AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246858003
Éditeur : Grasset (07/03/2018)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Youri Beliaev : élu député du Soviet de Leningrad en 1990 sur une liste nationaliste. Marié, deux fils, dont un mort brutalement. Surnoms : Papa Muller, le Chat, le Petit bonhomme en pain d’épice... Admirateur de Benito Mussolini et, « avec des réserves », d’Adolf Hitler. Supporter du Zénith Saint-Pétersbourg, il aime les films soviétiques, les animaux et la lutte gréco-romaine.

Le CV de Youri Beliaev n’avait rien d’attirant. Il intrigue pourtant ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
christinebeausson
  08 mars 2018
Masse critique non fiction .... on coche et on attend.
Ce sera "Les guerres perdues de Youri Beliaev", un livre qui nous fait découvrir une Russie qui ne s'est jamais remise de la chute du Bloc soviétique. Exaltant et totalement original disent ils.
L'auteur Pierre Sautreuil, a été récompensé par le prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, catégorie jeune reporter.
Le souvenir d'une visite à ce salon, avec des rencontres d'hommes et de femmes qui ont été témoins d'événements exceptionnels qu'ils ont choisi de vivre au plus près, pour nous les raconter car comme le rappelle Voltaire : " si vous n'avez autre chose à nous dire, sinon qu'un barbare a succédé à un autre barbare sur les bords de l'Oxus ou de l'Uaxarte, en quoi êtes vous utile au public ?"
Ces gens là, ont choisi de remplir cette mission et notre devoir à nous, simples lecteurs, est de les lire et de colporter comme nous le pouvons ce qu'ils ont choisi de nous révéler.
Le voyage commence ....
L'hôtel "Rendez vous",
"Construit en 2008, c'est un des meilleurs de Lougansk. Notre personnel vous aidera à organiser votre visite dans notre charmante ville. Un sauna, un billard et un bar sont à votre disposition. Satisfaction garantie ! (Ukrhotels.net)"
Ça c'est ce qui est écrit quelque part...
Dans la réalité,
"Le bar et le sauna sont fermés, on se gèle un peu depuis que la centrale électrique a été foutu en l'air, l'eau chaude c'est pareil, la chasse d'eau ne marche plus, un seau remplace les WC, en cas de coupure d'eau, on peut acheter des jerricanes à l'épicerie d'en face, le canapé ne se déplie plus, on a le wifi mais l'électricité est rationnée, notre tour est de 18 à 23 h...."
Même le Mac do est fermé pour une durée indéterminée.
Voilà pour le décor.
Maintenant les personnages de rencontre,
Préférer les bandits, percevoir leurs fascinantes transgressions, se dire que "vivre du crime", ça peut vouloir "dire avoir le courage de tout remettre en jeu à chaque matin" !
Se rendre compte qu'il ne faut pas pousser trop loin cette réflexion car ce n'est qu'une pensée à mèche courte !
Les extrémistes qui préfèrent rester "de gros poissons dans des petites mares."
Au delà de l'histoire d'un homme pas vraiment meilleur qu'un autre mais pas vraiment pire que les autres, nous nous approchons au plus près sans pour autant risquer notre vie dans une zone de non droit, de n'importe quoi.
Ce récit peut nous amener à comprendre la réalité de ce qui reste de la Russie et de l'ex empire soviétique.
Poutine n'est pas un sauveur mais c'est un homme qui au travers de lui même, a su redonner à ce qui reste de son pays, une haute idée de ce qu'il est et de ce qu'il a été.
Une conclusion comme une autre sur Youri Beliaev "ce n'était pas vraiment un sale type. Il me semble qu'il a lu les mauvais livres, vu les mauvais film, traîné avec les mauvaises personnes, mais je suis sûr que dans un envîronnement différent, il ne serait pas devenu cette chose repoussante qu'il est aujourd'hui."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
vertescollines
  12 mars 2018
Les Guerres perdues de Youri Beliaev
Ce livre m'a été désigné par la Tour Babelio pour une critique. J'avoue que je n'aurais pas d'instinct pris ce livre, cet essai, cette histoire. Mais avec Babelio, il faut souvent se laisser porter par son instinct et son envie de découverte. J'avoue n'avoir été déçue qu'une seule fois parmi tous les livres reçus. D'ailleurs, ces livres vivent leur vie auprès d'autres personnes avec qui je partage.
L'histoire me plaisait. le lieu où l'histoire se situait me plaisait. C'est pourquoi j'ai demandé à critiquer cet ouvrage.
L'auteur prévient d'abord ce n'est en aucun cas une histoire sur la guerre en Ukraine et dans le Donbass, bien qu'une partie de l'intrigue se passe dans ses lieux de guerre. C'st une rencontre qui provoque l'envie d'écrire, la rencontre de Youri Beliaev. du Donbass, de Lougansk à Saint Pétersbourg, ce journaliste suit Youri au gré de ses combats et de ses cachettes pour éviter la police.
Tout le long des pages, rencontres après rencontres, avec Youri, Pierre, ce journaliste, se prend d'affection pour cet homme de 55 ans au parcours un peu particulier. Cet homme qui s'est enterré dans le Donbass en plein territoire cosaque.
Est-ce un héros ? Est-ce un raté comme le prétendent certains ? Est-ce un nostalgique de l'époque tsariste ? Est-ce un nationaliste ? Un fou ? Un enragé ?
Non c'est simplement un homme qui a navigué à travers les frasques de la Russie se libérant de l'URSS. Un homme élevé dans la haine des communistes par sa grand-mère, victime des purges staliennes. Un homme sui a fait son service militaire en Europe, travaillait dans la police. A fa chute du mur de Berlin, il a cru en son destin politique. Il a siégé comme député. Puis il est parti en Bosnie, a participé à la chute de Srebrenica. Il a fait parti des « patrouilles blanches », des mouvements skinhead en Russie, donnant des « instructions pour la terreur de rue ». Il ne se définit par comme un mercenaire mais comme un combattant nationaliste qui doit défendre les intérêts de la Russie. Les quelques massacres, les quelques meurtres qu'il a perpétré ce n'est qu'une ligne dans son CV, rien de plus. Ce n'est pas cela son objectif. Tuer, massacrer n'est pas son objectif. Il échappe à un assassinat, se marie deux fois, a des maîtresses.
Finalement, cet homme c'est un papy du fascisme russe, qui espère encore bâtir cette Nouvelle Russie qui leur a glissé des mains 20 ans plus tôt lors de la prise de pouvoir de Boris Eltsine.
Pierre se pose surtout des questions sur ce qui motive Youri à agir ainsi. Un ami lui en donne la clé : n'oublie pas que l'on est en Russie. Avait-on le choix ?
Peut-on alors avoir de l'indulgence pour ce genre d'individus, qui doit exister par milliers dans ce Pays ?
Pour moi, des Youri en Russie il y en a plein. Ce n'est que l'histoire d'un personnage parmi d'autres, prétexte à se questionner sur la chute de l'URSS et de ses conséquences encore actuelles. Chute qui a réveillé les vieux démons révolutionnaires, les vieilles querelles nationalistes. Finalement, une dictature parfois cela a du bon…Je plaisante bien sûr. Mais il faudra sans doute des années pour que la Russie construise une véritable démocratie. Des hommes comme Youri même s'ils sont « pourris » y ont contribué.
En tous les cas, très belle écriture. Une justesse dans les mots et les termes employés. Parfois, j'avais l'impression d'être à côté de Pierre dans la voiture qui le menait vers le front. Une belle rencontre avec Pierre Sautreuil, que je suivrais certainement. Merci encore à babelio pour cette découverte. A lire pour les amateurs de Russie et de témoignages de guerre. A lire aussi pour connaître et savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
decius60
  18 septembre 2018
Je ne savais pas trop quoi attendre de "Les guerres perdues de Youri Beliaev". Les écrits partisans sur la Russie contemporaine pullulent, et il était à craindre que Pierre Sautreuil ne tombe dans ce travers, ne nous donnant à lire qu'un récit sans saveur, où la propagande se mêle au nombrilisme.
Loin s'en faut!
Sitôt le livre entamé, impossible de le lâcher. Outre un décors unique -un Donbass en flammes- Pierre Sautreuil réussit un tour de force dans sa description de Youri Beliaev, salaud complexe, reflet d'une époque troublée et méconnue en France: les années 90 russes. Mais c'est surtout dans la narration de sa relation avec ce personnage si particulier, et déjà si commun dans une zone de non-droit comme le Donbass, que l'auteur se démarque.
Car si Pierre Sautreuil reste conscient des actes criminels de Youri Beliaev, qu'il lui confit au compte-goûte comme la confiance s'installe entre les deux hommes, l'auteur n'en reste pas moins troublé par ce personnage. Comment en effet expliquer que Youri, petit policier soviétique sans envergure, soit devenu à la faveur des années 90 un riche député? Et dès lors, pourquoi est-il parti, bille en tête, combattre dans tous les conflits qu'a connue l'Europe de l'Est depuis la chute du Mur?
C'est ce questionnement qui obsède l'auteur, et auquel il répond par un excellent travail journalistique qui fait suite à celui accompli pour l'Obs dans le Donbass, et justement récompensé par le Prix Bayeux-Calvados des jeunes reporters en 2015. Pierre Sautreuil ne se contente pas de nous retranscrire ses entretiens avec Youri: il court la Russie, cherche et confronte aux faits le discours de Youri pour comprendre et nous faire comprendre la complexité de l'homme, de son histoire et de ses motivations. de fait, "Les guerres perdues de Youri Beliaev" n'est pas seulement un ouvrage à la plume jeune mais raffinée: c'est une analyse par le bas, par l'homme, de situations qui sont le pré-carré des livres d'Histoire.
C'est grâce à cette dimension analytique que "Les guerres perdues de Youri Beliaev" fera date. Car plus qu'un livre sur Youri Beliaev, cette oeuvre nous laisse approcher les "Youris"; ces hommes sans fois ni lois, qui, à la faveur d'un effondrement structurel des sociétés, arrachent leur part du gâteau sans soucis des conséquences.
Enfin, et parce qu'il est important de le noter, Pierre Sautreuil évite avec brio l'écueil nombriliste évoqué plus haut. En retrait de l'histoire, laissant la place à cette relation qu'il ne contrôle pas, qui l'emporte malgré lui, Pierre Sautreuil nous raconte avec humilité et une économie de mots bienvenue le quotidien d'un journaliste en zone de guerre.
À lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Cycycy
  18 septembre 2018
Un sujet d'actualité, la guerre dans le Donbasse ukrainien, un jeune journaliste ... Allait-on tomber dans le sensationnalisme ou lire un énième discours orienté et aveugle ?
Et bien non ! Dès les premières pages nous sommes emporté par le récit. L'écriture est limpide, on pense à une fiction alors que nous plongeons dans la réalité de cette guerre. Une réalité que Pierre Sautreuil nous fait découvrir à la première personne, en suivant ses péripéties, ses reflexions et analyses de ce qu'il voit et de ce qu'il entend. On découvre aussi un travail journalistique exceptionnel à travers la description de ce fameux Youri Beliaev. le tout remis dans le contexte de la chute de l'URSS et de la politique russe d'aujourd'hui. le résultat ? une guerre racontée à travers un prisme unique.
Ce chef d'oeuvre a pour but de confronter les faits, quoi de mieux que de les découvrir à travers un travail de fond ou le recul pris et la volonté de l'auteur de comprendre ce qui se passe nous permet à la fois de voyager, s'immerger et surtout, obtenir des éléments de réponse.
On ne décroche jamais. Palpitant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
__Troubles__
  04 avril 2018
Ce récit m'a attiré dans un premier temps pour son sujet et j'avais envie de sortir des sentiers battus.
Ce n'est pas franchement mon genre de prédilection et même s'il est plein d'informations intéressantes j'ai eu du mal à le terminer, je n'ai pas arrêté de poser le livre et d'en prendre un autre, ce qui chez moi n'est pas très bon signe.
Les qualités littéraires sont indéniables et le style vraiment bon mais je pense simplement que ce n'était pas le bon moment pour moi pour apprécier cet ouvrage.
Je l'ai terminé dans la douleur mais je ne doute pas qu'il puisse passionner plus d'un lecteur.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
LaCroix   09 avril 2018
Dans le Donbass en guerre, un jeune reporter tente de comprendre les motivations d’un mercenaire russe « sur le retour ».
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   03 mars 2018
C'est toujours la veille d'un cessez le feu qu'une guerre fait le plus de victimes. Les belligérants veulent consolider leurs positions avant que les lignes ne se figent, ou simplement se défouler une dernière fois.
Commenter  J’apprécie          30
vertescollinesvertescollines   12 mars 2018
« Je vois seulement mal en quoi Beliaev se distingue au point qu’on lui consacre des livres…Il n’a rien d’unique, il n’est qu’un exemple parmi d’autres de ces petits Führer qui se sont tiré la bourre ces vingt dernières années. Les types comme lui sont des extrémistes mais pas des fanatiques. Ils savent qu’ils n’ont aucune chance d’accéder à des responsabilités dans un parti institutionnel. Ils n’en ont ni les moyens financiers ni les compétences intellectuelles. Ils préfèrent rester de gros poissons dans de petites mares. A la tête de son parti de la Liberté, Beliaev pouvait réaliser son rêve et jouer au Führer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
christinebeaussonchristinebeausson   04 mars 2018
Toutes les sous cultures de Russie meurent selon le même schéma : elles s'inspirent des sous cultures occidentales, apparaissent dans la capitale, se répandent en province, puis atteignent un plafond. À partir de ce moment là, ceux qui ont rejoint les skinheads pour être à la mode ont déserté pour des mouvements plus tendance, comme l'altermondialisme.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Pierre Sautreuil (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Sautreuil
Illegal sale from the Russian humanitarian convoys in Luhansk People’s Republic. UCMC-20-08-15
autres livres classés : ukraineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1540 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre