquet de Dodone lui a prophétisé. Les travaux d'Apollon ont bel et bien commencé.
En conclusion, j'ai adoré, adoré, adoré, oh mon bel amour de trésor livresque. Apparemment je ne pourrais plus me passer des livres de Rick Riordan. Mais, bordel que cela va être long l'attente du prochain tome. Tout dans les livres de Rick Riordan me plaisent au plus haut point. Ce rythme d'enfer est envoutant, magique. Ce fut un bonheur des plus pure de me plonger dans ce livre. La lecture est très intense, au point de ne pas m'être ennuyée un seul instant. Alors si Percy est peu présent, Apollon, lui, ma bien fait rire, et je me suis attachée à lui. Alors même si c'est pour dans très longtemps, à la prochaine pour la chronique du second tome.

Lien : http://le-petit-univers-litt..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
iz43
15 janvier 2017
Ah !!!!!! purée !!!!! Il l'a fait !!!
Grande fan de Percy Jackson, j'avais dévoré la première série en quelques jours. Je m'étais également jeté sur les héros de l'Olympe. Même si Percy Jackson y était moins présent. et puis je m'étais fait une raison. Percy c'est fini. Il faut le quitter. Bien du mal à retrouver quelque chose qui me fasse autant vibrer que Percy Jackson.
Percy Jackson est arrivé dans ma vie à un moment où j'étais en burn out total. Je n'arrivais plus à accrocher à mes lectures. Plus rien ne m'intéressait. Et puis Percy dans les mains tout a changé. Cette réécriture moderne de la mythologie a tout bouleversé. Elle a réveillé la flamme en moi. Susciter une nouvelle passion : la mythologie. Passion que j'ai transmise à mes élèves pendant plusieurs années. de beaux projets. de beaux moments.
J'ai hésité à lire les travaux d'apollon. Peur que la sauce ne prenne pas. Que la série ne soit pas à la hauteur des autres.
Et là, c'est du grand art. J'ai adoré !!! A croire que Rick Riordan dès le départ savait qu'il allait écrire trois séries. Son univers est super bien construit. Tout s'emboîte. Tout est logique.
Cette fois, l'histoire est racontée par Apollon qui puni par son père Zeus se retrouve plus ou moins amnésique, dans le corps d'un ado de 16 ans Lester Papadopoulos (même le nom est cruel), boutonneux de surcroît. Il trouve refuge à la colonie des sang mêlés, découvre ses enfants, est obligé d'affronter le danger lui-même sans ses pouvoirs de dieu. j'ai beaucoup aimé l'évolution d'Apollon.
J'ai adoré retrouver la colonie des sang mêlés, les personnages (même Percy y fait deux apparitions), Nico di Angelo personnage que j'avais beaucoup apprécié, les prophéties (ou l'absence de prophétie). L'humour, l'action et de nouveaux demi dieux et méchant. Bref un pur régal. Rick Riordan m'a encore fait découvrir plein de choses sur la mythologie. Il a eu l'idée aussi de mettre un glossaire à la fin du livre. Vraiment top !
le seul hic, la parution du tome 2. Dur d'attendre ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Desmotsalavie
13 juin 2016
Sur ce coup-ci, je suis loin d'être impartiale et objective : j'a—do—re Rick Riordan et notamment la série Percy Jackson, alors vous vous doutez bien que lorsque j'ai vu que les aventrues d'Apollon allaient prendre place dans le monde de Percy, j'ai sauté sur l'occasion ! J'ai eu du mal à me procurer ce livre : indisponible partout en harcover, j'ai dû le commander en paperback chez Gilbert Joseph, puis j'ai attendu 10 jours et tadaam … le graal est arrivé chez moi ^^ (Apollon serait flatté en lisant cette phrase !).
Première chose à savoir : ce premier tome est raconté par nul autre qu'Apollon lui-même, ou plutôt par son alter ego demi-dieu Lester Papadopoulos ! Apollon s'adresse directement au lecteur, et sa voix est un DÉLICE ! Entre comique, pathétique et flatterie (oui, oui, Apollon est légèrement narcissique), la voix d'Apollon rapporte superbement à la fois les aventures des personnages, et la décontextuation dont ce personnage est sujet puisqu'il chute du statut de Dieu au statut de … d'adolescent gringalet dirons-nous !
Plus qu'un simple « trial », c'est-à-dire « épreuve », ce livre véritablement le « voyage » d'Apollon, qui apprend à regarder les héros non plus d'en haut, aux côtés des autres dieux de l'Olympe, mais en agissant à son échelle, celui d'un adolescent ! On voit s'opérer toute la métamorphose d'APollon, qui prend conscience qu'être un adolescent n'est pas évident (acné et autres choses amusantes), et qui découvre ses propres enfants, qui s'attache à eux, qui devient à la fois un père et un héros ! J'ai pleuré en lisant certains passages tant la métamorphose d'Apollon est magnifique : si le début du roman montre le personnage dans toute sa vanité, il devient peu à peu un homme, avec tous les sentiments qui conviennent : peur, amour, joie, compassion, … Apollon fait le bilan sur sa vie passée, sa vie future, ce qu'il était et ce qu'il souhaite être, et … — ce qui n'est pas coutume pour un dieu — il s'excuse auprès de tous les humains qu'il a blessé !! Pour avoir personnellement fait un mémoire sur la métamorphose et la métempsychose, je sais que les Dieux gréco-romains ont une tendance à considérer que les humains leur sont inférieurs, ou du moins sont présents pour leur divertissement ! Ici, Apollon prend conscience de la portée et de l'importance de chaque vie humaine ! C'est un très beau plaidoyer pour l'humanité et la diversité que nous livre Rick Riordan !
La diversité parlons-en : ce retour au Camp des Sang-mêlés nous permet de rencontrer de nouveau certains de mes personnages préférés : Will et Nico di Angelo, un couple magnifique (à la fois drôle et touchant), Percy Jackson (yayyyyy!!!!) Léo Valdez et j'en passe ! On rencontre également de nouveaux personnages tels que Meg, qui guide Apollon : j'aurais aimé en savoir plus sur Meg, mais je suppose que cela viendra en temps voulu !
Une myriade de héros donc mais également une myriade de méchants : le méchant de ce premier tome est un de mes méchants préférés puisqu'il s'appelle Néron, comme un de mes chats donc je ne pouvais qu'adhérer, d'autant plus qu'il symbolise parfaitement l'adéquation entre le grain de folie et la vanité humaine ! Et il nous permet une fois de plus d'en apprendre davantage sur l'histoire de Rome : Action, Rires et Histoire ! Un cocktail explosif !!
Quant à l'action et à l'intrigue, je dirais que tout y est : la narration et le dialogue alternent de façon raisonnable, l'action apparaît de plus en plus et les batailles se font plus fréquentes au fur et à mesure que l'intrigue tend à sa fin ! Un rythme adéquat qui fait augmenter la pression, et qui tient le lecteur en haleine jusqu'à la fin du livre !!
Petit point un peu dérangeant cependant lors de la lecture : chaque chapitre commence par un haïku, marque de fabrique d'Apollon, sauf que ces haïku en disent parfois un peu trop long sur le chapitre à venir ! C'est un peu dommage mais lorsqu'on est pris dans la lecture, on y fait plus attention !! ^^
Enfin, les dernières pages du livre ne sont certes pas porteuses d'un énorme suspens mais laissent tout de même flotter quelques questions : qui sont les autres méchants ? le suspens final n'est cependant pas nécessaire : l'arrivée de nouveaux héros, et les derniers paragraphes sont si émouvants et forts qu'une seule chose domine : l'envie de savoir la suite !!

J'attribuerais donc la note de 5/5 à ce premier tome de The Trials of Apollo !! Un coup de coeur : Rick Riordan, tout comme Apollon, savent viser et toucher leur cible de façon infaillible !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Allison
03 juin 2016
J'adore ce que fait Rick Riordan. J'aime vraiment le fait que toutes ses sagas soient liées. Dernièrement, j'ai lu le premier tome de sa nouvelle série, Magnus Chase, et j'ai tout autant apprécié que les sagas Percy Jackson et Héros de l'Olympe. Et là, maintenant, Rick Riordan fait encore plus fort en proposant une nouvelle série dans son univers principal, avec une légère innovation : dans The Trials of Apollo, nous suivons le dieu Apollon, changé en adolescent par son père Zeus. Un ado d'une quinzaine d'années tout sauf divin, qui va devoir partir dans une quête pour retrouver sa place en Olympe… Comme tout jeune demi-dieu qui se respecte, en fait.
Après le jeune ado SDF avec Magnus Chase, Rick Riordan fait fort avec le dieu millénaire qui a un lourd passé derrière lui. Et j'adore Apollon. Ce n'est pas un nouveau personnage, il a fait de multiples apparitions dans les quelques dix tomes précédents, où il a brillé par son absence d'humilité et son amour pour les haïkus.
J'ai été doublement surprise en commençant ce roman. Premièrement, ce nouveau cycle prend place après la fin de Héros de l'Olympe, et suit vraiment l'intrigue instaurée par l'auteur dans cet univers. Forcément, nous y rencontrons une bonne poignée de personnages issus des précédentes sagas, et il me semble donc nécessaire de les avoir lues avant. Ne serait-ce que pour avoir un aperçu de ce qu'était l'Apollon divin, tout puissant et imbu de lui-même, avant d'être propulsé dans le corps tout mou d'un ado de quinze ans. Aussi, l'intrigue de la série et celle de Magnus Chase sont simultanées, comme le sont les sorties des romans. Ce qui va m'obliger à les lire dès leurs sorties, mince alors !
Apollon, donc, est habitué à cet état de fait, car c'est déjà la troisième fois qu'il est puni de la sorte. Il connait la marche à suivre : il doit s'attacher au service d'un demi-dieu et accomplir différentes quêtes à ses côtés jusqu'à ce que son père le pardonne. Son choix se serait volontiers porté sur Percy Jackson himself, maiiiiis non : ce sera Meg, une jeune fille de 13 ans badass et extrêmement attachante. Ils décident de rejoindre la Colonie des Sang-Mêlé où ils découvrent que les choses ne vont pas très bien depuis six mois, d'autant que l'Oracle ne fonctionne toujours pas.
Pfiou, que dire ? Ce nouveau cycle s'annonce juste gé-nial. J'admire la façon qu'a l'auteur de se renouveler avec un tel sujet de fond, et chaque fois que je pense qu'il ne pourra peut-être pas me surprendre, il le fait. Voir l'univers créé par l'auteur à travers les yeux d'un dieu est une chose, mais il arrive à le rendre terriblement attachant dans sa relation avec les autres. Il arrive brillamment à rendre Apollon agréable à suivre en respectant son caractère égocentrique, sans jamais le rendre agaçant, et c'est un tour de force ! Nous découvrons un côté de lui qui n'est jamais vu par les autres personnages et cela donne vie à des scènes particulièrement touchantes, drôles ou surprenantes. J'ai hâte de voir comment il va continuer à évoluer ! Quant à Meg, c'est aussi un personnage sur lequel j'ai hâte d'en savoir plus. Elle est complexe et assez mystérieuse, du fait qu'on ne connaisse pas le fond de ses pensées. Vite, la suite !
Clairement, Rick Riordan est un virtuose de la littérature jeunesse. Si j'ai commencé, il y a des années, à apprécier ses romans parce que je suis mordue de mythologie, c'est maintenant sa capacité à donner vie à ses personnages et à modeler son univers avec talent qui me font me précipiter sur chacun de ses nouveaux romans. Tant qu'il continuera à offrir des romans de qualité, comme l'ont été les premiers tomes de Magnus Chase et de The Trials of Apollo, je serais toujours au rendez-vous. Je pense que tout fan de son travail se jettera sur ce roman, mais ne commencez pas par celui-ci si vous avez le malheur de ne pas connaître le monsieur. Bonne lecture ! (oui, oui, vous allez le lire, je le sais !)
Lien : http://allison-line.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
April-the-seven
04 octobre 2016
Un très grand merci aux éditions Albin Michel, ainsi qu'à Fanny, pour cette magnifique réception ! Lorsque l'on m'a proposé de lire cette nouvelle saga signée Rick Riordan, je n'ai pas hésité. Même pas une seconde ! Je ne vais pas chercher à tortiller : cette nouvelle aventure m'a complètement embarquée, et j'ai dû me retenir de ne pas la terminer trop vite ! Un vrai régal pour un joli coup de coeur.
Nous suivons Apollon qui, après s'être pris le nez avec Zeus, se retrouve banni de l'Olympe et propulsé dans le corps d'un adolescent de seize ans, au milieu des poubelles. C'est le choc, évidemment. Bon… ce n'est que la troisième fois qu'il se retrouve dans une situation similaire. Il a bon espoir que la colère de son père s'apaise, et qu'il pourra regagner ses faveurs un jour ou l'autre. Sauf qu'il se pourrait que cette fois-ci soit sensiblement différente…
Ce n'est pas un énième cycle destiné à réchauffer un univers déjà beaucoup exploité dans Percy Jackson et Héros de l'Olympe. Non, non, non ! Rick Riordan prouve qu'il a de la suite dans les idées et qu'il peut encore surprendre son lecteur, grâce à une intrigue intelligente et un héros désopilant.
Ce premier tome ne manque pas de forces et de qualités. L'intrigue est, une fois encore, construite avec soin et nous embarque dans une épopée où les légendes et la mythologie grecque sont au coeur de tout. N'oublions pas l'indéniable petite touche d'humour typiquement riordanienne qui m'a tiré plus d'une fois des éclats de rire. Car c'est ce qui fait le charme de cette histoire : l'humour constant, la dérision, qui viennent alléger une histoire de plus en plus sombre et mature. Les personnages ont toujours une petite réplique savoureuse en réserve, quand ce n'est pas un comportement qui confère à la pitrerie.
Aaah, les personnages… Des choux à la crème, vraiment ! Les nouveaux comme les anciens, c'est comme de retrouver de vieux copains. On se sent chez soi, on attend avec impatience la nouvelle bêtise ou la plaisanterie qui nous fera pouffer. Ils sont attachants, presque vivants. J'avoue avoir un gros penchant pour Meg, la nouvelle venue. Débrouillarde, elle démonte les stéréotypes des demi-déesses et nous régale avec son attitude détachée. Mystérieuse et peu bavarde, elle sait garder ses secrets, et croyez-moi, ce sont des secrets croustillants !
Passons à la star de cette saga, j'ai nommé Apollon ! Je dois l'admettre, Rick Riordan a réalisé un petit exploit avec ce personnage. Apollon est affreusement condescendant, vaniteux et nombriliste… Mais Mazette, qu'est-ce qu'il est attachant !
Imaginez un peu le tableau : un dieu reconnu pour sa beauté, ses exploits glorieux et sa réputation de Casanova. le voilà qui, du jour au lendemain, se retrouve dans la peau d'un gosse boutonneux et un peu gras du bide. Non seulement la situation est vraiment humiliante, mais en plus il doit apprendre à vivre avec des humains, comme un humain. le plus drôle est de constater qu'après plus de 4000 ans d'existence, Apollon ne sait pas grand-chose des Hommes et de leur manière de vivre. Cette expérience est enrichissante, contrairement à ce qu'il pense initialement. L'occasion lui est donnée de ne plus regarder les Hommes d'en haut, avec ses yeux de dieu tout puissant et craint par tous. Il doit s'adapter et comprendre comment un adolescent comme lui peut cohabiter au milieu de la marée humaine. Les changements qui s'opèrent chez lui sont très subtils et j'ai adoré la finesse avec laquelle l'auteur a travaillé sur sa personnalité. Cette transformation progressive le pousse peu à peu à l'empathie, ce qui, à mes yeux, est très important. Car de manière détournée, Rick Riordan fait l'apologie de l'humanité et pointe du doigt l'importance de chaque vie sur cette Terre.
En résumé, Les travaux d'Apollon est le parcours initiatique d'un dieu de 4000 ans qui croyait tout savoir. Plein de promesses, bourré d'humour, riche en surprises, ce premier opus m'a touchée en plein coeur ! J'ai adoré suivre un Apollon pédant aux premiers abords, mais désarmant au possible ; j'ai été alpaguée par toutes les péripéties et les mystères qui se sont dressés sur son chemin, et je suis surtout impatiente de dévorer la suite. Je ne peux que vous recommander ce superbe tome introductif qui envoie du lourd dès les premières pages.

Lien : http://april-the-seven.weebl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
ParoledunelivrophageParoledunelivrophage25 février 2017
- Nico, ai-je fini par lui demander, tu ne devrais pas être à la table d'Hadès ?
Nico a haussé les épaules.
- Techniquement, si. Mais dès que je suis seul à ma table, il se passe des choses bizarres. Des crevasses s'ouvrent dans le sol. Des zombies en sortent et se mettent à rôder. C''est un trouble d'humeur. Je ne peux pas le contrôler. C'est ce que j'ai dit à Chiron.
- Et c'est vrai ?
Nico a souri en coin.
- J'ai un mot de mon médecin.
Et Will a levé la main.
- Son médecin, c'est moi.
- Chiron a estimé que ça ne valait pas le coup de se disputer, a ajouté Nico. Du moment que je suis à une table avec d'autres gens, comme... Bref, comme eux, par exemple... les zombies se tiennent à distance. C'est mieux pour tout le monde.
Will a hoché la tête.
- C'est un phénomène très étrange, a-t-il dit. Car Nico ne se servirait jamais de ses pouvoirs pour obtenir ce qu'il veut.
- Jamais, a renchéri Nico.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
iz43iz4316 janvier 2017
Quelles chances aurais-je, dans ma peau de mortel de seize ans, avec mon acné, mes vêtements de seconde main et Lester Papadopoulos comme nom de guerre? Je n'allais pas foncer en Grèce pour me faire tuer, merci bien. Surtout sans mon char du soleil ni mon pouvoir de téléportation. Je suis désolé mais nous, les dieux , nous ne voyageons pas en classe économique.
Commenter  J’apprécie          60
iz43iz4315 janvier 2017
Rachel a posé sa main sur la mienne.
- Les choses peuvent se passer différemment Apollon. C'est l'avantage d'être humain. Nous n'avons qu'une vie, mais nous pouvons choisir l'histoire qu'elle va raconter.
Commenter  J’apprécie          80
iz43iz4317 janvier 2017
La vérité c'est que nous les dieux, nous avons une certaine admiration pour vous autres mortels. Vous passez vos vies entières en sachant que vous allez mourir.
Commenter  J’apprécie          90
DesmotsalavieDesmotsalavie13 juin 2016
My eyes wathered. Not so long ago — like this morning, for instance — the idea of these young demigods being able to help me would have struck me as ridiculous. Now their kindness moved me more than a hundred sacrifical bulls.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Rick Riordan (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rick Riordan
Critique de « Les travaux d?Apollon, l?oracle caché » par Matthieu - Booktube ."Les travaux d?Apollon, l?oracle caché" de Rick Riordan, par Matthieu. A l'occasion du Salon du livre et de la presse jeunesse en Seine-Saint-Denis à Montreuil, des participants enthousiastes âgés de 11 à 20 ans ont enregistré une critique littéraire vidéo pour défendre leur livre coup de coeur. Rendez-vous sur http://www.lecteurs.com/article/concours-booktube-power-a-vous-de-voter/2442840 pour découvrir toutes les vidéos ! Visitez le site : http://www.lecteurs.com/ Suivez lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs/ Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCWQQ-VlGEFs22XKdO15tQCg/videos Dailymotion : http://www.dailymotion.com/OrangeLecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : mythologie grecqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

percy jakson

qui est le père de Percy ?

Poséidon
Dionysos
Hadès
Chiron

4 questions
600 lecteurs ont répondu
Thème : Percy Jackson, Tome 1 : Le Voleur de foudre de Rick RiordanCréer un quiz sur ce livre
. .