AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782888903215
176 pages
Éditeur : Paquet (18/11/2009)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Usagi devra-t-il finir par avouer à Jotaro le secret de sa parenté? Aura-t-il le cœur de ruiner la confiance et l’amour que Jotaro porte à celui qu’il croit être son père? Pourra-t-il renoncer à sa vie d’errance et d’aventures? Mais pour l’heure, il recherche désespérément son jeune compagnon, qui a dû s’enfuir pour échapper à de barbares kidnappeurs. En chemin, ses pas l’amèneront à rencontrer une fois de plus le Bouc Solitaire et son fils, Gorogoro, en bien mauvai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alfaric
  01 octobre 2018
Dans ce tome 19, Usagi et Jotaro désormais détenteurs du daisho de Koji Nakamura continuent de faire chemin ensemble et quelque part Jotaro est en stage d'apprentissage auprès de celui qui ne sait pas s'il doit ou ne doit lui avouer qu'il est son véritable père...
"Père et fils" (septembre 2003) fait directement suite à "Sumi E" dans le tome précédent : Jotaro est pourchassé par l'âme damnée du sorcier Katsushige, elle-même pourchassé par Usagi... Père et fils sont séparés mais Jotaro est secouru par Gorogoro qui tente de protéger des chasseurs de primes son père mortellement blessé par une flèche... Jotaro trouve enfin plus têtu et plus intrépide que lui : l'amitié entre les deux adolescents est immédiate ! Mais attendez voir : Gogoro est l'enfant du détournement du grand plus grand héros japonais de fiction, et Jotaro est l'enfant du détournement du plus grand héros rebelle japonais IRL... Oh mon dieu, c'est vertigineux : j'imagine par avance le buddy d'anthologie qu'un bon auteur serait capable de faire en cette époque d'oeuvre populares ouvertement rebelles... le truc de ouf que cela serait !
Toujours est-il qu'Usagi retrouve le refuge de Yagi et qu'avoir l'avoir soigné le maître épéiste et le maître assassin font tourner en bourrique tous ceux venus cherchez la prime : la clé, c'est diviser pour régner ^^
Dans "Grelots" (novembre 2003), tout se joue en un instant... Au cours d'un duel c'est durant le temps d'un battement de coeur que Katsuichi Sensei se remémore le jour de se vie où pour lui tout bascula dans la tragédie. On assiste donc à une une courte mais triste histoire d'amour avec un triangle amoureux autour de Kinuko, un samouraï funky très classe qui n'est que passion en qui une saloperie d'hominus crevaricus carriériste qui n'est qu'ambition...
Dans "Tuez le Seigneur Geishu !" (janvier 2004), Usagi et Jotaro s'interpose entre le convoi conduit par Tomoe et une énième attaque de ninjas neko commanditée par Hijiki le Seigneur de l'Ombre... Tout semble perdu quand
"La Fierté du Samouraï" (février 2004) est un récit bien triste où Jotaro se lie d'amitié avec le jeune Ichirozuké qui assiste jour après jour à la déchéance physique et psychologique de son père Ken Watanabé (le tome sort la même année que le film "Le Dernier Samouraï", ceci expliquant peut-être cela pour les connaisseurs de chanbara ^^). le samouraï déchu qui a perdu son poste avec la paix préfère vivre dans la pauvreté que sans fierté dans l'espoir que la guerre reprenne et que son ancien seigneur l'engage à nouveau, mais d'un autre côté il ne supporte plus cette situation intenable et attend la première occasion de mourir comme un guerrier... Évidemment la tragédie est inévitable !
Dans "Hokashi" (mars/avril 2004), Usagi et Jotaro retrouve Katsuichi Sensei mais aussi la Ligue des Assassins ici représenté par Hoku le lanceur de couteau, sa fille Saiko l'acrobate, le colosse Yama et l'épéiste Kazé... Mais ce n'est pas de sitôt que le koroshi pourra rayer le nom de Miyamoto Usagi de la liste de ses ennemis !
Et durant tout ce tome nous avons assisté aux tourments d'Usagi sans savoir que
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Presence
  06 juillet 2018
Il vaut mieux avoir lu le tome précédent avant pour comprendre la situation dans laquelle se trouvent les personnages. Ce tome-ci contient les épisodes 69 à 75, initialement parus en 2003/2004, écrits, dessinés et encrés par Stan Sakai. Ces épisodes sont en noir & blanc. Ce tome commence par une introduction de Matt Wagner, le créateur de Mage et Grendel.
-
- Fathers & sons (épisodes 69 & 70) - Lone Goat (Yagi) et le Kid (Gorogoro) progressent dans la forêt quand ils sont attaqués par une bande de types armés qui souhaitent tuer Goat pour empocher la récompense. Ce dernier les extermine mais est grièvement blessé. Il trouve tout juste la force d'avancer encore un peu et de s'écrouler dans une maison abandonnée dans les bois. Gorogoro ne sait pas trop quoi faire. Pendant ce temps-là, Miyamoto Usagi est à la recherche de Jotaro qui a disparu. Il aperçoit en contrebas Neneki, un des hommes de main qui l'a enlevé.
Le lecteur sourit par avance chaque fois qu'il constate que Lone Goat & Kid seront de la partie. Stan Sakai ne parodie pas Lone Wolf & Cub de Kazuo Koike et Goseki Kojima, il rend hommage à ce manga. Yagi est ténébreux à souhait, dur à la douleur, taiseux et sans pitié. Gorogoro (son fils) est également muet à l'image de son père et il reproduit ce que l'exemple de son père lui a montré. En tant que narrateur, Sakai réalise des magnifiques planches dans son style tout public, montrant Gorogoro en train d'agir en silence.
Comme le titre du volume l'indique, c'est aussi l'occasion pour l'auteur d'établir un parallèle entre les 2 relations père / fils : celle de Jotaro & Usagi, et celle de Gorogoro & Yagi. Il ne se contente pas d'une comparaison basique, il les fait interagir dans le cadre de l'intrigue, faisant ainsi apparaître les ressemblances et les différences. le jeune lecteur y verra deux formes d'amour paternel s'exprimant de manière différente. le lecteur plus âgé verra dans la relation entre Lone Goat & Kid, comme ce qui aurait pu être entre Usagi & Jotaro, ou ce qui pourrait advenir.
Stan Sakai a concocté une intrigue pleine de suspense dans laquelle chacun se comporte en faisant des suppositions, en commettant des faux pas, comme s'il s'agissait d'individus normaux, et pas de héros ou de criminels infaillibles. Comme à son habitude, l'artiste s'avère très doué pour rendre l'impression d'une maison isolée dans les bois, le calme de la nature, la vulnérabilité de l'individu dans cet environnement à l'écart.
-
- Bells (épisode 71) - Dans un village, Katsuichi Sensei (l'ancien mentor d'Usagi) s'apprête à disputer un duel au sabre de bois dans la rue. Il entend passer une femme qui porte une clochette. Cela lui rappelle celle qu'il avait offerte à Kinuko, la fille du maître de l'école de sabre rivale de celle dans laquelle il était étudiant.
Toujours seul maître à bord de sa série, Stan Sakai peut s'offrir un épisode consacré à un personnage secondaire, et même à un moment de son passé, sans encourir les foudres de son responsable éditorial. Il utilise donc le point de départ de Roméo & Juliette (des amoureux dans des familles opposées, voire ennemies) pour Katsuichi & Kinuko. Mais très vite, le récit s'écarte de l'intrigue de la pièce de Shakespeare. L'auteur met en scène de manière divertissante les doutes de Katsuichi quant à sa vocation de samouraï, au rapport qu'il entretient avec le maître de l'école à laquelle il appartient, la manière dont il envisage son art. le lecteur plus jeune y verra une histoire d'amour romantique et contrarié et les ravages de la cupidité. le lecteur plus âgé établira à nouveau le parallèle avec les propres choix de Miyamoto Usagi et les conséquences que cela fait peser sur sa relation avec son fils.
Les 2 premières pages sont muettes, avec 5 cases de la largeur de la page pour la première, et 4 de la largeur de la page pour la seconde. Ces 2 pages se répondent quant à leur sujet principal (une femme se déplaçant avec le bruit que font 2 grelots), Katsuichi tenant sa garde avant de porter un coup. Ce découpage offre une vue panoramique évoquant les western spaghetti (sans le côté sale et usé). Par la suite, le lecteur tombe sous le charme de Katsuichi et Kinuko. Il lui faut un peu de temps pour se rendre compte qu'il ne sympathise pas simplement du fait de leur position, mais que sous l'apparence simpliste des dessins les émotions se lisent avec facilité et justesse sur leurs visages.
-
- Kill the Geishu Lord (épisode 72) - Usagi et Jotaro cheminent pour se rendre à Kitanoji où ils ont rendez-vous à Katsuichi. Ils doivent franchir un éboulement sur la route de montagne. Ils arrivent dans un village où les habitants leur demandent de poursuivre leur chemin et de ne pas s'arrêter. Peu de temps après la suite du seigneur Noriyuki du clan Geishu arrive dans le village, la garde étant commandée par Tomoe Ame.
Le coeur du lecteur (jeune comme moins jeune) se serre un peu en comprenant que la route en commun de Jotato et Usagi touche bientôt à sa fin. Il s'amuse de voir que Stan Sakai continue de faire se rencontrer son duo et les principaux personnages récurrents de la série. Il le fait même observer quand Usagi ironise sur le fait qu'il connaît tout le monde. Au-delà de l'intrigue, le lecteur repère à nouveau que cette histoire comprend un autre point de vue sur les servitudes liées à la condition de samouraï, ce qui contraint Usagi à poursuivre sa réflexion sur le futur de sa relation avec son fils.
Comme précédemment, le lecteur apprécie la simplicité avec laquelle l'auteur transmet l'impression au lecteur des grands espaces des montagnes, du caractère fragile du village niché sur cette route de voyage. Comme à son habitude, Stan Sakai met en scène un combat avec un trentaine de personnages en restant parfaitement lisible, en donnant la sensation au lecteur de savoir où chacun se trouve, quel déplacement il entreprend en fonction du terrain et de la tournure que prend la bataille. L'artiste n'a pas abandonné son habitude d'édulcorer la violence en ne montrant pas les plaies ou les blessures. Mais il montre bien que les morts restent à l'état de cadavre et ne se relèvent pas.
-
- The pride of the samurai (épisode 73) - Usagi et Jotaro passent dans un autre village où ils voient un jeune enfant voler un poisson. Jotaro le poursuit ce qui le mène à une hutte précaire construite sous un pont où se trouve un samouraï dépenaillé. Il s'appelle Watanabe Ken et il y vit avec son fils Ichirozuke.
Le parallèle entre Jotaro et Usagi avec Ichirosuke et Ken est évident. Stan Sakai présente une autre facette du métier de samouraï inféodé à un seigneur. Il évoque le chômage des samouraïs en temps de paix, leur inutilité, la caducité de leur code de l'honneur. En fonction de ses convictions, le lecteur réagit dans un sens ou dans un autre à l'obstination de ce samouraï qui entraîne son fils dans sa déchéance, mais il ne pourra pas y rester insensible.
Le talent de portraitiste de Stan Sakai s'exprime en plein dans cette histoire. Toujours avec cette apparence pour tout public, il rend compte avec conviction de l'état dépenaillé de Watanabe Ken, de sa pauvreté, de son entêtement, de son éloignement du mode de vie partagé par le plus grand nombre. Il est encore plus impressionnant dans sa manière de représenter les enfants. Il les montre en train de courir alors que les adultes sont en train de marcher. Il les montre en pleine discussion, devenant copains très rapidement. Il met en avant leurs émotions entières, tout ça par l'entremise des dessins tout simples.
-
- Hokasi (épisodes 74 & 75) - Dans le village suivant, Usagi et Jotaro retrouvent Katsuichi sensei et Shunji. Ils assistent à la démonstration donnée par une troupe de saltimbanques composée de Hoku (maître du lancer de couteau), Saiku (sa fille gymnaste très souple), Yama (l'homme fort) et Kaze (expert à l'épée). Un accident opportun semble indiquer qu'ils nourrissent une rancoeur vis-à-vis d'Usagi et qu'ils sont plus qu'une simple troupe ambulante.
Le temps est venu pour Stan Sakai de conclure son cycle. La nature feuilletonnante de la série et les constats effectués dans les épisodes précédents ne laissent pas beaucoup de place au doute quant à l'issue de la relation entre Jotaro et Miyamoto Usagi. Malgré tout la scène finale en demeure poignante car le lecteur est devenu familier de leurs espoirs, de leur état d'esprit, de leur affection l'un pour l'autre.
Ces 2 épisodes sont à nouveau l'occasion pour Stan Sakai de faire preuve de ses qualités de narrateur. Outre son savoir-faire apparent à chaque page, il réalise une séquence muette qui semble naturelle et facile à la lecture, mais qui doit tout à un savant découpage : la troupe de saltimbanques s'introduisant par effraction dans la demeure d'un seigneur. La séquence finale est d'autant plus touchante que l'artiste fait apparaître les émotions à fleur de peau, sur les visages.
-
Comme à son habitude, ce tome contient son lot d'aventures, de personnages touchants, de pérégrinations dans un Japon médiéval. Chaque péripétie vient enrichir le thème principal de la relation entre le père et le fils, et du sens du devoir, discrètement, avec tact, en faisant apparaître des émotions complexes. 5 étoiles pour l'un des meilleurs tomes de la série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Riduidel
  14 mars 2020
Dans ce tome, Usagi termine son voyage avec jotaro. Et évidement, la question de la paternité de l'un vis-à-vis de l'autre sous-tend tous leurs échanges verbaux ainsi que leurs passes d'armes face aux maraudeurs, brigands de autres chemins et autres assassins qui traînent.
9782888903208"
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   03 octobre 2018
La vengeance peut coûter cher.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Stan Sakai (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stan Sakai
Découvrez une fable de science-fiction étrange et fascinante avec "Kanon au bout du monde", manga culte de Kyo Yoneshiro !
Depuis qu?une nuée d?extraterrestres s?est abattue sur le pays, une sempiternelle pluie tombe sur Tokyo. le peuple vit désormais séparé en deux : ceux qui vivent à la surface, et des privilégiés vivant sous terre. Kanon, jeune femme qui travaille dans un petit café, fait partie de ceux de la surface. Sous ses airs fragiles, elle cache en réalité un caractère pour le moins unique : malgré la situation du monde, son unique préoccupation est Sôsuke Sakai, l?homme qu?elle aime en vain depuis le lycée. Des retrouvailles inattendues lui permettront-elles d?enfin conquérir le coeur de son idole ? Rien n?est moins sûr... Car Sôsuke, véritable héros national engagé dans la lutte contre l?invasion des « gelées », est de surcroît un homme marié... Kanon aura-t-elle le courage de courir après cet amour interdit ?
Plus d'infos : http://akata.fr/actus/annonce-kanon-au-bout-du-monde
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
+ Lire la suite
autres livres classés : samouraïsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Noms de famille et la nature

Noms; trois ont pour origine le bois, mais un quatrième est l'intrus, lequel?

Dubreuil
Bosh
Combescure♧
Wood

10 questions
92 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms de personnes , nature , montagnes , métier d'autrefois , animauxCréer un quiz sur ce livre