AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714451292
Éditeur : Belfond (19/09/2013)

Note moyenne : 2.97/5 (sur 51 notes)
Résumé :
1938 : l'Allemagne nazie s'apprête à envahir l'Autriche, les Juifs cherchent à fuir par tous les moyens.
Alors qu'on lui délivre des visas pour l'Angleterre, Sigmund Freud est autorisé à soumettre une liste de ceux qu'il souhaite emmener avec lui.
Figurent sur cette liste, entre autres, son médecin et ses infirmières, son chien, sa belle-soeur, mais pas ses propres soeurs. Tandis que le père de la psychanalyse finira ses jours à Londres, toutes les q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
traversay
  18 septembre 2013
Dans tous les pays où il a été édité, le roman du macédonien Goce Smilevski porte le titre de la soeur de Freud. Sauf en France. Intitulé La liste de Freud, il laisse accroire que le livre s'interroge avant tout sur les raisons qui ont poussé le psychanalyste à ne pas emmener ses quatre soeurs avec lui, hors d'Autriche, en 1938, alors qu'il en avait la possibilité. Personne, hormis Freud, ne pourrait répondre, tout n'est que conjectures et Smilevski se garde bien de trancher et surtout de conclure à ce raccourci hâtif : Sigmund a laissé ses soeurs aux mains des nazis et porte une grande part de responsabilité dans leur disparition dans les camps de concentration. le corps du livre dépasse largement ce thème : il s'agit d'une fiction historique à partir de la vie d'Adolfina, la "soeur préférée" de Freud, très proche de lui durant son enfance et qui la protégea d'une mère qui lui assénait à intervalles réguliers qu'elle "n'aurait jamais dû naître." Fragile, traumatisée par un avortement, elle vit peu à peu s'éloigner d'elle ce frère tant aimé et devint marginalisée sous prétexte qu'elle n'était ni mère ni épouse. Il s'agit bien d'une fiction, il est utile de le répéter, même si Smilevski se base sur une certaine réalité, la vie d'Adolfina restant en grande partie inconnue. Cette vraie fausse biographie est un prétexte pour le romancier : il lui permet d'évoquer la Vienne du tournant du XXe siècle et certaines de ses figures comme Klara Klimt, une autre soeur d'homme célèbre, qui lutta toute sa vie pour les droits des femmes et en paya le prix fort. La liste de Freud, passionnant par endroits, se révèle également opaque et franchement ennuyeux quand il ressemble à une dissertation sur un certain nombre de thèmes philosophiques : la folie, la mort, la sexualité. C'est un ouvrage hybride, qui désoriente souvent. Smilevski dit avoir voulu "rendre hommage aux femmes oubliées de l'Histoire." C'est effectivement ce que l'on retient en priorité du roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
GODINHO
  15 janvier 2016
Ce roman relate un aspect méconnu de la vie de Freud
C'est donc par la voix d'Adolfina, soeur préférée de Freud que l'auteur nous plonge dans une Vienne en plein essor tant sur le plan artistique qu'intellectuel.
Adolfina raconte avec une grande mélancolie : son enfance, ses souvenirs, ses regrets aussi, son incompréhension devant la décision de ce frère dont elle était pourtant la plus proche... Mais également ses rencontres de hasard avec Otla Kafka, Klara Klimt, que l'arrivée du nazisme à tout « chamboulé ».
Il semblerait que le père de la psychanalyse dresse une liste de ceux qu'il souhaite emmener avec lui, liste excluant ses quatre soeurs.
Ce roman aussi laisse entendre la souffrance des femmes !
N'étant pas spécialiste de Freud, ni de la psychanalyse loin de là, j'ai tout de même appris quelques rudiments sur son travail
La Liste de Freud reste un roman fascinant.
P.S. : Certaines critiques laissent entendre que le livre de Michel Onfray « le crépuscule d'une idole » est très bien documenté sur ce sujet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Bazart
  02 décembre 2013
Voilà un roman dont le sujet est explosif, et sur lequel les savants et experts historiques se sont longuement querellés, certains jugeant que le point de départ du livre est totalement faux et que l'image donnée par l'immense psychanalyste Sigmund Freud pas épargnée du tout par ce romancier macédonien n'est pas du tout celle de la réalité.
En effet, dans cette "Liste de Freud", qui a reçu le prix européen de littérature en 2010, Goce Smilevski nous y raconte comment le père de la psychanalyse a abandonné ses soeurs qui ont péri en camp de concentration. 1938, Vienne est sur le point d'être envahie par les nazis. Sigmund Freud qui a révolutionné la psychanalyse obtient des visas pour l'Angleterre. Il a le droit d'établir une liste de personnes qu'il souhaite amener avec lui. Au lieu de choisir ses soeurs Pauline, Maria, Rose et Adolphine, il inscrit son médecin, son infirmière, son chien et sa belle-soeur. Or les frangines du psychanlyse elles seront déportées au Camp de Terezin.

C'est une des soeurs, Adolphine, qui est la voix de ce livre, la "soeur préférée" de Freud, très proche de lui durant son enfance et qui la protégea d'une mère qui lui assénait à intervalles réguliers qu'elle "n'aurait jamais dû naître." le début du livre s'ouvre sur elle et ses soeurs déportées mais la suite est le récit de sa vie. Alors forcément, cette image de Freud en un bourreau immonde qui condamne ses soeurs à une mort certaine dans les camps de la mort.. Et c'est d'ailleurs cette partie du livre, celle qui a trait à histoire d'Adolphine, qui m'a semblé être la plus captivante, cette vie faite de sacrifices pour sa famille, de déceptions et d'impuissance ne peut laisser indifférent.
Le reste du roman, et notamment toute la partie sur l'oeuvre et les actes particulièrement abjects de Freud laissent un peu plus circonspect, d'autant que l'auteur ne prend jamais le soin de distinguer par des notes de bas de page quand on a affaire à la réalité et quand on à affaire à de la fiction.
Bref "une liste de Freud provocante" et pas toujours trés nuancée, mais en même temps on ne peut que louer l'audace de l'auteur d'oser aborder ce pan pleu glorieux de la vie de cet être, devenu une icone pour des milliers de psychanalystes.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Rebka
  03 août 2017
Contre toutes attentes, j'ai été jusqu'au bout de cette lecture mais sincèrement je me demande encore pourquoi. C'est absolument incroyable, c'est peut-être pour ça que j'ai voulu voir jusqu'où ça irait et que j'ai fini le livre. Eh bien je suis fixée. Incroyable un tel fatras, on se pose réellement la question de ce qu'à voulu faire l'auteur en écrivant ce roman. Moi en tout cas, je donne ma langue au chat. En un mot : portnawak.
En fait, en choisissant ce roman je m'attendais à quelque chose du style le cas Eduard Einstein de Laurent Seksik (que j'ai bien aimé), une sorte de biographie romancée sur un aspect méconnu de la vie d'un "grand homme". Sauf que euh... comment dire... ce n'est pas du tout ça. Et je suis d'ailleurs incapable de dire ce que c'est, je vous laisse imaginer mon embarras ;)
La liste de Freud, ça parle un peu de Freud, beaucoup d'une de ses soeurs, un peu du reste de sa famille, ok normal. Après, on a l'impression que l'auteur s'est enfilé tout un tas de bouquins sur la psychanalyse, la psychiatrie, tout ce qui commence par psy en fait, et même un p'tit coup de philosophie, bref qu'il a bouffé de la théorie vulgarisée à s'en rendre malade et qu'il a tout régurgité là, sous nos yeux éberlués, un beau dégueuli de descriptions des différentes formes de folies. Indigeste, inutile, et parachuté ici sous prétexte du petit grain qu'il attribue à cette fameuse soeur de Freud. Il ajoute à tout ça des références à d'autres personnalités, on ne sait pas trop pourquoi, Gustav et Clara Klimt, Vincent van Gogh, encore des prétextes pour rajouter un petit coup de psychanalyse de comptoir hélas...
Enfin voilà, si j'avais eu envie de lire le Petit Psychotique Illustré ou Ma vie dans une Maison de Fous, je l'aurais fait. Et si j'avais eu envie de lire La vie des Peintres Psychologiquement Atteints, je l'aurais fait aussi. Mais c'était pas le but du jeu, donc c'est raté.
J'ai été tellement interloquée par cet objet littéraire non identifié que j'ai cherché à en savoir plus avant d'écrire mon billet (on ne sait jamais, des fois que je serai passé à côté de quelque chose ou que mon cerveau limité ne parvenait pas à saisir un truc). Je suis tombée sur un article intitulé "La liste de Freud, une imposture littéraire", article certes un peu à charge façon trash presse mais avec lequel je suis d'accord sur certains points. le premier de ces points étant qu'il est bon de se documenter un peu sur son sujet quand on veut écrire un roman avec des airs de biographie.
Ce qui m'a halluciné aussi c'est que le bouquin à tout de même été traduit en 25 langues et qu'il a reçu plusieurs prix. Ok c'est bon, ça va j'ai compris, je vais reprendre mes p'tites pilules roses ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JFrancisco
  14 août 2014
A-En 2004, j'ai acheté une édition du magazine français Le Nouvel Observateur, qui avait le titre “La psychanalyse en procè”.*
Le magazine représentait sur sa couverture un S. Freud qui a pris place sur un canapé …. dans l'analyse. le contenu: une série d'articles par plusieurs experts s'occupant des questions comme le caractère scientifique de Psychanalyse; est-ce que Freud était l'inventeur de l'Inconscient ?; est-ce que c'est vraiment une psychothérapie ?; guérison : libère-t-il vraiment ou aliène plutôt?; les neurosciences valident-ils l'hypothèse de Freud ? ... et cetera, . Dans court : l'édition a été dévouée à ce que l'on a alors appelé “la crise de Psychanalyse”.**
B-Le livre par l'auteur macédonien Goce Smilevski pourrait être inclus parmi les articles LNO. Pourquoi ? …Parce qu' il ajoute beaucoup aux questions étant levées et adressé dans la compilation LNO. Effectivement : à la question de la propre analyse de Freud.
Carol Oates a écrit (du roman de Goce) quelque chose comme: “c'est une sorte de biographie dans l'ombre de S. Freud, extrêmement critique avec le grand homme” …qui n'a pas autorisé ses soeurs à l'accompagner dans son voyage à Londres. Donc il semble : il avait la chance et il ne l'a pas pris. Pourquoi ?. Goce dit que "personne n'est au courant des raisons”.
Freud les avait quittés “assez d'argent” pour leur vie. Un fait tragique reste toujours: quatre soeurs sont mortes dans les camps de concentration nazis. “Nous ne savons pas même s'ils ont voulu quitter Vienne”. S. Freud les a quittés l'argent et a demandé plus tard à la Princesse Marie Bonaparte d'essayer de recevoir "un permis" pour eux pour quitter l'Autriche.
C-Le livre de Goce est la voix d'une de ses soeurs : Adolphina Freud : l'oubliée. Selon son frère : ”la meilleur et la plus sensible ”.
Sur Adolphina il est peu connu, mais que: “elle a été négligée par sa mère; elle a été considérée un peu retardé, elle a été institutionnalisée dans un hospice viennois; elle ne s'est jamais mariée”.
Goce considère Adolphina “une métaphore des oubliés qui vivait toujours dans l'ombre”. le roman raconte la mort (ensemble) des quatre soeurs dans les chambres à gaz; mais en fait elles sont mortes séparément dans de différents camps de concentration.
Les critiques disent qu'il n'est pas vrai qu'Adolphina était le meilleur ami de Clara Klimt (la soeur de peintre Gustav); Clara n'était non plus une féministe, comme le roman décrit. Il semble que le premier titre pour le livre était La soeur de Freud, mais c'est devenu La liste de Freud, peut-être pour les raisons du marché.
D-Ce qui a rendu la recherche de Goce, depuis 7 ans et demie, était une sentence produite par le "père de Psychanalyse”. “(Spinoza sur l'Éthique) a écrit dans un état d'esprit très froid, mais aussi avec la chaleur d'un coeur volcanique”. Cette sentence a mené Goce à l'histoire tragique des 4 soeurs.
E-J'appellerais l'article à être inséré dans le LNO : “Freud Non étique” …ou “l'ÉthiqueFreudienne Délicate …” … pas, peut-être “Un espace pour la propre culpabilité de Freud ?”. Quels que soit. Goce a affirmé plusieurs fois : “je ne reproche pas à Freud la mort de ses soeurs” .
Mais. ...je me demande.
----
*L'Heritage Freudian survivra-t-il aux démentis opposé par ses nombreaux détracteurs?
**“SI CRISE IL Y A DANS LA PSYCHANALYSE AUJOURD'HUI,ELE EST À SITUER EN BORDURE DE SON TERRITOIRE,NON EN SON CENTRE” par Monique Schneider (CNRS).
“C'est un fait que la théorie et la thérapie psychoanalityques sont de plus en plus en crise, aux États-Units et dans le monde entire,même si L'Argentine et la France sont des exceptions remarquables” par Adolf Grünbaum (université de Pittsburg)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
LaPresse   09 décembre 2013
Geignard, larmoyant, ce récit d'une vie ratée voulait rendre hommage aux femmes qui ont vécu dans l'ombre des grands hommes, tout en démythifiant ces derniers. C'est plutôt son auteur qui y perd tout crédit.
*
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   17 septembre 2013
Goce Smilevski a notamment reçu le Prix européen de Littérature pour ce roman vibrant, hommage au combat des femmes oubliées par l'Histoire, complainte sur le sens de la vie, la raison et la folie, mais aussi plongée érudite au coeur de la psychanalyse naissante.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
GODINHOGODINHO   15 janvier 2016
« Elle n’aime pas mes intrusions dans l ;’espace de Sigmund. Avant sa naissance, elle était déjà sûre qu’il deviendrait un « grand homme ». Elle raconte souvent comment, alors qu’elle était enceinte, une vieille femme le lui avait prédit, en utilisant exactement ces mots : « un grand homme ». Elle n’a cessé de les répéter depuis lors. Cependant, elle s’adresse toujours à lui comme à, un petit enfant, l’appelant « mon petit Siggy en or « ; Ce surnom sonne à la fois comme une marque de possession et comme une menace. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BazartBazart   07 août 2014
Ce jeune homme qui la caresse avec une pomme , qui lui chuchote un conte de fée, qui lui offre un couteau , c’est son frère , Sigmund. La vieille femme qui se souvient, c’est moi Adolphine Freud »
Commenter  J’apprécie          90
chadikchadik   11 septembre 2016
Ce jour-là, une goutte de venin est tombée de quelque part, en dehors de cet espace familier, sur le fil invisible qui me lie à ma mère ; au moment où elle a appris mon désir par la bouche de mon frère et qu'elle a deviné cette nouvelle complicité qui s'est installée entre nous, le monde clos que nous formions elle et moi s'est détérioré pour toujours. Dès cet instant, elle est devenue différente et je ne suis plus pour elle qu'un réceptacle où déverser une rancœur dont elle ignore sans doute l'origine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chadikchadik   11 septembre 2016
Alors que je contemple ma mère, je me dis que c'est sa dernière nuit. Je songe aux nuits tourmentées de ma jeunesse, à mon désespoir, à cette époque maudite où ma mère prenait un cruel plaisir à jeter du sel sur les plaies béantes de mon âme. Je rêvais alors d'une nuit comme celle-ci, sa dernière nuit. Combien de fois, durant les insomnies de ma jeunesse, j'ai ruminé une vengeance qui ne pourrait s'accompli qu'à un moment comme celui-ci, le moment de son ultime impuissance devant la mort !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RebkaRebka   02 août 2017
Le monde n'est-il pas plein de gens qui se regardent dans les yeux et se racontent des choses insensées ?
Commenter  J’apprécie          80
Video de Goce Smilevski (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Goce Smilevski
Mise en ligne le 16 déc. 2011 Romancier, essayiste et auteur dramatique macédonien, Goce Smilevski est né en 1975 à Skopje. Après des études de littérature comparée et de langue et littérature tchèque dans sa ville natale puis à Prague, Smilevski fait une entrée couronnée de succès dans la sphère littéraire européenne en 2000 avec la publication de son premier roman, La Planète de l'inexpérience. Traduits en anglais, allemand, polonais, tchèque, serbe et slovène, ses romans postérieurs (Conversation avec Spinoza (2002), La sœur de Sigmund Freud (2007), La petite princesse (2007)), son œuvre théâtrale Trois pas au- delà du désespoir (2006), ainsi que ses essais, lui ont valu de nombreux prix littéraires, dont le prestigieux Prix de l'Union Européenne de littérature en 2010.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature macédonienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
255 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
. .