AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hans Hildenbrand (Traducteur)
EAN : 9782130428619
456 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (01/05/1990)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Schopenhauer et les années folles de la philosophie

"Tu n'as aucune chance, mais saisis-la ! " Telle est la leçon de Schopenhauer. Sa philosophie est à double fond : elle s'engage dans le pragmatisme de la vie et de l'affirmation de soi individuelle pour déclarer en même temps qu' "à vrai dire" l'individu n'est rien, qu'"à vrai dire" la vie en général n'est rien, qu'"à vrai dire" tout est égal. Être spectateur et non acteur, voilà ce qui permettrait à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Kirsikka
  05 mai 2019
Biographie intéressante pour aborder la pensée de Schopenhauer, remise dans le contexte des courants philosophiques de l'époque, des événements historiques européens et de la vie du philosophe. D'un caractère très difficile voire impossible, avec des comportements qui ne lui font pas honneur, en contradiction avec ses écrits, Schopenhauer est un personnage complexe. Attachant malgré tout, toujours en recherche, vivant pour la philosophie.
Le livre est clair, et bien équilibré, alternant les chapitres purement biographiques et les chapitres sur l'évolution de sa pensée, par rapport à celle de ses contemporains qu'il n'hésite pas à étriller. A noter l'influence de la découverte des Upanishads et de la philosophie hindoue, dont Schopenhauer fera une lecture jusqu'à la fin de sa vie.
J'ai regretté un style un peu lourd avec beaucoup de répétitions et de nombreuses coquilles, comme si l'ouvrage avait été imprimé un peu trop vite, sans suffisamment de corrections. Néanmoins, il se lit très bien et serait à compléter sans doute par d'autres sources, afin de se lancer un peu mieux armé dans la lecture de la grande oeuvre, le monde comme volonté et représentation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ileana
  23 février 2013
Safranski suit en détail le cheminement de la pensée philosophique de Schopenhauer. Cela ravira le public connaisseur, pour moi c'était trop long et parfois obscur. (Je préfère Luc Ferry à Safranski car il a un style limpide et va droit au but)
Pour revenir à cette bio de Schopenhauer : le tableau de moeurs, l'histoire de la famille et le contexte historique sont convaincants ; sans oublier la rencontre entre Schopenhauer et Goethe et la rivalité avec Hegel.
L'auteur évoque le caractère vaniteux du philosophe : il a publié son oeuvre phare et était persuadé que les lecteurs lui érigeront un monument. Mais personne ou presque ne la lit. le savant reste méconnu, pendant des années il demeure le fils de Johanna Schopenhauer de Weimar, femme de lettre cultivée, amie de Goethe et animatrice d'un salon littéraire.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
KirsikkaKirsikka   05 mai 2019
Arthur Schopenhauer n’était pas un Bouddha, et, heureusement pour lui, il ne s’est jamais efforcé de le devenir. Sagement, il a évité cette tragédie qui consiste à essayer de vivre après coup ses propres inspirations, ses propres intuitions. Schopenhauer ne s’est pas confondu avec lui-même. Les intuitions et les inspirations d’une évidence et d’une force déterminée sont quelque chose de vivant qui nous traverse. Une suite d’événements anonymes dont on ne peut prendre possession à la manière d’un moi. Et si on l’essaie, alors il n’en résulte que de la contrainte, de la mise en scène : le vivant se bloque, et on est fichu, même si on ne s’en aperçoit pas. Non, ça se termine mal si on essaie de se prendre soi-même au mot inspiré, si on essaie de le réaliser, de la traduire, de se l’approprier. On devrait laisser advenir le Même. Laisser advenir au lieu d’approprier, voilà le secret de la création. Schopenhauer savait cela, et c’est pourquoi il pouvait, sans être déconcerté ni avoir peur, s’étonner de ce que c’était autre chose qui avait produit en lui le meilleur de sa philosophie. A la fin de sa vie, il dit un jour à Frauenstädt : « Croyez-vous (…) qu’on puisse se rendre compte à tout moment de ce qu’on fait ? Étonné moi-même, je me demande parfois comment j’ai pu faire tout cela. Car, dans la vie ordinaire, on n’est pas du tout ce qu’on est aux moments privilégiés de la création ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Philosophes et psychologues : biographies (91)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre