AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Tyler Cross tome 1 sur 3
EAN : 9782205070064
100 pages
Dargaud (23/08/2013)
4.03/5   404 notes
Résumé :
Tyler Cross vient de braquer 17 kilos d'héroïne pure appartenant à la Mafia. Il a 20 dollars en poche, un fusil à pompe, un Colt à la ceinture, et il est à pied, seul, au fin fond du Texas. Direction Black Rock, un bled paumé sous la coupe d'un magnat du pétrole et de ses fils. Le moins qu'on puisse dire, c'est que les péquenauds de Black Rock se souviendront longtemps du passage du gangster dans leur ville !

"Tyler Cross" est un récit complet avec, à... >Voir plus
Que lire après Tyler Cross, tome 1Voir plus
Junk - Intégrale par Brüno

Junk (Brüno / Pothier)

Brüno

3.77★ (142)

3 tomes

L'or et le sang, tome 1 : L'appel du large par Defrance

L'or et le sang

Maurin Defrance

3.95★ (358)

4 tomes

Rosko, tome 1 : Per Svenson doit mourir aujourd'hui par Zidrou

Rosko

Zidrou

3.33★ (52)

2 tomes

Mort au Tsar, tome 1 : Le gouverneur par Robin

Mort au Tsar

Thierry Robin

3.73★ (235)

2 tomes

Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
4,03

sur 404 notes
5
25 avis
4
28 avis
3
11 avis
2
2 avis
1
0 avis
Costume 3 pièces, cravate et chapeau, Tyler Cross a rendez-vous avec di Pietro, un parrain de la mafia, malade mais encore le sens des affaires dans les veines, pour une affaire de la plus haute importance. 150000 dollars contre 20 kilos de mexicaine qu'il aura au préalable piqué au neveu de ce dernier, Tony Scarfo, un petit con gominé dont il n'a rien à foutre. Si, au passage, Tyler pouvait lui régler son compte définitivement, cela ne pourra qu'arranger les affaires du vieux qui ne compte nullement lui laisser sa place. Bien que braqueur et non trafiquant, Tyler accepte la mission. C'est en compagnie de la belle C.J. et d'Ike qu'il règle les derniers points. Tandis que la belle séduit Tony Scarfo, et rentre chez lui à son bras, Ike ne tarde pas à se jeter sur lui, l'intimide et le force à parler. Un rendez-vous est alors pris avec les Mexicains qui détiennent la came. Mais, le gominé tente de les prévenir du mauvais coup qui les attend et cela finit en fusillade générale. Ça tire dans tous les sens, chacun tentant de se protéger des balles qui fusent. Alors que Tyler tente de s'échapper, il tombe sur C.J., une balle dans le ventre mais tente de récupérer la came planquée dans une bagnole qui est en train de cramer. 17 kilos sauvés mais sa partenaire n'aura pas eu la chance de s'en sortir. Il détruit toutes les preuves pouvant le lier à cette affaire, se débarrasse du corps et de la voiture et rejoint le patelin le plus proche à pieds. C'est alors qu'il va atterrir à Black Rock, petite ville du Texas dirigée de main de maitre par la dynastie Pragg...

Tyler Cross, un homme à éviter si l'on tient encore à voir le soleil se lever sur le Rio Bravo... La dégaine facile, un humour noir et pince sans rire, aussi aimable qu'une porte de prison, le gars aime pas trop qu'on se mette sur son chemin. Les voyous, les raclures et les gangsters n'ont qu'à bien se tenir. La famille Pratt risque bien d'en faire les frais. Ce scénario, certes presque du réchauffé, tire ici son épingle du jeu haut la main. Jubilatoire à souhait, du Tarantino en bande dessinée, l'on se laisse porter dans cette cavalcade de bons mots, de fusillades à tout va ou de rebondissements incessants. La ville de Black Rock a, semble-t-il, besoin d'un grand nettoyage de printemps, Tyler Cross a tout ce qu'il faut pour cela. Cet album vaut le détour de par son dynamisme, son anti-héros et son ambiance western. le dessin de Brüno colle parfaitement à ce scénario: enlevé, pétulant et impétueux. La mise en page est soignée et offre de superbes cases tout en largeur.

Petit bonus jubilatoire: Tyler Cross croqué par quelques amis à savoir Richard Guérineau, Cyril Pedrosa, Sylvain Vallée et Pierre Alary...

Tyler Cross... ça va saigner...
Commenter  J’apprécie          550
Tyler Cross s'est taillé une solide réputation dans le braquage.
Cependant et sans lui faire offense, il foire sa dernière mission dans les grandes largeurs.
Ses acolytes refroidis, sa bagnole en surchauffe, c'est nanti de 17 kilos de came appartenant à la mafia et à pinces qu'il vient s'échouer à Black Rock, petite cité minière de caractère totalement sous la coupe du clan Pragg.
Que ce soit la banque, le shérif ou bien encore la mairie, papa Pragg a placé ses rejetons aux postes stratégiques.
Tyler Cross, qu'on se le dise, possède l'humour d'un pitbull. Aussi, lorsque ce nid de dégénérés tentera de le faire chanter, c'est à coups de fusil à pompe qu'il les fera, lui, danser !

Un polstern, mi-polar, mi-western, voici la dernière pépite de Brüno ( dessin ) et Nury ( scénario ).
Si le scénario ne brille pas de par son originalité, le mec mutique seul contre tous, on en a déjà croqué avec Eastwood, la Brüno's touch suffit à enlever le morceau !
Un album à l'ambiance aussi pesante qu'un Sergio Leone de la grande époque, le tout mâtiné d'un soupçon de mafia - et oui, les temps changent - , l'imbrication est parfaitement cohérente et appuie avec maestria ce scénario sans failles.
Des personnages iconiques - ta mère – un brin caricaturaux mais qui font le boulot.
Un bled paumé qui filerait le bourdon à Frosty le clown en villégiature.
Le tempo est millimétré et infaillible, les frappes chirurgicales.

Ce Tyler Cross est une petite pépite de genre qui sent le soufre et qui n'attendait qu'un étranger  jusqu'au-boutiste ne vienne pour allumer la mèche !
Blam, blam, blam, blam, blam ! Carton plein !
Commenter  J’apprécie          440
Tyler Cross, faut pas l'emmerder ! Ce grand gaillard en costard à la gueule taillée à la serpe sait faire parler la poudre. Pour mon plus grand plaisir.

L'argument de départ n'est certes pas très original. Un braquage qui tourne mal, un anti-héros mutique qui se retrouve coincé dans une bourgade sous la coupe d'une famille sans foi ni loi, c'est là une intrigue très classique. Mais le traitement proposé par Nury et Bruno permet à "Tyler Cross" de se hisser à un haut niveau de qualité.

Le scénario est bien mené et les amateurs de polar hard-boiled seront comblés. de plus, l'atmosphère western de l'histoire ajoute un charme supplémentaire.
Le personnage principal est très réussi. Même si le concept d'anti-héros monolithique a été largement exploité que ce soit au cinéma ou en littérature, les auteurs parviennent à le rendre étonnamment charismatique. Cela grâce à des dialogues qui font mouche et surtout grâce à la qualité du dessin de Bruno.

Avec un trait épuré, qui va à l'essentiel sans s'encombrer de fioritures, Bruno offre des dessins ayant un impact très fort et une narration d'une grande efficacité et d'une lisibilité totale. Les planches proposent un découpage soigné, dynamique et hautement cinématographique icônisant totalement le héros et faisant la part belle à la fois aux plans larges et aux gros plans. Contrairement à ce que j'ai pu lire ça et là, je n'ai pas ressenti de ressemblance avec les films de Tarantino. Les images qui me sont venues en tête sont plutôt issues de certains westerns italiens et surtout des polars américains secs et nerveux des années 60-70 (notamment avec Lee Marvin).

En bref, "Tyler Cross" est une série B nerveuse, méchante, très divertissante, qui fait du bien. J'attaque le 2ème tome tout de suite.

Challenge Petits plaisirs 38
Commenter  J’apprécie          290
Il n'y a pas de gentils dans cette histoire. C'est l'ambiance d'un Tarantino, d'un western avec Clint Eastwood. un monde de brutes, de mafieux, de ripoux, de salauds. Les angles de vues, le découpage, le rythme, le héros taciturne, peu bavard, tout fait ressembler à ces films noirs. il n'y a pas d'espoir. le dessin est lumineux, contrasté, les traits des personnages les rendent impassibles, froids, sans pitié, le scénario est endiablé. Pour ceux qui aiment le genre, c'est un vrai régal !
Commenter  J’apprécie          270
Un braquage de came qui tourne au carnage. Une échappée dans le désert pour un truand qui trouve refuge dans un bled paumé aux mains d'une famille de tarés congénitale. Un règlement de compte sanglant dans un train bourré de mafieux. Une histoire digne des meilleurs films de Peckinpah ou des meilleurs scénarios de Jim Thompson ou Donald Westlake, c'est ce que vous allez découvrir avec Tyler Cross, grande découverte du 9ème art de Brüno et Nury.

Digne successeur de Parker, Tyler Cross balade sa froide carcasse anguleuse dans ce scénario de Nury qui prend vie avec le dessin de Brüno pour donner une bande dessinée époustouflante qui reprend avec brio tous les archétypes du roman noir abordant la thématique du braqueur solitaire et sans pitié. Malgré cela on entrevoit au tréfonds de l'âme de ce personnage énigmatique un semblant d'humanité dans cet instant sublime où Tyler Cross se sépare de sa belle complice CJ Harper. Un mélange de cruauté et de romantisme qui frise la perfection avec un hommage appuyé à Robin Cook et James Ellroy comme Nury l'explique ici en commentant l'une des plus belle page de l'ouvrage.

Que l'on ne s'y trompe pas le dessin stylisé, presque naïf, de Brüno ne sert qu'à mettre d'avantage en relief la noirceur, la cruauté et la duplicité des personnages qui jalonnent le récit. La BD n'est d'ailleurs pas à mettre entre les mains de lecteurs trop jeunes. On oscille entre humour noir et violence crue au gré des planches dont le découpage n'est qu'une longue référence cinématographique aux meilleurs films du genre.

Bien sûr on pourrait reprocher d'avoir lu ou revu mille et une fois cette même histoire de braquage foireux qui tourne à la confrontation sanglante. Mais c'est sans compter la maîtrise scénaristique de Nury qui parvient avec un fulgurance inouïe à nous transporter d'un bout à l'autre de son récit sans que l'on aie le temps de prendre conscience de quoique ce soit tant cette histoire trépidante vous secoue vos neurones qui n'auront donc pas le loisir de restituer la moindre analyse critique cohérente durant la lecture.

Bref, Tyler Cross c'est une BD qui a du punch et qui vous coupe le souffle comme le direct d'un boxeur. Il n'y a rien d'autre à en dire.
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (14)
LaTribuneDeGeneve
18 juillet 2022
«Tyler Cross, c’est Bogart au pays des ploucs», a un jour imagé Fabien Nury dans le magazine «Casemate». On ne saurait mieux dire. Nimbée d’une légère ironie, son écriture très visuelle s’exprime à travers la voix off d’un narrateur omniscient.
Lire la critique sur le site : LaTribuneDeGeneve
Lexpress
12 octobre 2015
Du concentré de polar servi sans sucre, porté par le dessin de Brüno et la qualité des scénarios de Fabien Nury.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress
27 janvier 2014
Le résultat fait plaisir à voir, d'autant que les auteurs se sont manifestement amusés à jouer des codes et des références du genre.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Culturebox
23 janvier 2014
Le Prix de la BD Fnac 2014 a été décerné mardi à "Tyler Cross" de Brüno et Fabien Nury (éditions Dargaud), un polar amoral et jubilatoire ancré dans l'Amérique des années 50.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Actualitte
22 octobre 2013
Fabien Nury ne lésine par sur les stéréotypes, mais précisément, cette fidélité à la ligne pure et dure du genre est tellement soulignée qu'on a l'impression que tout se joue au second degré, sur un autre plan. Et c'est là qu'intervient la magie du dessin de Brüno.
Lire la critique sur le site : Actualitte
BulledEncre
04 octobre 2013
Fabien Nury se lance dans le polar noir et retrouve pour cela Brüno, avec qui il a collaboré sur Atar Gull. Le duo fonctionne à merveille [...] Le polar de l’année.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Auracan
17 septembre 2013
Le polar de la rentrée !
Lire la critique sur le site : Auracan
Lexpress
12 septembre 2013
un polar aux accents westerniens porté par un dessin expressionniste et puissant. L'un des meilleurs albums de cette rentrée.
Lire la critique sur le site : Lexpress
ActuaBD
10 septembre 2013
Synthèse de cinquante ans de films de gangster made in USA, « Tyler Cross » se lit avec beaucoup de plaisir et d’ironie.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi
03 septembre 2013
Un album tranchant et jubilatoire, à la fois dinstigué et brutal.
Lire la critique sur le site : BoDoi
LeMonde
02 septembre 2013
Il ne faut jamais sous-estimer les péquenauds : telle pourrait être la morale de cette BD aux multiples références cinématographiques, efficacement menée par le scénariste Fabien Nury [...] et le dessinateur Brüno.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Sceneario
28 août 2013
Ces auteurs de talents, que nous avions déjà eu le plaisir de découvrir au travers de leur travail commun sur l’album Atar Gull, nous offrent là un polar haut en couleur, d’une intensité scénaristique et graphique exceptionnelle… On en redemande encore et encore, ce qui d’ailleurs est prévu dans un autre one-shot déjà en préparation…
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDSelection
22 août 2013
Le découpage, extrêmement cinématographique, joue notamment sur les effets de zoom et de montage alterné avec virtuosité et efficacité. Quant au dessin de Brüno, toujours aussi prenant, il continue de se transformer un peu, tendant parfois vers un certain réalisme.
Lire la critique sur le site : BDSelection
BDGest
20 août 2013
Difficile de ne pas s’enthousiasmer devant cet album qui était très attendu tant ses auteurs s'affichent clairement parmi les meilleurs de leur génération. Ils réalisent ici quatre-vingt-dix planches d'une densité et d'un intérêt difficilement niables. Une sortie à ne pas manquer en cette rentrée !
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Quand Randy a besoin de réfléchir, il met toujours son Stetson. comme si c'était son chapeau, et non son crâne, qui contenait son cerveau. (p.29)
Commenter  J’apprécie          70
Rio Bravo, c'est le nom que les mexicains lui donnent.
Tyler Cross ne voit pas ce qu'il peut avoir de brave dans un foutu fleuve. Il sait simplement qu'il lui faudra peut-être le traverser, un de ces jours...
... Le plus tard possible.
Commenter  J’apprécie          30
La conclusion est simple et sans appel. Joe Bidwell n’a jamais eu de chance. C’est exactement ce qu’il se dit en contemplant les 17 kilos d’héroïne que l’inconnu, le gangster – « appelez-moi Ed » non mais je rêve –, a planqué dans le coffre de la vieille Ford. Joe sait ce que c’est, tout de même, l’héroïne. C’est un bouseux, mais rappelez-vous qu’il y a une frontière pas loin, et que le trafic, c’est le trafic.
Commenter  J’apprécie          10
Tyler transporte 17 kilos de came, d’une valeur d’un demi-million à la revente au détail et il a exactement 21 dollars et 80 cents en poche.

Il note l’ironie de la chose et se met en marche.
Commenter  J’apprécie          20
Et son âme de reptile bouillonne de reconnaissance envers cet inconnu. Son sauveur, son frère de sang froid.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Fabien Nury (84) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabien Nury
(tournage réalisé en 2018) Matthieu Bonhomme est un dessinateur de grand talent, connu notamment pour son L'homme qui tua Lucky Luke ou encore ses séries Esteban et le Marquis d'Anaon. L'artiste nous présente une double planche du 1er tome de Charlotte Impératrice, avec Fabien Nury au scénario, son dessin, ses techniques, sa vision du travail de dessinateur... Rencontre. Charlotte Impératrice - 3 tomes en librairie : https://www.dargaud.com/bd/charlotte-imperatrice
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (657) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5212 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}