AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2368120467
Éditeur : Charleston (08/04/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Shanghai, début du XXᵉ siècle. Violet, jeune fille sino-américaine d’à peine 14 ans, tente de quitter la Chine avec sa mère, Lulu, directrice du Chemin de Jade Secret, une maison de courtisanes. Piégées, les deux femmes sont séparées. Vendues à une maison close, Violet démarre alors une nouvelle vie, faite de dangers, d’intrigues, d’amants éconduits et de jalousie. Lulu, elle, doit renoncer à sa fille, dont on lui a annoncé la mort. Mais le lien entre les deux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  13 mars 2016
En 1905, Violet grandit dans la maison de courtisanes que tient sa mère, la belle Américaine Lulu Mimi, à Shanghai. Alors qu'elles s'apprêtent à rentrer à San Francisco, elles sont trahies par Fairweather, l'amant de Lulu Mimi : Violet est vendue à une maison de courtisanes et sa mère est convaincue de sa mort. Démunie et sans défense, la jeune fille doit désormais accepter son destin et embrasser sa condition de bâtarde. Car Violet n'est pas qu'Américaine, elle est aussi chinoise par son père, un homme qu'elle ne connaît pas et qu'elle déteste aveuglément. « Quoi que je fisse, j'avais peur du père étranger présent dans mon sang. Son caractère se manifesterait-il en moi, me rendant encore plus chinoise ? Et si cela arrivait, à quel monde appartiendrais-je ? Que me serait-il permis de faire ? Qui aimerait une fille à moitié haïe ? » (p. 60) Soutenue par Citrouille Magique, une ancienne fille de la maison de sa mère, Violet apprend l'art des courtisanes, entre séduction et négociation. « L'important, c'est un mélange de stratégie, de ruse, d'honnêteté, de patience et la volonté de profiter de la moindre opportunité. Une fille doit surtout être prête à faire à tout moment ce qui est nécessaire. » (p. 183) Rapidement, Violet devient une des courtisanes à la mode et nombreux sont les hommes qui passent dans son existence. Pour certains d'entre eux, comme Loyauté, Edward ou Perpétuel, elle bouleverse son existence. Elle perd des êtres chers à cause de la grippe espagnole, sa fille lui est enlevée et sa vie rencontre sans cesse des obstacles plus insurmontables les uns que les autres. Mais Violet est opiniâtre : elle veut garder son destin en main, quels que soient les sacrifices.
La première moitié de ce roman est tout à fait plaisante : c'est une romance qui tient ses promesses, avec des sentiments contrariés, des héros superbes et des péripéties bien rythmées. Hélas, trop de drame étouffe le drame : ce roman est long, beaucoup trop long, et il devient difficile de maintenir la crédibilité de l'héroïne ou d'accepter ce qui lui arrive sans hausser les sourcils et soupirer bruyamment. Violet semble régulièrement faire les mauvais choix, mais ce n'est pas le plus agaçant : sa propension à se plaindre et à reporter la responsabilité des choses sur les autres est rapidement insupportable. « Jeune Américaine kidnappée, j'étais prisonnière d'une livre d'aventures dont on avait arraché les derniers chapitres. » (p. 136) de plus, si je peux concevoir la jalousie chez une femme amoureuse, celle de Violet confine à l'hystérie alors même que son premier amant ne lui a jamais rien promis. L'héroïne n'entend que ce qu'elle veut et se plaint ensuite d'être peu ou mal aimée, que ce soit par ses amants ou sa famille. « Accepte l'amour quand on te l'offre, Violet. Retourne cet amour et non des soupçons. Alors, tu en recevras encore davantage. » (p. 226)
Ce roman m'a rappelé ceux de Lisa See : il y est question de femmes aux destins plus ou moins tragiques sur fond de romance contrariée et de Chine qui change de visage. Ici, à Shanghai, tout bouge après l'abdication de l'empereur : les Chinois essayent de garder la main sur leur nation alors que les Japonais et autres étrangers s'installent de plus en plus dans les affaires du pays. Belles de Shanghai est un roman plaisant qu'il faut prendre pour ce qu'il est, à savoir un divertissement sans grande profondeur dont je ne garderai probablement pas beaucoup de souvenirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VibrationLitteraire
  30 septembre 2016
Dans l'ensemble, un très bon livre. Il y a quelques ombres au tableau qui font que je ne peux pas lui attribuer la note maximale, mais à part ça, c'est un bon bouquin et en un mot : je le recommande.
Plongeons-nous un peu plus dans l'histoire désormais ! On suit donc la petite Violet, dans une action qui se déroule au début du XXème siècle, et après, puisqu'on la voit grandir. Au début du roman, elle a sept ans, ce qui m'a un peu surprise mais ma foi, pourquoi pas. Elle garde cet âge un bon nombre de pages mais ce n'est pas choquant ni inintéressant. de toute manière, on est plongés dans la vie des courtisanes, de la maison, de sa mère, des autres personnages, etc. Je ne vous spoile pas, et je ne suis pas non plus psy (contrairement à certaines ici !), mais je pense que Violet a des petits problèmes… Elle en veut à sa mère qui, apparemment, ne l'aime pas assez, elle espionne les courtisanes lors de leurs parties de jambes en l'air et va même jusqu'à se battre avec elles ! Sacrée gamine, je vous le dis.
Personnellement, je ne l'aime pas beaucoup, et ce à n'importe quel âge. Elle est un peu exaspérante, bornée, niaise et a des réflexions vraiment… stupides parfois. Je n'ai pas beaucoup aimé sa mère non plus, je ne la déteste pas, mais je n'ai pas d'affection particulière pour elle. En fait, je n'ai pas beaucoup aimé les personnages, sauf Nuage Magique (plus tard elle devient Citrouille Magique, et change encore de nom après ça, mais ma mémoire n'est pas si bonne), la plus grande alliée de Violet, et son pilier tout au long de l'aventure.
Elle travaille tout d'abord dans la maison de courtisanes de Lulu Mimi (nom chinois de la mère de Violet), qui au passage, est la maison d'un poète décédé il y a des années (voire des siècles), mais dont elle ‘voit' le fantôme, et avec qui elle vit un amour très fort. Soit. En tous cas, tout au long de l'aventure, Violet pourra toujours compter sur elle, même quand elle refusera de l'écouter, fera le mauvais choix et lui fera vivre un réel enfer, elles ne se quitteront pas. Mon personnage préféré de l'histoire, vous l'aurez bien compris ! En plus, j'adore sa façon de parler. L'auteure a effectivement ajouté quelques exclamations du genre « Oyo ! » ou « Aya ! », et Citrouille Magique les utilise énormément. Et depuis que j'ai lu le livre, moi aussi.
Quant aux hommes qui vont courtiser Violet, l'aimer et qu'elle va aimer et avec qui elle va finir par se marier pour certains (trois d'entre eux très exactement, c'est plutôt pas mal): eh bien je n'en ai aimé aucun non plus, à part peut-être Loyauté car oui, c'est son vrai nom, et je le trouve plutôt comique. En tous cas, cela n'a pas du tout affecté ma lecture du roman, que j'ai adoré, je le répète. Finalement, c'est quand les personnages ne font pas ce que vous voulez qu'ils fassent que l'histoire est intéressante à lire. Et pendant toute ma lecture, j'étais accro, et je pèse mes mots.
Le style est plutôt pas mal, assez simple, j'ai apprécié. Mais je ne vais pas vous le cacher : il y a de sacrés longueurs ! Jesus Christ. J'avoue m'être ennuyée par moment. Autant il y a des monologues tellement passionnants qu'on ne voit pas les pages défiler, autant passer cinq pages (j'exagère… un peu) à décrire une pièce : NON ! À part ces passages, l'ensemble reste assez fluide. Je vous préviens aussi, sans vous spoiler, mais le narrateur change : ce n'est pas le point de vue de Violet tout au long du roman. Ca m'a (encore !) beaucoup surprise, surtout quand le personnage est en pleine action et que le chapitre d'après commence par… quelqu'un d'autre qui raconte quelque chose de complètement différent. Mais c'est génial, et superbement bien exécuté. Et puis l'auteure écrit de ces trucs ! Tellement élégants et profonds, et il y en a pas mal, donc c'était un peu difficile de vous choisir une citation.
Les histoires de Violet et de sa mère – son passé notamment – s'entremêlent et c'est passionnant. C'est une histoire superbe, mais relativement triste. Violet n'a pas une vie facile et qu'on l'aime ou pas, impossible de ne pas avoir de compassion à son égard. Dernière remarque un peu ‘négative' : je suis restée sur ma faim. Je ne veux pas vous spoiler, même si je ne pense pas que ce soit d'une si grande importance, mais le moment de la vie de Violet où l'histoire s'arrête, ce n'est pas ce que j'aurais choisi. Mais honnêtement je pense que je suis trop gourmande et que j'en voulais juste plus ! Il arrive tellement de choses à Violet dans sa vie, des bonnes, mais surtout des moins bonnes, que je m'attendais à une fin au moins aussi exceptionnelle que l'histoire. Finalement, certains passages m'ont un peu dérangé car un peu ‘dégoûtants' si j'ose dire, mais il y en a très peu et ce n'est rien d'insurmontable.
Pour finir je dirai que j'ai beaucoup apprécié suivre Violet dans ses aventures, dans cette Chine du XXème siècle absolument passionnante, et de rencontrer tous ces personnages ! le fait d'aller et de venir dans les histoires de Violet et de Lucia, sa mère, est vraiment bien orchestré car non seulement on rencontre plus de personnages, mais en plus on fait connaissance avec les mêmes, à des époques différentes. Cela nous montre aussi à quel point mère et filles sont similiaires.
Ce roman fait partie de ceux que j'apprécie le plus, il m'a captivée, m'a permis de m'évader à 100 %. On apprend à la fin que l'auteure a mis huit ans à l'écrire! Ca valait le coup : le résultat est fabuleux.
Lien : http://vibrationlitteraire.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MercyThompson
  08 juillet 2016
Nous découvrons tour à tour le point de vue de la jeune Violet puis celui de sa mère nommée Lulu . Cette dernière raconte comment elle a créé l'établissement en alliant l'occident et l'orient, l'ancien et le moderne. La manière dont Lulu parle m'a fait l'impression d'avoir une redoutable femme d'affaire en face de moi et non pas juste une patronne de maison de courtisanes. Cet atout sera transmis à Violet qui le mettra en pratique plus tard.
La jeune fille raconte tout ce qu'elle voit, le quotidien de la maison, des courtisanes, la découverte de la sexualité. Il y a une véritable quête d'identité pour Violet. Son père est-il chinois, est-il mort ? En tout cas c'est une fille à fort caractère mais qui a un besoin d'amour que malheureusement sa mère de lui donne pas. Les relations mère-fille sont conflictuelles.
Malgré la force de son caractère, la mère de Violet ne voit pas le stratagème mis en place par Fairweather : l'amour est aveugle et encore je ne sais même pas si c'est de l'amour. Dans ce roman j'ai eu beaucoup de mal à savoir à quel moment les héroines ressentent vraiment des sentiments pour un homme. En tout cas l'amant de Lulu la piège et vend sa fille à une maison de courtisanes.
Là-bas, elle y retrouve une ancienne courtisane de la maison de sa mère : Citrouille magique. Elle lui fait comprendre que sa vie de sera plus la même et qu'elle doit se soumettre. Violet trouve en Citrouille magique une alliée très rusée. Puis le point de vue change et passe à celui de Citrouille Magique. Elle décrit son enfance et ce qui lui est arrivée. Son parcours a été difficile et montre ce qu'une femme chinoise a pu vivre à cette époque.
Il y a ensuite un long passage écrit comme un manuel comportant même des titres qui fait figure de prescription sur ce que doit savoir Violet pour devenir une parfaite courtisane. J'ai trouvé ce passage beaucoup trop long et surtout ce qui est effrayant d'un réalisme tellement ordonné qu'il n'y a aucune place pour les sentiments, pour l'amour. Citrouille magique parle à la jeune fille mais aussi aux lecteurs.
Après avoir pris connaissance de toutes ces règles, Violet participe à sa première soirée où elle vite repérée par Loyauté. Celui-ci la connaît, il l'a rencontré alors qu'elle n'avait que 7 ans dans la maison de courtisanes de sa mère. Ce livre contient beaucoup de pièges pour moi car je voyais en Loyauté, le véritable amour pour Violet. Il sera son premier amant et le fait qu'il se soit souvenu de la jeune fille, établissait un lien spécial, mais j'ai vite déchanté car la relation tourne court et dans le monde des courtisanes tout n'est que commerce.
À mesure que Violet vieillit elle perd son côté hargneux et révolté surtout son sentiment de supériorité car elle est à moitié américaine . Mais cela ne suffit pas et elle ne peut que se résoudre à être une courtisane. Après son épisode avec Loyauté, Violet tombe amoureuse d'Edward et décide de s'installer avec lui, emmenant Citrouille magique, dans ce qui est en réalité la maison de Lu Shing, le père de Violet.
Malheureusement, Edward tombe malade et meurt. Flora, la fille de Violet, lui est enlevée par la riche famille d'Edward. Violet, désespérée retourne dans le monde des courtisanes. Violet fait beaucoup de mauvais choix mais peut-on lui reprocher ? Elle décide d'épouser Perpétuel. J'ai beaucoup de mal avec les sentiments des héroines car dans le monde des courtisanes épouser un homme est obligatoirement une porte de sortie, tout ça se mélange et je ne sais pas si on peut parler d'amour entre un homme et une femme en tout cas dans ce roman.
Violet déchante une nouvelle quand elle découvre que Perpétuel à deux autres épouses en plus de tous les mensonges qu'il raconté. Violet et Citrouille magique se retrouvent dans une maison délabrée, coincées au fin fond de nulle part. A ce stade du roman, j'ai eu une réflexion sur la place de l'homme dans le roman. Je n'ai vu que des hommes pervertis par le sexe et calculateurs. Est-ce la seule image que l'on peut donner au rôle masculin même si je sais que beaucoup d'hommes ont fait souffrir les femmes et le font toujours à l'heure actuelle, j'étais triste que l'on réduise l'homme à cela.
Alors que Violet échappe à son bourreau, le récit change brutalement pour revenir à la mère de la jeune femme. Lucia dit « Lulu » raconte son enfance. Elle grandit très vite, découvre la sexualité sans amour jusqu'à ce qu'elle rencontre Lu Shing. Elle quitte alors L'Amérique ainsi que ses parents pour suivre le peintre à Shanghaï. Tout comme sa fille, Lucia voit ses illusions s'envoler. La famille de l'homme qu'elle ne l'accepteront jamais et pire encore ils lui enlèvent son fils qui devient l'héritier de la famille.
Abandonnée par Lu Shing, Lucia raconte son parcours jusqu'à la création de la maison de courtisanes où elle élèvera sa fille. J'ai trouvé le personnage masculin de référence qui me manquait en la personne de Loyauté même s'il n'est pas parfait, il est resté du côté de Violet, tout au long du roman. Les 100 dernières pages sont pour moi les plus bouleversantes. Nous voyons le lien très fort qui unit mère et fille malgré toutes les épreuves. Comme le dit Citrouille Magique on peut oublier combien le chemin a été difficile tant que tout se termine bien.
Le passé ne peut pas s'effacer mais on peut faire du mieux possible pour rendre la fin plus satisfaisante. C'est comme cela que s'est terminé le roman pour moi et ce que j'en retiens. Malgré des moments parfois longs et l'amour que j'ai eu du mal à trouver, ce livre m'a fait voyager et m'a beaucoup touché par sa relation mère-fille même si je regrette que cette relation soit explorée que vers la fin du roman.
Lien : https://maviedelivre.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Analire
  19 avril 2016
Bienvenue dans l'histoire fictionnelle de Amy Tan, qui se situe au début des années 1900, dans un Shangai en plein expansion.
Violet grandit dans une maison de courtisanes tenue par sa mère. Cette jeune demoiselle mi-chinoise, mi-américaine, va être initiée aux coutumes sexuelles de la maison du Chemin de Jade Secret. Alors que Violet et sa mère, Lulu Mimi étaient sur le point d'embarquer pour San Francisco, pour retrouver le fils de Lulu, kidnappé à sa naissance, les deux femmes se retrouvent séparées. La cause ? C'est Fairweather, un amant de Lulu, qui est à l'origine de cette séparation. le but ? Revendre Violet comme fille vierge à une maison de courtisanes, pour se faire de l'argent.
Dans ce monde, où l'argent et le sexe sont rois, les femmes ne sont pas ou que très peu considérées. Elles deviennent plus objet que sujet pensant. Dans Belles de Shangai, attendez-vous à voir une image péjorative des femmes. Elles sont données à voir comme de simples objets sexuels. Elles ne maîtrisent pas leurs sentiments et se laissent emporter par ceci. Les ruses qu'elles emploient pour tromper les hommes ne font que se retourner contre elles ; de sorte qu'elles se retrouvent duper aveuglément par les hommes.
Tandis que les hommes dominent la société ; ils sont riches, intelligents, écoutés et libres.
Dans ce livre, il y a également tout un pan d'oppositions entre les natifs et les étrangers. Violet, qui est née d'une mère Américaine et d'un père Chinois, continue à être vue comme une étrangère. Des traits de caractéristiques qui collent encore à la peau des chinois de notre époque moderne. En lisant ce livre, on découvre les moeurs des asiatiques, les us et coutumes qui ont façonnées et/ou qui façonnent encore leur quotidien. C'est passionnant !
Mais Belles de Shangai, c'est avant tout une épopée sentimentale, dans laquelle les femmes tentent de trouver leur place au sein de la société et au sein du coeur des hommes. Elles vont affronter des épreuves tragiques - la mort d'un être cher, la souffrance d'une séparation forcée -, mais vont continuer à se battre et à vivre. J'admire les protagonistes de ce livre ; elles sont des femmes fortes et conquérantes, qui ne se laissent pas acabler par la vie et ses tourments, mais qui luttent pour se soustraire à leur destin.
Plongez dans l'univers intimiste des courtisanes Shanganaises des années 1900. Suivez les vies trépidantes de deux protagonistes : la mère et la fille, séparées de force par un truand. C'est poignant ; pour sûre, vous ne ressortirez pas indemne de cette lecture !
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Kloliane
  03 mai 2016
Violet est une jeune fille a fort caractère, qui se pose des questions sur ses origines (Est-elle à moitié chinoise? Son père est-il mort? Qui est-il vraiment? ) et regardant avec une certaine maturité la manière dont sa mère dirige le club le plus huppé de Shanghai et les différentes « fleurs » (courtisanes) qui y sont employées. J'étais assez surprise du comportement de Violet envers les chinois. Puis, je me suis demandais si son attitude est aussi dû, en plus de ses idées de supériorité des occidents, à toutes ces questions sur son origine et la peur des désagréments que peut lui apporter son métissage. Les années passent et l'absence de réponses de sa mère, à ses questions, empoisonne leur relation. Puis l'histoire de la Chine se retrouve chamboulée par la chute de l'Empire Chinois entraînant des répercussions sur la présence des occidents dans le pays. Alors qu'elle devait quitter l'Asie pour les Etats-Unis avec sa mère, le destin en a voulu autrement. Et c'est avec empathie, que nous suivons l'histoire de Violet, tout en découvrant les moeurs chinoises et le statut des femmes à cette époque.
Habituée par d'anciennes lectures et films vus sur cette période de l'histoire de la Chine, je me suis sentie « comme un poisson dans l'eau » pour suivre ce roman sur trois générations de femmes de la même famille, dont la plus importante, Violet. Beaucoup de lecteurs ont mis en avant la relation mère-fille qui est un des thèmes principaux . Car à travers ses différentes relations, l'auteur nous montre l'influence qu'elles ont sur la vie d'adulte d'une jeune fille et sur son future rôle de mère. Mais ce qui a aussi retenue mon attention, c'est la condition de vie des femmes chinoises à cette époque:
– Qu'elle soit courtisane (Avoir une place dans une des meilleurs maisons, savoir ruser et se méfier des autres courtisanes, les différentes règles à suivre pour ne pas se compromettre, avoir un bon protecteur, devenir épouse ou concubine et surtout, ne pas finir dans un bordel sordide)
– Ou épouse/concubine (Qu'elle soit la première épouse ou la concubine, la rivalité est souvent présente entre les différentes femmes. Pour avoir les faveurs du maris et les privilèges au sein de la maison, tous les coups semblent permis. Mais parfois, de la solidarité peut se nouer entre elles. Violet va l'apprendre à ses dépens. D'ailleurs, je peux vous conseiller l'excellent film traitant de ce sujet « Épouses et Concubines » de Zhang Yimou).
Ainsi que les différents rôles que Violet va jouer dans sa vie, oscillant entre la culture occidentale et la culture chinoise (pour exemple: épouse américaine / épouse chinoise).

Autre point marquant du roman, ce sont les autres personnages que rencontrent Violet. Ils sont très bien développés et apportent une grande force à la trame de l'histoire: Citrouille Magique qui sera comme une mère de substitution pour Violet; Loyauté qui fut son premier protecteur, son 1er amour pleine de passion et de jalousie, l'homme qui sera toujours présent pour elle; Edward, la tendresse de son amour ouvrant le coeur de la jeune femme, leurs fugaces années de bonheur et leur petite Flora; Perpétuel symbolisant un des mauvais choix de Violet etc… L'auteur a su nous offrir une belle galerie de seconds personnages.
Sa plume arrive à nous guider à travers la Chine du début du XXème siècle. On s'imprègne vite des conditions de vie de cette époque, apprenant les relations compliqués entre l'Asie et l'Occident, et on suit avec intérêt et empathie la vie de Violet. La lecture est agréable mais deux passage m'ont semblé bien long: lorsque Citrouille Magique expliquer les règles que doivent suivre une courtisane à Violet. Ayant déjà une idée de la chose, j'ai survolé ce passage. Puis j'ai été assez surprise du changement de narration entre Violet et sa mère afin de connaître le passé de celle-ci. Je l'aurai mieux vu dans leurs correspondances et beaucoup moins long. Malgré ces petites longueurs, j'ai beaucoup apprécié cette lecture.

CONCLUSION:
« Belles de Shanghai » est un beau roman sur le destin d'une concubine dans une Chine en plein chamboulement historique et les relations mères/filles avec ses répercussions sur la vie à toutes deux. On voit Violet évoluer sous nos yeux, la force de l'amour d'une mère pour son enfant, le poids des traditions en Chine, la condition de vie des femmes chinoises et les relations amoureuses. Tous ces thèmes nous livre une histoire fort intéressante, que l'on suit jusqu'à la dernière ligne.
Je conseille ce livre à tous ceux qui aiment les personnages féminins forts, bravant un destin non voulu dans une époque marquante de notre Histoire.
Lien : https://klolianebooks.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   18 avril 2016
Teddy m'a dit un jour que c'était normal de se sentir seul. Le coeur diffère d'un individu à l'autre et nous ne savons même pas comment. Lorsque nous tombons amoureux, nos coeurs, comme par miracle, oublient ces différences, ils s'unissent et tendent vers le même désir. Finalement, les différences reviennent et alors bonjour les séparations et les rabibochages et, dans l'intervalle, la peur et un sentiment de solitude. Cependant, si l'amour résiste à la douleur causée par ces différences, il faut le garder précieusement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   13 mars 2016
« Quoi que je fisse, j’avais peur du père étranger présent dans mon sang. Son caractère se manifesterait-il en moi, me rendant encore plus chinoise ? Et si cela arrivait, à quel monde appartiendrais-je ? Que me serait-il permis de faire ? Qui aimerait une fille à moitié haïe ? » (p. 60)
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   14 avril 2016
Notre monde est plein de promesses passagères et de fourberie. Par pure nécessité. Nous ne sommes pas méchants, il nous faut simplement survivre. Seuls quelques pas séparent la réussite de l'échec.
Commenter  J’apprécie          50
AnalireAnalire   14 avril 2016
"Un portrait, avait-elle dit un jour, doit montrer le modèle en train de respirer pendant qu'on le peint. Il doit capter son souffle."
Commenter  J’apprécie          70
AnalireAnalire   10 avril 2016
Lorsque les gens déclarent qu'une idée est irréalisable, elle devient irréalisable.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Amy Tan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amy Tan
Plus d'infos sur cette vidéo : http://editionscharleston.fr/amy-tan-vous-parle-de-belles-de-shanghai/
Dans cette vidéo, Amy Tan vous parle (en français !) de son roman Belles de Shanghai et vous confie la genèse de cette histoire, ce qui l?a poussée à écrire ce roman émouvant.
Pour découvrir ce roman émouvant, c'est par ici :
autres livres classés : Shanghai (Chine)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre