AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755506466
Éditeur : 1001 Nuits (11/01/2012)

Note moyenne : 4.4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
En 1917, le Suisse Henri Roorda (1870-1925), professeur de
mathématiques, chroniqueur et philosophe enjoué à ses heures,
publie un pamphlet intitulé Le Pédagogue n’aime pas les enfants,
critique nette et contondante de l’école considérée comme
une machine destinée à inculquer la soumission aux élèves.
Disciple de l’anarchiste humanitaire Élisée Reclus, Roorda
n’est pas seulement un pourfendeur de l’institution scolaire... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
IreneAdler
  24 mars 2014
Vaste sujet de discussions que les programmes scolaires ! Combien d'heures par semaine ? Combien de jours ? le contenu ?
Sur le ton de l'ironie souvent, l'indignation et la consternation parfois, ce texte pointe les errements du système scolaire helvétique de 1917 : trop d'heures de cours, trop de connaissances superficielles (le "vernis de culture générale"), trop de par coeur. Résultat : trop de docilité, pas assez de réflexion dans la tête des enfants, puis des adultes (balancer ça en pleine Première Guerre Mondiale, il fallait oser.)
Il accuse, mais il propose aussi des solutions plus respectueuses de l'enfant, mais aussi pour l'enseignant (le Pédagogue doit être une sorte de haut fonctionnaire, peut-être un ministre, d'après ce que j'ai compris.) Des cours où l'on observe, touche, expérimente pour ensuite en faire des leçons. Certes, le "vernis" ne sera pas aussi étendu, mais il sera plus épais, et si tout se passe bien, l'enfant sera plus épanoui. Il se sentira responsabilisé.
L'école ne doit pas aider à préserver l'ordre ancien à tout prix, mais donner à chaque individu les ressources pour faire ses propres choix, en toute connaissance de cause. Elle doit entretenir la curiosité et l'audace de l'enfant, pas des carcans (qui viendront bien assez tôt.)
Roorda n'était pas le seul à penser ainsi. En France furent fondées quelques écoles qui prônaient la même approche et se démarquaient ainsi de l'école officielle ; dans de nombreux pays où se trouvait une mouvance anarchiste et/ou libertaire se créaient des écoles "alternatives". Certaines existent encore, d'autres furent interdites. quelques unes passèrent dans le grand public, comme la pédagogie Montessori. Toutes ont en commun un plus grand respect de l'enfant, qui n'est pas un être à dresser, mais à former, à ouvrir sur le monde, à éduquer à la différence, à la tolérance, à l'esprit critique. A ouvrir à la curiosité et l'envie d'apprendre, quelque soit l'âge. Utopique ? Peut-être. Mais c'est mieux que d'être un troupeau de moutons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
flambotte
  28 mars 2016
Je ne fais pas partie du corps enseignant mais je suis souvent amenée à travailler avec des professeurs d'écoles primaires, et je suis souvent désolée pour les enfants que l'on force à se taire et à rester immobile alors que justement, j'attends d'eux de se sentir confortable et de parler ouvertement. Je pense que tous les profs devraient lire Roorda pour au moins se poser la question de savoir s'ils s'épanouissent vraiment dans leur emploi et si les enfants sont enthousiastes et sortent de l'école contents d'avoir appris, heureux de se connaître mieux
Commenter  J’apprécie          51

critiques presse (1)
Telerama   01 février 2012
Ecrit en 1917, voici un texte audacieux et clairvoyant.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
AunryzAunryz   06 décembre 2015
Le principe de ceux qui enseignent apparaît clairement : la dose de science que nous inculquons à l’écolier dans un temps donné ne doit pas dépendre de la qualité de son cerveau.
Ignorant systématiquement les aptitudes, susceptibles d’être cultivées, que ses élèves possèdent, le pédagogue, spécialiste inconscient, s’efforce de leur communiquer à tous son propre savoir et sa propre virtuosité.
Il existe beaucoup d’écoles où les jeunes gens peuvent se spécialiser. Mais nous n’avons pas encore celle où l’enfant pourra s’épanouir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AunryzAunryz   07 juillet 2015
Si elle était scrupuleuse, elle se demanderait encore : « Existe-t-il des moyens meilleurs que ceux que j’emploie pour instruire et pour fortifier ces enfants ? »

http://wp.me/p5DYAB-15m
Commenter  J’apprécie          130
IreneAdlerIreneAdler   24 mars 2014
Ce n'est pas en posant aux écoliers, pendant des années, des questions qui n'admettent qu'une seule réponse acceptable, qu'on affine leur esprit et qu'on leur enseigne la tolérance.
Commenter  J’apprécie          100
IreneAdlerIreneAdler   24 mars 2014
C'est quand on est jeune qu'on s'émerveille le plus facilement devant la beauté des choses nouvelles ; et pourtant ce n'est pas à l'école que la science nous paru la plus belle.
Commenter  J’apprécie          50
IreneAdlerIreneAdler   24 mars 2014
Je prétends seulement que, pendant quelques années, les êtres très jeunes ont quelque chose de mieux à faire que de se préparer à gagner de l'argent.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Henri Roorda (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Roorda
Mon suicide, d'après Henri Roorda.
autres livres classés : pédagogie alternativeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
9 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre