AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021372397
768 pages
Éditeur : Seuil (03/05/2018)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Ex-terreur des tribunaux, Ana Tramel n'exerce plus son métier d'avocate et végète dans sa vie professionnelle et sentimentale. Accro aux tranquillisants, elle a aussi tendance à forcer sur la bouteille et à ramener chez elle de jeunes inconnus rencontrés dans les bars. Le jour où son frère Ale l'appelle au secours, accusé d'avoir assassiné le directeur du plus grand casino d'Espagne, elle reprend du service et décide de se refaire une santé. Flanquée d'un vieil enqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  10 août 2018
Une avocate dépendante à tout ce qui est addicitf mais mauvais pour la santé, dont le frère se suicide en garde à vue suite à une dette après du principal Casino de Madrid qui l'a poussé à jouer malgré ses dettes.
Sa soeur va des lors mettre toute son énergie pour se venger contre ceux qui ont poussé son frère au suicide mais dans un pays capitaliste qui se nourrit des jeux c'est un chemin de croix .
et c'est parti pour une longue, parfois un peu trop longue virée dans les fonds obscurs de l'âme humaine et de la trahison.
À travers une écriture percutante et coups de théâtre étonnants le But du jeu est une sorte de machine aux rouages implacables, qui nous plonge dans l'aberration judiciaire et toutes les addictions.
Pour cet été assurément un bon polar madrilène!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
Commenter  J’apprécie          290
Mome35
  19 septembre 2018
Le but du jeu est un pavé de 764 pages. Mais si parfois le scenario paraît tomber dans la redondance, si en tant que lecteur vous avez envie de lâcher l'intrigue, il est surtout d'un grande densité litttéraire, d'une grande intensité imaginative. Dès lors, il suffit de refermer le livre et de le reprendre quelques instants plus tard pour apprécier son contenu. Car, il s'agit là probablement, d'un des meilleurs thrillers juridiques que j'ai pu avoir l'occasion (et la chance) de lire, bien au-delà des américains, de John Grisham, Scott Turow voire Richard North Patterson
Le sujet paraît simple, la ludopathie dont abusent amplement les grands groupes de casinos. L'action se déroule à Madrid et Gran Castilla, la société incriminée qui possède le casino de Robredo et bien d'autres sur la péninsule ibérique et même à l'étranger, harcèle les accros du jeu, au mépris des réglements, leur prêtant argent sur argent, les menaçant, leur imposant de s'inscrire et de jouer, les laissant s'enfoncer et s'enliser dans leur addiction.
Il s'avère qu'un de ces ludopathes Alessandro Tramel désespéré tue l'in des directeurs avant de se suicider. Sa soeur Ana Tramel ancienne star du barreau, une cougar de 43 ans addict aux anti-dépresseurs et à l'alcool, reconverti dans les assurances va reprendre du service pour tenter de réhabiliter un frère qu'elle avait plus ou moins renié.
Dans ce roman où Ana Tramel narre à la première personne, Roberto Santiago réalise une performance époustouflante, tant les bouleversements sont permanents, l'intrigue bien construite. Ce livre est une lutte contre l'abus de pouvoir de certains trusts financiers dont font partie ces casinos, l'absence de scrupules de leurs dirigeants, une plongée dans l'univers des addictions, qu'il s'agisse du jeu, mais aussi des médicaments ou de l'alcool, l'omnipotence des gros cabinets d'avocats contre lesquels se bat la seule Ana, ainsi puisque d'autres événements parallèles se greffent au sujet principal, les violences faites aux femmes dont la meilleure amie d'Ana, Concha.
Ce thriller juridique mérite vraiment que l'on s'y attarde et que l'on s'y… tienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cyba
  11 août 2020
Ana, le titre original, fait reference au personnage principal. Ana, l'avocate ex-terreur des tribunaux, accro aux tranquillisants e à la bouteille, reprend du service pour aider son frère accusé d'assassinat. Ce roman-reportage nous amène dans les coulisses de l'industrie du jeu, très loin du charm que représentent les casinos... Il nous fait aussi découvrir le fonctionnement de la Justice espagnole - le tout au service d'une très bonne intrigue.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   03 juin 2018
Pour je ne sais quelle raison, toute ma vie j’ai désiré servir la justice. C’est gravé en moi depuis toute petite. Changer le monde, le rendre plus vivable. Défendre les déshérités, livrer des batailles impossibles, me tenir devant le juge et les jurés et faire une brillante plaidoirie qui les touche et leur révèle la vérité.
Ça n’a rien à voir avec l’argent, ni avec l’ambition. Et encore moins avec la tradition familiale ; de fait, je suis la première avocate d’une longue lignée de restaurateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 juin 2018
Je ne suis ni voyante ni télépathe, et je ne crois pas à la communion des êtres qui se comprennent sans se parler, mais lire dans ses pensées n’était pas compliqué : le frère et la sœur Tramel, ensemble, fourrés dans un sale pétrin, comme au bon vieux temps. Mon frère avait besoin de moi et je volais à son secours. Très touchant. Nous étions à deux doigts de rejouer une de ces scènes pathétiques d’émission de télé où des parents se retrouvent après des années de séparation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   03 juin 2018
Mon père ne montrait jamais ses sentiments en public. Pas même devant mon frère et moi. Et il évitait d’employer des adjectifs qualificatifs. Il les comparait à des faux billets.
– Ne te fie jamais aux adjectifs, Anita, disait-il souvent.
Toute cette histoire de sentiments et d’adjectifs s’est gravée dans mon ADN au cours de mon enfance. J’en ai hérité. J’ai également hérité d’une vieille Seat Toledo verte. C’est tout ce que m’a laissé mon vieux père après sa mort. En plus des changements d’humeur congénitaux et autres tares. La voiture, je l’ai vendue à la première occasion. Quant aux sentiments, adjectifs et tares, eh bien, disons que j’ai aussi essayé de m’en débarrasser, sans succès.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   03 juin 2018
Pour vérifier l’efficacité du produit, j’en ai repris une rasade. Il est possible que certains pensent : gin et rhum de bon matin, à jeun qui plus est, ça ne semble pas la combinaison idéale pour combattre l’anxiété. Pour ma défense, je peux seulement répondre que mon corps, mon anxiété et moi-même avons cessé depuis bien longtemps de nous préoccuper de ce que pensent les autres.
Cela dit, il n’était pas question d’arriver à la caserne en empestant l’alcool. J’ai pris l’autre bouteille dans l’étui, retiré le bouchon et bu une longue goulée du liquide verdâtre qu’elle contenait : Listerine extraforte. Ma meilleure amie en cas de réunion délicate.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BazartBazart   10 août 2018
" Je deteste les adieux. Je ne parle pas de ces adieux interminables et plein d'émotions sur les quais de gare,dans les aéroports ou devant la porte de la maison. Je parle de n'importe quel adieu. A bientôt. Salut. Ciao. A plus.Bises. Bisous, je t'embrasse fort.Mille baisers.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Roberto Santiago (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roberto Santiago
Roberto Santiago presenta su thriller "Ana"
autres livres classés : espagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1914 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre