AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756042176
128 pages
Éditeur : Delcourt (25/05/2016)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Dans cette BD documentaire ambitieuse, suivez le quotidien de la brigade criminelle de Baltimore à la fin des années 80, une réalité très éloignée de la représentation hollywoodienne. Dans une ville qui compte 240 meurtres par an, Homicide dresse un tableau minutieux de la violence urbaine américaine dans les quartiers en détresse.

Squarzoni adapte le livre choc de David Simon, créateur de la série The Wire (Sur écoute).
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Sebthocal
  15 avril 2017
Baltimore. 18 janvier - 4 février 1988.
Philippe Squarzoni adapte en bande dessinée la série TV "Sur écoute" ("The Wire"), elle même adaptée par son propre créateur David Simon d'un livre qu'il avait écrit après un reportage pour le "Baltimore Sun", en 1991.
Son livre "Homicide : A Year on the Killing Streets" décrit le quotidien de flics employés dans la Brigade des Homicides, alors que la ville subit une vague de criminalité.
La première impression est que la BD restitue parfaitement l'atmosphère de série télévisée. Les plans, mais aussi le dessin et les couleurs forment une ambiance toute cinématographique.
"Une année dans les rues de Baltimore", son sous-titre laisse présager une série qui ne fait que commencer. Ce premier tome se passe surtout au commissariat, mais entre roman graphique et documentaire, ce "docu graphique" est parfaitement maîtrisé.
Les personnages manquent encore un peu d'épaisseur, mais certaine pages nous permettent de vivre des moments visuels détonnants et d'approcher le quotidien de ces flics pas comme les autres. On attend de lire la suite des aventures de cette Brigade des Homicides avec impatience...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
robert7
  21 juin 2016
Homicide ( une année dans les rues de Baltimore) de Philippe Squarzoni d'après le livre de David Simon.
Edition: Délcourt
Nombre de page: 120
La fin justifie les moyens.
Squarzoni adapte la série The Wire ( sur écoute) en bd une réussite pourquoi ?
Les dessins sont sobre avec un peu de couleur. Ils vous mettent de suite dans une ambiance de série noir comme au cinéma. L'histoire ce déroule en 1980 dans les rue de Baltimore aux Etats Unis. Taux de criminalité à l'époque très élevé. Un homicide par jour dans certains cartiers. La bd dresse un tableau très précis de la violence urbaine et de la détresse de certains cartiers. L'auteur détails la façons de fonctionner de la police de Baltimore. le système hiérarchique les relation entre les inspecteur le gouverneur le maire et les chefs de la police. La charge de travail des policiers leurs psychologie.
Une bd à ce procurer pour votre collection. Sous format comics et nous sommes que au tome 1.
Commenter  J’apprécie          141
the_bill
  23 octobre 2019
Immersion dans la brigade criminelle de Baltimore dans les années 80.
Ce roman graphique est tiré du roman Baltimore de David Simon. Lui-même est journaliste et à passé un an dans une vraie brigade de police à observer le vrai travail de ces policiers. le livre se veut réaliste et documentaire et le roman graphique de Philippe Squarzoni tire dans la même direction.
Les premières pages peuvent déconcerter et un travail du lecteur est nécessaire pour entrer dans l'ambiance. Les amateurs d'histoire tracée et de trame narrative séquentielle peuvent rentrer chez eux. le travail documentaire se veut sobre, austère, sombre… A l'image de l'ambiance dans ce commissariat où le décalage entre les moyens et le travail est immense. On pourrait croire à une phase d'introduction, de mise en situation mais cela dure finalement tout le premier tome. L'auteur prend le temps de détailler les situations, les personnages, les doutes, les questionnements, les impasses… Un vrai travail minutieux de reconstitution et de réalisme qui peut facilement rebuter le lecteur un peu fatigué…
Le dessin quant à lui se veut aussi discret et sobre que possible pour illustrer le propos de façon très neutre. Aucune tentative de séduction du lecteur... Pas de compromission.
Voyons la suite pour voir si une vraie histoire commencera ou si le documentaire continuera….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Catilina38
  12 novembre 2019
Homicide propose la chronique d'une année de la brigade des homicides de la police municipale de la ville la plus violente des Etats-Unis. Adaptée d'un livre de David Simon qui a donné naissance à la mythique série TV The Wire (Sur Ecoute), la série de Philippe Squarzoni, spécialiste de BD documentaire, se mets à hauteur d'homme en nous livrant le quotidien de ces hommes, loin du show des films et séries policières. Quatre volumes sont parus (sur cinq prévus), chacun couvrant un ou deux mois d'activité de la brigade.
Dans les rues de Baltimore il y a en moyenne un meurtre deux jours sur trois. Pour résoudre ces meurtres la police municipale a deux brigades d'enquêteurs. Ainsi les affaires en cours s'accumulent avant que l'on ait le temps de les résoudre. Entre fonctionnement administratif, réalité des crimes et relations humaines, entrez dans le quotidien de ces policiers qui tâchent de confondre des criminels en se demandant pour qui, pour quoi…
J'avais été impressionné par la qualité documentaire de l'ouvrage Saison Brune que Philippe Squarzoni avait publié il y a quelques années à propos du réchauffement climatique, en adoptant le point du vue du novice. Ici la démarche est autre puisque l'on est sur l'adaptation d'un bouquin source qui n'envisage pas de récit de l'observateur mais agit plutôt comme la caméra d'un Depardon, captant froidement des scènes, des dialogues, des regards. Il y a bien une narration qui nous explique les dessous, des chiffres, mais toujours dans le sens didactique. N'ayant pas vu la série TV je ne savais pas à quoi m'attendre et ai été bluffé par l'intensité du récit, la profondeur des problématiques. Ce sont des tranches de vie qui nous sont ainsi montrées, entre différentes affaires dont on ne sait jamais la conclusion car elles ne se résolvent pas en quelques jours (ce premier tome couvre quelques semaines seulement de l'année 1988, année couverte par David Simon comme journaliste au sein de cette brigade). Mais très vite on nous explique qu'en raison de la profusion de crimes et des moyens limités certaines constantes doivent vite être intégrées par un enquêteur: premièrement que tout le monde ment pour différentes raisons, à différents degrés, ensuite que la plupart du temps les affaires sont réglées sur un coup de chance. La chance de tomber sur l'indice confondant, la chance d'un témoin qui craque, la chance d'un collègue qui fait bien son boulot… Les enquêtes ne tiennent qu'à des détails derrière une pression hiérarchique toute administrative: le maire, l'élu chargé de la sécurité, les différents échelons de la police et cette mise en concurrence des deux brigades. [...]
Lire la suite sur le blog:
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
alouett
  06 juillet 2016
Baltimore. Une ville où te taux de criminalité et la délinquance battent des records.
L'année 1988 vient à peine de commencer et, en ce 18 janvier, la Brigade des homicides bute déjà sur son treizième homicide.
« En 1988, David Simon, le créateur de la série « The Wire (Sur Ecoute) », alors reporter au Baltimore Sun, a passé un an au sein de la brigade criminelle de Baltimore, une ville qui compte 240 meurtres par an. Son récit documentaire Homicide, A Year on the Killing Streets, adapté ici en plusieurs tomes par Philippe Squarzoni, raconte le quotidien des inspecteurs – très éloigné de la représentation qu'en fait Hollywood -, et dresse un tableau minutieux de la violence urbaine américaine dans les quartiers en détresse » (quatrième de couverture).
Un récit où plane comme une chape de plomb au-dessus de ce quotidien sérieux, sombre et d'une tension certaine. Aucune place pour l'insouciance et l'humour a depuis longtemps trouvé l'unique chemin de salut en tentant de percer sous une épaisse couche de cynisme. Ici, les inspecteurs sont sur le qui-vive en permanence, affairés à traquer les meurtriers. Crime passionnel, vendetta, règlement de compte… les cas de figure ne manquent pas, contrairement aux témoins qui ne sont pas légion. Des enquêteurs qui ploient sous l'ampleur de la tâche.
Le cynisme des enquêteurs est davantage façonné par le dépit et les désillusions que par les difficultés qu'ils rencontrent dans leur quotidien professionnel. Ils exercent dans une ville où la criminalité explose toutes les statistiques, le reportage débute le 18 janvier 1988 au moment où le sergent Jay Landsman et l'inspecteur Tom Pellegrini arrive sur le lieu d'une fusillade. Il y a là un corps à identifier. Mais l'album va nous conduire auprès de chaque membre de cette brigade. Comme s'il menait une enquête policière, Philippe Squarzoni le profil de chacun de ces hommes à la fois usés et passionnés par leur travail. Tour à tour, chacun de ces hommes prendra la parole, devant ainsi le narrateur le temps d'un instant.
Comme à son habitude, Philippe Squarzoni fouille son sujet et n'omet aucun détail. En revanche, ce qui change de ses ouvrages précédents – outre le fait qu'il s'agisse ici d'une adaptation et non d'une recherche qu'il aurait entreprise – c'est le fait qu'il n'appuie pas son propos sur des métaphores graphiques. En effet, dans ses précédents reportages (« Saison brune », « Garduno en temps de paix », « Dol »…), l'auteur s'appuyait abondamment sur l'imagerie collective afin d'introduire habillement un second degré de lecture, stimulant ainsi l'esprit critique du lecteur et associant ce dernier à la réflexion menée. Ici, Squarzoni utilise ce procédé avec beaucoup de parcimonie. Il suit son sujet comme un enquêteur et montre qu'il s'est totalement approprié le contenu du reportage. Il a investi les principaux protagonistes, cerné les difficultés auxquelles ils se heurtent et qu'il parvient même à s'orienter dans le dédale des rues et des coupe-gorges de Baltimore.
(...)
Lire l'avis complet sur le site : https://chezmo.wordpress.com/2016/06/06/homicide-une-annee-dans-les-rues-de-baltimore-tome-1-squarzoni/
Lien : https://chezmo.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (5)
BDGest   27 février 2018
À l'image du combat de David contre Goliath, cette plongée passionnante et édifiante dans le quotidien d'hommes ordinaires exprime pleinement la lutte contre le crime qui semble perdue d'avance, dans une ville où la brutalité semble aller de soi.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDGest   27 juin 2016
Un portrait ultra-naturaliste, aussi désespérant et qu'admiratif à propos des premiers rouages du système de justice américain.
Lire la critique sur le site : BDGest
BDZoom   16 juin 2016
Exacte mise en lumière des faits et des personnalités, l’album de Philippe Squarzoni fait mouche (...) Un boulot assurément digne des « Experts » !
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDGest   14 juin 2016
Adaptation du livre éponyme de David Simon, Homicide est une plongée sans concession dans le quotidien auquel font face une poignée de policiers.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   03 juin 2016
D’une grande sobriété, Homicide ausculte brillamment une réalité plutôt noire, en respectant l’écriture ciselée de David Simon.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SebthocalSebthocal   15 avril 2017
Comme chef d'équipe, D'Addario est généralement considéré par ses sergents et inspecteurs comme un prince, un patriarche bienveillant qui ne demande à ses hommes que compétence et loyauté.
En retour, il procure à ses hommes un soutien sans faille et protège des caprices et lubies de la hiérarchie.
Calme et réfléchi, c'est le genre de chef qu'on rencontre rarement dans une organisation de type militaire.
(...) Chaque service de police a un lieutenant qui s'imagine que pour éviter de passer pour un faible, il faut se comporter comme un tyran.
À la Brigade des Homicides, ce type de chef est encore plus susceptible qu'ailleurs de s'attirer le mépris de ses hommes.
Parce qu'aux Homicides, la loi de la sélection naturelle s'applique : un inspecteur qui résout suffisamment d'affaires reste. Celui qui ne le fait pas s'en va.
Et personne n'a besoin d'un chef qui lui casse les pieds à longueur de temps.
Page 86
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
SebthocalSebthocal   15 avril 2017
- La merde descend toujours la pente, hein sergent ?
La gravité fécale, définition parfaite de la hiérarchie.
Page 94
Commenter  J’apprécie          100
AbyssiniaAbyssinia   25 juin 2020
Pour un inspecteur des homicides, la Terre tourne autour d'un axe de déni sur une orbite de mensonge.
Commenter  J’apprécie          70
PaojitoPaojito   17 décembre 2016
La première page du petit guide de l'enquête criminelle : Tout le monde ment.
Commenter  J’apprécie          50
robert7robert7   21 juin 2016
Mais les inspecteurs comptent sur les doigt de la main les affaires résolues grâce au travail du labo.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Philippe Squarzoni (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Squarzoni
L’immersion dans le quotidien des inspecteurs de l’unité des homicides de Baltimore en 1988 se poursuit dans cette troisième partie de l’adaptation du livre de David Simon, à l’origine de sa série The Wire (Sur écoute).
Retrouvez l'interview de Philippe Squarzoni : https://www.youtube.com/watch?v=JUvXxHeiq4k
Résumé : Un flic a reçu deux balles dans le visage. Pas d'arme. Pas de mobile. Pas d'indices matériels. Mais Terry McLarney a été le sergent de Cassidy. Son ami. Et il fera tout pour découvrir le coupable. Alors que l’affaire Latonya Wallace accapare toujours Landsman et Pelligrini, le tableau se couvre d’encre rouge. Les corps s'empilent, le taux de résolution plonge et la pression augmente…
+ Lire la suite
autres livres classés : baltimoreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philippe Squarzoni

Sur quelle île Philippe Squarzoni a t-il grandi?

Mayotte
La Réunion
La Sardaigne

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe SquarzoniCréer un quiz sur ce livre