AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2895961794
Éditeur : Lux Éditeur (06/05/2014)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Dans cette captivante enquête qui prend la forme d'un thriller, Jeremy Scahill braque le projecteur sur les manoeuvres clandestines du Joint Special Operations Command (JSOC), ce corps d'armée placé directement sous les ordres de la Maison-Blanche, muni d'un permis de tuer en toute impunité et pour qui le monde n'est un champ de bataille. De l'Afghanistan au Yémen, en passant par le Pakistan, la Somalie et les États-Unis, le journaliste donne la parole aux victimes ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
mazou31
  23 septembre 2016
Remarquable enquête sur les pratiques détestables et clandestines des Américains dans leur " guerre totale " contre le terrorisme. Où l'on nous confirme que G. W. Bush fut le plus ineptre de tous les présidents américains , que lui-même et sa clique ont initié le plus immoral et le plus sournois des systèmes à l'encontre de la démocratie. Où l'on se rend compte que la troïka infernale Bush, Cheney et Rumsfeld est tout simplement un trio de criminels de guerre et que les propos de Rumsfeld sont très ressemblants à ceux d'un Himmler. Où le journaliste confirme toutes les analyses prouvant que cette sinistre équipe, par son attitude irresponsable et arrogante, a mis le feu à tout l'Orient et que les flammes s'attisent chaque jour davantage. Où l'on découvre qu'Obama est le plus magnifique des hypocrites et des menteurs et qu'en perfectionnant le système Rumsfeld il sape par ses agissements les fondements de la Constitution américaine et ramène son pays au niveau moral de ses adversaires. Un livre sobre et bien documenté, une somme de travail impressionnante, un rythme tonique malgré la redondance – nécessaire – de certaines informations qui constituent hélas le fil rouge du désastre de la politique extérieure américaine. Oeuvre salutaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Snarkk
  15 août 2016
Peu de temps après avoir lu ce livre, j'ai regardé le documentaire Dirty Wars : ne faites pas la même erreur, il est indigne du présent ouvrage. En effet, le reportage vidéo est beaucoup trop axé sur la bobinette du journaliste principal, alors que le livre en lui-même est la somme d'un travail collectif harassant.

Les trois aspects les plus intéressants du bouquin sont les suivants : l'accent qui est mis sur la réflexion puis la création de ce qu'on appelle la "politique de guerre totale" des Etats-Unis ; l'éclairage apporté sur différents services spéciaux de ce même pays (principalement le JSOC et la CIA) et certaines de leurs opérations illégales ; le point de vue de victimes de ces mêmes opérations.

Le travail est rigoureux, sans m'anesthésier en tant que lecteur. Si certaines démonstrations reviennent en boucle, c'est bien parce que l'on a affaire à un journaliste et non pas un romancier. Un livre indispensable pour quiconque souhaite aiguiser son regard sur la politique extérieure américaine et sur la "guerre contre le terrorisme" en général.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
liberliger
  20 août 2017
Attiré par les bonnes critiques, je me suis laissé tenté. L'ouvrage est effectivement une enquête très fouillée sur les manoeuvres clandestines du JSOC, très détaillée, très pointue... et le pavé finit par vous tomber des mains. Une avalanche continue de noms de personnages cités, des chapitres parfois très bavards et dont l'enchaînement n'est pas évident. Sans doute une référence pour les mordus du domaine mais pas assez synthétique pour moi, j'ai abandonné au tiers de l'ouvrage.
Commenter  J’apprécie          30
SebastienCreo
  11 mars 2015
Dernièrement je me tape pas mal de documentaire qui ont rapport au 11 septembre 2001. Ce livre-ci n'y échappe pas mais cette fois-ci on parle plutôt des mauvaises stratégies américaines qui ont lieux de l'éradiquer lui ont fourni plus de munitions aux extrémistes de tous poils. On apprend comment le vice-président Dick Cheney et le secrétaire à la défense Donald Rumsfeld ont eu des idées de grandeurs et qui on voulu avec leurs propres réseaux d'espions (présumé) nuisant autant à la CIA qu'aux autres agences gouvernementaux. Je comprend ou vient la merde que nous vivons quinze ans après le fameux 11 septembre et ceux-ci se s'arrêteront jamais tant et aussi longtemps que les américains se voileront la face sur les vrais raisons du terroristes islamique. L'art de la guerre n'est pas de comprendre sont ennemi pour mieux le détruire. Alors les américains n'ont pas suivi ce concept.
Commenter  J’apprécie          00
jffremaux
  30 décembre 2017
Ce livre est une remarquable enquête sur la mise en place par les Etats Unis depuis Bush junior d'une politique de meurtre et de torture systématique en dehors de tout droit international. C'est le concept de guerre totale qui permet aux USA d'intervenir où ils le veulent et comme ils le veulent dans la plus parfaite illégalité et le plus grand mépris des conventions de Genève. L'arrivée d'Obama n'a rein arrangé bien au contraire. Extrêmement bien documenté, très complet, on peut être étonné que cet ouvrage n'ait pas généré de quelconque condamnation des USA par les autres nations.
Ce livre très complet se lit comme un thriller.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
SebastienCreoSebastienCreo   11 mars 2015
On apprend ainsi que la poudre contient 400 grammes de PETN, ce composé retrouvé dans les sous-vêtements d'Umar Farouk Abdulmutallab et utilisé lors de l'attentat raté contre le prince Ben Nayef. Le dispositif est pourvu d'un réveil couplé au circuit imprimé d'un téléphone cellulaire Nokia. Si la bombe n'avait pas été retirée à temps, "elle aurait pu être activée au-dessus de la côte atlantique des États-Unis pour exploser vers 5h30, heure de l'Est", précisera Scotland Yard. Un haut responsable britannique de la lutte antiterroriste déclare dans le Guardian que le dispositif "est l'un des plus sophistiqués que j'ai vus. On n'a rien perçu à l'œil nu, nos spécialistes des explosifs n'ont rien vu non plus, et il est fort peu probable que ce soit détectable aux rayons X".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SebastienCreoSebastienCreo   11 mars 2015
Ayant reçu des ordres formels du président Bush et subissant une pression énorme du bureau du vice-président, la communauté du renseignement épluche minutieusement toutes les informations qu'elle a recueillies depuis le début des années 1990, à la recherche d'un lien entre Saddam Hussein, Al-Quaïda et le 11 septembre. Un consensus prend forme en son sein selon lequel il n'existe aucun lien digne de ce nom et "aucun renseignement crédible" quant au éventuelle implication de l'Irak dans le 11 septembre ou dans "tout autre attentat perpétré par Al-Quaïda".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SebastienCreoSebastienCreo   11 mars 2015
Washington, 2001-2002, À 10h10, le 11 juin 2002, soit neuf mois après les attentats du 11 septembre 2001, des sénateurs et des représentants dans la salle S-407 du Capitole des États-Unis. Tous font partie d'un groupe sélect dont les membres ont été instruits, en vertu de la loi, de secrets d'États relatifs à la sécurité nationale parmi les mieux gardés.
Commenter  J’apprécie          10
SnarkkSnarkk   15 août 2016
Obama a hérité d'un programme de drones qui, sous Bush, était déjà en pleine expansion. Les frappes en territoire pakistanais étaient déjà de plus en plus fréquentes dans les derniers mois de l'année 2008. Peu de temps avant l'élection d'Obama, Bush a conclu "un accord tacite permettant [aux attaques de drones] de se poursuivre sans ingérence pakistanaise", en vertu duquel les Etats-Unis n'informeront le Pakistan qu'une fois le drone lancé ou dans les minutes suivant l'opération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SebastienCreoSebastienCreo   11 mars 2015
Au lendemain du 11 septembre, la liste des personnes à éliminer compte tout au plus 25 noms. Une fois sous la responsabilité de McRaven, elle s'allongera chaque année.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Jeremy Scahill (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeremy Scahill

Le nouvel art de la guerre: Dirty Wars. Jeremy Scahill, Lux éditeur, VF
Paris Librairies: http://www.parislibrairies.fr/detaillivre.php?gencod=9782895961796 Amazon: http://www.amazon.fr/nouvel-art-guerre-Dirty-wars/dp/2895961794/...
autres livres classés : journalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1272 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre