AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253241591
Éditeur : Le Livre de Poche (17/06/2020)

Note moyenne : 4.24/5 (sur 334 notes)
Résumé :
Un cadavre atrocement mutilé suspendu à la façade d'un bâtiment. Une ancienne ville soviétique envoûtante et terrifiante. Deux enquêteurs, aux motivations divergentes, face à un tueur fou qui signe ses crimes d'une hirondelle empaillée.
Et l'ombre d'un double meurtre perpétré en 1986, la nuit où la centrale de Tchernobyl a explosé...

Morgan Audic signe un thriller époustouflant dans une Ukraine disloquée où se mêlent conflits armés, effondremen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (144) Voir plus Ajouter une critique
Jolap
  13 mai 2019
Merci aux Editions Albin Michel et à Babelio qui, par le biais d'une opération Masse critique privilégiée m'ont offert ce livre.
Si l'on en croit l'auteur, Morgan Audic, Il y a dans cette histoire « de bonnes raisons de mourir ». Cet auteur talentueux va tenter de nous expliquer pourquoi un cadavre atrocement mutilé est suspendu à la façade d'un bâtiment, alors que, quelques années plutôt un meurtre à peu près similaire a eu lieu la nuit même où la centrale de Tchernobyl a explosé. Deux enquêteurs l'un Rybalko l'autre Melnyck vont travailler sur cette étrange affaire. le tueur signe toujours ses crimes d'une hirondelle empaillée. Deux enquêtes habilement menées par deux policiers, l'un agissant à titre privé, l'autre dans son cadre professionnel, vont tenter de démêler ces bonnes raisons de mourir.
La victime, Léonid Sokolov, est citoyen russe, fils du petro-oligarque Vektor Sokolov, ancien ministre de l'énergie en 1986. L'épouse de ce ministre et l'une de ses amies avaient été assassinées d'une manière à peu près similaire à Tchernobyl trente ans plutôt le 26 avril 1986. Il y a tout lieu de penser qu'un lien existe-t-il entre ces assassinats.
L'enquête est servie par une écriture vive, précise ce qui rend le récit dynamique, vivant, terrifiant, désespérant. L'auteur nous présente minutieusement ses personnages, leurs profils, leurs faiblesses, leurs attentes, leur désespoir dans un pays dévasté par la guerre. On croise au fil des pages le corps des vieillards et des enfants gisant sur des brancards ensanglantés, des morts nus, des morts en treillis, des morts en survêtement allongés « sur des brancards lépreux » Comme si les meurtres dont il est question ne suffisaient pas !

L'auteur illustre avec force détails la guerre en Ukraine, des corps des vieillards et des enfants gisants, « Des obus qui tombent sur les immeubles » , des morts partout, la guerre, la vodka, les assassinats, la morgue qui empeste la poudre et le sang.
Il est question des magouilles, des petits arrangements, du trafic de drogue et bien entendu de l'impact radiologique et sanitaire provoqués par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl où « L'enfer vénéneux » semble hélas s'afficher pour des milliers d'années.
En tournant les pages j'ai pu me faire une idée précise de la fin du monde. La plume de cet auteur a une puissance descriptive incroyable sur la région de la catastrophe, mais pas seulement.
Un roman policier posé comme une couronne d'épines sur des pages sanglantes de l'histoire de l'Ukraine, sur l'âme russe, ses coutumes, ses attentes et son désespoir.
Un récit dur, instructif que je situerai entre enfer et damnation, exceptionnellement documenté.
L'auteur signe un récit tranchant où la psychologie, l'écologie, la politique et l'économie étayent chaque chapitre comme pour le fixer à jamais.
C'est un roman policier oui bien sûr, mais c'est aussi beaucoup plus que ça…..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          807
Jeanfrancoislemoine
  29 juillet 2020
Placer une telle intrigue dans le décor tristement célèbre de Tchernobyl , c'est annoncer un vrai voyage en enfer . C'est que Tchernobyl , ce fut , en 1986 , un événement d'une portée internationale glaçante , un événement historique qui allait , bien avant la Covid , révéler la fragilité de notre monde , nous faire saisir " à pleines mains " les inconséquences " de l'homme dit " moderne " , les mensonges des médias et des hommes et femmes politiques .....Souvenons - nous que "le nuage" s'était arrêté à notre frontière, repoussé par les "petits bras musclés " de gens dont "l'heure de gloire " était venue , l'heure d'occuper l'espace médiatique.....Déjà . Tchernobyl , un nom effrayant pour tout être humain " normalement " constitué...Ajoutez - y une pincée de relations belliqueuses entre ukrainiens et russes , la guerre du Donbass et là , vraiment , nous voici plongés dans un univers qui ne figurera jamais dans les catalogues des voyagistes ... Quoique...Alors , quand , dans ce décor irréel, on va trouver un cadavre sacrément mutilé, pendant lamentablement d'une fenêtre ,le long d'un mur lépreux, plus moyen de reculer et ....Bienvenue à tous dans le " monde de l'horreur " , dans l'univers glauque et impitoyable des compromissions , des contrats , des pervers , des traîtres, du pouvoir encore vivace des militaires ou des politiques de l'ex -URSS . Une enquête menée en parallèle par un policier et un privé, que les recherches mèneront au bon endroit , au bon moment , non sans mal , non sans verser le sang , non sans scènes violentes et terriblement atroces . Âmes sensibles , s'abstenir....ça va tanguer....
Ce roman , outre son " décor " , son intrigue , ses personnages attachants ou odieux , possède vraiment " du corps " et nous apprend énormément de choses sur la vie actuelle aux " abords de Tchernobyl " .Le travail de recherches de l'auteur est impressionnant . Bien que composé de près de 600 pages , le texte se lit facilement car très bien écrit, alternant récit et dialogues , périodes de réflexion ou d'action et se terminant en " feu d'artifice ", et par un bouquet final pas forcément prisé par tous les protagonistes .....C'est le second roman de Morgan Audic que je lis , avec grand plaisir , du reste . Je crois ne pas être le seul au vu de la note moyenne obtenue après un nombre de commentaires impressionnant . Une valeur sûre qui prend sa place parmi nos bons auteurs français de polars , un auteur qui a désormais toute ma confiance .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          701
kielosa
  25 avril 2019
Je remercie Babelio et l'éditeur Albin Michel pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une opération masse critique privilégiée.
Ceux, (car le terme "celles" n'est sûrement pas applicable ici) qui cherchent des émotions un peu fortes, une adresse : le McDonald's de la Place Maïdan (ou de l'indépendance) à Kiev en Ukraine, où un bus vous emmène visiter la charmante ville de Pripyat, créée en 1974 pour y loger les 50.000 travailleurs et leur famille actifs à la centrale nucléaire de Tchernobyl, qui a explosé ce fatidique 26-04-1986 et est depuis lors une zone évacuée et irradiée. Sans vouloir faire de la pub, je peux vous assurer que "Chernobylwel-come" par exemple organise des visites à ces endroits délicieux lors d'une excursion d'à peu près 10 heures pour le prix modeste de € 119,00, dosimètres compris, et soyez sans crainte, les repas sont préparés ailleurs !
Tout de même un endroit bizarre pour l'auteur, Morgan Audic, jeune enseignant à Rennes, de situer son thriller. C'est en effet entre 2 étages de l'ancien bâtiment du parti communiste de Pripyat que le capitaine de police Joseph Melnyk est sommé d'aller voir un corps pendant, les bras en croix fixés par des câbles métalliques, paupières et lèvres cousues. le cadavre appartient au citoyen russe Léonid Vektorovitch Sokolov d'après son passeport et une belle somme de roubles et hryvnias (monnaie ukrainienne) laissés étrangement intactes dans ses poches.
Double grande surprise : Léonid est le fils du petro-oligarque Vektor Sokolov, qui s'est scandaleusement enrichi comme ministre de l'énergie d'Eltsine-l'éponge et dont l'épouse Olga, la mère de Léonid, a été assassinée à Tchernobyl.... un certain 26-04-1986 !
Lorsque au bout d'un mois l'enquête de la police ukrainienne n'a rien donné, Vektor offre à l'inspecteur de police moscovite Alexandre Rybalko, originaire de Pripyat, une somme de 50 millions de roubles (presque 700.000 €) s'il trouve et tue le meurtrier de son fils.
Retourner à l'endroit où ses parents sont morts de radiation lorsqu'il avait 8 ans n'a rien d'engageant, mais la récompense est incitante. Puis, il lui faut des sous pour sa fille, Marina qu'il adore et qui a un handicap auditif qui exige une opération onéreuse et comme de toute façon Alex, souffrant d'un cancer qui remonte à la tragique explosion et qui ne lui laisse que 6 mois à vivre, au maximum, accepte la mission.
Il semble évident que les 2 meurtres sont liés, mais comment ? Et il est fort probable que l'auteur de ces 2 meurtres abominables soit le même bonhomme, malgré la longue intervalle de temps.
Vous aurez droit à 2 enquêtes policières pour le même prix : celle d'Alex Rybalko à Donetsk, la capitale du Donbass, depuis quelques années sous contrôle de Poutine, et où le corps de Léonid a été transféré et l'enquête ukrainienne sous la conduite du capitaine Melnyk et sa jeune et belle coéquipière Galina Novak.
Joseph Melnyk essaie d'en savoir un peu plus sur le meurtre d'Olga Sokolov, mais le dossier a été confisqué par le KGB et se trouve sûrement bien caché quelque part dans des archives ultra-secrètes à Moscou.

Alex Rybalko trouve le corps du jeune Léonid sur lequel aucune autopsie n'a été effectuée, celui-ci étant considéré trop irradié. "Quand on l'a sorti de son cercueil, les dosimètres se sont mis à jouer du Tchaïkovski" lui a expliqué l'officier légiste.
Le corps est dans un état tel que Rybalko, qui en a vu pourtant d'autres de pas très frais en Tchétchénie notamment, est complètement dégoûté et pense que "tuer quelqu'un était une chose, mais démolir un homme était profondément inhumain". (page 124). le cadavre porte d'innombrables traces de coupures, de brûlures et de contusions. le tueur a castré la victime, remplacé ses yeux par des prothèses, derrière lesquelles l'inspecteur trouve des kopecks anciens, et dans les entrailles du misérable : un faucon, "sokol" en Russe ! Les pièces de monnaie sont de 1957 et 1986, l'année de la naissance et de la mort d'Olga Sokolov !
Je dois dire que notre auteur breton s'est merveilleusement bien documenté sur ce pays d'Europe de l'est et la région à catastrophe. Un endroit que je suis aussi de près comme mon épouse y est originaire et sur lequel j'ai donc lu de nombreux ouvrages. Pour le sujet qui figure comme toile de fond au récit, il y a bien sûr le livre de la Nobel Littérature de Biélorussie, Svetlana Alexeievitch "La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse" de 1997, et celui d'Igor Kostine "Tchernobyl : Confessions d'un reporter" de 2007.
J'ai également visité l'Ukraine, mais contrairement à par exemple Markiyan Kamysh, je suis resté loin de Pripyat et alentours. Cet auteur ukrainien a à son actif plus de 100 visites illégales à la zone d'exclusion de Tchernobyl et y a parcouru pendant l'équivalent d'un an près de 10.000 kilomètres. Il en a produit un livre en 2015, que Natalya Ivanishko a traduit en Français et qui sous le simple titre de "La zone" est sorti un an après chez Arthaud. Une vraie curiosité comme bouquin.
Le roman policier de Morgan Audic est très ambitieux. Il a nécessité une sacrée préparation tout en faisant gaffe à ne pas tomber dans les pièges politiques, de propagande et du sensationnel. Avec "De bonnes raisons de mourir" l'auteur signe un exploit original sur différents niveaux (historiques, psychologiques ...), sans pour autant oublier le suspens.
Je suis vraiment curieux de lire son "Trop de morts au pays des merveilles", publié en 2016.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5612
Sylviegeo
  05 février 2020
Une enquête policière sur des meurtres atroces. Oui il y a terriblement de cruauté dans ces meurtres "signés" et où l'on découvre qu'ils sont les manifestations d'une vengeance mûrie durant près de 30 ans. Ça se passe en Ukraine, à la frontière de Tchernobyl et c'est ce qui m'a fasciné. Vivre aux limites de cette zone interdite, maudite où tout a chaviré en 1986 lors de l'explosion de la centrale nucléaire. Et au-delà du récit policier, des enquêteurs et de leurs motivations, des victimes et de leurs histoires, c'est le lieu qui prend toute la place dans cette histoire, qui en est la vedette pour moi. Oui fasciné car difficile de comprendre que certains retournent vivre dans la zone ou en squattent certains édifices. Difficile d'imaginer que d'autres font fortune en démantelant tout ce qui est resté de la vie quotidienne en transformant et revendant ces matériaux hautement irradiés. On s'entend que Pripiat et les villes alentours font sauter le dosimètre lorsque qu'enclenché et simplement penser y revenir vous irradie. Ce qui m'a intéressé aussi de ce titre c'est aussi le quotidien de ces citoyens ukrainiens, plus ou moins pauvres ou malades pour certains et obligés de côtoyer les oligarques ou les mafieux qui contrôlent le marché noir. Car il semble que vivre en Ukraine c'est vivre la guerre civile, c'est encore subir la transition du système d'économie russe vers celui de marché, c'est la vie moderne dans l'ombre des fantômes de l'ère soviétique. Mais lire de bonnes raisons de mourir c'est une bonne découverte et Morgan Audic est certes un auteur à suivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          632
kitou94170
  07 mai 2019
La date du 26 avril 1986 vous rappelle t-elle quelque chose ? Je vous rafraichie la mémoire ? La catastrophe de Tchernobyl !
Accident nucléaire majeur dans la centrale Lénine située à l'époque en République socialiste soviétique d'Ukraine. Inoubliable pour le monde entier mais en particulier pour la population de Pripiat, ville dévastée située dans la zone d'exclusion mise en place autour de la centrale après la catastrophe. Alors en faire le décor pour un thriller glaçant et captivant, il fallait oser ! C'est ce qu'à fait Morgan Audic pour son deuxième roman « de bonnes raisons de mourir ».
L'histoire se déroule trente années plus tard. Lors d'une visite touristique de Pripiat (et oui des gens payent pour aller visiter ce site hautement «radioactif ») un cadavre atrocement mutilé est découvert suspendu à la façade d'un bâtiment. le capitaine Joseph Melnik et sa jeune coéquipière Galina Novak tout droit sortie de l'école de police, sont immédiatement envoyés pour enquêter.
Arrivés sur place, ils découvrent le corps suspendu, les bras en croix fixés par des câbles métalliques, paupières et lèvres cousues. D'après son passeport, le cadavre appartient à Léonid Sokolov, citoyen russe. Mais surtout fils du petro-oligarque Vektor Sokolov, anicien ministre de l'énergie en 1986, dont l'épouse et une amie ont été atrocement assassinées à Tchernobyl… le 26 avril 1986 !
Résoudre cette enquête est une vraie aubaine pour Melnik qui souhaite à tout prix quitter l'enfer du commissariat de Pripiat et ses radiations pour vivre normalement à Kiev avec sa femme. En parallèle, Alexandre Rybalko, policier à Moscou, est engagé par Vektor Sokolov pour enquêter à titre privé et secrètement sur le meurtre de son fils. Mais là, pas de quartier : l'ordre lui est donné non seulement de retrouver le tueur mais surtout de le supprimer !
Retourner dans la ville de son enfance, s'immerger à nouveau dans l'endroit où il a vécu le drame de Tchernobyl, là où sont morts ses parents n'a rien de reluisant pour Rybalko. Mais très grassement payé et rongé par une maladie incurable, celui-ci est prêt à tout pour assurer l'avenir de sa fille.
Il ne peut refuser le deal.
Les deux enquêteurs, aux motivations totalement différentes, vont se retrouver face à une série de meurtres exécutés par un tueur fou qui signe ses crimes d'une hirondelle empaillée. Très vite et l'un et l'autre vont faire le lien avec le double homicide perpétré en avril 1986. Alors dans cette ville fantôme et son décors apocalyptique, une course contre la montre et une bataille enragée contre le tueur sont lancées pour nos deux hommes.
Avant de lire ce roman, je n'avais jamais entendu parler de Morgan Audic. Je n'avais non plus jamais lu de roman concernant la catastrophe de Tchernobyl. Ce fut donc pour moi une double découverte.
Le résultat a été plus que satisfaisant. L'auteur signe ici un thriller absolument époustouflant, excessivement captivant. C'est en tout 500 pages sans aucun temps mort : un style percutant, des personnages attachants, une enquête menée tambour battant durant laquelle nous allons de surprise en surprise, avec une fin explosive ! L'histoire est totalement maîtrisée de bout en bout.
Mais au-delà du thriller, l'exploit de l'auteur est de nous embarquer à fond dans ce pays qu'est l'Ukraine : disloqué, divisé par le conflit armé, dont une partie a été sacrifiée suite aux évènements de Tchernobyl et de leurs conséquences directes sur la population qui pour beaucoup vivent toujours parmi les radiations ! Bref, il m'a été impossible de lâcher ce livre avant d'en connaître la fin. Vous l'aurez compris un énorme coup de coeur pour ma part. Si vous n'avez encore jamais lu cet auteur, retenez son nom car il va falloir compter avec lui parmi les tous meilleurs auteurs de thriller en France.
Je remercie donc chaleureusement Babelio et les éditions Albin Michel pour m'avoir permis grâce à une masse critique privilégiée de découvrir cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          556


critiques presse (5)
Liberation   20 août 2019
Une plongée hallucinante dans la tragédie de Tchernobyl et une analyse très instructive des relations tumultueuses entre Russes et Ukrainiens.
Lire la critique sur le site : Liberation
LePoint   22 juillet 2019
Un polar – ou « ethno-polar », comme dit Audic – particulièrement réussi, qui donne des liens à l'histoire fragmentée, entretient un suspense fou en nous attachant au sort de personnages plus vrais que nature.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeMonde   09 juillet 2019
Le roman de Morgan Audic va bien au-delà du thriller qu’on engloutit d’une traite. Il tente d’apporter des ­réponses à l’implacable question qui hante notre monde depuis trente-trois ans : qu’est-ce que Tchernobyl ?
Lire la critique sur le site : LeMonde
LePoint   31 mai 2019
Un roman policier dans la ville abandonnée de Pripiat. Mais aussi un portrait de l'Ukraine d'aujourd'hui, marqué des balafres d'un siècle de conflits géopolitiques, pays écrasé entre deux puissances, sans qu'aucune issue heureuse pour tous n'ait pu être encore trouvée. On ne trouve à Audic qu'un seul défaut : celui d'être breton. On le croyait ukrainien, ou pas loin...
Lire la critique sur le site : LePoint
LeFigaro   16 mai 2019
Dans une Ukraine fantomatique, deux policiers traquent, en parallèle, un tueur fou. Un thriller remarquable.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
MozzaBasilicMozzaBasilic   04 août 2020
Il saisit délicatement sa main et commença à la diriger. Quelques pas de base, puis très vite, il enchaîna des passes plus complexes. Ninel ondulait avec grâce. Il la guidait, mais elle résistait, se rebellait, se cabrait, s'éloignait, se rapprochait. C'était une lutte autant qu'une danse. Longue, épuisante, hypnotique. Une parade amoureuse.
Commenter  J’apprécie          70
ZexiopZexiop   25 juillet 2020
Avec amertume, il se dit que le monde se souvenait de dictateurs, de joueurs de foot brésiliens et d'artistes peignant des carrés blancs sur fond blanc, mais que personne ne pouvait donner le nom d'un seul de ces hommes qui avaient sauvé l'Europe d'un cataclysme nucléaire sans précédent. Qui connaissait Alexeï Ananenko, Valeri Bespalov et Boris Baranov ? Qui savait qu'ils s'étaient portés volontaires pour plonger dans le bassin inondé sous le réacteur 4, pour activer les pompes et le vider de son eau avant que le coeur en fusion ne l'atteigne ? Qui savait que si le magma d'uranium et de graphite s'était déversé dans le bassin, il se serait produit une explosion de plusieurs mégatonnes qui aurait rendu inhabitable une bonne partie de l'Europe ?
Qui le savait ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ZexiopZexiop   25 juillet 2020
Il n'y avait pas de procédure à inventer pour se protéger de la mort de ses proches.
Commenter  J’apprécie          10
ZexiopZexiop   25 juillet 2020
Peut-être avait-elle finalement compris qu'elle ne pouvait pas le réparer. Les femmes aiment croire qu'elle peuvent changer les hommes. Les rendre meilleurs.
Commenter  J’apprécie          00
EroblinEroblin   30 mai 2019
Avec amertume, il se dit que le monde se souvenait de dictateurs, de joueurs de foot brésiliens et d'artistes peignant des carrés blancs sur fond blanc, mais que personne ne pouvait donner le nom d'un seul de ces hommes qui avaient sauvé l'Europe d'un cataclysme nucléaire sans précédent. Qui connaissait Alexeï Ananenko, Valeri Bespalov et Boris Baranov? Qui savaient qu'ils s'étaient portés volontaires pour plonger dans le bassin inondé sous le réacteur 4, pour activer ses pompes et le vider de son eau avant que le coeur en fusion ne l'atteigne? Qui savait que si le magna d'uranium et de graphite s'était déversé dans le bassin, il se serait produit une explosion de plusieurs mégatonnes qui auraient rendu inhabitable une bonne partie de l'Europe? Qui le savait?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Morgan Audic (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Morgan Audic
Comme chaque année, les équipes de la Griffe Noire vous proposent leurs coffrets de Noël. Une sélection de livres accompagnée de goodies. Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent les contenus...
COFFRET JEUNESSE 7-10 ANS (45,80 €) : - Mortelle Adèle au pays des contes défaits, Mr Tran et Diane le Feyer, Tourbillon - le journal de Gurty, mes bébés dinosaures, Bertrand Santini, Sarbacane - Charlie se change en poulet, Sam Copeland, R. Laffont https://www.lagriffenoire.com/100771-coffret-coffret-histoire.html
COFFRETS JEUNESSE ALBUM (45,70€) : - Jules et le renard, Joe Todd-Stanton, Ecole des loisirs - Maman noel, Ryan T. Higgins, Albin-Michel jeunesse - Il était une fois la corne des licornes, Béatrice Blue, Little Urban https://www.lagriffenoire.com/100772-coffret-coffret-histoire-poche.html
COFFRET ADO (50,70€): - Cogito, Victor Dixen, R. Laffont - Les pluies, Vincent Villeminot, le Livre de Poche jeunesse - La maison des oiseaux, Allan Stratton, Milan https://www.lagriffenoire.com/100773-coffret-coffret-litterature.html
COFFRET SCIENCE FICTION (55,90€): - Métaquine indications, François Rouiller, Atalante - Chiens de guerre, Adrian Tchaikovsky, Denoel - Chevauche-brumes, Thibaud Latil-Nicolas, Mnémos https://www.lagriffenoire.com/100776-coffret-coffret-detente.html
COFFRET MANGAS (37,80€) : - L'atelier des sorciers 1, Kamome Shirahama, Pika - Bip-Bip Boy 1, Rensuke Oshikiri, Omaké - Dr Stone 1, Riichiro Inagaki et Boichi, Glénat - Heart Gear 1, Tsuyochi Takaki, Kioon https://www.lagriffenoire.com/100777-coffret-coffret-polar.html
COFFRET BD SCIENCE FICTION (57,85€) : - le château des animaux : Miss Bengalore, Delep & Dorison, Castermann - Nathanaelle, Charles Berberian & Fred Beltran, Glénat - The kong crew : Manhattan jungle, Eric Hérenguel, Ankama
COFFRET BD ADULTE (53,85€) : - Monsieur Jules, Aurélien Ducoudray & Arno Monin, Bamboo - Bruno Brazil : Black Program, Aymond & Bollée, Lombard - Lecio Patria Nostra : le tambour, Yerles & Boidin, Glénat
COFFRET BD JEUNESSE (54,95€) : - le royaume de Blanche fleur, Benoit Feroumont, Dupuis - Les quatre de BakerStreet : Les maitres de Limehouse, Dijian & Etien & Legrand, Vents d'Ouest - Raowl : La belle et l'Affreux, Tebo, Dupuis
COFFRET LITTERATURE FRANÇAISE (71,30€) : - Murène, Valentine Goby, Actes Sud - Les simples, Yannick Grennec, Anne Carrière - Rien n'est noir, Claire Berest, Stock https://www.lagriffenoire.com/100783-coffret-coffret-detente-poche.html
COFFRET LITTERATURE ETRANGERE (73,40€) : - Dévorer le ciel, Paolo Giord
+ Lire la suite
autres livres classés : tchernobylVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..