AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2923682513
Éditeur : Les Allusifs (02/03/2016)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans le Mississippi du milieu des années 1960 où sévit encore une ségrégation à peine dissimulée, Graden Williams, jeune militant pour l'égalité des droits entre Noirs et Blancs, est brutalement assassiné. Au cours des décennies suivant la parodie de procès des meurtriers qui a débouché sur un non-lieu, son frère, Warren, coupe tous les ponts avec le reste de sa famille et erre d'un bout à l'autre des Etats-Unis, chargé du fardeau de la mort de Graden dont il se sen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nameless
  30 décembre 2016
Avec Une nuit au Mississippi, Craig Shreve, auteur canadien dont l'aïeule, Mary Ann Shadd Cary a combattu l'esclavagisme et pour les droits civiques des Noirs, fait une entrée remarquable dans le monde littéraire. S'appuyant sur des faits historiques, il utilise la forme romanesque pour évoquer la ségrégation raciale infligée aux afro-américains, particulièrement dans les Etats du Sud, où aujourd'hui encore, le feu nauséabond du tout-puissant Ku Klux Klan, couve toujours sous la cendre.

Depuis les années 50, Warren Williams vit avec ses parents, ses soeurs Glenda et Etta, son frère Graden, dans une modeste plantation de coton et d'arachides, propriété de son père, ce qui pour tout Noir du Mississippi, est une source de fierté. Au sein de cette société basée sur la suprématie d'une couleur de peau, se forment dans les années 60, des mouvements protestataires qui luttent pour faire inscrire les Noirs sur les listes électorales. Le Freedom Summer de 1964 est l'épisode le plus connu de ce combat pour l'égalité du droit de vote. Dans la famille Williams, les avis sont nuancés. James, le père, pense qu'un peu de bon sens vaut quelquefois mieux que beaucoup de courage ; Warren regarde le monde tel qu'il est et non tel qu'il pourrait être ; Graden s'est engagé et milite activement et clandestinement. En conséquence de son désir de justice, en 1965, Graden est enlevé, séquestré, torturé, émasculé puis jeté encore vivant dans un marécage où il se noie. Le pasteur dit de lui lors de ses obsèques qu'il était un jeune homme passionné, idéaliste, résolu, une vive lumière qui s'est éteinte beaucoup trop tôt. Ses assassins ne sont pas inquiétés au-delà d'une parodie de procès qui les laisse libres.

Warren écrasé par la culpabilité et le doute, quitte sa famille, et entame une longue errance à travers les Etats-Unis au cours de laquelle il rassemble avec ténacité tous les renseignements concernant la mort de son frère : articles, notes, noms et dates, copie du rapport d'autopsie. En 2008, il a 54 ans quand il voit à la télévision le procès de Byron de La Beckwith, enfin reconnu coupable après deux acquittements successifs et 31 ans après les faits, du meurtre du militant de la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), Medgar Evers, assassiné en 1963. Pour Warren il ne fait aucun doute qu'il doit rencontrer l'ultime survivant, Earl Olsen, parmi les assassins de Graden. Cette confrontation se déroulera plus de 40 ans après son décès.

Craig Shreve ne donne pas au lecteur un cours magistral d'histoire contemporaine, il s'en défend d'ailleurs dans une très brève note en fin d'ouvrage. le récit de la vie quotidienne des Williams émaillée de brimades, humiliations, agressions, suffit à faire comprendre universellement la violence et les injustices subies par l'ensemble des afro-américains, et donne au roman toute sa force, tout son réalisme, toute sa sincérité. Les faits relatés ont le goût irremplaçable du vécu. Tout le talent de l'auteur consiste à incruster une famille ordinaire dans un contexte historique plus vaste, en évoquant le Freedom Summer ou Emmett Till, battu à mort à l'âge de 14 ans pour avoir sifflé une blanche dans la rue. L'écriture de Craig Shreve est précise, économe et puissante, acéré est son sens de l'observation et minutieux le choix de ses mots. Pour toutes ces raisons et bien d'autres à découvrir lors de cette lecture, ce roman devrait être déclaré d'utilité publique. C'est mon avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
blandine5674
  09 juillet 2018
Meurtre d'un ado noir, victime de haine raciale. Deux autres jeunes, le frère de la victime et le fils d'un de l'un des tueurs se retrouveront quarante ans plus tard, après s'être cherché. le lecteur subira, lui aussi, leurs remords. Fort et dérangeant. Un premier roman coup de poing.
Commenter  J’apprécie          150
Chabe37
  21 avril 2018
Un livre qui ne laisse pas indifférente et dont je suis ressortie troublée, ému, indignée, sur fond de ségrégation et l'ombre du "Klan" dans les années 60 dans l'état du Mississippi.
Le drame d'une famille noire, l'incompréhension du frère de la victime qui le hante toute sa vie, la quête de la justice, les non-dits et parfois la dureté des sentiments.
Une écriture simple mais tellement émouvante, une justesse dans les mots et les détails.
Une très belle découverte.
Commenter  J’apprécie          70
Labibliodemegane
  29 avril 2018
C'est un livre qui ce lit très vite, on découvre une partie sombre de l'histoire de l'Amérique et qui est encore, malheureusement d'actualité. On y retrouve ici deux jeune frère durant la ségrégation,Graden et Warren. Des frères totalement différents, Warren fait ce qu'on lui dit de faire et n'ose pas s'aventurer à en vouloir plus, tandis que Graden lui veut plus de liberté, plus de droit. Ce qui va lui provoquer des problèmes et même va l'assassiner.
Commenter  J’apprécie          10
fofie35
  11 mai 2018
Ce livre a été un coup de poing monumental. Je l'ai lu d'une traite. J'ai été traversée par toutes sortes d'émotions. C'est un premier roman, très mature. Craig Shreve est à mon avis un auteur à suivre, car il a déjà un talent certain...
Lien : https://leslecturesdesophieb..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   09 juillet 2018
- Parfois, je me dis qu’on règlerait tous les problèmes dans le monde si on pouvait donner le bon livre à la bonne personne au bon moment.
- Qu’est-ce que tu veux dire ?
- Et si Staline avait lu Sartre plutôt que Marx ? Si Hitler avait lu Neruda ou Gabriela Mistral ?
- Ça n’aurait rien changé, ai-je dit. Ça aurait simplement fait d’eux des dictateurs cultivés.
Commenter  J’apprécie          120
Chabe37Chabe37   20 avril 2018
Je percevais la déception dans sa voix. J'aurais préféré qu'il soit en colère. Il n'y avait rien d'autre à dire. Je suis allé m'agenouiller près de lui et je l'ai aidé à creuser en silence. Après avoir déposé l'oiseau dans le trou, Garden a récité une courte prière. Quand nous sommes retournés à la chambre, ce n'était pas lui qui pleurait, mais moi. C'était la première fois que je brisais le cœur de mon frère, mais ce ne serait ni la dernière ni la plus douloureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
blandine5674blandine5674   09 juillet 2018
- Je ne crois pas que les gens peuvent réellement s’aimer. Par contre, ils peuvent aimer les mêmes choses.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1458 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre