AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782365770002
176 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (24/02/2012)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Alors qu'elle enquête sur d'étranges disparitions, la princesse Diana, héritière des fières Amazones, se retrouve pourchassée par un mystérieux commando. Elle découvre bien vite que ces hommes sont à l'origine de la dévastation de son île, il y a des années, et qu'ils traquent désormais les survivantes !
Diana mène alors la contre-attaque pour sauver ses «soeurs», venger sa mère et faire honneur à son surnom de «Wonder Woman».
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  22 novembre 2014
Ce tome comprend les épisodes 601 à 607 de la série mensuelle, parus en 2010/2011. Il propose une nouvelle histoire. le tome débute avec un résumé en 5 pages des origines de Wonder Woman, par Geoff Johns et Scott Kolins.
Dans une ruelle, Wonder Woman fuit ses poursuivants dotés d'un étrange brassard jaune qui finissent par la rattraper. Elle se retourne, leur fait face, gagne le combat, ils s'autodétruisent alors qu'elle s'éloigne par les toits. Elle va consulter une Oracle en passant par les égouts. À sa demande, l'oracle conjure une image de Thémyscéra, et lui raconte son passé. Wonder Woman a été évacuée avant ses 10 ans alors que Paradise Island subissait l'assaut de forces militaires modernes et que sa mère était exécutée par un dirigeant inconnu qui en profitait pour récupérer le lasso magique. Diana a pour mission de localiser les groupes d'amazones disséminés sur terre, de les rassembler et de les protéger de cette mystérieuse organisation qui souhaite les anéantir.
Wonder Woman a un nouveau costume. En 2010, DC Comics claironne partout qu'ils ont débauché J. Michael Straczynski pour créer une nouvelle version de Superman (Superman Earth One). Pour se faire la main sur les superhéros DC, il écrit également quelques histories indépendantes regroupées dans Team-ups of the Brave and the Bold. Encore plus fort, fin 2010, il reprend à la fois une série mensuelle de Superman et la série de Wonder Woman. Et 4 mois plus tard il les abandonne toutes les 2 pour se consacrer à des récits complets.
Wonder Woman a un nouveau costume. Straczynski en scénariste chevronné propose au lecteur un mystère sur l'identité exacte de cette jeune femme qui porte le titre de Wonder Woman, mais qui n'est pas le personnage habituel. Il propose également une course poursuite dont l'enjeu n'est rien moins que la survie de la race des amazones, face à un mystérieux adversaire. Et il intègre des éléments mythologiques grecs, assez pointus pour à la fois inscrire cette version dans la tradition établie par George Perez (en anglais), et à la fois déstabiliser le lecteur. le début est donc très intrigant et très captivant. Mais rapidement la chasse aux indices devient anémique, Wonder Woman reste une jeune femme sans beaucoup de personnalité. Et le lecteur finit par se demander quand les révélations vont arriver et raviver son intérêt pour l'intrigue parce que ces personnages passe-partout manquent de charisme et n'arrivent pas à impliquer émotionnellement le lecteur. de nouveaux personnages arrivent dont un chat sympathique. Mais il dispose à peine d'une scène que déjà les combats stéréotypés recommencent. Arrivé au cinquième épisode, Phil Hester reprend en main le scénario sur la trame bâtie par Straczynski. Je n'ai senti aucune différence, ni en mieux, ni en pire.
L'introduction (10 pages extraites du numéro 600) et les épisodes 601 et 602 proposent de solides illustrations, avec une mise en couleurs à l'aspect traditionnel, mais à la finition exceptionnelle. Don Kramer adopte un style réaliste méticuleux parfaitement complimenté par l'encrage de Michael Babinski pour les épisodes 600 et 601. Wonder Woman est pleine de vie, jeune et d'une force redoutable (même si je me demande encore qui a décidé qu'elle devait avoir une poitrine d'une telle ampleur). Chaque scène regorge de détails, qu'il s'agisse de la ligne de défense des amazones, ou du dessous d'une jeep militaire. Alex Sinclair réalise une mise en couleurs extraordinaire. À la fois il se cantonne aux habitudes en vigueur avec des teintes parfois vives, des couleurs en dégradé pour les surfaces et figurer la luminosité. À la fois, sa mise en couleurs souligne discrètement les textures en incorporant lorsque nécessaire une légère trame de fond discrète et une contemplation plus soutenue montre qu'elle rajoute parfois des détails à différentes formes. Il m'avait encore jamais été donné de voir une mise en couleurs aussi riche tout en restant discrète, en retrait des dessins.
Arrivé à l'épisode 602, Eduardo Pansica assiste Don Kramer pour les dessins (pour assurer le même niveau de détails malgré les dates limites), et Jay Leisten et Ruy José assistent Michael Babinski à l'encrage. L'épisode suivant, Allan Goldman vient s'ajouter à Eduardo Pansica et Don Kramer, et l'encrage est confié à Jay Leisten et Scott Koblish. 2 épisodes après, il y a encore 3 dessinateurs et 4 encreurs. Dans le 606, seul Eduardo Pansica dessine, assisté par 4 encreurs ; dans le 607 Kramer et Pansica se partagent les tâches, avec l'aide 3 encreurs. Certes les variations de style sont minimes d'une page à l'autre, mais il est difficile de ne pas voir les variations de densité de détails. Et malgré tout le soin apporté aux illustrations, cette équipe n'arrive pas à s'extraire d'un style très marqué superhéros avec ses limites. Un dessinateur ou deux fait une fixette sur la silhouette de Wonder Woman et sur sa poitrine, ce qui diminue d'autant sa crédibilité en la ramenant à un simple objet de désir masculin. Comme souvent dans ce genre, l'héroïne se voit infliger des blessures qui semblent ne jamais la faire souffrir ou la gêner, et qui guérissent mystérieusement d'une case à l'autre pour parfois réapparaître deux pages plus loin.
Par rapport au battage médiatique, ce récit ne tient pas ses promesses. le début fait croire à une histoire pleine de suspense avec des personnages qui vont se dévoiler petit à petit pour mieux séduire le lecteur, avec des dessins léchés, à défaut d'être originaux. Et puis l'empathie n'arrive jamais, même la sympathie vient à faire défaut pour ces personnages stéréotypés, avec des dessins dont la qualité fluctue assez pour distraire de la lecture. le tome comprend également une frise chronologique des principaux événements de l'univers partagé DC, avec l'indication de quand se déroule cette histoire. Elle se termine dans L'Odyssée, tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cameleon_curieux
  26 novembre 2017
Sa particularité :
Diana, Princesse de T, fille d'Hippolyte, reine des amazones, a été fascinée dans l'argile elle la vie lui a été souffler par les dieux. Les amazones vivent cachées de tous sur une île dissimulée grâce à la protection d'Aphrodite.
Dans l'ancienne version, elle quitte les siennes lorsque l'avion de Steve Trevor, pilote de l'armée, s'écrase sur son île. Obliger à quitter cette terre, Diana l'accompagne pour aider la guerre à se finir du côté des États-Unis.
Dans cette version, Diana vit en ville, aux États-Unis, et elle est attaquée par un commando inconnu. Tous au long du livre, elle va se battre pour la sécurité des siens et de ceux qu'elle aime. Les combats entre les deux camps vont être violents et très sanglants, et on comprend vite que les vies des dernières Amazones sont en jeu.

De grands changements !
En commençant ma lecture, je m'attendais à retomber dans l'univers de Wonder Women le plus classique. Comme dans le film récemment sorti dans les salles, je m'attendais à découvrir Diana sur une île paradisiaque perdue au milieu des flots. Elle aurait longuement vécu avec les siens avant du partir sauver le terrible monde des hommes… Mais ça ne ce n'est pas passé comme cela. Ici, on découvre une Diana jeune citadine. Lorsqu'elle était encore toute petite, les amazones furent attaquées par des hommes et sa mère, Hippolyte, tuée. Dès lors, elle fuit avec les survivantes. Formant une drôle de diaspora, elles finissent par arrivée en ville ou notre héroïne est traquée.
Niveau costume :
Beaucoup se sont pleins des modifications corporelles de Wonder Woman.
À l'origine, lorsque Charles Moulton créer son personnage, dans les années 40, la super-héroïne était vêtue d'un bustier rouge, d'un mini-short bleu avec des étoiles et accrochait à sa ceinture un drôle de lasso… Ce temps est révolu. Aujourd'hui, les dessinateurs l'ont recréé ou «repensé». Sa tiare est plus petite, plus gracieuse, tout comme ses bracelets à l'épreuve des balles. Elle porte toujours son bustier, mais il est camouflé par une large veste en cuir. Son short bleu a disparu. Elle porte un jean noir et des bottes de la même teinte.
Sa métamorphose a déplu à de nombreux fans. Nombreux sont ceux qui l'admirait depuis l'âge d'or des comics. Nombreux sont ceux qui sont tombés amoureux de celle-ci, qui est l'une de première super-héroïne de l'histoire. de plus Wonder Woman est connu comme étant un grand personnage féministe.
Je comprends ceux qui regrettent son costume, il n'a pas évolué depuis ses débuts. Au fil des ans on finit tous par s'attacher. Et si elle ne ressemble plus à celle qu'elle était avant qui est-elle ? La même. Toujours fidèle à son coeur, aux siennes. J'ai donc trouvé dommage les critiques à ce sujet. Aussi, pour un personnage féministe, je trouve que la mise à jour de sa garde-robe est judicieuse. J'ai toujours admiré ce personnage ; mais une féministe qui s'habille comme une pin-up, c'est comme un écolo qui jette son chewing-gum par terre ou un médecin qui fume : ce n'est pas crédible !
Et puis comme l'a dit Staczynski : quelle femme ne porte qu'une seule tenue pendant 70 ans ?

Les dessins :
Je ne sais pas trop quoi dire à part que je trouve les dessins splendides ! Les personnages sont tout simplement magnifiques ! Il y a beaucoup de détails présents sur les planches et les émotions des personnages sont très réalistes ! On ressent tout !
Mon avis :
J'adore complètement cette héroïne, c'est une de mes préférées ! (il y a aussi Super-Girl aussi mais elle est moins Badass ^^) le mélange entre mythologie et super-héros donne un super-rendu ! On découvre les héros et dieux Grecs sous un autre angle, avec le passé de Diana qui est très présent. Mais la lecture est au départ particulier. On nous laisse dans le flou. Ce n'est pas agréable, on ne comprend pas grand-chose et tout semble mélanger. Je pense que ça permet de « remettre les compteurs à zéro ». Ceux qui ne connaissaient pas Wonder Woman la découvrent peu à peu et ceux qui connaissaient « l'ancienne version » s'adapte mieux à celle-ci. On est aussi vite plongé dans la contre-attaque que mène Diana pour sauver ses « soeurs », venger sa mère. J'ai beaucoup aimé et j'ai été très surprise du rendu !

Lien : https://labouquinerieimagina..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Deslivresetlesmots
  25 juillet 2016
Enfin ! C'est avec ce vingt-deuxième et vingt-troisième tome de la série qu'on a finalement le droit à un récit de Wonder Woman dans la collection Eaglemoss. Alors, il me semble important de rappeler que les comics, j'adore ça, mais j'ai encore de grosses lacunes pour certains personnages (je parle de DC, pour Marvel, c'est l'univers entier qui m'échappe en dehors des X-Men). Je travaille tout doucement à en lire et en apprendre plus, mais au final, c'est la première histoire de Wonder Woman que je lis, donc je ne peux pas comparer ce récit aux autres… Mais je devine que ce n'est pas le meilleur arc de notre princesse Amazone.
De ce que j'ai compris des introductions aux deux tomes (toujours aussi floues chez Eaglemoss…), ce récit est un « What if » en quelque sorte, une histoire qui ne fait pas vraiment partie de la continuité et qui tient seule sur ses deux parties. Dans l'idée, ce serait donc une histoire idéale à lire quand on n'a jamais lu de Wonder Woman, mais finalement j'aurai préféré un récit dans la continuité, puisque des références au passé et différentes aventures du personnage sont faites tout du long : à sa mère, ses soeurs amazones, Steve Trevor, Diana Prince en infirmière… Autant de références que j'ai comprises à force de lecture d'articles sur le personnage, mais je pense bien en avoir raté une flopée !
L'histoire est sympathique, mais finalement, j'ai l'impression que les auteurs ont voulu faire rentrer beaucoup d'éléments dans un seul récit et que ça donne un côté un peu brouillon, fourre-tout, chaotique. le récit reste intéressant puisqu'on voit Diana évoluer à travers les épreuves et au fur et à mesure qu'elle maîtrise ses pouvoirs, jusqu'à ce qu'elle redevienne « Wonder Woman ».
Par contre, un élément que j'aime sans concession c'est le nouveau design de son costume, ça fait très moderne et très classe à la fois, je suis conquise.
Il me semble que c'est la première fois qu'on a le droit à un peu de paratexte dans cette édition Eaglemoss, avec un mot de Linda Carter, la célèbre actrice ayant joué Wonder Woman à la télévision, pour le premier tome, et des explications des auteurs dans le second. C'est quelque chose que j'aime beaucoup trouver dans mes comics, et il était temps que Eaglemoss en mette !
Lien : https://deslivresetlesmots.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NicolasFJ
  08 juillet 2017
J'ai peu accroché à la première partie, mais une fois qu'on entre dans le petit monde de Wonder Woman et que l'on rencontre les méchants, les personnages deviennent très intéressants.
Le relooking de l'héroïne est parfait, son univers urban fantasy très charmant.
Je vais vite lire la suite et fin de cette mini-série !
Commenter  J’apprécie          40
cyan
  14 septembre 2016
(...) L'intrigue est bien menée, il y a de l'action et peu de temps morts. J'avoue que pas mal de choses me sont passées un peu au-dessus de la tête, n'étant pas assez calée sur le sujet, mais je ne me suis pas ennuyée et j'ai lu cette histoire assez rapidement, même si j'ai parfois trouvé Diana un peu agaçante.
Les dessins et la mise en couleurs sont splendides, c'est un vrai régal pour les yeux. Les dessinateurs semblent s'en être donné à coeur joie en créant tous ces corps féminins qui ressortent du pur fantasme masculin.
Une lecture sympathique, mais sans plus, du fait que je ne connais pas assez l'univers pour tout comprendre.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
Commenter  J’apprécie          20


Lire un extrait
autres livres classés : wonder womanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les super-héros et super-héroïnes de comics

Eternel amoureux de Loïs Lane, il vient de Krypton :

Batman
Superman
Spiderman

15 questions
500 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , super-héros , comicsCréer un quiz sur ce livre