AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2841813649
Éditeur : Bilboquet (11/10/2012)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 9 notes)
Résumé :
L'enfant porcelaine était très fragile,
il le savait depuis qu'il était né.

Un jour, il fit un faux pas
et se cassa une jambe.

Mais cela n'entama pas son envie
de s'en aller sur les chemins...
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Ptitgateau
26 septembre 2015
Je viens de débusquer une pépite dans la section Albums jeunesse de ma médiathèque préférée !
Un ouvrage à la couverture magnifique représentant un enfant sous une cloche de verre, intitulé l'enfant porcelaine, dans un décor de théières en suspension sur un fond tout en nuance de bleu-vert. Il n'en fallait pas plus pour accrocher le ptitgateau !!! le titre, laissant présager une histoire intéressante, m'aurait laissée sur ma faim si je n'avais pu lire l'histoire. J'ouvre donc cet album sur l'image tout en douceur, d'un petit garçon endormis sur un lit de coussins, toujours bleus vert aux motifs variés, sous sa cloche de verre. le début de l'histoire annonce que l'enfant depuis qu'il était né, risquait de se casser, laissant supposer qu'on y aborde peut-être la maladie des os de verre, mais pas du tout, il s'agit en fait d'un conte : l'enfant porcelaine fait un faux pas et se brise une jambe, qui sera recollée par un spécialiste de la porcelaine, puis l'enfant part sur les chemins risquant de se briser à la première occasion, et rencontre l'enfant pain d'épice qui se plaint qu'on le grignote, l'enfant pierre qui, avec son coeur de pierre, qui se sent seul, l'enfant bois qui se sent raide, l'enfant fil de fer, tellement maigre que personne ne le remarque… et il va de rencontre en rencontre pour arriver jusqu'à l'enfant-roi… A chaque rencontre, l'enfant porcelaine trouve les mots pour consoler et faire comprendre qu'il y a toujours plus malheureux que soit, qu'en se tournant vers autrui, on évolue et qu'il ne faut pas se laisser dominer par ses difficultés.
Les illustrations sont à couper le souffle, j'ai même eu le réflexe de revérifier le nom de l'illustrateur, pensant que Benjamin Lacombe pouvait en être l'auteur, mais non. Une fois l'histoire lue, on ne peut s'empêcher de tourner à nouveau les pages pour admirer ces dessins tout en rondeur, en dégradés et en tons reposant pour l'oeil et l'esprit.
Un livre à avoir dans sa collection d'albums !
Lien : http://1001ptitgateau.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
milamirage
31 décembre 2012
Depuis sa naissance, l'enfant Porcelaine savait qu'il était très fragile mais son désir était de vivre comme les autres. Au prix de gros efforts et d'une fracture de la jambe, il apprit à marcher et décida alors de s'en aller sur les chemins à la découverte de son environnement. C'est ainsi qu'il rencontra l'enfant Pain, au désespoir parce que tout le monde lui arrachait des morceaux pour les manger. Il lui conseilla alors de s'envelopper dans un papier doré pour se protéger. Puis se fut le tour de l'enfant Pierre, de l'enfant Bois, de l'enfant Fleur, de l'enfant Fil de fer, de l'enfant Ballon... tous déçus par leur sort... et à tous il prodigua un conseil, il donna un peu d'espoir... Alors, quand il rencontra l'enfant Roi...
Mon avis : Cet album est à rapprocher de « Au bois bleu » que je n'ai pas encore présenté sur Babelio - bien qu'il m'ait beaucoup plu et seulement par manque de temps - mais qui bénéficiait également de l'heureuse collaboration entre Jeanne Taboni Misérazzi, l'auteure, et Emmanuelle Colin, l'illustratrice. Menée par le parcours de l'enfant Porcelaine qui veut dépasser son handicap personnel pour pouvoir aller vers les autres, le récit nous permet de rencontrer des personnages qui souffrent de leur condition et de leur différence. C'est l'enfant Porcelaine qui va les pousser un à un à revoir la façon dont ils se considèrent et leur insuffler l'envie d'aller de l'avant, effort sur soi-même après effort sur soi-même… un pas après l'autre. le texte est plein de sensibilité et de poésie, d'espoir aussi… Il me fait penser à la citation que Carre a postée hier, issue de « Patients » de Grand Corps Malade, citation que je ne peux m'empêcher de rappeler ici : « Les cinq sens des handicapés sont touchés mais c'est un sixième qui les délivre, Bien au-delà de la volonté, plus fort que tout, sans restriction, Ce sixième sens qui apparait, c'est simplement l'envie de vivre. ». Ici, il n'est pas question de très lourds handicaps mais de ces aspects physiques qui empêchent parfois douloureusement l'acceptation de soi. Les illustrations sont absolument magnifiques : les couleurs sont douces, presque diaphanes et cependant contrastées. Les décors sont enrichis d'une foule de petits détails y ajoutant une note joyeuse. Et toute l'émotion des personnages se lit dans leurs regards très expressifs. L'éditeur a judicieusement choisi un grand format (33 X 24 centimètres) ce qui accentue encore notre émerveillement face aux illustrations qui occupent une double page, donnant lieu à de véritables tableaux pleins de tendresse. Il a également ajouté au côté artistique en utilisant pour chaque début de texte une majuscule en couleur, stylisée, ombrée et de grande taille. Alors si votre petite tête blonde vous semble sous l'influence d'un petit mal-être face à lui-même, n'hésitez pas à lui lire cette histoire : elle vous permettra peut-être d'ouvrir un dialogue rassurant, elle lui donnera peut-être l'impulsion nécessaire pour le dépasser.
Public : à partir de cinq – six ans.
Si vous voulez vous rendre sur le blog de l'auteure, Jeanne Taboni Misérazzi, vous pouvez suivre cette adresse :
http://tabonimiserazzi.canalblog.com/
Si vous voulez vous rendre sur le blog de l'illustratrice, Emmanuelle Colin, vous pouvez suivre cette adresse :
http://lafianceeaubeurresale.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Colibrille
17 mars 2016
Séduite par plusieurs albums des éditions Bilboquet, j'ai décidé de poursuivre l'exploration de leur surprenant catalogue. Ma curiosité m'a guidée jusqu'à "L'enfant Porcelaine", un album grand format à la très jolie couverture. Intriguée par le titre et le résumé, je me suis lancée dans sa lecture.
Alors que la couverture aux tons pastel m'avait séduite par sa délicatesse, j'ai été finalement assez déçue par les illustrations intérieures. J'ai trouvé que la palette de couleurs utilisée par l'illustratrice était trop uniforme et manquait d'éclat. On reste toujours dans les mêmes tons verts et bleutés, sans qu'aucune réelle touche de couleur (exceptée la page consacrée à l'enfant Fleur) ne vienne apporter un peu de lumière à l'ensemble. J'aime les albums jeunesse qui s'approprient les couleurs, les mélangent, les assemblent. Même si je comprends qu'à travers ces couleurs, l'illustratrice a souhaité construire une atmosphère particulière, cette dernière ne m'a pas séduite.
Quant aux illustrations elles-mêmes, je ne les ai pas vraiment appréciées non plus. Tout comme dans l'histoire, les illustrations mettent l'accent sur les personnages. Du coup, j'ai trouvé que les décors n'étaient pas assez travaillés. J'ai eu le sentiment que l'arrière-plan des pages manquait parfois un peu de consistance. Qui est plus, je trouve les illustrations trop lisses, comme si elles manquaient de relief, d'émotions. L'illustratrice possède un véritable style, cela ne fait aucun doute. Mais ce style ne me plaît tout simplement pas. Les goûts et les couleurs, comme on dit...
En ce qui concerne l'histoire, le pitch de la quatrième de couverture m'avait plutôt plu. Malheureusement, mon enthousiasme est assez vite retombé. Au tout début de l'album, je me suis sentie émue par l'enfant Porcelaine. Au fur et à mesure de son voyage, j'ai fini par trouver son personnage plutôt désagréable et moralisateur. Je n'ai pas du tout apprécié la manière dont il s'adressait aux autres personnages qu'il croise, notamment l'enfant Bois et l'enfant Ballon. A chaque fois, l'enfant Porcelaine leur fait presque la morale en leur disant d'arrêter de s'apitoyer sur leur sort car lui, souffre d'un plus grand handicap. Les propos de l'enfant Porcelaine m'ont vraiment agacée. Je comprends quelle a été la volonté de l'auteure : montrer que lorsqu'on souffre d'un handicap, quel qu'il soit, il ne faut pas se laisser abattre, et que l'amitié est un puissant remède. Mais à mon sens, la manière dont elle traduit cette pensée dans l'album est maladroite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Themahyperlibrairie
03 février 2013
Encore une magnifique petite découverte dans les albums jeunesses. L'enfant porcelaine ne veut plus de cette vie où on lui demande de rester chez lui sans rien faire de peur de se casser. N'en pouvant plus il décide de partir de chez lui et rencontre plusieurs enfants. Tous ont une particularité et tous vivent mal cette différence. Malgré tout, l'enfant porcelaine aura toujours un mot gentil pour eux, un petit conseil pour les aider à avancer ou tout simplement leur dire que sa situation est peut-être bien pire que la leur.
Entre des illustrations adorables, l'album aborde tout simplement la tolérance, la différence et nous montre que l'entreaide et l'amitié peuvent aider dans les situations les plus dures. L'histoire nous montre que parler de ses différences peut nous aider à nous ouvrir aux autres. En se sentant écouter, nous nous sentons moins seul et des liens forts peuvent se créer avec les autres.
A découvrir
Béné
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
milamiragemilamirage31 décembre 2012
Un peu plus loin, l'enfant Porcelaine rencontra
l'enfant Pierre.
Il avait un gros caillou dans la main et écrasait des petites bêtes.
L'enfant Porcelaine s'écria :
- Laisse-les vivre ! Elles ne te gênent pas.
L'enfant Pierre leva son gros caillou et failli le jeter vers l'enfant
Porcelaine. Il hésita un instant puis le posa :
- Je me sens parfois bien seul ! s'écria-t-il soudain.
- C'est normal. Tu as un cœur de pierre mais si tu t'occupais un peu
des autres, ton cœur deviendrait tendre et tu aurais des amis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
milamiragemilamirage30 décembre 2012
Depuis qu'il était né, on disait à l'enfant
Porcelaine qu'il était très fragile et qu'il risquait de
se casser. Cependant, il avait très envie de marcher
et il ne se soucia pas des conseils donnés.
Bien sût, ce ne fut pas facile pour lui d'apprendre à
mettre un pied devant l'autre sans tomber !
Commenter  J’apprécie          160
ColibrilleColibrille17 mars 2016
Il se tourna vers l'enfant Porcelaine, s'excusa puis ajouta :
- Tu as de la chance d'avoir des amis !
- C'est vrai ! répondit l'enfant Porcelaine, mais peut-être vont-ils devenir aussi les tiens ?
L'enfant Porcelaine lui tendit la main et tous les autres enfants en firent de même, même l'enfant Fleur toujours soutenu par l'enfant Pierre dont le cœur était certainement devenu tendre.
Commenter  J’apprécie          20
ColibrilleColibrille17 mars 2016
Très vite, il s'arrêta pour admirer l'enfant Fleur qui venait juste de s'ouvrir :
- Tu es magnifique !
Mais l'enfant Fleur répondit :
- Peut-être, peut-être, mais je suis enraciné. Jamais je ne pourrai marcher comme toi !
- Sais-tu que je suis en porcelaine et pour apprendre à marcher il m'a fallu beaucoup d'efforts ?
Et sans attendre la réponse de l'enfant Fleur, l'enfant Porcelaine continua son chemin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Jeanne Taboni-Misérazzi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Taboni-Misérazzi
Sous les coups de pinceaux de Marie-Cécile Distinguin-Rabot, peintre et illustratrice, Lulu prend forme. Lulu l’échalas est un personnage imaginé par Jeanne Taboni Misérazzi. Le regard triste Lulu l'échalas va découvrir tout l’intérêt d’avoir une taille bien différente des autres. C’est suivi d’une ribambelle de nuages qu’il cheminera contre vents et marées avant de rencontrer ceux qui sauront le faire sourire.
autres livres classés : différenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
874 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre